Le Jardin de l

Le Jardin de l'éden de maria Novaro

-

Documents
4 pages
Lire
Le téléchargement nécessite un accès à la bibliothèque YouScribe
Tout savoir sur nos offres

Description

Fiche technique du film " Le jardin de l’Éden "
Produite par le Centre de Documentation du Cinéma[s] Le France.
Site : abc-lefrance.com

Sujets

Informations

Publié par
Nombre de visites sur la page 75
Langue Français
Signaler un problème
Le jardin de l’Eden El Jardin del EdenF de Maria Novaro FICHE FILM Fiche technique Mexique - 1994 - 1h45 Couleur Réalisateur : Maria Novaro Scénario : Beatriz Novaro Maria Novaro Musique : Pepe Stephens Gabriela Roel Interprètes : Histoire Critique Renée Coleman Serena, la trentaine, arrive avec ses trois La musique de Charles Mingus (Tijuana(Jane) enfants à Tijuana - ville mexicaine à la fron- Mood’s) et les images d’Orson Welles Bruno Bichir tière des Etats-Unis - où son mari décédé (Toch of Evil) ont depuis longtemps asso- lui a laissé une maison et un revenu. Jane, cié Tijuana une ville mexicaine à la frontiè-(Felipe) une américaine du même âge, y cherche re des Etats-Unis, à l’image d’une ville Gabriela Roel l’aventure mais aussi son amie Elisabeth et amère, perdue par sa prostitution, sa misè- (Serena) son frère Frank, écrivain désabusé qui re et les rêves interdits du pays d’en face. passe désormais son temps à observer les Trop loin de Dieu et trop près deRosario Sagrav baleines. l’Amérique, comme le dit un vieux proverbe (Elisabeth) Elisabeth, elle, est une jeune «chicana» qui local. Une ambivalence que Welles n’avait Alain Cinagherotti cherche à retrouver ses racines au Mexique pas pu directement filmer, faute d‘autorisa- où elle est venue avec sa fille Guadalupe, tion. (…)(Julian) une enfant qui refuse de s’exprimer aussi Maria Novaro, réalisatrice mexicaine révé- Ana Ofelia Murguia bien en anglais qu’en espagnol. lée au festival de Cannes 1991 par son (Juana) Pour sa part, Felipe, un jeune paysan, voit second long métrage, Danzon a fait en Tijuana un tremplin vers les Etats- montre d’un certain culot. Non seulementJoseph Culp Unis.Depuis qu’il a abandonné ses cours, parce qu’elle est retournée sur les traces (Frank) Julian, le fils aîné de Serena tue le temps à de Welles (Tijuana), non seulement parce la frontière en compagnie d’aspirants immi- qu’elle a eu, elle, I’autorisation de filmer la grants et se lie d’amitié avec Felipe. vraie Tijuana, mais encore parce qu’en fin La terre promise paraît être pour chacun de compte elle a pris le parti, une fois sur celle à laquelle les autres ont tourné le dos. place de ne pas filmer la ville, justement. L E F R A N C E 1 D O C U M E N T S Autrement dit, elle a fait comme si l’exi- les autres d’en face. Un filmbrillant où le employé et ce n’est pas une pancarte gence du «plus merveilleux décor du fantasme du départ est le début en officielle qui nous apprend que nous monde» (dixit Welles) n’existait pas. Ou même temps que la fin de tout. Un sommes à la frontière, mais le nom d’un plus exactement comme si Welles cercle qui n’en finit pas de permettre restaurant (la Frontera). De même que s’était trompé en voyant dans Tijuana ce d’espérer autre chose, et qui pourtant, ce n’est pas un regard unique qui est décor si imposant dans sa misère. Ce dans sa douce et amère conscience de posé sur la réalité mais plusieurs, ceux qui compte ici, c’est la façon de se réap- son illusion, laisse la certitude qu’il n’y a de chacun des personnages (la touriste proprier un imaginaire urbain (la façon jamais d’ailleurs acceptable. américaine et son frère, la mère de de vivre la ville, plus que la ville elle- Stéphane Malandrin famille mexicaine et son fils aîné, la même), et le culot d’opposer à la Tijuana Cahiers du Cinéma n°489 Mars 95 jeune femme chicana, Felipe le paysan), fantasmée de Welles une autre Tijuana par le biais de média différents (la photo fantasmée et non le film réaliste et et la vidéo). Les barrières auxquelles se social qu’elle aurait pu faire. D’où ce heurtent les personnages sont inté- titre, Le Jardin de l’Eden : un pied de rieures et mentales avant d’être d’acier. nez biblique à l’Evil de Welles, une Elles s’appellent «mari décédé», référence inversée parce que l’espace «ancêtres», «baleines»... La frontière est lui-même filmé à l’envers : en plein Elle avait réalisé Danzon (Cannes n’est pas tant politique qu’utopique, au soleil la plupart du temps, avec des cou- 1991), délicieux musical intimiste ; cette même titre que la Frontière des pion- leurs vives, des senteurs, des épices, cinéaste originale nous envoie une carte niers américains, symbole de la terre avec des gens qui s’aiment (ou essayent postale de Tijuana, la petite ville mexi- promise. Avec Le Jardin de l’Eden, de s’aimer), et qui sont drôles à force caine séparée des Etats-Unis par plus de Maria Novaro fait se croiser une diversi- d’être en décalage par rapport à l’espa- vingt kilomètres de murs d’acier. Loin té de destins et tente d’extraire d’une ce dans lequel ils circulent (notamment d’être une œuvre de simple engagement situation historique son jus métapho- l’américaine délurée interprétée par civique sur le heurt entre sous-dévelop- rique. Si le résultat n’est pas toujours Renée Coleman). pement et superdéveloppement, El jar- convaincant, du fait d’une mise en scène L’énigme d’un Jardin de l’Eden en din del Eden propose un entrelacs flui- peu rigoureuse, le film a néanmoins le pleine ville-frontière pourrait tenir de de entre diverses langues, cultures, mérite de dégager un parfum personnel, l’humour noir (ou de la stupeur, comme existences. Une Mexicaine avec trois évitant adroitement le pathos et les pon- le Monde parfait de Clint Eastwood), si fils, une écrivain nord-américaine, un cifs du genre. elle ne révélait - derrière la partialité de paysan qui aspire, comme tant d’autres, Claire Vasse son point de vue - I’insistance d’une à émigrer, une chicana restée dans sa Positif n°409 Mars 1995 conviction : les prostitués, les malheu- patrie... Le murale est peint à touches reux et les affreux comptent moins que légères, les figures du premier plan l’illusion universellement partagée d’un comptent moins que les infinies nuances ailleurs qui vaille la peine du voyage, et qui étincellent dans le fond. L’hypersen- le malheur d’y être compte moins que le sibilité de Maria Novaro fonctionne par- bonheur d’espérer en sortir. Les plus faitement comme liant pour tout cela. heureux sont ainsi ceux qui ont encore Lorenzo Codelli En fait de Jardin de l’Eden, Tijuana, la l’espoir d’un ailleurs, qu’ils soient riches Positif n°405 Nov. 1994 ville frontière entre Mexique/Etats-Unis ou pauvres, mexicains ou américains (un qui donne son cadre au film de Maria point essentiel). Novaro, se rapprocherait plutôt, mytho- Le film découvre que l’envie de partir est logiquement, de la Babylone décadente parfois plus importante que le départ puisqu’elle servit de bordel et de casino lui-même. Pas un film moral donc, pas au tout-Hollywood dans les années 30, un film réaliste, pas un film optimiste sous la prohibition. Ce mouvement non plus, puisque l’Eden en question (…) Le thème de l’émigration, avec tous migratoire a depuis eu tout le loisir de n’existe jamais que sous la forme d’une les thèmes qu’il suppose (la quête s’inverser : chaque année, ce sont intention. Un film dont le dernier fantas- d’identité, le barrage des cultures et des désormais des milliers de Mexicains qui me est de découvrir une ville où les langues...), a largement été exploité au tentent d’atteindre «le rêve américain» habitants sont plus beaux, plus riches, cinéma. Maria Novaro s’éloigne du ton en sautant l’infranchissable mur d’acier et plus drôles que les rues, la misère et documentaire ou engagé généralement de plus de 20 km de long, qui sépare les L E F R A N C E SALLE D'ART ET D'ESSAI CLASSÉE RECHERCHE 8, RUE DE LA VALSE 42100 SAINT-ETIENNE 77.32.76.96 2 RÉPONDEUR : 77.32.71.71 Fax : 77.25.11.83 D O C U M E N T S deux pays comme deux frères non mur et veut croire encore que panoramique. Il permet ainsi à chacun réconciliés. l’Amérique n’attend que lui. de se raconter. Revers de ces qualités : La réalisatrice, née à Mexico et qui, Film sur une sorte de mauvais horizon à vouloir parler de tout, Novaro survole dans son film précédent (Danzon), tri- généralisé (la vie est ailleurs, le présent certains personnages et s’attarde sur fouillait l’humeur de Vera Cruz, s’est n’est que la réserve d’un avenir idéal), d’autres, superflus (l’écrivain résigné). donc installée au cœur de cette zone Le Jardin de l’Eden ne porte cepen- Du coup, la dynamique de la fiction est contradictoire, à cheval sur plusieurs dant aucune condamnation. Y infuse un sacrifiée au profit d’une parabole assez cultures, espagnole, anglaise, métisse, mal d’exil intérieur, la nostalgie d’un bancale. Malgré tout, Le Jardin de indienne, où croisent des personnages pays qu’on n’a jamais connu. l’Eden dégage un charme. Car cette en quête d’un début d’identité, quelque Didier Peron frontière, pour Novaro, est aussi la chose qui tient lieu d’origine et permet Libération 1er Mars 1995 métaphore des moments charnières de quand même de s’évader. Le Jardin de quelques vies : le passage difficile de l’Eden, film imparfait mais attachant, l’enfance à l’âge adulte, du deuil à la multiplie les points de vue et les entrées survie, de l’illusion à la raison. sur la question de l’identité. De quoi Jean Coutances peut (ou doit)-on se sentir proche ? Télérama n°2354 25 Fév. 95 Comment lier son histoire personnelle à celle d’un peuple ? Le film ne résout rien Réalisatrice mexicaine du séduisant mais développe une série de situations Danzon, Maria Novaro brosse les por- comme autant de blocages et de traits d’hommes et de femmes en quête malaises : désir fou de Jane de se d’identité. Autant de visages qui reflè- fondre dans le décor, de tuer l’Amérique tent les facettes multiples du Mexique. blanche en elle, ou démangeaison proa- Un pays métissé et baroque au devenir Propos de Maria Novaro méricaine des aspirants à l’immigration, incertain. Tiraillé entre ses traditions et d’autant plus exaspérée que la plupart sa fascination pour son voisin. C’est un des voyages clandestins, quoique chère- voyage presque immobile, doux-amer, (...) Dans Danzon je m’étais intéressée ment monnayés à des passeurs profes- raconté avec pudeur et délicatesse. La aux relations entre hommes et femmes. sionnels, échoue en équipée lamen- réalisatrice ne mise point sur l’action (à Dans le Jardin de l’Eden le sujet est table. part l’escapade avortée et douloureuse d’abord, et surtout, le Mexique... Frappé au coin de ce flottement ordinai- de Felipe). Elle préfère éclairer des ren- (...) Le Jardin de l’Eden est né du re où chacun semble attendre son heure, contres, créer des situations d’écoute et besoin de comprendre qui nous sommes, hébétude qui coupe court aux moindres d’échanges. Son regard donne du temps comment nous changeons, tant à l’exté- velléités de travail un peu suivi (cf. le au temps, se veut impressionniste et rieur qu’à l’intérieur du Mexique. C’est frère de Jane, écrivain en panne fixé pour cette raison que j’ai choisi une devant l’écran vide de son Macintosh), zone limite où le rêve de passer de au rythme latino classiquement indolent l’autre côté, aux Etats-Unis, est vraiment de cette vie perpétuellement enso- réel... leillée, à coup de plans lancinants pour (...) Lorsque j’ai dit que je voulais filmer un récit arrêté,le film suit une pente à Tijuana, on m’a prise pour une folle. douce et instaure une ambiance de Tijuana est une ville de très mauvaise calme plat. réputation, une ville prostituée. C’est la Il apparaît peu à peu que la frontière pire ville du Mexique. Mais j’ai décidé matérielle qui traverse le pays, départa- d’y tourner après y avoir travaillé, car geant la plage en deux avant de plonger j’en suis tombée amoureuse. J’ai essayé dans la mer, ne recoupe pas celle, plus de la traiter avec amour. Je voulais confuse, que Felipe, par exemple, jeune revendiquer la véritable image de paysan mexicain (un iota surjoué par Tijuana, montrer son côté humain. On Bruno Bichir qu’on retrouvera bientôt, l’imagine comme un lieu habité de ban- plus tenu, dans le nouveau Ripstein), dits et de prostituées, mais c’est un lieu emporte avec lui sans le savoir, quand fascinant, un lieu de frontière où vivent finalement il passe de l’autre côté du des personnes qui se rencontrent et se L E F R A N C E SALLE D'ART ET D'ESSAI CLASSÉE RECHERCHE 8, RUE DE LA VALSE 42100 SAINT-ETIENNE 77.32.76.96 3 RÉPONDEUR : 77.32.71.71 Fax : 77.25.11.83 D O C U M E N T S quittent, emportant avec elles leur cultu- guer deux mondes qui tendent à se Filmographie re, leurs illusions, leurs rêves. Pour moi, séparer obstinément. Cela a beaucoup c’est une ville très ouverte et vivante, influé dans ma recherche... qui en plus d’être belle, a sa personnali- (...) Tijuana est la ville-frontière entre le Courts métrages té et sa grâce, très américaine par cer- Mexique et les Etats-Unis où le flux de tains côtés, terriblement mexicaine par la migration est le plus important vers le Una isla rodeada de agua 1985 d’autres. nord. Des milliers de Mexicains tentent (...) Il me semble que même pour les de franchir le mur de plus de 20 kilo- Azul celeste 1987 Mexicains, cette ville a conservé la mètres qui descend de la colline et va se mythologie d’autrefois. Avant c’était le plonger dans la mer. La surveillance y Otonal 1993 grand bordel du Hollywood des années est donc stricte et rigide. Une industrie 30, quand il y avait prohibition de vendre d’expatriés illégaux a fleuri, générant et de boire de l’alcool. C’était un point des malfaiteurs et des débrouillards, un de rencontre pour les bons vivants, les lieu plutôt instable, peu naturel, une Longs métrages intellectuels et les aventuriers de tout gare de passage. Mais ce n’est pas seu- acabit. En deux heures, les Américains lement cela. C’est également une plaie Lola 1989 arrivaient à Tijuana où il y avait des ouverte, un sanctuaire de l’espoir pour casinos, des bars et des prostituées. le salut individuel et social d’un peuple Danzon 1991 Alors qu’à la Havane et à Panama tout pauvre… est fini, Tijuana est une tradition qui ne (...) Tijuana est le lieu où émerge El jardin del Eden 1994 meurt pas. Aujourd’hui, seule l’avenue consciemment la contradiction entre de la Révolution a gardé ce mélange l’orgueilleuse défense d’identité du hollywoodien, entre Cuba et le Vieil Mexique (qui se transforme facilement Ouest. Le reste de la ville est absolu- en arrogance nationaliste) et le désir ment normal. Et c’est justement l’aspect d’imitation suscité par la sirène du confus de cette limite qui m’a séduite. Grand Voisin qui fait rêver en faisant Et le fait qu’il existe une communauté flotter les banderoles d’un modèle de indienne des deux côtés de la frontière bien-être et de liberté... qui passe moitié de son temps aux Etats-Unis, moitié de son temps au Mexique, comme pour essayer de conju- Gabriela Roel et Renée Coleman L E F R A N C E SALLE D'ART ET D'ESSAI CLASSÉE RECHERCHE 8, RUE DE LA VALSE 42100 SAINT-ETIENNE 77.32.76.96 4 RÉPONDEUR : 77.32.71.71 Fax : 77.25.11.83