Agora - Fiche pédagogique

Agora - Fiche pédagogique

-

Documents
7 pages
Lire
Le téléchargement nécessite un accès à la bibliothèque YouScribe
Tout savoir sur nos offres

Description

Titre original : Agora
Film long métrage, Espagne,Malte 2009
Réalisation : Alejandro Amenabar
Interprètes : Rachel Weisz(Hypatia), Max Minghella (Da-vus), Oscar Isaac (Oreste),Michel Lonsdale (Theon)
Scénario : Alejandro Amena-bar, Mateo Gil
Musique : Dario Marianelli
Version originale anglaise,sous-titrée français et allemand
Durée : 2h06
Distribution en Suisse : Ascot Elite

Sujets

Informations

Publié par
Publié le 18 novembre 2011
Nombre de visites sur la page 455
Langue Français
Signaler un problème
Fiche pédagogique
Agora
Sortie en DVD
16 juin 2010
Sortie en salles (Suisse
romande) :
27 octobre 2010
Synopsis
Agora
est un drame historique se
déroulant à Alexandrie (Egypte)
sous domination romaine. La ville
est secouée par la violente mon-
tée du christianisme à la fin du IVe
siècle. C'est dans ce contexte que
la
philosophe
athée
Hypatia
d'Alexandrie enseigne la sagesse
de l'ancien monde, menacée par
la vindicte des Chrétiens. La co-
lère gronde à l'extérieur des por-
tes de la grande Bibliothèque où
Hypatia s'est réfugiée avec ses
disciples.
Hypatia est fille du philosophe et
mathématicien Théon d'Alexan-
drie (dernier directeur du Musée
d'Alexandrie). La jeune femme est
versée en mathématiques, philo-
sophie et astronomie grâce à
l'éducation que lui a donnée son
père. Une femme érudite, une
scientifique dans un monde domi-
né par les hommes.
Deux hommes se disputent le
coeur de la jeune femme : Oreste,
un ancien élève devenu préfet
romain d'Alexandrie et Davus, un
esclave d'Hypatia partagé entre
l'amour qu'il porte à sa maîtresse
et le désir ardent de devenir un
homme libre en se joignant aux
forces armées chrétiennes.
Agora,
c'est donc aussi l'histoire
du triangle amoureux qu'Hypatia
(qui n'aime que la science) forme
avec ses deux prétendants, en
même temps que la confrontation
d'une élite intellectuelle athée (ou
païenne) très minoritaire et d'une
majorité chrétienne intolérante à
la conquête du pouvoir.
Titre original :
Agora
Film long métrage, Espagne,
Malte 2009
Réalisation :
Alejandro Ame-
nabar
Interprètes :
Rachel Weisz
(Hypatia), Max Minghella (Da-
vus), Oscar Isaac (Oreste),
Michel Lonsdale (Theon)
Scénario
: Alejandro Amena-
bar, Mateo Gil
Musique
: Dario Marianelli
Version
originale
anglaise,
sous-titrée français et alle-
mand
Durée :
2h06
Distribution en Suisse :
Ascot
Elite
Public concerné :
Âge légal : 12 ans
Âge suggéré : 14 ans
Site de l'OCCF, organe canto-
nal (VD et GE) de contrôle des
films :
http://www.filmages.ch/
Hypatia, de Charles William Mitchell,
1885, Laing Art Gallery
___________________________________________________
Commentaires
Montré au Festival de Cannes
2009 et sorti le 9 octobre de la
même année en Espagne,
Agora
a été acheté par un distributeur
suisse (Ascot-Elite) mais n'a trou-
vé que difficilement son chemin
sur les grands écrans suisses !
Agora
est une dénonciation vi-
suelle de l'intégrisme et de l'intolé-
rance, et des conflits dont ils sont
la source. Le film a provoqué une
vaste polémique en Espagne et
au Festival de Cannes, ce qui
peut expliquer les hésitations des
maisons de distribution à le mon-
trer. Plus que la qualité intrinsè-
que du film, c'est la manière dont
il aborde la question de la religion,
et plus particulièrement du chris-
tianisme, qui en a fâché plus d'un.
Prônant l'athéisme (Amenabar a
fait de son héroïne une athée et
non une païenne),
Agora
s'est
attiré les foudres de nombreux
croyants.
Agora
a bénéficié d'un budget
énorme, le plus élevé jamais ac-
cordé à un long-métrage espagnol
(plus de 50 millions d'euros).
L’équipe du film est allée sur l’île
de Malte pour reconstituer méticu-
leusement
l'Alexandrie
du
IVe
siècle après Jésus-Christ. Mélan-
geant vrais décors avec des effets
numériques
prodigieux,
le
fim
produit à l'écran un effet specta-
culaire. La mise en scène d'Ame-
nabar est rigoureuse et fluide. La
caméra, lorsqu'elle ne filme pas
dans les rues de cette ville où se
côtoient patriarcat et plèbe, gens
de toutes confessions et de toutes
nationalités, s'élève parfois très
haut dans le ciel. Elle adopte alors
la vision du créateur ou celle du
satellite en orbite, qui observe les
affrontements sur la planète. Vue
du ciel, la terre d'il y a 1600 ans
ressemble assez à celle de nos
jours (et pour cause!). Cette vision
"google earth" actualise le propos,
et l'universalise : les thèmes trai-
tés ne sont-ils pas toujours d'ac-
tualité, guerres de religions, atten-
tats politiques, soif de pouvoir,
xénophobie, chasse aux sorciè-
res, inégalités sociales, etc.. On
peut se demander si au XXIe siè-
cle, on a vraiment progressé dans
certains domaines... De nos jours,
on a Belfast et Londres, les Tali-
bans à Kaboul, Palestine et Israël,
Sri Lankais et Tamouls, Bouddhis-
tes et Musulmans au Gujarat,
Ouïgours et Han au Xinjiang, etc.
Disciplines
et
thèmes
concernés :
Histoire et Géopolitique :
Causes
de la scission de l'Empire romain à
la fin du IIIe siècle après J.-C.; fin
de l'empire romain d'Occident en
476, alors que l'empire romain
d'Orient perdure jusqu'au XVe siè-
cle; L'Empire romain au IVe siècle
après J.-C.;
politique religieuse des
empereurs romains jusqu'au début
du IVe siècle;
Histoire des Religions :
Christia-
nisme dans le monde romain; les
trois religions du Livre; la figure du
Messie dans le judaïsme et le chris-
tianisme; judaïsme, christianisme et
islam : un tronc qui a produit deux
branches
(Montesquieu);
Calixte
Ier, 16
e
évêque de Rome et Premier
Pape de 217 à 222; histoire et ha-
giographie; diabolisation de l'islam;
la diabolisation de la femme dans le
christianisme; Hégire en 622, début
de l'ère musulmane;
Histoire des Sciences :
Géocen-
trisme combattu par l'Eglise jus-
qu'en 1750; du géo- à l'héliocen-
trisme; évolutionnisme et religion;
Education aux médias
: Sélection
de
films (documentaires ou fic-
tions) qui dénoncent les dérives de
l'extrémisme religieux :
Two Bro-
thers
, Igaal Niddam (CH 2008);
Religulous
, Larry Charles (USA
2008);
C'est dur d'être aimé par
des cons
, Daniel Leconte (France
2008);
The Mist
, Frank Darabont
(USA 2007);
Jesus Camp
, Heidi
Ewing, Rachel Grady (USA 2006);
Barakat
,
de
Djamila
Sahraoui
(France-Algérie
20069);
Akher
Film
, Nouri Bouzid (Tunisie 2006);
Requiem
, Hans-Christian Schmid
(Allemagne 2006);
Water
, Deepa
Mehta
(Canada,
India,
2005);
Osama
, Siddiq Barmak (Afghanis-
tan, Pays-Bas, Japon, Irlande, Iran,
2003);
The Magdalene Sisters
,
Peter Mullan (UK, Irlande, 2002);
Mr. and Mrs. Iyer
, Aparna Sen
(Inde 2002);
Soldiers in the Army
of God
, Marc Levin, Daphne Pin-
kerson (USA 2000);
Kadosh
, Amos
Gitai (Israël, France 1999);
Bom-
bay
, Mani Ratnam (Inde, 1995);
Witchfinder
General
,
Michael
Reeves (UK 1968);
Ce que l'on sait de la vraie "Hy-
patia
d'Alexandrie"
(370-415)
Elle est probablement née en 370
à Alexandrie, de père grec, et
meurt en 415.
Elle a étudié la
philosophie, l'astronomie, les ma-
thématiques, les sciences et l'élo-
quence à Athènes. Elle revient à
Alexandrie
pour
enseigner
et
écrire. Elle travaille avec son père
Théon jusqu'à la mort de celui-ci,
en 405.
Hypatia et son père Théon (Rachel Weisz
et Michael Lonsdale)
Théon est entre autres l'auteur
des
Eléments d'Euclide
(365),
ouvrage qui fit autorité jusqu'au
cle. La plupart de ses
travaux, comme ceux de sa fille
du reste, sont des commentaires
sur des ouvrages rédigés par des
auteurs
helléniques.
On
sait
qu'Hypatia a écrit des commentai-
res des oeuvres du mathématicien
Diophante d'Alexandrie
(200-284
après J.-C.), du géomètre
Apollo-
nius de Perga
(262-190 av. J.-C.)
et de l'astronome
Ptolémée
(90-
168 après J.-C).
XIXe siè
Ses exposés publics à Alexandrie,
où elle défend les thèses néopla-
toniciennes lui valent une grande
renommée et font d'elle une des
représentantes marquantes de la
philosophie néoplatonicienne. Sa
brillante éloquence, sa remarqua-
ble intelligence, la qualité de son
2
enseignement et sa beauté attirè-
rent un grand nombre d'étudiants,
parmi lesquels
Synésios de Cy-
rène
, philosophe néoplatonicien
qui lui écrivit des lettres pleines
d'admiration et de respect (éton-
nant personnage qui devint évê-
que de Ptolemais, malgré ses
convictions
néoplatoniciennes).
Les lettres de Synésios à celle
qu'ils considérait "Sage comme
Pallas Athéné et belle comme
Aphrodite" existent toujours, alors
qu'aucun
des
écrits
d'Hypatia
n'est venu jusqu'à nous : ils furent
détruits dans l'incendie de la bi-
bliothèque d'Alexandrie. On la
connaît grâce aux témoignages
de l'historien chrétien
Socrate le
Scolastique
(380-450 après J.-C.),
et du philosophe néoplatonicien
Damascios le Diadoque
(458-538
après J.-C.). Puis par les témoi-
gnages de tous ceux qui reprirent
les sources premières pour les
commenter
et
les
développer.
L'existence, la vie et la mort d'Hy-
patia ne font aucun doute, tout le
reste peut être "fictionné", on
manque d'informations précises à
son sujet. Les historiens définis-
sent Hypatia comme un des plus
célèbres martyrs du paganisme.
Elle a vécu à une époque (fin du
IVe et début du Ve siècle) forte-
ment troublée politiquement et
religieusement,
le
christia-
nisme est en passe de devenir la
religion la plus puissante. Son
arrêt de mort fut ordonné par Cy-
rille
d'Alexandrie
(Saint-Cyrille
depuis
1882),
Patriarche
d'Alexandrie (auquel, vous le sa-
vez peut-être, le pape actuel (Be-
noît XVI) a rendu un vibrant hom-
mage en 2007!
ndlr
). Le Patriar-
che Cyrille, confiant dans sa foi
intransigeante, s'était donné pour
mission d'éradiquer le paganisme.
Les 32 ans de son magistère fu-
rent marqués par de violents
conflits. La raison donnée pour la
mise à mort d'Hypatia par les
Chrétiens fut sa trop grande in-
fluence sur Oreste, préfet païen
de la ville, qu'elle empêchait de
faire alliance avec le Patriarche
d'Alexandrie.
Femme (Hypatia ?) enseignant la
géométrie. Ou métaphore de la
géométrie enseignée à des élè-
ves mâles ? (illustration des Elé-
ments d'Euclide)
Assassinat d'Hypatie
J. Augustus Knapp
Au cours du IVe siècle, la supré-
matie du christianisme s'affirme
de plus en plus. Longtemps com-
battu à cause de son affirmation
de l'existence d'un Dieu unique au
détriment de tous les autres, il ne
cesse de gagner du terrain. En
313 après J.-C. déjà,
l'Edit de
Milan
de l'Empereur Constantin
Ier avait autorisé la liberté de culte
pour toutes les religions. Cet édit
de tolérance autorisait les chré-
tiens à ne plus vénérer l'empereur
comme un dieu et à pratiquer
librement leur culte. Même si un
Edit de
Julien l'Apostat
en 362
après J.-C. tenta de restaurer les
croyances païennes, plus rien ne
peut arrêter la "montée" irrésisti-
ble
du
christianisme,
confirmé
dans sa position de force en 380,
lorsque l'Empereur Théodose 1er,
dans son
Edit de Thessalonique
,
interdit le paganisme et impose le
christianisme comme religion offi-
cielle de l'empire.
Hypatia dans la fiction
Hypatia est athée, ses ennemis la
condamneront
en
tant
que
"païenne". Elle ne parle pourtant
jamais pour ou contre la religion,
elle ne fait que défendre les résul-
tats d'études, de recherches, le
fruit d'interrogations scientifiques
sur l'homme, la nature ou l'uni-
vers. Lorsqu'on lui ordonnera de
se convertir pour sauver sa vie,
elle expliquera son refus par le
credo de tout scientifique : ques-
tionner, mettre en question, atti-
tude aux antipodes de la croyance
aveugle.
Elle pense avoir trouvé certaines
réponses et accepte également
son impuissance à toutes les
trouver, même si elle est convain-
cue qu'elles existent.
Hypatia est la personnification de
la connaissance et de la science,
à une époque de l'histoire occi-
dentale ou ces domaines étaient
largement identifiés avec le paga-
nisme. À côté de son enseigne-
ment, Hypatia pratique la recher-
3
che, et on assiste à l'évolution de
sa réflexion sur le possible hélio-
centrisme, en se référant à la
théorie d'Aristarque de Samos
(310 à 230 avant J.-C.), astro-
nome et mathématicien grec dont
les écrits sont connus grâce aux
commentaires
d'Archimède
de
Syracuse (287 à 212 avant J.-C.).
La réflexion d'Hypatia n'aboutit à
aucune certitude, mais cette re-
cherche la rend d'autant plus sus-
pecte et hostile aux défenseurs
vdu dogme géocentrique. Une
caractéristique du film est qu'il se
joue sur un plan presque intimiste
: Hypatia et ses élèves, son père
et les gens de sa maisonnée.
Agora ne se veut pas film histori-
que, il se fait le miroir d'une épo-
que en mutation et du destin
d'une femme isolée et coura-
geuse, féministe avant son temps.
La classe (composée uniquement
de jeunes gens) d'Hypatie est un
vivier de futurs dirigeants : Syne-
sius va devenir évêque et Oreste,
préfet. C'est le jeune évêque qui
est le plus intransigeant et le plus
violent, c'est lui qui enjoint à son
ancienne
maîtresse
(d'école!)
d'embrasser la religion chrétienne
pour sauver sa peau. Le patriar-
che d'Alexandrie, Cyrille, intelli-
gent, bien articulé et remarquable
politique,
accélérera
la
perte
d'Hypatia, par la voix de Synesius.
Leader fanatique et mégalomane,
habile à attiser la rage meurtrière
de ses ouailles, Cyrille saura
convaincre ses troupes du danger
représenté par l'infidèle. Et ils
feront le reste.
Les 3 LIVRES :
La Bible
Le Coran
La Torah
Hypatia, philosophe athée, s'est
retrouvée au coeur du conflit entre
chrétiens et non-chrétiens et est
devenue une victime exemplaire
de la barbarie des extrémistes.
Quel que soit le masque qu'ils
revêtent,
l'obscurantisme
et
le
fanatisme sont toujours synony-
mes de régression intellectuelle et
sociale.
Hypatia examinant une maquette repré-
sentant la terre, le soleil et quelques
planètes
___________________________________________________
Objectifs pédagogiques
Familiariser les élèves avec le
mouvement féministe existant
depuis la fin du XIXe dont
Hypatia est sans doute l'une
des figures modèles.
Débattre des effets du mono-
théisme (judaïque, chrétien,
islamique)
et
du
dogme
concomitant de la vérité abso-
lue.
Se familiariser avec le poly-
théisme antique
Analyser les effets à court et
à long terme de l'Edit de Mi-
lan, promulgué en 313 après
Jésus-Christ par les Empe-
reurs Constantin Ier et Lici-
nius, édit de tolérance qui ac-
cordait la
liberté de culte à
toutes les religions.
Analyser les causes et effets
de l'expansion musulmane en
Europe (au VIIe siècle).
Débattre des objectifs pre-
miers des Croisades, "péleri-
nages armés" (entre le XIe et
le XIIIe siècle) des chrétiens
d'Occident au secours des
chrétiens
d'Orient.
Et
sur
l'évolution
du
concept
au
cours des siècles.
En savoir plus sur le Djihad
(Jihad ou Djihâd).
En savoir plus sur les tribu-
naux de l'Inquisition, créés
4
par
l'Eglise
catholique
ro-
maine (dès le 1
er
siècle après
J.-C.) et chargés de punir les
déviances (plus tard appelées
hérésies) dans les commu-
nautés chrétiennes.
Discuter des conséquences
de la pratique et des effets du
"cujus
regio,
ejus
religio"
(doctrine
d'origine
protes-
tante)
à
l'exemple
de
la
Suisse au XVIe siècle, de
l'Angleterre avec Henri VIII au
XVIe siècle, de la France
sous le régime absolutiste,
sans oublier (dans l'empire
byzantin)
les
affrontements
entre pape, patriarche et em-
pereur.
En savoir plus sur le règne,
les convictions et les écrits
critiques contre le christia-
nisme de l'Empereur Julien
l'Apostat qui doit son surnom
à sa volonté de restaurer les
croyances païennes dans un
monde presque entièrement
acquis au christianisme.
Mieux connaître l'hellénisme
en tant que somme des idées
et moeurs de la Grèce anti-
que, berceau de la civilisation
occidentale
.
Mieux
connaître
l'existence
de la "
Souda
" ou "
Suidas
",
encyclopédie grecque rédigée
peut-être à la fin du IXe siè-
cle, par un collectif de colla-
borateurs, maintes fois reco-
piée dans les siècles sui-
vants, jusqu'à nos jours. Plu-
sieurs commentaires d'Hypa-
tia y sont cités.
Mettre en parallèle les trois
religions monothéistes, dites
du "Livre" (la Bible en 39 li-
vres pour le judaïsme et la
Bible en 73 livres pour le
christianisme, les 114 soura-
tes du Coran pour l'islam).
Davus (Max Minghella) au milieu
des Chrétiens
Hypatia (Rachel Weisz) contem-
ple Alexandrie
Se familiariser avec les élé-
ments de la philosophie néo-
platonicienne.
Se familiariser avec l'histoire
de la Bibliothèque d'Alexan-
drie et le mystère qui entoure
sa disparition.
Science et Religions : les
progrès de la science (méde-
cine, anatomie, astronomie,
etc) longtemps freinés par la
religion du Livre.
L'Héliocentrisme : des pre-
mières théories au IIIe siècle
avant
J.-C. (Aristarque de
Samos), à la révolution co-
pernicienne au XVIe siècle.
Lister quelques éléments de
l'argumentation
théologique
contre l'héliocentrisme.
Histoire de la papyrologie.
Papyrus et Parchemin : deux
supports d'écriture.
Les caractéristiques de l'Aria-
nisme, un courant de pensée
des débuts du christianisme,
(initié par le théologien Arius,
256-336) (Ariens≠Aryens!)
Christianisme
et
Arianisme
sous Théodose Ier.
Ammonius (Ashraf Barhom) ha-
ranguant la foule
_________________________________________________
5
Pistes pédagogiques
La facture du film :
1.
Expliquer le choix du titre
"
Agora
" ?
2.
Montrer
l’évolution
du
personnage
d'Hypatia
tout au long du film.
3.
S'interroger sur ce qui a
enflammé la haine vio-
lente vouée à Hypatia :
son statut de femme,
d'athée ou de scientifi-
que ?
4.
Débattre si la vision du
film
est
manichéenne
(bons Païens contre mé-
chants Chrétiens).
5.
Discuter de la façon dont
sont
représentés
les
Chrétiens dans le film.
6.
S'interroger sur la signifi-
cation des images style
"Google Earth" du film.
7.
Analyser
les
raisons
possibles qui ont amené
le réalisateur à présenter
une Hypatia relativement
jeune et aimée de deux
hommes
(alors
qu'elle
avait près de 45 ans au
moment de sa mort).
8.
Quelques noms liés à la
théorie
de
l'héliocen-
trisme : Aristarque de
Samos, Copernic, Gali-
lée. Pourquoi lier le nom
d'Hypatia à une réflexion
sur ce sujet "brûlant"?
9.
Rappeler les définitions
du paganisme. Le film
fait-il une confusion entre
paganisme et athéisme ?
10. Commenter
l'attitude
d'Hypatia
vis-à-vis
de
son esclave Davus (voir
la scène du bain).
11. Est-il vraisemblable de
voir une femme interve-
nir dans la scène politi-
que ? Pour ceux qui
s'étonneraient
de
voir
une
femme
enseigner
ces
branches,
à
des
hommes qui plus est, et
encore intervenir dans le
parlement de l'époque,
se référer à Socrate le
Scolastique qui a écrit :
"La fière franchise qu’elle
avait en outre du fait de
son
éducation
faisait
qu’elle affrontait en face
à face avec sang-froid
même les gouvernants.
Et elle n’avait pas la
moindre honte à se trou-
ver au milieu des hom-
mes ; car du fait de sa
maîtrise
supérieure,
c’étaient plutôt eux qui
étaient saisis de honte et
de crainte face à elle".
12. Selon Socrate le Scolas-
tique, Hypatia fut exécu-
tée à coups de tessons
de verre dans le Cesa-
reum,
un
monument
transformé
en
église.
Mettre ces faits en paral-
lèle avec la version pro-
posée par le film.
13. S'intéresser à la repré-
sentation
d'une
biblio-
thèque
composée
d'écrits faits sur papyrus.
Décrire un morceau de
papyrus et lister quel-
ques papyrus connus.
14. Hypatia et son père as-
sistent à une représenta-
tion théâtrale et y ap-
plaudissent
les
perfor-
mances avec un curieux
instrument.
Décrire
la
séquence et en analyser
les connotations.
Religions et (in)tolérance :
15. Lister quelques domai-
nes de la connaissance
où il y a inévitablement
conflit entre sciences et
religion.
16. Débattre sur l'amalgame
dangereux et très répan-
du qui est fait entre les
extrémismes religieux et
les
religions
au
nom
desquelles ils se profi-
lent.
17. Ecrire un essai ou débat-
tre sur cet extrait des
Lettres Persanes
:
« La
religion juive est un vieux
tronc qui a produit deux
branches qui ont couvert
toute la terre, je veux
dire le mahométisme et
le christianisme; ou plu-
6
tôt c’est une mère qui a
engendré deux filles qui
l’ont accablée de mille
plaies: car, en fait de re-
ligion, les plus proches
sont les plus grandes
ennemies. Mais, quel-
ques
mauvais
traite-
ments qu’elle en ait re-
çus, elle ne laisse pas de
se glorifier de les avoir
mises au monde; elle se
sert de l’une et de l’autre
pour
embrasser
le
monde entier, tandis que
d’un autre côté sa vieil-
lesse
vénérable
em-
brasse tous les temps ».
(Montesquieu).
18. Ecrire un essai ou débat-
tre sur cette affirmation
dans l'article consacré à
la Tolérance du Diction-
naire philosophique por-
tatif (1767) : "De toutes
les
religions,
la
chré-
tienne est sans doute
celle qui doit inspirer le
plus de tolérance, quoi-
que jusqu'ici, les Chré-
tiens aient été les plus
intolérants de tous les
hommes."
19. Ecrire un essai ou débat-
tre sur cette affirmation :
"... Chaque religion pré-
tend au monopole de la
vérité
révélée...
C'est
ainsi que les religions,
chacune prétendant unir
tous les hommes, les di-
visent. Chacune prétend
être la seule à posséder
la Vérité. La raison est
commune à tous les
hommes, et s'oppose à
la religion, aux religions."
(André Gide / 1869-1951
/
Journal 1889-1939
/ 14
avril 1933)
20. Ecrire un essai sur cette
phrase de Voltaire "Je
n'aime pas vos idées,
mais je me battrai pour
que vous puissiez les
exprimer."
_________________________________________________
Pour en savoir plus :
Site Unesco, un article de Koïchiro Matsuura, Directeur de l'UNESCO, à
propos de la destructions des Bouddhas géants par les Talibans en 2001:
http://www.aidh.org/Racisme/Bouddha/unesco.htm
Site de l'apologétique chrétienne "Raisons de croire" :
http://www.raisonsdecroire.org/?tag=violence
Une déclaration de représentants des 3 religions monothéistes en Europe,
lors d'une rencontre en 2001 à Bruxelles :
http://www.culture-et-
foi.com/nouvelles/articles/rencontre_religions_monotheistes.htm
Chronologie des croisades dates par dates :
http://nonnobisdominenonnobissednominituodagloriam.unblog.fr/2006
/09/25/chronologie-des-croisades-dates-par-dates/
La quatrième croisade et le "sac de Constantinople" en 1204 :
http://www.guillaume-villeneuve-traducteur.fr/spip.php?article49
Article de wikipedia sur le papyrus (papier) :
http://fr.wikipedia.org/wiki/Papyrus_(papier)
_____________________________________________________________
Bibliographie sélective
DESCHNER, Karlheinz : Kriminalgeschichte des Christentums, Band 2, Die
Spätantike, (9 volumes jusqu'ici, en allemand - couvrant l'histoire de la chré-
tienté du IVe au XVIIIe siècle), Ed. Rohwolt Taschenbuch 2008, ISBN 978-3-
499-60142-2
MARAVAL, Pierre : Le christianisme de Constantin à la Conquête arabe,
PUF 2005, ISBN-10 2130548830
MAALOUF, Amin : Les Croisades vues par les Arabes, Coll. J'ai Lu 1999,
ISBN-10 2290119164
PIOT, Alain : La Diabolisation de la Femme, Editions L'Harmattan 2009,
ISBN : 978-2-296-07883-3
__________________________________________________
Suzanne Déglon Scholer
enseignante au gymnase, chargée de communica-
tion de Promo-Film EcoleS et fondatrice de la TRIBUne des Jeunes Cinéphi-
les, été 2010. Droits d’auteur :
licence Creative Commons
7