L

L'amour dure 3 ans - Dossier de Presse

Documents
24 pages
Lire
Le téléchargement nécessite un accès à la bibliothèque YouScribe
Tout savoir sur nos offres

Description

Marc Marronnier, critique littéraire le jour et chroniqueur mondain la nuit, vient de divorcer d’Anne. Il est sûr à présent que l’amour ne dure que 3 ans. Il a même écrit un pamphlet pour le
démontrer ; mais sa rencontre avec Alice va ébranler toutes ses certitudes.

Sujets

Informations

Publié par
Publié le 18 janvier 2012
Nombre de lectures 373
Langue Français
Signaler un problème
1
 La 1 «è
re
année, on achète des meubles, al2 mèe
année, on déplace les meubles, la 3mè e oe,néanagrtpan em sel e» .selbu
MiCHael Gentile&alain KrUGer Presentent loUise BoUrGoin
GasParD ProUst
le MeilleUr FilM De FreDeriC BeiGBeDer joeYstarr jonatHan laMBert FreDeriQUe Bel niColas BeDos elisa seDnaoUi BernarD MeneZ annY DUPereYet aveC la PartiCiPation Devalerie leMerCier
sortie le 18 janvier 2012
distribution EuropaCorp Distribution 137, rue du Fbg Saint-Honoré - 75008 Paris Tél. : 01 53 83 03 03 www.europacorp.com
Durée : 1h38 www.facebook.com/lamourduretroisanslefilm relations tv Anne-So Relations Média Anne-Sophie Aparis & Saskia de Pirey Tél. : 01 80 86 70 10 anne-so@anne-so.fr / saskia@anne-so.fr
relations presse Le Public Système Cinéma Alexis Delage-Toriel & Agnès Leroy Tél. : 01 41 34 21 09 adelagetoriel@lepublicsystemecinema.fr aleroy@lepublicsystemecinema.fr
4
SYNOPSIS
Marc Marronnier, critique littéraire le jour et
chroniqueur mondain la nuit, vient de divorcer
d’Anne. Il est sûr à présent que l’amour ne dure
que 3 ans. Il a même écrit un pamphlet pour le
démontrer ; mais sa rencontre avec Alice va
ébranler toutes ses certitudes.
Marc : « Les époux dînent, enuejéd stnama sle»nt. Alice : « ... Et les dragueurs rament. »
5
6
ENTRETIEN AVEC FREDERIC BEIGBEDER
Pourquoi avoir choisi d’adapter un de vos romans pour votre premier long métrage ? Pour me rassurer. Je me suis dit que si je prenais une histoire personnelle, un roman autobiographique, je pouvais le trahir autant que je voulais ! Et puis cela me permettait d’inscrire mon premier film dans un genre (la comédie romantique). Pour un premier film, il faut d’abord vaincre la peur du ridicule. Tarantino a choisi le polar dans Reservoir Dogs. Dautres préfèrent le fantastique ou la science-fiction. Moi j’ai choisi la « rom-com » qui offre un canevas pratique pour ne pas être obligé de réinventer la narration depuis les frères Lumière. Comme dans toutes les comédies que j’aime, cela commence avec un personnage qui est revenu de tout. Et c’est quand il ne croit plus en l’amour qu’il rencontre une femme qui lui redonne goût à la vie. Après la rencontre, le programme est toujours le même : la dispute, la séparation, puis les retrouvailles. Et ça laisse toute liberté pour s’amuser à l’intérieur de ce cadre.
Mais, de tous vos livres, pourquoi avoir choisi Lamour dure trois ansqui n’était pas le plus facilement adaptable ? C’est vrai qu’il ne s’y passe pas grand-chose. Je l’ai écrit dans une période de mélancolie et de pessimisme, après mon divorce. Sur la couverture, il y a écrit roman, mais au fond c’est un journal intime, avec des petits
« La gloire me permet de coucher avec nimporte qui, mais elle permet aussi à nimporte qui de coucher avec moi. »
7
8
aphorismes définitifs. Après l’adaptation de 99francs par Jan Kounen, qui jouait sur le côté cynique provocateur et trash, l’idée était de montrer un autre aspect de mon travail. Une veine plus calme, plus intime et plus sincère, quon retrouve dans Windows of the World, Un roman françaiset dans certaines parties de Légoïste romantique.
Vous a-t-il été facile de convaincre les producteurs ? L’idée d’adapter ce roman ne vient pas de moi. Il y a cinq ans, un premier producteur a pris une option sur le livre et je n’étais pas impliqué dans le projet. Pour le scénario, j’avais recommandé Christophe Turpin, qui m’avait épaté avec le scénario de Jean-Philippe. Après, je vous épargne les péripéties, mais le producteur a quitté le projet. Michael Gentile et Alain Kruger ont repris les droits du film, m’ont dit que je devais non seulement l’écrire mais aussi le réaliser. Ils ont débarqué un jour chez moi avec un fauteuil de metteur en scène à mon nom ! Je leur ai répondu que non, que j’aimais trop le cinéma pour en faire, et que je ne me trouvais pas compétent. Mais l’idée a fait son chemin dans ma petite tête de mégalomane et il a fallu cinq ans pour qu’elle aboutisse. Après Christophe Turpin, Gilles Verdiani a brillamment planché sur le scénario, puis j’ai remis le tout à ma sauce, en introduisant la mise en abîme du livre Lamour dure trois ans. Je trouvais marrant que ce soit le livre qui provoque la dispute entre les amoureux et que cela devienne aussi un film su l’écriture et le métier d’écrivain. Cela me permettait de faire le portrait r d’un critique littéraire, de son éditrice machiavélique, de montrer le Prix de Flore, toutes ces choses qui font partie de ma vie et dont bizarrement je ’ai jamais parlé dans mes livres. n
Vous avez donc adapté votre livre en y glissant plus de choses de vous ? Adapter un roman dont on est l’auteur n’est pas si fréquent et j’ai plutôt vu cela comme une occasion de le réactualiser. J’ai choisi de ne pas être fidèle à mon livre mais plutôt de le corriger et de l’augmenter. Au passage, se posait la question : moi, est-ce que j’ai évolué depuis sa sortie il y a quinze ans ? Eh bien non, je n’ai jamais réussi à dépasser ce couperet fatidique des trois ans. Ou juste un peu. C’est une malédiction. Même si mon but ultime est de faire mentir ce titre, force est de constater que je lui ai toujours obéi… Et si le film donne l’occasion aux gens de s engueuler sur la question, je serai content ! Comment avez-vous dirigé vos comédiens ? On a fait beaucoup de répétitions et de lectures. Chez moi à Paris, à Guéthary où on est parti avec Louise (Bourgoin), Gaspard (Proust) et Yves (Cape, le chef opérateur). Avant le tournage, j’ai beaucoup travaillé avec tous les comédiens. J’ai souvent corrigé les dialogues avec eux. Comme je n’ai que des acteurs qui sont aussi auteurs, autant en profiter. Ce qui ne nous a pas empêché de réécrire encore et d’essayer de nouvelles choses au tournage, quand on s’apercevait sur le plateau que ce qu’on avait préparé ne marchait plus. Dans la préparation, vous allez jusqu’à établir un storyboard ? Oui, j’ai fait dessiner un storyboard, qui n’a servi à rien sinon à me rassurer. C’était la seule méthode que je connaissais depuis l’époque où j’écrivais des films publicitaires. En tout cas, quand j’ai commencé à penser au découpage de mon film, j’avais en tête cette expérience dans la publicité
et je me suis retrouvé dans la même situation : sur un plateau, au milieu de cinquante personnes qui avaient la mission de mettre sur l’écran ce que j’avais dans la tête. Après, la grande différence avec la pub, c’est la liberté. Quand tu as vendu un spot pour des yaourts, il faut que ce soit exactement, plan par plan, ce qui se retrouve à l’écran. Là sur le plateau, je les ai laissé me surprendre. Plus il y avait « d’accidents », plus j’étais heureux.
Et il y en a eu beaucoup de ces « accidents » ? On n engage pas JoeyStarr pour lui faire réciter son texte ! Je lui ai laissé une marge de manœuvre et c’est là où il est le meilleur. Mais c’est pareil pour Gaspard et Louise que je laissais improviser à partir d’un canevas précis. On tournait à deux caméras pour ne rien perdre de leurs réactions. Ça, ça vient de la télévision, une autre partie de ma vie. Quand j’anime Le Cercle, il y a six caméras, le travail de la télé est de capter les talents, les aspérités, les moments de rire ou de vérité. Et quand quelqu’un dit une blague et qu’un autre se marre, c’est important d’avoir les deux : la vanne et la réaction. Là j’ai fait pareil. Le plus souvent
« Je voudrais dire à tous mes amis que ce nest pas parce que nous sommes mariés que nous sommes morts. »
9
10
possible, ils avaient leurs dialogues et je leur disais que s’ils voulaient, ils pouvaient s’en s’éloigner. Ainsi, lors de la rencontre à Guéthary et dans la scène de l’hôtel Amour, il y a des moments d’improvisation. Vous avez tourné en numérique ? Oui, avec le fameux appareil photo Canon 5D pour le générique de début et certaines scènes de nuit et le reste avec la Alexa, une petite caméra qui fait des prodiges. C’est en discutant avec Maïwenn et Gaspar Noé que j’ai découvert à quel point il était préférable de tourner en numérique, même avec deux ou trois caméras. Je critique le livre numérique mais pas l’image numérique ! Une telle légèreté, imaginez, ça aurait été le rêve pour un cinéaste comme John Cassavetes, qui avait tant de mal à trouver des financements. Luxe suprême, dès le soir du tournage, il me suffisait de brancher une clé USB sur mon ordinateur pour visionner les rushes dans mon lit. Mais bien sûr, la technique n’est pas tout. J’ai eu la chance de pouvoir m’appuyer sur une équipe de talents jamais effrayée par la perspective des heures supplémentaires. Et je sais tout ce que je dois à Emilie Cherpitel, ma première assistante qui, avait été auparavant celle de Wes Anderson et de Sofia Coppola, entre autres. Pourquoi avoir voulu travailler avec Yves Cape, le directeur de la photographie de Bruno Dumont ? Parce que je trouvais très belle sa lumière et aussi, parce que habitué chez Dumont à travailler avec des acteurs non-professionnels, il sait comment capter l’imprévu. Il était donc prêt à prendre des risques et recevoir tout ce que mes comédiens pouvaient proposer en marge du
scénario. Je ne me suis pas trompé, il a été formidablement patient et inventif. Un mois avant le tournage, il a eu la gentillesse de se libérer pour venir préparer avec moi. Ce qui nous a fait gagner un temps fou sur le plateau et m’a enlevé une angoisse. Il fallait voir à quelle vitesse il s’activait avec son équipe de belges sur le plateau. Lui, ça l’amusait de faire autre chose que ce qu’il faisait d’habitude. Moi je lui ai parlé de Blake Edwards et de Haute fidélitéde Stephen Frears... On comparait nos références. Ça lui a plu aussi de se retrouver avec un travail plus écrit et d’être dans la comédie. Et que ce soit élégant l’excitait plutôt. C’est ce que je lui ai dit en le contactant : je ne vois pas pourquoi les comédies françaises ne doivent pas être glamour. Jaime beaucoup La Party, Diamants sur canapé ou encore la sérieMad Men. Et jai une nostalgie de ce cinéma-là qui a existé aussi en France. Je pense à Faisons un rêvede Sacha Guitry, par exemple : la scène d’ouverture se passe dans un appartement bourgeois, les mots d’esprit s’enchaînent, Arletty porte une robe du soir, Michel Simon un smoking... Cette tradition du cinéma chic m’a toujours fait fantasmer. On a l’impression que vous avez fait en sorte que l’émotion vienne sans cesse contrebalancer le rire et que, inversement, un gag désamorce toujours les situations les plus romantiques. Parler d’ ans tomber ni dans la guimauve, ni dans le cynisme amour s misogyne ou la potacherie vulgaire, c’est un équilibre compliqué ! Il faut que ça parle de cul bien sûr et il faut qu’on se marre, mais il faut aussi que ça reste beau et que l’image ne détruise pas le mystère et le rêve.
« Quand je suis avec toi, la vie a un goût de goyave. Ou de papaye, je confonds toujours les deux. »
11