Sick, the life and death of Bob Flanagan de kirby Dick

Sick, the life and death of Bob Flanagan de kirby Dick

-

Documents
3 pages
Lire
Le téléchargement nécessite un accès à la bibliothèque YouScribe
Tout savoir sur nos offres

Description

Fiche technique du film " Sick, the life and death of Bob Flanagan "
Produite par le Centre de Documentation du Cinéma[s] Le France.
Site : abc-lefrance.com

Sujets

Informations

Publié par
Ajouté le 14 novembre 2011
Nombre de lectures 158
Langue Français
Signaler un abus
Sick, the life and death of Bob Flanagan de Kirby Dick FICHE FILM Fiche technique
USA - 1996 - 1h29 Couleur
RÈalisateur : Kirby Dick
Montage : Kirby Dick Dody Dorn
Musique : Blake Leyh
InterprËtes : Bob Flanagan Sheree Rose
L E
Bob Flanagan
D O C U M E N T
se, qui vous Ètouffe peu ‡ peu. Bo Flanagan a vÈcu jusquÕ‡ lÕ‚ge de 43 a et toute sa vie il a attendu la mort. En l dÈfiant. En lui riant au nez. Piercing dÈjections, blessures diverses, Flanaga ´Ècrivain, acteur, artiste et masochiste sÕest tout infligÈ. On a dÕabord du mal ‡ trouver ´arti tiqueª IÕÈtalage dÕexpÈriences por scato, sadomaso que Flanagan rÈalisai au cours de happenings terrifiants. L rÈalisateur, Kirby Dick a jouÈ ‡ fond l carte du portrait dÕun homme incompr hensible. CÕest la force du film. MÍme le spectateur, au bord du malaise, s demande sÕil ne va pas quitter la sall Les sÈvices compris dans le programm sont, au moins par deux fois, insoute nables : une sÈance de torture rÈalisÈ par sa compagne Sheree Rose et u clouage de pÈnis en gros plan. Et pourtantÉ Face ‡ la camÈra, ce type qui se raconte dans ce quÕil a de plu intime, qui Ètale ses nÈvroses et se stigmates comme autant de trophÈes cet homme-l‡ possËde une luciditÈ et u humour incroyables. La douleur, son lo quotidien, il a appris trËs tÙt ‡ la trans former en plaisir: seul moyen quÕil a trouvÈ pour assumer sa ´diffÈrenceª son incapacitÈ ‡ se joindre aux jeux de enfants ´normauxª. Bob Flanaga affiche le bonheur quotidien de s rÈveiller vivant et une rage renouvelÈ face ‡ lÕinÈluctable. LÕhomme devi Èmouvant. Et son attitude, si dÈrangean te, si monstrueuse, si opposÈe ‡ ce qu peut imaginer ´le commun des mortelsª prend des accents de leÁon. Ce mortel-l‡ nÕest pas commun. Reste la question - cruciale - du voyeu risme. Peut-on filmer la douleur et l mort dÕun homme ? Et mÍme si c homme est consentant ? LÕexpÈrienc est tellement limite que la rÈpons appartient ‡ chaque spectateur. L camÈra de Kirby Dick accompagn Flanagan jusque dans ses derniers ins tants. L‡, essoufflÈ, au bout du rouleau IÕagonisant avoue son effroi : ´«a nÕ rien ‡ voir avec ce que jÕai connuª.
mort est pudiquement ÈludÈe. Mais u Ènorme bocal contenant le liquide qui encombrait ses poumons est exhibÈ e gros plan. DerniËre provocation pos mortem du ´supermasochisteª ? ´Il Ètai en train de se noyer l‡-dedansª, dit sim plement sa compagne. Et ce bocal devient, plus que les marteaux, le clous, les tenailles, les cordes et le potences, un terrifiant instrument de tor ture. Normal ? Anormal ?Sickbouscul nos certitudes en repoussant toutes le limites. Isabelle Danel TÈlÈrama n∞2526 - 10 Juin 199
Propos de Bob Flanagan
Parce que ÁÕest bon, parce que Áa m fait bander, parce que Áa me fait jouir parce que je suis malade, Parce qu jÕemmerde la maladie, parce que jÕai les attentions, parce que jÕÈtais seul diffÈrent, parce que les gamins m tabassaient sur le chemin de lÕÈcol parce que jÕÈtais humiliÈ par les nonne ‡ cause du Christ et de la crucifixion, cause de Porky Pig attachÈ et fourrÈ pa quelques sinistres salopards en soutan noire, ‡ cause des enfants attachÈs, br˚ lÈs et ÈbouillantÈs, ‡ cause de RÈvoltÈs du Bounty, ‡ cause des cow boys et des indiens, ‡ cause de Houdini ‡ cause de mon cousin Cliff, ‡ cause d nos cabanes et de ce quÕon y faisait, cause de ce quÕil y a ‡ lÕintÈrieur de m ‡ cause de mes gËnes, de mes parents ‡ cause des mÈdecins et des infirmiËres parce quÕils mÕont clouÈ au lit pour q je ne me blesse plus, parce que jÕai e du temps pour penser et pour me bran ler, parce que jÕavais de terribles do leurs dÕestomac et que la branlette m soulageait, parce que je suis Catholique parce que jÕaime mon pÈnis, parce qu je nÕÈprouve aucune culpabilitÈ, parc
SALLE D'ART ET D'ESSAI C L A S S … ER E C H E R C H E 8 ,R U ED EL AV A L S E 42100 SAINTETIENNE 04.77.32.76.96 R…PONDEUR : 04.77.32.71.71 Fax : 04.77.25.11.83
et voil‡ ce que je suis, parce que je ne suis quÕun gros bÈbÈ et je veux le rester et je veux une petite maman pour tou-jours, mÍme vilaine, particuliËrement vilaine, ‡ cause des sorciËres et des mar‚tres, de la sexy Cendrillon, maculÈe de suie, rÈduite ‡ la servitude, ‡ cause dÕHansel, engraissÈ jusquÕ‡ Ítre comes-tible, parce que je voulais ressembler ‡ ´0ª, ‡ cause de mes rÍves, de mon ima-gination dÈbordante, des lÈgo, parce les quincailleries me font bander, ‡ cause des marteaux, clous, pinces, cadenas, poulies, verrous, punaises, agrafeuses, aiguilles, cuillers en bois, hameÁons, chaÓnes, rËgles mÈtalliques, tubes de colle, spatules, cordes, crochets en S, lames de rasoir, ciseaux, pinces ‡ Èpiler, couteaux, raquette de ping pong, conduits, manches ‡ balai, broches de barbecue, scie circulaire, fers ‡ souder, ‡ cause des remises ‡ outils, des garages, des sous-sols, des cachots, ‡ cause de la Tour de Londres, ‡ cause de lÕInquisition, du b˚cher, ‡ cause de la salle de jeux de la Famille Addams, de Morticia, ‡ cause de sa robe et de ses jambes de pieuvre, ‡ cause de la mater-nitÈ, ‡ cause des Amazones, ‡ cause de la lune, parce que cÕest dans ma nature, parce que cÕest contre nature, parce que cÕest mal, drÙle, parce que je ne suis pas normal, parce que jÕai toujours pensÈ que jÕÈtais un cobaye et quÕils mÕavaient implantÈ un truc dans le pÈnis et quÕils contrÙlaient ainsi mes activitÈs, parce que je devais rentrer nu dans un sac en plastique pour que les mÈdecins puis-sent analyser ma sueur, parce quÕune poussÈe de fiËvre a obligÈ mes parents ‡ mÕenvelopper dans un drap humide pour stopper les convulsions, parce que mes parents mÕaimaient davantage quand je souffrais, parce que le monde est douleur, que la reddition est douce, quÕelle mÕattire, que jÕen suis accroc, parce que lÕendorphine du cerveau a les mÍmes effets que lÕhÈroÔne, parce que jÕai appris ‡ me soigner, que je suis un grand garÁon, que je suis un homme, ,
D O C U M E N T
que cÕest un acte de courage, que Á demande du cran et jÕen suis fier, parc que je ne peux gravir les montagnes parce que je suis nul en sport, parc quÕon nÕa rien sans rien, parce que aime bien ch‚tie bien. Dossier distributeu
Propos du rÈalisateur
JÕai rencontrÈ Bob Flanagan au dÈb des annÈes 80. Nous sommes devenu amis. DËs 1991, de sÈrieux problËme respiratoires apparaissent : en 1992, o lui transplante un poumon. DÈsormai ses jours Ètaient comptÈs. Ayant un rapport trËs proche avec Bob jÕai eu envie dÕexplorer des thËmes au profonds Èmotionnellement ou philoso phiquement que le masochisme, l sexualitÈ et la maladie. En 1993, je prÈ sentais ce projet ‡ Bob et ‡ sa com pagne, collaboratrice et MaÓtress Sheree Rose. Sheree avait des rÈserves. Deux ans plus tard, jÕavais tournÈ plu de 100 heures dÕimages. Petit ‡ pet avec ma camÈra vidÈo, je me sui immiscÈ dans leur quotidien. JÕÈvoluai avec eux et recevais leurs regards sur l construction du film. Bob Flanagan est connu comme Ècrivain poËte, comÈdien, artiste et masochiste. Chacune de ces facettes Ètant indisso ciable lÕune de lÕautre. Son art est p fondÈment influencÈ et nourri par s souffrance. Bob Flanagan malmËne so propre corps pour le rÈvÈler ‡ lui-mÍme. Il meurtrit son corps par des piercings des Ètirements et autres auto-mutila tions pour le soumettre. La vie et le tra vail de Flanagan sont consacrÈs ‡ l recherche du plaisir, mÍme si ce plaisi dÈcoule de la souffrance. Il canalise s douleur dans la pratique du masochism et la pratique du masochisme dans so art, crÈant des installations : photo montages, performances vidÈos et mis
en scËnes dÈlirantes sur le sado-maso chisme, la scatologie et la mort. Le tra vail de Bob Flanagan Èclaire toujour sincËrement sa vie privÈe, la prÈsenc de la camÈra apparaÓt comme le prolon gement naturel de ses travaux. Aucu autre artiste dans lÕhistoire nÕa exp mentÈ aussi littÈralement la douleur e les plaisirs combinÈs du sadomasochis me et de la domination. Avec Sheree Rose, il a rÈalisÈ un certai nombre de bandes vidÈo consacrÈes a SM, pour diffÈrentes installations e spectacles, ainsi que des enregistre ments trËs intimes. Ces enregistrement vidÈo et sonores sont intÈgrÈs au film lui donnant un aspect autobiographique JÕai Ègalement pu accumuler des enr gistrements, pendant les deux derniËre annÈes de sa vie, enregistrement incluant sa mort. Dossier distributeu
Filmographie
Sick, the life and death of Bo Flanagan, supermasochist199
SALLE D'ART ET D'ESSAI C L A S S … ER E C H E R C H 8 ,R U ED EL AV A L S E 42100 SAINTETIENNE 04.77.32.76.9 R…PONDEUR : 04.77.32.71.7 Fax : 04.77.25.11.8
Documents disponibles au France
Cahiers du cinÈma n∞525 - Juin 1998