Les Emotifs Anonymes - Dossier de Presse
18 pages
Français

Les Emotifs Anonymes - Dossier de Presse

Le téléchargement nécessite un accès à la bibliothèque YouScribe
Tout savoir sur nos offres

Description

Jean-René, patron d’une fabrique de chocolat, et Angélique, chocolatière de talent, sont deux grands émotifs. C’est leur passion commune pour le chocolat qui les rapproche. Ils tombent amoureux l’un de l’autre sans oser se l’avouer. Hélas, leur timidité maladive tend à les éloigner. Mais ils surmonteront leur manque de confiance en eux, au risque de dévoiler leurs sentiments.

Sujets

Informations

Publié par
Publié le 27 décembre 2011
Nombre de lectures 188
Langue Français
Photos et dossier de presse téléchargeables sur www.studiocanal.com
benoît Poelvoorde
un film de
 
-
 
isabelle Carré
distribution studioCanal 1, place du spectacle 92863 issy-les-moulineaux tél. : 01 71 35 08 85 fax : 01 71 35 11 88
Presse bCG myriam bruguière, olivier Guigues et thomas Percy 23, rue malar - 75007 Paris tél. : 01 45 51 13 00 fax : 01 45 51 18 19 bcgpresse@wanadoo.fr
ProduCtion Pan-euroPéenne 10, rue lincoln - 75008 Paris tél : 01 53 10 42 30 fax : 01 53 10 42 49 www.pan-europeenne.com
Pan-euroPéenne Présente en assoCiation aveC studioCanal
benoît Poelvoorde
un film de
 Jean-Pierre améris
format : 2.35 / son : dolby srd / durée : 1h20 / visa n° 121.064 sortie le 22 déCembre
isabelle Carré
l’histoire
Jean-René, patron d’une fabrique de chocolat, et Angélique, chocolatière de talent, sont deux grands émotifs.
C’est leur passion commune pour le chocolat qui les rapproche. Ils tombent amoureux l’un de l’autre sans oser se l’avouer. Hélas, leur timidité maladive tend à les éloigner.
Mais ils surmonteront leur manque de confiance en eux, au risque de dévoiler leurs sentiments.
3
? J léntsi-tee proj ce mentCom etuod avdr oiujtorsoul iapmisser noi moi. Cest sansp roétc  el mnepude mis juei anuejgâ ep no sul ertcaq c.e s ouezavanrt vt,uoP post lems ex lrbuen mo tedf ias rè tst enecè sne ruettem ed etusemq ersrue À .reogaiss juepre seaséyd ,sj a iormer cee transf .éilla ne cart unu enev dst eIltsa C eue.rm toi os ja queinsipoexDsécee e tténiclihpa eicefftive est venue mnoe vneid  eafrils dee  cet, ms el tseq aménica pui ms deermiomtns rusep rem etuj sleé éts urojuot a ruep al  queçoisapere m,lj erucl  evAceAGRI lE, DAUMAE  EL ETAB regsnade sengaa peur dlsm: l d  eem slbatirévad tnemet  eesagr rentrec uoeisrémrttr-sire é fapremmes c eu aleopmi .esav,  tect ou qceemttue rnes ècenns la peau dun eprueL sSN .TAOIsonn per mess deAM snad étilauxeNTUEÉQFRS SEAIUVl seo sbqeeu lejs, parceerve maititstneuseganoc  pme lare  lisprdacion  pouteur SVA rELEDL UE X durpea an lsee snad recssap as ns CEST LA VIE,l  aeprud  eals NNIENOC lT,pea d rual erom ad tocia asss, tionetcnxesic se eedLorsque dans lei acodéeruvlt na sseén002 j ,0s rosnee  tettnrmons sus let il.ntte eopisitenn tarusuis du que je oc rnemmcar etno amesius, veaij irp oc sicsnecneu  dmbno ireroncaylb eedp reosnnes qui souffrentottusrud  elyhepéromitf ?Ces gens-là n tnenédeiriov-z luspre l opetyCommessifs. Cest ceédrpmisén  iédrpet, e  nntsoi  nielpd snenéeigra cors le pamédim aq iu éevm nedés len ntsaisnd taté toisnet eaylbse .sni cnorsituatioans des evuod tnalp s eclacees le rce qulbmeqrauerames s cho desendu entiaj ,elorap ed esupro ges cnsDartuahc e.eso eC ntsoes den gqus  eostnp sat midies, il sagit dnenamrepracé ,etens léte dune trevtn iiv snud nansioe teasi-n quxieerstleil dr, euqsohc te leuqs fort désir trèedt aravamire , Is.oi fueaqchà  tnevuos tnos sltiens rei lee quuq eb oll se tteol fesosls Is.leilpmoccahc sed rdes mme urs motetcoif no tocnnne ustfon idrmleabxe àsolp.noieC die.5réalisateurr seostrd  eocém
Jea E n-nt P r i e e ti r en r a e ve a c méris
Vous avez fait partie des Émotifs Anonymes ?
mon film le plus intime et le plus autobiographique. J’ai toujours su j’y suis allé. J’ai aussi fait partie d’un groupe de parole à l’Hôpital de la qu’un jour, je raconterais une histoire autour de cette hyperémotivité, de Pitié-Salpêtrière. J’ai découvert d’autres gens, d’autres histoires et j’ai
Je me souviens que lorsque j’étais enfant et que je devais sortir de la de ce mal-être. Ce qu’un hyperémotif redoute le plus, c’est la mise en maison, je regardais d’abord par l’entrebâillement du portail pour présence, l’intimité. L’idée de se retrouver à nu, au propre comme au vérifier qu’il n’y avait personne dans la rue. Si j’arrivais en retard à figuré, le panique. J’étais très étonné d’entendre le témoignage de très l’école j’étais incapable d’entrer dans la classe. belles jeunes femmes qui étaient complètement angoissées à l’idée d’un Cela s’est encore aggravé à l’adolescence et c’est d’ailleurs pour cela que rendez-vous, j’ai vu des hommes, dont j’aurais pu envier l’apparente je me suis pris de passion pour le cinéma. À l’abri des salles obscures, j’ai assurance, raconter à quel point la perspective de faire un exposé en public vraiment ressenti la peur, le suspense, la joie, l’espoir, je pouvais vivre les les terrifiait. Je fus à la fois touché et ému par ces détresses quotidiennes. plus grandes émotions sans me soucier du regard des autres.
estrinacé-scot  erdlône tno tsed rrivon aà riait  suot erelbmesnehys Le. timorépesfs no tetllmenet prêts à tout p ruotivéc reuq elei  furt aiurpeetrose rils  quses snd  tadvunetrexins ontiuaitmiarv te selbaciesques. ent burli slo estEq audnà r acl pntseasvuep tne ,et sli
côi a jea byétoed puocuuq sneg 
À votre avis, êtes-vous né hyperémotif ou l’êtes-vous devenu ? Leur perception du monde est décalée ? Je crois que l’hyperémotivité trouve ses racines dans l’enfance. Je Ces gens voient le monde comme un petit théâtre. Ils sont face à une scène me souviens que dans ma famille, quand j’étais jeune, l’anxiété était de spectacle sur laquelle ils doivent monter pour jouer tout en étant ommains ipmroéns epnètre.e  Idli snaiyt  sao uavuecnutn -  rceopmromceh eJ edaen -mRea npé adrat nes nlve ersl mm e:s pParentsu  convaincus quils ne seront pas capables de tenir le rôle. Rien nest banal quil ne nous arrive rien ! ». On baignait dans cet état despri  U« ne oauurtvre pour eux. Entrer dans un restaurant bondé, décrocher le téléphone. Tout phrase revenait souvent : « Surtout, ne nous fairte.marquer. » les implique à lextrême. Du coup, ils voient aussi le monde avec une sorte Si le téléphone sonnait, cétait forcément pour nosousn sa npnaso ncer la mo de poésie, un certain décalage, de l’étrange, un peu comme des enfants. rt Être émotif, cest être vivant. Malgré toutes les difcultés que cela de queloqsusiublne  !p oOunr  vniev apiat s dnoonucs  fdaairnes  rlea mcarraqinuteer . dLue  fcaoiut pq udeu jre,  seoni sf agirsaanndt  provoque parfois, c’est aussi une façon de voir la vie avec une intensité notre p exceptionnelle. Paradoxalement, je plains ceux qui sont blasés, qui ne aaluljaoitu rbdiehn usiû, r màe l rencontre  ddee bce secdoannds  purnéce eppitèec. e,R épsouultr atu n:  cmoêcmkte aeilncore ressentent rien, qui ne remarquent rien, qui vivent tout sans implication. etrouver out par Les émotifs gardent une fantaisie, une énergie qui leur fait voir le monde exemple, au milieu de beaucoup de gens, est un cauchemar absolu ! autrement.
Comment les reconnaître ? L’hyperémotivité est une caractéristique qui vous isole beaucoup. Enfant, Ce nest pas évident. Ils sont souvent sans le savoir dexcellents comédiens. jjaéit acios npnluu tdôets  sgoelnits aqiruei.  nMaêrrmiev asiie jnet  nmêaim ep apsl uast tàe isnotr tcier  gdee ncrhee zd eeuxxt.r êTomue,t  Puisqu’il faut assurer, ne rien laisser transparaître de ses peurs, ils développent une aptitude à donner le change, à jouer, qui est souvent devient une épreuve. Aller chercher le pain ou croiser des gens dans un impressionnante. Ce n’est pas un hasard si beaucoup de grands acteurs escalier devient un effort. Il y a une peur de l’autre et de son regard. sont des hyperémotifs.
i 7heéc dc,reu rdgased tua  seroL ?rsque jai réaliésC ETSL  AIV,Eque jaiest ce et radsnemr canos ilerch murs aieil C .nnehcel téma  cinn ductioilneu  nérre:c e cets lm es mnof al uep nu tsoctn éed sihtsiores sur des indirevuuel lp recaaiJou turjoras rgreniétg ord se. Ilupest pes onos sudivseriatilss eui qdt enaisoVort à lam ud tneaiavi qus genaonepsrd  eraélsrp ujout tos on lmnuri ,ér.-t an -ourpean dal seiv D ? al e sanction, de lam qoeuir,ed  elaui mon  tdul  eJ .spmeat sius é paraude qur unno: seituqiod  eseCnu t ua? ml lust,enro pssceeiq ius u ene vnforcée eest renva tnemmoC ddécidés ou-vezb sa ealafrie nouvere n vote de