Critique: Elles de Malgorzata Szumowska - Portrait(s) raté(s)

Critique: Elles de Malgorzata Szumowska - Portrait(s) raté(s)

-

Documents
2 pages
Lire
Le téléchargement nécessite un accès à la bibliothèque YouScribe
Tout savoir sur nos offres

Description

Portrait(s) raté(s) Publié le 02 février 2012 par Borokoff A propos d’Elles de Malgorzata Szumowska 1 out of 5 stars Juliette Binoche A Paris, Anne, une journaliste, enquête sur la prostitution estudiantine et parvient à recueillir les témoignages de deux jeunes filles polonaise et française.

Sujets

Informations

Publié par
Publié le 03 février 2012
Nombre de visites sur la page 173
Langue Français
Signaler un problème
Portrait(s) raté(s)
Publié le 02 février 2012 par Borokoff
A propos d’
Elles
de Malgorzata Szumowska 1 out of 5 stars
Juliette Binoche
A Paris, Anne, une journaliste, enquête sur la prostitution estudiantine et
parvient à recueillir les témoignages de deux jeunes filles polonaise et française.
Bientôt, sa vie personnelle s’en trouve profondément ébranlée…
Le postulat de départ était pourtant bien. Soit une bourgeoise (Juliette Binoche)
proche de la cinquantaine et vivant confortablement installée dans un énorme
appartement avec un mari absent (Louis-Do de Lencquesaing), un adolescent en
crise et un autre enfant « dépendant » aux jeux vidéo, et qui cherche à
comprendre ce qui pousse des jeunes filles à coucher avec des hommes mariés
et qui pourraient être leur père.
Au delà des motivations financières, n’éprouvent
-elles pas un plaisir inavoué ? Le
sujet d’
Elles
n’est pas tellement la prostitution d’étudiantes, sujet 1000 foi
s
rebattu, mais l’effet que leurs interviews va provoquer chez Anna. Comme un
détonateur, la révélation non seulement de la crise de son couple, qu’il n’y plus
du tout d’amour entre elle et son mari, mais celle, beaucoup plus intime, de sa
propre dépression.
Elles
, c’est l’histoire d’une femme seule, dans le fond, et qui réalise que sa
misère affective et sexuelle est équivalente si ce n’est plus grande que celle des
étudiantes qu’elle interviewe.
On
avait
un
sujet
magnifique,
magnifique
comme
son
actrice
principale,
Juliette Binoche
. Mais la mise en scène n’est pas à la hauteur. Sur
un ton très documentaire, où pointent une ironie et un humour qui constituent
ses principales qualités,
Elles
empile les clichés (le jeune de Villiers-le-Bel au
début, le fils
« rebelle » d’Anne).
Les scènes s’enchainent de manière rigide et
mécanique, à tel point qu’au bout d’une heure, on a l’impression de n’avoir
assisté qu’à une succession un peu froide de confidences, face à la caméra, de
jeunes filles et de scènes de sexe entre elles et leurs clients.
Dommage que le film n’aille pas plus loin dans la description psychologique
d’Anne, mais se contente de brosser superficiellement le portrait de cette femme
en pleine crise et seule. Beethoven ne peut pas toujours tout sauver, surtout
quand la mise en scène est aussi indigente.
Mais que serait
Elles
sans la lumineuse
Juliette Binoche
? Elle porte le film de
bout en bout avec une énergie qui ne faiblit pas et alors même qu’on se
demande si Malgorzata Szumowska a une quelconque idée, à un moment donné,
de où elle va véritablement…
Au bout de plus d’une heure de film, lors d’une scène de dispute mémorable et à
couteaux tirés entre Anne et son mari dans la cuisine, on arrive enfin à une
émotion et à sentir une certaine tension dans la mise en scène.
C’est
à ce moment là que
la réalisatrice Malgorzata Szumowska choisit de
commencer vraiment le portrait d’Anne. A quinze minutes de la fin…
http://www.youtube.com/watch?v=pEJrUep_j8U
Film franco-polono-allemand de Malgoska Szumowska avec Juliette
Binoche, Anaïs Demoustier, Joanna Kulig, Louis-Do de Lencquesaing (01
h 36).
Scénario de Tine Byrckel et Malgorzata Szumowska : 1 out of 5 stars
Mise en scène : 1 out of 5 stars
Acteurs : 4 out of 5 stars
Dialogues : 2 out of 5 stars