30 pages
Français

Moving into Mies: la vie dans le vide//Moving into Mies: life in open space - article ; n°620 ; vol.110, pg 425-453

-

Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Description

Annales de Géographie - Année 2001 - Volume 110 - Numéro 620 - Pages 425-453
Lafayette Park, Detroit, is the largest residential district that architect Ludwig Mies van der Rohe and planner Ludwig Hilberseimer realised in the late 1950's and early 1960's. Its highly abstract language of architecture — concrete floored, flat roofed « glass houses » and balconiless glass towers — proffers an in-teresting basis from which to launch a questioning of the meaning of domestic space. The architecture's sparseness, free plan, precise dimensions and transparent outer walls, contrast with the spatial qualifies of the traditional American home. The ways in which the architecture is inflected by its occupants, and reciprocally, residents' responses to the architecture, are here examined with a view to yielding insights into the character of modernist spaces. We know modernism's ideals but less of its realities. In sharp distinction with Mies's Chicago works, Lafayette Park does not house an exclusively upper income public educated in modernist design aesthetics ; its population is racially and economically diverse and includes subsidised tenants. This unusual situation renders the question of modernism's reception ail the more meaningful.
L'ensemble de Lafayette Park, Détroit, est la plus importante réalisation résidentielle de l'architecte moderniste Ludwig Mies van der Rohe, qui fut assisté par l'urbaniste Ludwig Hilbersiemer. Forme aujourd'hui banale dans les quartiers d'affaires, la tour de verre est beaucoup plus rare dans les zones résidentielles. Elle propose un espace domestique révolutionnaire, qui reste aujourd'hui en marge des normes établies et a été vivement critiqué par les architectes de la vague post-moderniste depuis les années 1970. À partir d'une série d'entretiens conduits auprès de la population socialement et ethniquement très hétérogène de Lafayette Park (une exception dans l'agglomération de Détroit), et de l'expérience directe de l'auteur comme habitante de l'une des tours de la résidence, cet article analyse les modalités d'appropriation et de domestication des espaces ouverts de Mies, et invite à reconsidérer les accusations d'inhumanité dont son architecture a été l'objet depuis une trentaine d'années.
29 pages
Source : Persée ; Ministère de la jeunesse, de l’éducation nationale et de la recherche, Direction de l’enseignement supérieur, Sous-direction des bibliothèques et de la documentation.

Sujets

Informations

Publié par
Publié le 01 janvier 2001
Nombre de lectures 58
Langue Français
Poids de l'ouvrage 2 Mo

Mme Janine Debanne
Moving into Mies: la vie dans le vide//Moving into Mies: life in
open space
In: Annales de Géographie. 2001, t. 110, n°620. pp. 425-453.
Abstract
Lafayette Park, Detroit, is the largest residential district that architect Ludwig Mies van der Rohe and planner Ludwig Hilberseimer
realised in the late 1950's and early 1960's. Its highly abstract language of architecture — concrete floored, flat roofed « glass
houses » and balconiless glass towers — proffers an in-teresting basis from which to launch a questioning of the meaning of
domestic space. The architecture's sparseness, free plan, precise dimensions and transparent outer walls, contrast with the
spatial qualifies of the traditional American home. The ways in which the architecture is inflected by its occupants, and
reciprocally, residents' responses to the architecture, are here examined with a view to yielding insights into the character of
modernist spaces. We know modernism's ideals but less of its realities. In sharp distinction with Mies's Chicago works, Lafayette
Park does not house an exclusively upper income public educated in modernist design aesthetics ; its population is racially and
economically diverse and includes subsidised tenants. This unusual situation renders the question of modernism's reception ail
the more meaningful.
Résumé
L'ensemble de Lafayette Park, Détroit, est la plus importante réalisation résidentielle de l'architecte moderniste Ludwig Mies van
der Rohe, qui fut assisté par l'urbaniste Ludwig Hilbersiemer. Forme aujourd'hui banale dans les quartiers d'affaires, la tour de
verre est beaucoup plus rare dans les zones résidentielles. Elle propose un espace domestique révolutionnaire, qui reste
aujourd'hui en marge des normes établies et a été vivement critiqué par les architectes de la vague post-moderniste depuis les
années 1970. À partir d'une série d'entretiens conduits auprès de la population socialement et ethniquement très hétérogène de
Lafayette Park (une exception dans l'agglomération de Détroit), et de l'expérience directe de l'auteur comme habitante de l'une
des tours de la résidence, cet article analyse les modalités d'appropriation et de domestication des espaces ouverts de Mies, et
invite à reconsidérer les accusations d'inhumanité dont son architecture a été l'objet depuis une trentaine d'années.
Citer ce document / Cite this document :
Debanne Janine. Moving into Mies: la vie dans le vide//Moving into Mies: life in open space. In: Annales de Géographie. 2001, t.
110, n°620. pp. 425-453.
doi : 10.3406/geo.2001.1733
http://www.persee.fr/web/revues/home/prescript/article/geo_0003-4010_2001_num_110_620_1733into Mies la vie dans Ie vide Moving
Moving into Mies life in open space
Janine Debanne
Associate Professor Maître de Conférences) School of Architecture
Carleton University-Ottawa
Résumé ensemble de Lafayette Park Détroit est la plus importante réalisation ré
sidentielle de architecte moderniste Ludwig Mies van der Rohe qui fut assisté
par urbaniste Ludwig Hilbersiemer Forme hui banale dans les quar
tiers affaires la tour de verre est beaucoup plus rare dans les zones ré
sidentielles Elle propose un espace domestique révolutionnaire qui reste
hui en marge des normes établies et été vivement critiqué par les ar
chitectes de la vague post-moderniste depuis les années 1970 partir une sé
rie entretiens conduits auprès de la population socialement et ethniquement
très hétérogène de Lafayette Park une exception dans agglomération de Dé
troit) et de expérience directe de auteur comme habitante de une des tours
de la résidence cet article analyse les modalités appropriation et de domesti
cation des espaces ouverts de Mies et invite reconsidérer les accusations in
humanité dont son architecture été objet depuis une trentaine années
Abstract Lafayette Park Detroit is the largest residential district that architect Ludwig
Mies van der Rohe and planner Ludwig Hilberseimer realised in the late
and early Its highly abstract language of architecture concrete floo
red flat roofed glass houses and balconiless glass towers proffers an in
teresting basis from which to launch questioning of the meaning of domestic
space The sparseness free plan precise dimensions and transpa
rent outer walls contrast with the spatial qualities of the traditional American
home The ways in which the architecture is inflected by its occupants and re-
ciprocally residents responses to the architecture are here examined with
view to yielding insights into the character of modernist spaces We know mo
ideals but less of its realities In sharp distinction with Chicago
works Lafayette Park does not house an exclusively upper income public edu
cated in modernist design aesthetics its population is racially and economical
ly diverse and includes subsidised tenants This unusual situation renders the
question of reception all the more meaningful
Mots-clés Espace domestique maison tats-Unis architecture mur-rideau plan libre
modernisme tour de verre gratte-ciel meubles Mies van der Rohe
Key-words Domestic space architecture house United States curtain wall free plan mo
dernism glass slab glass skyscraper furniture Mies van der Rohe
Il est donc souhaiter que architecture de verre
transformera la surface de la terre
Paul Scheerbart Glasarchitektur 1914
Ann Gèo. no 620 200 pages 425-453 Armand Colin 426 Janine Debanne ANNALES DE OGRAPHIE 620 2001
Lafayette Park lieu réel
architecture moderne fantasmée et bâtie
En Amérique tout comme en Europe la tour de verre représente un fan
tasme de la modernité plus elle ne constitue un lieu réel pour la plupart
des gens un lieu où vivre où grandir. On la connaît surtout de extérieur
comme figure urbaine et non pas de intérieur comme espace domestique
Son inventeur lui-même architecte allemand Mies van der Rohe imagi
née longtemps avant de la construire aux Etats-Unis alors il travaillait
Berlin Selon lui le verre était le seul matériau de revêtement vraiment
moderne car lui seul permettait de réaliser les deux principaux objectifs du
modernisme en architecture dissolution de enveloppe opaque tradition
nelle et élimination de la pièce Conséquence de ce projet révolutionnaire
architecture miesienne ignore les balcons et contraint ses occupants repen
ser leur conception du confort et de la sécurité ainsi redéfinir le lien
spatial entre le mobilier et le mur Partant du principe que la construction
claire est le fondement du plan libre Mies était convaincu il fallait
abord décider de la construction et ne penser usage après
Cette architecture qui fut largement adoptée par les architectes de
après-guerre inspirait une vision de type sociale-démocrate Elle envi
sageait une forme nouvelle pour les villes du XXe siècle et prônait une res
tructuration de habitat humain ces fins le langage moderniste mobi
lisé les nouvelles technologies alors pour configurer son langage
tectonique qui se caractérise par la construction en série et des formes dic
tées par les techniques assemblage de acier du béton armé et du verre
En dépit de ubiquité de la forme de la tour de verre dans les CBD de
toutes les villes modernes du monde Lafayette Park construit Détroit
est inédit en tant édifice résidentiel est le plus grand projet
résidentiel de Mies qui ait été réalisé et il constitue ce titre un exemple
habitation moderniste sans pareil Le décalage entre idée de architec
ture en verre et la réalité de la vie domestique qui déroule peut être
étudié ici mieux que importe où ailleurs aussi cet ensemble est-il un ter
rain propice examen des questions de fond posées par le modernisme
accusé depuis les années 1970 de avoir pas su parler au grand public du
fait de son inintelligibilité et de la froideur de son style La question
de espace domestique dans architecture de Mies van der Rohe renvoie
en effet la plus grande controverse de architecture du xxe siècle le pré
tendu rejet du projet moderniste par le public Le succès de Lafayette
Park plaide pourtant en faveur une révision de cette conclusion
Plus de trente ans séparent énigmatique dessin de édifice de bureaux de la rue Friedrichstrasse
1919 et le projet de gratte-ciel en verre 1920-21) qui jamais été une maquette de
leurs versions bâties aux tats Unis où Mies van der Rohe emigra en 1938 Sur le thème du fan
tasme du gratte-ciel de verre voir aussi Scheerbart 1914
Si vous résolvez abord le plan ou organisation dans espace vous bloquez tout et une cons
truction claire est impossible Neumeyer 1996 338-9) Articles Moving into Mies la vie dans Ie vide 427
De Black Bottom Lafayette Park
Lafayette Park est un projet habitation moderniste con par architecte
Ludwig Mies van der Rohe et urbaniste Ludwig Hilberseimer pour être
construit Détroit Sa réalisation étale de 1956 1963 est hui
un quartier peuplé animé et très diversifié au sein une ville marquée par
une crise urbaine qui perdure et des divisions sociales et raciales pronon
cées Cet ensemble dix minutes pied du CBD est le fruit de la politi
que de renouveau urbain dite urban renewal qui dans après-guerre tou
cha la plupart des grandes villes américaines dont Détroit Lafayette Park
est la toute première réalisation de ce programme de développement con
troversé et constitue ce titre un événement marquant de histoire
urbaine américaine Ce nouveau quartier remplace celui de Black Bottom
alors densément peuplé de Noirs originaires du Sud des Etats-Unis et immi
grants surtout Grecs venus partir de 1910 travailler dans les usines de Ford
Sa construction nécessita la démolition de centaines de maisons et petites usi
nes et 000 familles furent expulsées Lafayette Park comprend 186 maisons
basses de plain-pied ou un étage accolées les unes aux autres en
21 édifices disposés le long de rues qui dessinent le plan du quartier et
trois immeubles de vingt-deux étages chacun Pavilion East Tower et West
Tower Construits simultanément et se faisant face ces deux der
niers portent aussi les noms de Lafayette Towers et Twin Towers les Tours
Jumelles La forme rectangulaire de ces trois immeubles tout comme leurs
proportions ne correspond cependant pas ce que on entend habituelle
ment par le mot tour photo 500 personnes habitent hui
Lafayette Park et ampleur du projet est remarquable 32 ha dont ha
de parc public Le quartier est bordé par des limites très franches
Ouest une autoroute Est une enclave ferroviaire de larges boulevards
au Nord et au Sud Le CBD se situe moins un kilomètre Ouest
tandis immédiatement vers Est étendent des quartiers résidentiels de
moyenne densité dont un ensemble important de logements sociaux pro
jects en maisons basses
La ville de Détroit présente un tissu urbain moyennement dense fig 2)
dont les gratte-ciel du CBD datent pour la plupart des années 1920 Nom
bre entre eux ont été détruits ces dernières années de sorte que de hauts
immeubles isolés inscrivent et là sur échiquier de la ville tandis que
les quartiers résidentiels de maisons individuelles étendent sur une super
ficie environ 390 km2 Le tiers des logements de la ville parcs privés et
publics confondus est hui vacant Au-delà de la limite de la com
mune de Détroit Detroit City Limit étendent des banlieues importantes
et riches qui comptent millions habitants La population de Détroit est
Ce nom fait référence la couleur du sol
Mies et Hilberseimer avaient prévu un ensemble deux fois plus grand mais la mort accidentelle
de entrepreneur Herbert Greenwald mit prématurément fin au projet Janine Debanne ANNALES DE OGRAPHIE 620 2001 428
Illustration non autorisée à la diffusion
Fig Lafayette Park plan ensemble maisons en bandes et immeubles-tours parcs et
sentiers sinueux)
Lafayette Park site plan row-houses and highrise towers park and footpaths)
majoritairement noire celle de la banlieue blanche La classe moyenne
noire apparue Détroit dans les années I960 attiré des Noirs originaires
autres villes et Lafayette Park rassemble des Noirs de Détroit et ailleurs
aux tats-Unis ainsi que des Blancs La dépopulation de la ville
passe de presque millions habitants en 1950 moins un million en
2001 est reflétée par évolution démographique du quartier que forme
lui seul Lafayette Park
On trouvera dans Staszak 1999 une analyse très claire de la forme et du sens de espace urbain
de Détroit ainsi une bibliographie complète concernant les structures spatiales sociales et
politiques de la ville Moving into Mies la vie dans Ie vide 429 Articles
Illustration non autorisée à la diffusion
Photo Vue depuis East Tower la piscine et la fa ade Est de West Tower
View from the East Tower pool and East face of West Tower
Une population hétérogène
dans une architecture inhabituelle
occupation des divers édifices de Lafayette Park est strictement régie Les
maisons sont habitées par leurs propriétaires regroupés en coopérative
Elles ne peuvent pas être louées Les appartements des tours sont en revan
che tous réservés la location Le quartier regroupe ainsi des propriétaires
et des locataires ce qui favorise depuis les origines la diversité de sa popu
lation Par ailleurs la loi municipale Home Rule qui impose aux fonction
naires et employés de la ville de résider dans la commune de Détroit et non
pas en banlieue assuré la stabilité de la population de Lafayette Park
depuis les premières années de son histoire et explique la proportion élevée
instituteurs et agents de police parmi les résidents
Cependant les mutations économiques qui ont touché ensemble du
pays et fortement marqué la région sont origine une transformation
socio-démographique importante des habitants de Lafayette Park au cours
des quarante années de son existence Depuis dix ans des ententes avec Janine Debanne ANNALES DE OGRAPHIE 620 2001 430
Fig Vue aérienne de Détroit CBD radial autoroutes Lafayette Park aire en blanc) et
la rivière Détroit
Aerial view of Detroit radial center expressways Lafayette Park white and the
Detroit River
université locale Wayne State loyers prix réduits attirent une popula
tion étudiante dans les immeubles-tours dont les appartements luxueux
étaient origine réservés aux classes aisées Des bénéficiaires de aide
sociale ont également rejoint les résidents plus fortunés la faveur un
programme spécial du département gouvernemental HUD Housing and
Urban Development section eighty en vigueur de 1990 1999 Elaboré
afin assurer la survie économique des tours qui comptaient un taux de
vacance de presque 30 en 1990 du fait de la désurbanisation de Détroit
Ce programme social visait surtout les filles-mères et les handicapés physiques ou mentaux de la ville
de Détroit Il réglait deux problèmes le manque de logements prix modiques en bon état Détroit
et augmentation du nombre de logements vides dans les immeubles de qualité du secteur privé
alors en crise Les bénéficiaires du programme venaient pour la plupart de quartiers noirs de la ville et
logeaient précédemment soit chez leurs parents soit dans des logements sociaux tels les projects Moving into Mies la vie dans Ie vide 431 Articles
ce programme pris logiquement fin alors que la ville connaît une certaine
renaissance La population de Lafayette Park et surtout des tours était
donc très hétérogène la fin des années 1990 Bien plus Chicago
Montréal ou Newark où Mies réalisé des projets très semblables mais
demeurés réservés aux classes aisées le quartier miêsie de Détroit se prête
donc au questionnement de utopie moderniste la possibilité de proposer
une habitation universelle Ce questionnement rejoint celui que pose le
projet moderniste architectural dans son ensemble comment habiter appar
tement Comment unité moderniste peut-elle devenir maison
pour des gens pour la plupart habitués la maison individuelle avec jardin
uniformité de architecture ajoute ampleur du projet pour dessi
ner un paysage architectural inhabituel Toutes les demeures de Lafayette
Park les maisons en bande et les immeubles-tours sont con ues sui
vant les mêmes principes absence de division entre salle manger et salon
dessinant un grand salon vue panoramique petite cuisine en enfilade
petite salle de bain murs extérieurs en verre et huisseries métalliques sim
plicité voire pauvreté des matériaux de finition Des lacunes par rap
port la maison individuelle archetypale sont aussi noter telles que
absence de petites pièces de type débarras et cabinet de toilette ainsi que
du garage figure emblématique de American way Uf justement inven
tée Détroit Ceux qui visitent les immeubles-tours pour la première fois
ont emblée impression de se trouver dans des bureaux ou un hôtel
Quant aux maisons en bande elles sont souvent comparées des motels
La morphologie des espaces intérieurs est épurée pas de moulures pas de
fenêtres classiques seulement des parois en verre) pas de boiseries pas
même de balcons dans les tours La précision des dimensions des aligne
ments et des détails du plan ainsi que la rigueur de ordre spatial sont
autres éléments du caractère non-domestique des maisons de Mies par
rapport aux constructions résidentielles typiques de la région
Mais remarque-t-on cette précision Comment cette architecture
sérielle est-elle progressivement personnalisée par ses occupants Ces loge
ments transparents réussissent-ils soutenir les nuances de la vie intime
protéger être qui vit seul unir les occupants multiples une même
demeure tout en accordant chacun un espace de solitude Ces demeures
telles elles sont con ues ne viennent-elles pas bousculer toutes les asso
ciations entourant idée même habiter un lieu Enfin architecture
La très grande majorité de la population du Middle West américain habite dans des maisons indi
viduelles et la propriété est la norme Dans la région métropolitaine de Détroit en 1995 66
des logements étaient habités par leurs propriétaires Les maisons individuelles représentaient
77 des habitations et les individus vivant dans des caravanes ou des maisons mobiles étaient
plus nombreux que ceux qui louaient des appartements En 1997 dans le Middle West 140 000
nouvelles maisons individuelles ont été vendues 51 000 nouvelles maisons mobiles installées et
32 000 nouveaux appartements construits et loués Statistical Abstract of the United States 1998
US Department of Commerce 11 8th édition tableaux 201 203 1212)
est par ces expressions que les architectes fran ais désignent les maisons basses contiguës et
les immeubles hauts On les retiendra donc dans la suite du texte sans guillemets 432 Janine Debanne ANNALES DE GEOGRAPHIE 620 2001
minimaliste de Mies van der Rohe ne vient-elle pas souligner la maladresse
inhérente acte habiter en mettant en évidence encombrement et le
fouillis de la vie quotidienne Pour répondre ces questions il convient
de attacher notamment la paroi en verre le mur-rideau) où les tensions
entre la pratique de habitation et architecture elle-même sont les plus
clairement manifestées Mon analyse se fonde sur des enquêtes courts
questionnaires et entretiens in situ menées auprès habitants ainsi que sur
ma propre expérience observatrice-participante puisque ai moi-même
vécu dans un T2 de la Tour Est de 1996 2000 Si la lecture extérieure
de Lafayette Park porte sur ensemble du quartier celle des espaces inté
rieurs se concentre sur les immeubles-tours
Lire Lafayette Park de extérieur
Contrairement au quartier fermé plated community forme résidentielle
en pleine expansion Détroit Lafayette Park est pas entouré de clôtures
le séparant des espaces publics adjacents De même intérieur du quar
tier les limites entre terrains voisins ne sont pas fortement exprimées
Devant les maisons en bande une simple plate-bande aubépines marque
la limite entre jardin et trottoir Sur arrière les pelouses privées se fondent
dans la verdure environnante et par là dans espace public Une certaine
porosité paysagère est ainsi entretenue entre le quartier et la ville Compte
tenu du contexte urbain une ville en crise connue pour ses problèmes
de criminalité 10 on peut se demander comment les habitants réagissent
cette ouverture
De extérieur on remarque en première lecture ajout de plates-bandes
et arbustes sur le talus qui arrière des maisons en bande donne sur
les rues qui délimitent le quartier et le mettent en relation avec la ville et
le parc public une communication trop facile entre ces espaces et le
domaine privé des maisons est ainsi évitée Quand aux rideaux et jalousies
les habitants les laissent aussi bien ouverts que fermés le paysage demeure
essentiellement ouvert et fragile
Le mode de gestion de Lafayette Park ne permet pas de transformations
majeures de extérieur des édifices qui seraient considérées comme des
déviations de uvre architecturale de Mies La coopérative des propriétai
res-habitants des maisons en bande est gérée par plusieurs comités élus qui
Cet article est le fruit une étude qui inscrit dans un projet plus large élaboré en collaboration
avec Jean-Fran ois Staszak et ai ainsi bénéficié de ses recherches sur les archives de Lafayette
Park Je remercie tous ceux qui ont accepté de me confier leurs expériences habitants ainsi que
ceux qui ont aidée dans la mise en forme de ce texte Béatrice Collignon pour son édition sty
listique et la traduction de certains passages Kevin Martin Krystopher Benes and Ramiin Haj-
mahmoud Attar pour la numérisation des figures ai pris moi-même toutes les photos ci
publiées étude été co-financée par la University of Detroit Mercy la Graham Foundation for
the Arts et Institut Universitaire de France
10 En 1998 le taux homicides Détroit était de 5936 o hab. alors que la moyenne des villes
américaines était de 979 o et que ce taux était de 2886 o Los Angeles et de 2931 o New
York FBI Uniform Crime Reports New York Times mars 2000) Articles Moving into Mies la vie dans Ie vide 433
veillent application une réglementation stricte et entretien des espa
ces publics du quartier On ne peut ni agrandir sa maison ni en modifier
aspect extérieur ni jardiner au-delà un mètre devant et derrière édifice
seules zones non gérées par le rounds committee Les maisons de plain-
pied bénéficient un champ de manoeuvre plus large grâce enceinte de
brique qui entoure le jardin situé en arrière du salon 11 Dans cette zone
protégée les gestes individuels sont invisibles et ont donc pas effet sur
ensemble Il est en revanche possible de lire quelques incursions des mai
sons un étage sur espace commun quelques plants de tomates été
une petite piscine en plastique une terrasse légèrement agrandie Avec les
années la belle végétation délicate essences locales pommiers sauvages
aubépines forsythia caroubiers pensée par architecte paysagiste Alfred
Caldwell pris de ampleur et masque les transgressions occasionnelles
Les voisins ont construit une terrasse qui dépasse la limite Ils ne sont pas cen
sés faire mais ne dérange personne Mais ils sont fous ils sont toujours
en train arroser
Le barbecue sur pieds en métal peint en noir est un emblème paradig-
matique des coutumes alimentaires estivales du pays et se retrouve fréquem
ment sur arrière des maisons formant une ligne droite le long des fa ades
de verre Par ailleurs les inflexions portées aux fa ades telles que insertion
un vitrail apposition de papier adhérent décoratif sur le panneau de
verre flanquant la porte entrée ou de silhouettes oiseaux en papier noir
sur la vitre ajout de plantes de rideaux et de jalousies et en un seul cas
le remplacement de la porte entrée par une porte panneau de verre
ornemental sont aussi visibles du dehors Dans une des maisons en ban
des on avait collé un ruban adhésif argenté sur le bord de chaque panneau
de verre 32 plus les portes afin imiter du verre taillé
On voyait tout de suite ceux qui étaient dans industrie du design
commente un architecte qui vécut sept ans dans une maison en bande dans
les années 1970 Il entendait par là que les architectes et décorateurs
avaient et ont encore tendance suivre les indices de la géométrie et le
style retenu de architecture abstenant de poser des rideaux volumineux
ou de dentelle aux murs-rideaux
Même intérieur est contrôlé par un comité élu et les modifications tel
les que la rénovation de la cuisine ou de la salle de bain doivent être
approuvées par le comité Dans certains cas on peut déplacer les murs inté
rieurs mais sous condition une remise en état origine lors de la vente
de la maison Dans les immeubles-tours il est impossible de modifier quoi
que ce soit seule la pose de rideaux et moquettes est autorisée Les loca
taires sont tenus de laisser appartement exactement comme ils ont
trouvé murs blancs intacts pas de tringle rideaux aux plafonds moquette
propre
11 Ce sont les propriétés les plus chères de Lafayette Park et les seules disposer un jardinet/patio
privé Du point de vue architectural elles sont la version achevée des maisons-à-cours sur les
quelles Mies travaillait depuis les années 1920