Incomprese de Luigi Comencini

Incomprese de Luigi Comencini

-

Documents
2 pages
Lire
Le téléchargement nécessite un accès à la bibliothèque YouScribe
Tout savoir sur nos offres

Description

Fiche technique du film " Incompreso "
Produite par le Centre de Documentation du Cinéma[s] Le France.
Site : abc-lefrance.com

Sujets

Informations

Publié par
Nombre de visites sur la page 52
Langue Français
Signaler un problème
Incompreso L'incompris de Luigi ComenciniF FICHE FILM fiche technique L’INCOMPRIS (Incompreso), ltalie 1966, 1h45 Réal.: Luigi Comencini. Scénario de Leo Benvenuli et Piero de Bernardi, d’après le roman de Florence Montgomery. Image: Armando Nannuzi. Procédé: couleur (Technospet). Cadreur: Claudio Cirillo. Décors :Ranieri Cochelli. Mont.: Nino Buragli. Son: Mario Faraoni. Musique orig.: Fiorenzo Carpi; le thème de la mère est tiré du Concerto en la Maj. K 488 de W.A Mozart. Tournage: Florence. Prod. Angelo Rizzoli p. Rizzoli Films. père découvrira la vraie personnalité de son fils,SynopsisDistr.: Planfilm. il sera trop tard. Interprétation: Cruellement frappé par le décès de sa jeune Anthony Quayle (John Edward épouse, un aristocrate titulaire de hautes fonc- Duncombe). La vie dont le prince tions représentatives se trouve, du jour au Slefano Colagrande (Andrea). lendemain confronté à la lourde responsabilité est un enfant de veiller seul à l’éducation de ses enfants. QueSimone Giannozzi (Milo). va-t-il se passer dans cette famille qui neJohn Sharp (Oncle Will), Toujours l’enfance, et la disparition de manque de rien sinon, désormais de l’essentielGraziella Granula, l’enfance. Mais ce n’est plus la jeunesse de ? Giorgia Moll, Adriano Faccheli, Casanova, demi-orphelin, que peint Comencini: John Edward Duncombe, cache provisoirement à ce qu’il met en scène, c’est le huis-clos deRino Benini, Sillu Bellini, Annu ses enfants Andréa, onze ans, et Milo, six ans, la deux gosses dans une maison trop grande etMuria Nardini. mort de leur mère. Andréa a pourtant découvert trop vide. En adaptant un roman assez pleur- la vérité, mais son père qui ignore à quel point, nichard de la romancière anglaise Florence son fils, secret et vulnérable peut-être sensible, Montgomery, il a resserré les données senti- prend pour de la sécheresse de coeur son mentales, écarté l’inutile et oiseux bavardage absence de réaction lorsqu’il apprend la chose. de la dame du siècle dernier, en privilégiant ce Milo tyrannise innocemment Andréa faisant qui seul compte et qui est une solitude vécue retomber sur son aîné toutes les fautes qu’il par un enfant de douze ans, Andréa, face à son commet. Son père ne cessant de s’éloigner de père, et près de son plus jeune frère, égoïste, lui, Andréa se sent de plus en plus exclu, isolé, malin, charmant, dont il devient en quelque désespéré. Lorsqu’à la suite d’un accident le sorte le malheureux responsable. L E F R A N C E D O C U M E N T S Pris par ses obligations, le consul de garçons à qui on offrait soudain de rester les Après "L'Incompris", il a replacé l'enfant, Grande-Bretagne à Florence délègue d’abord maîtres du jeu, et pour Milo, la vedette du l'adolescent dans la société et c'est à Andréa une part de sa confiance —mais jeu. La mise en scène repose sur l’intégra- Pinocchio, le pantin de bois, qui par un ren- les enfants ne comprennent pas que la con- tion des garçons à un décor qui n’est pas le versement total des valeurs familiales et fiance se morcelle, et qu’on leur mente, ou leur, et sur leur prise de possession d’un sociales, est devenu un jeune garçon libre et qu’on ne les croie pas quand ils sont espace dont ils ne perçoivent qu’une dimen- heureux. sincères. De petites erreurs (de la part du sion, celle saisie par la séquence, et d’un Le Monde 3.3.78 J. Siclier père) en quiproquos provoqués par la malice rapport entre eux qui est toujours, pour Milo de Milo, qui sait que son frère sera puni à sa que son frère adore, un duel où il compte place s’il commet assez astucieusement des bien avoir le dessus: la nuit d’orage, pour sottises d’enfant gâté, le récit est l’analyse faire prendre sa peur en charge; la course en merveilleusement subtile et tendre d’une vélo à Florence, pour ne pas rester seul; le Filmographielente et capricieuse dégradation: Andréa, qui matin du départ de son père et de son frère a su dominer la solitude où le plonge pour Rome, quand il gâche tout, sciemment, Proibito rubare (De nouveaux hommes sontl’absence de sa mère (ce qui déconcerte le par égoïsme; la dernière scène avec l’arbre nés, 1948); L’imperatore di Capri (1949);père et lui laisse à penser que son aîné est mort («L’audaciomètre» d’Andréa), où, de Persiane chiuse (Les volets clos, 1951); Ladéjà mûr, insensible, solide), Andréa ne sup- fait, il tue son frère. tratta delle bianche (La traite des blanches,porte pas l’autre solitude, créée par l’atti- Mais au-delà de la séquence, dans le rapport 1952), Heidi (1953) ; Pane, amore e fantasiatude de son père. Leurs moments de confi- des êtres et la symbolique des décors et des (Pain, amour et fantaisie, 1953); Pane,ance seront systématiquement abîmés par la lieux choisis, le film multiplie la fragmenta- amore e gelosia (1954); La valiglia dei sognijalousie de Milo. tion du tout, morcelle l’espace sans jamais (1954); La bella di Roma (La belle de Rome,L’enfance, dit Comencini, n’est jamais per- rompre le huis-clos, isole Andréa, le sépare 1955), La finestra sul Luna-Park (1957);verse: simplement elle est égoïste, animale, du passé (la voix enregistrée de sa mère Mariti in citta (1957); Mogli pericoloseelle n’a pas encore appréhendé la totalité qu’une maladresse efface), de son frère, de (1958), Le sorprese dell’amore (1959); Unddans laquelle elle doit se fondre pour son père—dont il tentera de conjurer ou de das Am Montagmorgen (1959); Tutti a casaaccéder au monde de l’adolescent et de dépasser l’éloignement dans la relation (La grande pagaille, 1960); A cavallo dellal’adulte. Peut-être. Les enfants, tout en idéelle de leur confiance (le devoir décou- tigre (A cheval sur le tigre, 1961); ll commis-témoigne, sont pourtant naturellement vert par le père au chevet d’Andréa mourant, sario (1962); La ragazza di Bube (La ragazza,agressifs, retors, se défendant mieux que et séparé de la vie, déjà, par la tente à 1963), La mia signora (2’ sketch, 1964) Trel’adolescent qui, lui, sait qu’il n’est plus le oxygène. Film sur le regard, dès qu’Andréa Notti d’amore (Icr épisode, 19645; Lecentre du monde, et qui sent lui échapper voit les fleurs tombées des couronnes ou des Bambole (Les Poupées, 2e sketch, 1965) ‘ Lal’insouciance d’hier, et le menacer le monde gerbes sur le perron de la villa; sur la sus- biugarda (Le partage de Catherine 1965) ;llfascinant et révoltant des adultes. Andréa pension du temps, du cri, de la souffrance compagno Don Camillo (Don Camillo enest un des plus beaux portraits d’enfant de — cette musique qu’un jeune garçon décou- Russie 1965), Incompreso (L’incompris,l’histoire du cinéma, saisi à ce moment où vre dans la solitude. Film émouvant, avec 196;); Italian Secret Service (Les Russes netout change, ou va changer— son affectiv- des stries d’humour à la surface, sinon trop boiront pas de Coca-Cola, 1968); Infanzia,ité, ses jeux, sa défense, sa sexualité, sa polie, des apparences; émouvant parce qu’il vocazione e pnme esperienze di Giacomovision des autres. Et tout cela est suggéré n’est pas sentimental, mais rigoureux. Casanova veneziano (Casanova, un adoles-sans phrases, dans le rapport d’Andréa à cent à Venise, 1 969); Senza sapere nienteMilo, d’Andréa au père; dans le cri du Claude Michel Cluny di lei (1969), Le awenture di Pinocchio (1972,garçon sous la douche qui appelle sa mère Cinéma 78 n°232 pour la télévision et le cinéma), Lo scoponedisparue—et qui comprend soudain qu’il doit scientifico (L’argent de la vieille, 1972);assumer seul son chagrin et taire ce que Delitto d’amore (Un vrai crime d’amourpersonne autour de lui ne peut écouter. «Je 1974); Mio Dio, come sono caduta in bassole croyais invulnérable et c’était lui le plus (Mon Dieu, comment suis-je tombé si bas,fragile». Il vit mal dans son chagrin renfoncé Critique 1974), La donna della domenica (La femmeun rôle que son père tour à tour lui confie et du dimanche, 1975); Signore e signonlui retire, avec cette brutale méconnais- On pleure à ce film, on ne peut pas faire (Mesdames et messieurs bonsoir, co-réal.,sance qu’ont les adultes de l’enfant qu’ils ne autrement. On pleure de voir si justement 1976); Basta che non si sappia in giro (3’sont plus. exprimés les états successifs de l'enfance, sketch 1 976); Quelle strane occasioni (LaLa difficulté majeure d’un tel film est la l'incompréhension dont peut-être victime un fiancée de l’évêque, 3e sketch, 1976) ;lldirection d’acteurs qui ne doivent surtout pré-adolescent, l'incompréhension dont peut gatto (Le chat, 1977). L’ingorgo (Le grandpas être des acteurs. En accentuant l’isole- faire preuve un père - pourtant aimant - à l'é- embouteillage, 1979); Voltati Eugenioment des orphelins dans une propriété à gard de son fils. La faillite de l'éducation et (Eugenio, 1979); Un enfant de Calabre, 1988;l’écart de la ville, Comencini rendait à leur de la famille traditionnelle est toujours au Marcelino, 1992.rôle (surtout celui de Milo, six ans) une coeur des grandes oeuvres de Commencini. prééminence vécue comme naturelle par des L E F R A N C E SALLE D'ART ET D'ESSAI CLASSÉE RECHERCHE 8, RUE DE LA VALSE 42100 SAINT-ETIENNE RÉPONDEUR : 77.32.71.71 77.32.76.96