Du 5 au  20 octobre 2009, des rives du Pacifique au lac Titicaca ...
27 pages
Français
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Du 5 au 20 octobre 2009, des rives du Pacifique au lac Titicaca ...

-

Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus
27 pages
Français

Description

Du 5 au 20 octobre 2009, des rives du Pacifique au lac Titicaca ...

Sujets

Informations

Publié par
Nombre de lectures 89
Langue Français

Exrait

          
  
                
              !""    #  Une expression revient souvent dans les conversations : « ça n’est pas le Pérou » ! Je me suis maintes fois interrogé sur sa réelle signification. Qu’y a-t-il donc au Pérou que rien ici ne puisse tenir la comparaison ? Quoi, le trésor des Incas ? Et cette civilisation si mystérieuse dont les traces écrites sont inexistantes : effacées, comme cela simplement, par les envahisseurs espagnols au 16ème ? siècle Un voyage sur place s’imposait pour élucider tous ces mystères !!  Nous avons mis nos pas dans ceux des générations qui se sont succédées depuis que les premiers nomades vivant de la chasse et de la cueillette se soient sédentarisés ici il y a quelques 20 000 ans, après avoir traversé le Détroit de Béring ou longé, avec des embarcations rudimentaires, les côtes pacifiques… de l’Amérique du Nord depuis l’Asie…  Et pour se protéger d’autres envahisseurs ou poussés par le désert de la côte Pacifique qui n’a dû cesser de progresser, les civilisations Caral, Chavin, Paracas, Nazca, Mochicas,Huari, Chimus et enfin Inca, ont modelé l’arrière-pays jusque sur les plus hauts plateaux, tout autour du lac Titicaca pour finalement découvrir la Vallée Sacrée parce que bénie des dieux par excellence pour son climat et la fertilité de ses terres.  Trois siècles seulement de développement pour cette civilisation « inca » qui a bâti, dans un court intervalle de temps, cet empire grand comme quatre fois la France… avec des richesses exceptionnelles en or, en argent, en pierres précieuses. Et c’est pourquoi il a été fait référence au Pérou comme étalon de mesure de la richesse. Mais depuis le passage des conquistadors qui ont effacé totalement cette civilisation, par le fer et par le feu, et qui ont épuisé aussi toutes ses richesses et celles du pays, maintenant, le Pérou, ça n’est plus tout à fait le Pérou !!  
$    %   &"""  Lever très matinal, à trois heures trente, à Champagne-sur-Oise, pour être à 5h 20 à Roissy-Charles de Gaulle. Difficile d’avoir les idées claires à une telle heure, alors on « traîne » un peu et Marie-Loup est obligée de rouler à tombeau ouvert pour être au rendez-vous. Grégo et Jérôme qui doivent reprendre le véhicule suivent comme ils peuvent derrière… Arrivée à Roissy, 5h 21 : une précision d’horloger, bravo Marie-Loup.  Embarquement sur le vol régulier Air France, destination Amsterdam. Nous survolons les polders, peu avant l’atterrissage : des digues au cordeau et de l’eau, de l’eau en rétention… J’imagine ce que deviendront ces espaces endigués lorsque, réchauffement climatique oblige, le niveau de la mer sera supérieur de 50 cm ou plus. Nederland sous les eaux… L’atterrissage, après 1h 20 de vol, est pour le moins brutal : l’avion rebondit assez violemment au contact avec la piste. C’est une première pour moi en matière de tel atterrissage !  Transit à l’aéroport Schiphol d’Amsterdam pour prendre un vol régulier Air France/KLM, destination Lima, capitale du Pérou, quelques 10530 km plus loin ! Plus de 12h et demi de vie confinée à quelques 10000 mètres au-dessus des eaux de l’Atlantique, après avoir longé les côtes anglaises, atteint la mer des Caraïbes après le survol de la Martinique, abordé l’Amérique du Sud au large de Caracas (nous avons ainsi échappé à la chaotique traversée du « poteau noir »), traversé de part en part l’Amazonie, et enfin franchi la Cordillère des Andes. Là, l’avion s’élève à 11600 m d’altitude, sans doute pour éviter les courants ascendants au-dessus de ces montagnes dont les sommets atteignent, pour grand nombre d’entre eux, plus de 6000 m. Nous vivons néanmoins quelques intermèdes chaotiques dus aux courants atmosphériques océaniques qui viennent se briser sur la Cordillère et s’élèvent en altitude. Mais Air France nous traite avec tous les égards dus à notre rang (de touristes !), et nous n’avons pas le temps de nous interroger. Nous ne cessons de boire et de manger, avec champagne et cognac au premier repas. Il y a longtemps que je n’avais connu de telles agapes de la part de cette compagnie… Et puis notre avion est une machine à remonter le temps : nous traversons les fuseaux horaires et je vis cette progression avec intérêt, à partir du petit ordinateur de bord fixé derrière chaque siège. Départ Amsterdam 10h, arrivée à Lima prévu à 15h 45, heure locale : il sera alors 22h 30 à Paris, nous aurons gagné 7 heures de vie supplémentaire que l’on perdra au retour bien évidemment ! Mais un tel décalage horaire n’est pas sans conséquence : à 22h 45, c’est presque l’heure de dormir et nous arrivons au Pérou en milieu d’après-midi, le jour n’en finit pas de s’étendre !!  Atterrissage tout en douceur, cette fois, à 250 km/h quand même, à l’aéroport Jorge Chavez, à 11 km de Lima. Il nous faut accepter de longues files d’attente pour passer la police, récupérer nos bagages et… faire connaissance avec notre accompagnatrice Ruth Delgado, originaire de Cuzco (le nombril du monde), avec un prénom qui n’a rien d’origine germanique, mais qui résulte d’une passion biblique maternelle !! Ruth nous attend avec un immense car CARACOL pour quarante personnes alors que notre groupe est un petit groupe sympa de seulement de onze personnes (5 couples et un homme solitaire !)… L’essence est meilleure marché qu’en France, sans doute proximité du Venezuela oblige ! 