Une vie de chat - Dossier de Presse

Une vie de chat - Dossier de Presse

-

Documents
36 pages
Lire
Le téléchargement nécessite un accès à la bibliothèque YouScribe
Tout savoir sur nos offres

Description

Un film de jean-loup felicioli et alain gagnol
Sortie le 15 décembre 2010

Sujets

Informations

Publié par
Publié le 22 février 2012
Nombre de visites sur la page 436
Langue Français
Signaler un problème
présente
une C
De
vie CHAT
Un film de jean-loup felicioli et alain gagnol
Folimage présente unevieDeCHAT Un film de jean-loup felicioli et alain gagnol Sortie le 15 décembre 2010 Durée 1h10 / France  2010  Visa n° 113 566 Une coproduction : Folimage / Lunanime / Lumière / Digit Anima / France 3 Cinéma / Rhône-Alpes Cinéma / RTBF www.uneviedechat-lefilm.fr
 1/ Intime conviction  (En guise de préambule) 2/ Rapport de police  (Synopsis) 3/ Les suspects habituels  (Les personnages et Paris) 4/ Salle dinterrogatoire n°1 (interview des auteurs)
5/ Les complices  (Les acteurs) 6/  On connaît la musique  (Le compositeur) 7/ Les pièces à conviction  (Les objets du film) 8/ Témoins à charge  (Un polar pour les enfants) 9/ Les Parrains  (Influences)
3
Sommaire
10/ La scène du crime  (Folimage et La Cartoucherie) 11/ Lacolyte  (La Queue de la souris  court métrage) 12/Casiers judiciaires  (Filmographie et bibliographie) 13/ Procès verbal  (Fiche technique et artistique)
1/
ICTION
L’aventure collective caractérise le studio Folimage. Les valeurs de partage s’y dé-clinent depuis toujours au gré des hasards et des nécessités. Partage du travail, des responsabilités, de la création… L’idée d’exécuter des films ensemble y est vivace. Les fidélités, éprouvées.
Un tandem résume bien cette osmose créative : celui que forment Alain et Jean-Loup. Depuis leur rencontre au studio, il y a une vingtaine d’années, ils n’ont cessé de travailler à quatre mains, soudés par un pacte fraternel et fécond. Bien malin celui qui peut dire qui des deux tire les ficelles. Ils commettent ensemble. Naturelle-ment. Comme s’ils partageaient secrètement un don commun. Les deux complices ont trouvé un principe artistique fusionnel autour duquel ils évoluent infatigable-ment. Exigeants, doués d’un sens inné du cadre, de la construction et de l’épure dra-matique, ils construisent une œuvre graphique singulière, inqualifiable, magnifique, entraînant dans leur sillage des brigades de coquins consentants.
Seconds couteaux du cinéma d’animation (ils ont commis une quinzaine de courts métrages), les deux compères optent pour les gros calibres et décident de frapper un grand coup. En 2006, ils passent professionnels et se lancent dans la réalisation d’un premier long métrage :Une vie de chat. Pour eux, le moment est venu de rendre des comptes. Place à l’enquête…
Jacques-Rémy Girerd (Producteur)
2/
RT DE POLICE
BOJET : enquête prél
iminaire sur la recrudescence de vols de bijoux.
CONSTATATIONS ET FAITS :
lusieurs semaines d’enquête et de filature, nous sommes ar-la conclusion que l’individu félin, de type chat, mène une vie.
r, il vit au domicile de Jeanne, une commissaire de police sa fille, Zoé. La nuit, il rôde sur les toits de Paris en compa-d’un monte-en-l’air, le dénommé Nico. Le chat participe ac-ment aux activités illicites dudit cambrioleur.
criminel multirécidiviste,Victor Costa, coupable d’homicide lontaire sur la personne d’un officier de police, le père de la tite Zoé, a été signalé en ville par nos services. Nous sus-ctons cet individu d’être sur le point de passer à l’action.
ucune arrestation n’a été possible à ce jour, les suspects ayant tous une tendance à escalader les toits pour s’enfuir.
Si je peux me permettre cette expression dans un rapport officiel : « C’est le bazar ».
60
56
50
46
40
36
30
26
20
16
10
3/LES SUSPECTS HABITUELS
VICTOR COSTA : Age : 52 ans. Sexe : masculin.
Signes particuliers : ennemi public nu-méro 1, gangster et chef de bande. Petit homme trapu et rondouillard, il est capa-ble des pires colères. Ses hommes eux-mêmes ont peur de son caractère imprévisible. Il est obsédé par une impo-sante statue africaine à laquelle il s’iden-tifie, ce qui dénote un certain complexe d’infériorité concernant sa taille.
*
Pour ceux qui trouveraient l'emplacement des
momuments parisiens pour le moins fantaisiste,
voir page 23 à la rubrique "Pièces à conviction",
le paragraphe consacré au plan de Paris