L
15 pages
Français

L'apologue au jardin 2011

-

Le téléchargement nécessite un accès à la bibliothèque YouScribe
Tout savoir sur nos offres

Description

plan de cours

Sujets

Informations

Publié par
Nombre de lectures 108
Langue Français
L’apologue et le jardin de l’antiquité à nos jours. Objets d’étude : -C o nv ain cr e , per s u a d e r , d é lib é r e r. -Lapologue : la fable, le conte philosophique. -De s m o u v e m e n t s culturel s : Hum a ni s m e , Baro q u e , Cla s si ci s m e , Les lumi è r e s .  Un groupement de textes   : I L’antiquit é -La bible : Le jardin d’Ed e n et le cantiqu e de s cantiqu e s (lectur e s cursiv e s et do c u m e n t air e s ) - Lodyss é e  : Le jardin de C alyp s o (ch a nt V), le verg e r d’Alcino o s (ch a nt VI) et le jardin de Laerte ( cha nt XXIV) : C o m p a r ai s o n de s trois texte s . -Etud e de l’ima g e : le para di s de Cran a c h II Le Moy e n â g e -Ere c et Enid e  (lectur e cursiv e et do c u m e n t air e ) -Le ro m a n de la ros e  de Guillau m e de Loris « En un verg e r… » Ch a n s o n de toile III La renai s s a n c e -Tho m a s More : Utopie – La ville Utopiqu e , un enj e u m or al -Rab el ai s : Gar g a ntu a - abb a y e de Th é l è m e (le ctur e cur siv e et do c u m e n t air e ) -Etud e de l’ima g e : Le printe m p s d’Ab el Grim m e r IV – XVII ° et XVIII ° si è cl e s -La Fontaine et les jardins : · Le jardinier et so n s ei g n e u r . · Etud e de s illustration s de s re c u eil s Etud e de l’ima g e : Le ch â t e a u de Ver s aille s de P Patel p217 -Voltaire : Ca n did e : La m or al e du jardin. co m p a r ai s o n av e c La fontain e : Le jug e arbitre, le p é d a nt et le solitaire. -Rou s s e a u : La nouv ell e H é lo ï s e : lettre X à Milord Edou ar d (Le ctur e cur siv e et do c u m e n t air e ) -Zola : La faute de l’abb é Mour et ( Lectur e cur siv e ) V Le XX ° si è cl e et la contr e Utopie -Huxley : Le m eille ur de s m o n d e s ; le refus du jardin, d é n aturation de l’ho m m e . -Orw ell : La ferm e de s anim a u x . Extrait - (Le ctur e co m pl é m e n t air e ) Travail per s o n n e l de do s si e r Au ch oix : (au m axi m u m trois é l è v e s par grou p e de rec h e r c h e s et de produ ction) 1 ° ) La Fontain e et les jardin s a) Introdu ction : biogr a p hi e rapid e de La Fontain e , s e s rapp orts av e c le pouv oir (Louis XIV et Fouq u et) ; qu’ e st- c e qu’un e fable ? à qui a- t-il fait de s e m p r u nt s, de qui s’e st- il inspir é dan s b) sDeess  fjaabrldeisns ? et des hommes : Relevez les titres des fables qui é v o q u e nt la nature, les jardin s, puis cla s s e z - les s el o n leur cont e n u , la m or al e et le typ e de jardin ( à refor m ul er et à pr é ci s e r ) Vou s analy s e r e z les typ e s de jardin d é c rits, les relation s de l’ho m m e et de la nature : qu ell e e st la con dition so ci al e , le m é ti er et le cara ct è r e de s ho m m e s en lien av e c la natur e ou le c)jLaersdi inll.ustrations des fables : En quoi le go û t du si è cl e pour les jardins et l’histoir e de s jardins de Vers aille s s e trouv e nt refl é t é s dan s c e s fable s ? C o m m e n t e z qu el q u e s illustration s. d) C o n clu si o n : Plac e et importan c e de la nature et de s jardin s dan s les fable s . Ch e r c h e z l’ é vo c ation du labyrinth e de Ver s aille s qu e font La Fontain e et Perra ult. Qu ell e interpr é tation Site s «   isntyemrnbeo tli   q»iunet é  reens sdao n tns e n: t-ils ?
1
-le site du ch â t e a u de Ver s aille s : www.cjat e a u d e v e r s a ill e s .fr/fr/131_jardin s _ et_ b o s q u e t s . p h p -Vou s trouv er e z un tr è s b e a u site sur les jardins : www.ver s aille s . 1 6 8 7 .fr e e .fr -de s site s sur Lafontain e : www.adpf.a s s o .fr/adpf- publi/folio/lafontain e/ s o m _l af ontain e . ht ml 2 ° ) L’Utopie a) Pr é s e n t e r rapid e m e n t c e qu’ e st un e utopi e. Citez qu el q u e s ex e m p l e s de pay s Utopiqu e s (n’ou bliez pa s l’Eldora d o dan s C an did e …) b) Qu ell e s so nt les cara ct é ri stiqu e s de s pay s utopiqu e s : civilisation, gouv e r n e m e n t , relation s c) aQvueecll ela  vnisaitounr ed e?  lethcom.me d é v el o p p e nt c e s Utopie s ? ( voir au s si le myth e du bon sauv a g e qui d)sLee sd é Uvteolpoipstpees  ad u  X IVXII ° I ° sis) è cl e : Qu ell e type de so ci é t é pr é c o ni s ai e nt- ils ? Qu ell e s exp é ri e n c e s e)oLnets- ilcso nmteren é uetsopi?e s : A quoi s erv e nt- elle s ? qu el type de so ci é t é y e st d é c rite ? Qu el type hu m ain ? C o m m e n t s e co m p o rt e - t-il vis à vis de la nature ? Site s «   internet   » int é r e s s a nt s   : -sur l’Utopie, l’exp o sition virtuelle de la BNF : http://gallica. b nf.fr/utopie -Les jardin s d’Utopie : http://artic.a c b e s a n c o n .fr/histoire_ g e o g r a p h i e/H GF T P:Autr e s/Utopi e s/utjardin.d o c -L’exp o sition : « le bon h e u r e st au jardin » : -  http://www.institut-de- Franc e .fr/institut/bonh e u r. ht m  -Visite en ima g e s de s jardins litt é raire s et historiqu e s : http://www.ac-rou e n .fr/lyc e e s / b r u y e r e/jardin/S o m m a i r e . ht ml Lectur e s per s o n n e ll e s Au ch oix : -Je a n Diwo : La fontani è r e du roi -Huxley : Le m eille ur de s m o n d e s -Voltaire : C an did e et Zadig -F De s c h a m p s  : La bou g ainvill é e  : Le jardin du roi D é roul e m e n t de s s é a n c e s S é a n c e 1 : Pr é s e n t ation du thème du jardin = Diaporama : les jardins de l’antiquit é au XVI ° si è cl e – form e s et signification s. -Lectur e s cursiv e s de la Bible et de s texte s m é di é v a u x -Le paradi s de Cra n a c h S é a n c e 2 : Homère : L’ody s s é e – C o m p a r ai s o n de s texte s Qu e stion s : a) O ù s e trouv e nt c e s jardin s ? Qu’y trouv e- t-on ? Co m m e n t sont- ils d é c rits ? b) Qu el s so nt les lien s qu’ e ntr etie n n e nt l’ho m m e et la natur e ? S é a n c e 3  :  Etud e du jardin dan s le ro m a n de la ros e – lectur e cursiv e La ch an s o n de toile – « En un vergi er…. » - Lectur e analytiqu e S é a n c e 4 : Pr é s e n t ation du th è m e de l’utopie en relation av e c le jardin Qu’ e st c e qu’un e utopie : origin e et signification du m ot ? -Thomas More : Utopie Qu e stion s : a) En quoi, dan s c e texte, la ville d é c rite rel è v e - t-elle de l’utopie ?  b) Qu el e st le fond e m e n t de c ette org a ni s ation id é al e ? a) Qu el s th è m e s rel è v e nt de la pe n s é e hu m a ni st e ? + Lectur e cursiv e : L’abb a y e de Th é l è m e - Rab el ai s S é a n c e 6 : La Fontaine : Qu’ e st c e qu’un e fable ? Lectur e s cursiv e s de fable s de La fontain e S é a n c e 7 : La Fontaine : Le jardinier et so n s ei g n e u r – Lectur e analytiqu e Qu e stion s : a) Analys e z les per s o n n a g e s en pr é s e n c e et leurs relation s. b) Analy s e r la voix du m or alist e dan s c e texte : quan d intervient- il ? qu e dit-il ? c) Qu el e st l’enje u du th è m e du jardin dan s c e texte ? S é a n c e 8 : Lectur e s cursiv e s et do c u m e n t air e s : Mm e de S c u d é r y - Louis XIV – Saint Si m o n – Zola etc… Pr é s e n t ation de s jardin s du XVII ° au XXI ° si è cl e
2
S é a n c e 9 : Voltaire : C an did e et La fontain e : Le jug e arbitre l’hos pitalier et le solitaire , Qu e stion s : 1) Ca n did e :a) qu ell e s r é flexion s s e fait C an did e ? b) C o m m e n t r é a gi s s e n t Martin et Pan gl o s s ? c) Qui so nt les diff é r e nt s per s o n n a g e s : dan s le ro m a n ? à la fin ? d) Qu’ e st c e qu e la m or al e du jardin 2) C o m p a r ai s o n : a) Analy s e z la fonction de s diff é r e nts per s o n n a g e s . b) Analy s e r la m or al e pour les deu x texte s c) Qu el e st le r ô le du jardin dan s c e s deu x texte s ? Lectur e cursiv e : Rou s s e a u : La nouv ell e H é lo ï s e , lettre X S é a n c e 10 : Huxley : Le m eille ur de s m o n d e s Qu e stion s : a) Qu el e st le reg ar d port é sur la natur e par les per s o n n a g e s ? b) Qu ell e con c e pti on politiqu e do min e c ette so ci é t é ? c) Qu’ e st c e qu e l’auteur veut d é n o n c e r dan s c e texte ? C o n clu si o n : qu’e st c e qu’un e contr e Utopie ?
Le jardin d’Eden dans LA BIBLE La cr é ation du Paradis Le premier jardin, le jardin d'Eden, avait é tait:plant é par Dieu, et Dieu cr é a le premier homme, le premier jardiniet; Adam. La Bible est la base. Au temps o ù Yahv é Dieu fit la terre et le ciel, il n'y avait encore aucun arbuste des champs sur la terre et aucune herbe des champs n'avait encore pouss é , car Yahv é Dieu n'avait pas fait pleuvoir sur la terre et il n'y avait pas d'homme pour cultiver le sol. Toutefois, un flot montait de terre et arrosait toute la surface du sol- Alors Yahv é Dieu modela l'homme avec la glaise du sol, il insuffla dans ses narines une haleine de vie et l'homme devint un ê tre vivant; Yahv é Dieu planta un jardin en Eden, à l'orient, et il y mit l'homme qu'il avait model é . Yahv é Dieu fit pousser du sol toute esp è ce d'arbres s é duisants à voir et bons à manger, et l'arbre de vie au milieu du jardin, et l'arbre de la connaissance du bien et du mal. Un fleuve sortait d'Eden pour arroser le jardin et de l à il se divisait pour former quatre bras. Le premier s'appelle le Pish ô n : il contourne tout le pays de Havila, o ù il y a l'or; l'or de ce pays est pur et l à se trouvent le bdellium et la pierre d'onyx. Le deuxi è me fleuve s'appelle le Gih ô n : il contourne tout le pays de Kush. Le troisi è me fleuve s'appelle le Tigre: il coule à l'orient d'Assur. Le quatri è me fleuve est l'Euphrate. Yahv é Dieu prit l'homme et l' é tablit dans le jardin d'Eden pour le cultiver et le garder. Et Yahv é Dieu fit à l'homme ce commandement: «Tu peux manger de tous les arbres du jardin. Mais de l'arbre de la connaissance du bien et du mal tu ne mangeras pas, car, le Jour o ù tu en mangeras, tu mourras certainement." Le Cantique des Cantiques L 'hortus conclusus du Moyen Age, symbole de l'Eglise, pr é sid é par la Vierge, est d é riv é du jardin du Cantique des Cantiques de l'Ancien Testament. C'est un jardin clos que ma soeur, ma fianc é e, une source ferm é e, une fontaine scell é e; un parc de plaisance o ù poussent des grenades et tous les beaux fruits, le tro è ne et les nards; le nard, le safran, la cannelle et le cinname, avec tous les bois odorants, la myrrhe, l'alo è s et toutes les essences aromatiques; une fontaine des jardins, une source d'eaux vives, et un ruisseau qui descend du Liban. R é veille-toi, rafale du Nord! Accours, brise du Midi! Balayez de votre souffle mon jardin, pour que ses parfums s' é pandent. Que mon bien-aim é entre dans son jardin et en go û te les fruits de exquis! Ah ! Je suis entr é dans mon jardin, ô ma et soeur, ma fianc é e. J'ai r é colt é ma myrrhe et mon baume, j'ai mang é de mes rayons de miel, j'ai bu mon vin et mon lait. [...j Mangez, mes compagnons, buvez et enivrez-vous,
 Hom è re   : Lodyss é e Texte 1 : Le Jardin de Calypso – Chant V, vers 55 à 75 traduction de V Bérard. « Quand, au bout du monde, Hermès aborda l’île, il sortit en marchant de la mer violette, prit terre et s’en alla vers la grande caverne, dont la nymphe bouclée avait fait sa demeure. Il la trouva chez elle, auprès de son foyer où flambait un grand feu. On sentait du plus loin le cèdre pétillant et le thuia, dont les fumées embaumaient l’île. Elle était là dedans, chantant à belle voix et tissant au métier de sa navette d’or. Autour de la caverne, un bois avait poussé sa futaie vigoureuse : aunes et peupliers et cyprès odorants, où gîtaient les oiseaux à la large envergure, chouettes, éperviers et criardes corneilles, qui vivent dans la mer et travaillent au large. Au rebord de la voûte une vigne en sa force éployait ses rameaux, toute fleurie de grappes, et près l’une de l’autre, en ligne, quatre sources versaient leur onde claire, puis leurs eaux divergeaient à travers des prairies molles, où verdoyaient persil et violettes. Dès l’abord en ces lieux, il n’est pas d’Immortel qui n’aurait eu les yeux charmés, l’âme ravie. Le dieu aux rayons clairs restait à contempler. » Texte 2 : Le verger d’alcinoos – Chant VI, vers 112 à 133 – traduction V Bérard
3
« Aux cotés de la cour, on voit un grand jardin, avec ses quatre arpents enclos dans une enceinte. C’est d’abord un verger dont les hautes ramures, poiriers et grenadiers et pommiers aux fruits d’or et puissants oliviers et figuiers domestiques, portent, sans se lasser ni s’arrêter leurs fruits ; l’hiver comme l’été, toute l’année, ils donnent ; l’haleine du Zéphyr, qui souffle sans relâche, fait bourgeonner les uns, et les autres donner la jeune poire auprès de la poire vieillie, la pomme sur la pomme, la grappe sur la grappe, la figue sur la figue. Plus loin, chargé de fruits, c’est un carré de vignes, dont la moitié, sans ombre, au soleil se rôtit, et déjà l’on vendange et l’on foule les grappes ; mais dans l’autre moitié les grappes encore vertes laissent tomber la fleur ou ne font que rougir. Enfin les derniers ceps bordent les plates-bandes du plus soigné, du plus complet des potagers ; vert en toute saison, il y coule deux sources, l’une est pour le jardin, qu’elle arrose en entier, et l’autre, sous le seuil de la cour, se détourne vers la haute maison, où s’en viennent à l’eau tous les gens de la ville. Tels étaient les présents magnifiques des dieux au roi Alcinoos. Or le divin Ulysse restait là à contempler. » Texte 3 : Le jardin de Laerte – Chant XXIV, vers 220 à 350 – traduction V Bérard « Ulysse courut s’informer au verger plein de fruits. Il entra dans le grand enclos : il était vide ; Délios et ses fils et ses gens étaient loin ; conduits par Délios, ils ramassaient des pierres pour la clôture. Ulysse dans l’enclos ne trouva que son père, bêchant au pied d’un arbre. Or, le vieillard n’avait qu’une robe sordide, noircie et rapiécée. Une peau recousue, nouée à ses mollets et lui servant de guêtres, le garait des épines, et des gants à ses mains le protégeaient des ronces ; sur la tête, il avait, pour se garder du froid, sa toque en peau de chèvre. Tout cassé par la vieillesse, le cœur plein de chagrin, il apparut aux yeux du héros d’endurance, et le divin Ulysse ne put retenir ses larmes. Il s’arrêta près d’un poirier en quenouille. Son esprit et son cœur ne savaient que résoudre : irait-il à son père, le prendre et l’embrasser, et tout lui raconter, son retour, sa présence à la terre natale ou bien l’interroger afin de tout savoir ? C’est dans cette pensée qu’il alla droit à lui, cet Ulysse divin. Tête baissée, Laerte était là qui bêchait. Arriçvé près de lui, son noble fils parla : »Vieillard, tu te connais aux travaux du jardin : quelle tenue ! quels arbres !vignes, figuiers, poiriers ,oliviers et légumes, tu ne négliges rien….,du moins en ton verger, car, sur toi, c’est autre chose ! Le soin te manque un peu ;quelle triste vieillesse ! quelle sale misère ! et quels linges ignobles ! Ce n’est pas un patron qui te néglige ainsi pour punir ta paresse ! A te voir, rien ne traahit l’esclavage, ni les traits, ni la taille ! Tu me sembles un roi ou l’un de ces vieillards qui n’ont plus dans la vie qu’à se baigner, puis dormir à la douce. Mais allons ! réponds-moi sans feinte, point par point : quel est donc ton patron ? A qui est ce verger ? Autre chose à me dire ; j’ai besoin de savoir : est-il vrai que la terre où je suis soit Ithaque ? […..] Il disait et la tristesse enveloppait Laerte de son image sombre et, prenant à deux mains la plus noire poussière, il en couvrait ses cheveux blancs, et ses sanglots ne pouvaient s’arrêter. Le cœur tout retourné, Ulysse commençaient à sentir ses narines picotées par les larmes. Il regarda sonb père, le prit et le baisa et lui dit : « Mon père ! Le voici celui que tu demandes… Je reviens au pays après vingt ans d’absence ! Mais trêve de sanglots, de larmes et de cris ! Ecoute ! Nous n’avons pas un instant à perdre ! car j’ai sous notre toit tué les prétendants et soulageant mon âme, en punissant leurs crimes. » Mais Laerte, prenant la parole, lui dit : « Si j’ai bien devant moi Ulysse, mon enfant, je ne veux me fier qu’à des marques certaines. » Ulysse l’avisé lui fit cette réponse : « Que tes yeux tout d’abord regardent la blessure que jadis au Parnasse, un sanglier me fit de sa blanche défense : C’est toi qui m’envoyas et mon auguste mère ; car chez Autolycos, mon aïeul maternel, m’attendaient les cadeaux qu’à l’un de ses voyages, il vous avait promis de me donner….Une autre preuve encore ? Dans les murs de cet enclos, je puis montrer les arbres que j’avais demandés et que tu me donnas, quand j’étais tout petit ; après toi, je courais à travers le jardin, allant de l’un à l’autre et parlant de chacun ; toi tu me les nommais. J’eus ces treize poiriers, ces quarante figuiers, avec ces dix pommiers ! Voici cinquante rangs de ceps, dont tu me fis le don ; chacun d’eux a son temps pour être vendangé, et les grappes y sont de toutes les nuances, suivant que les saisons de Zeus les font changer. » Mais Laerte à ces mots, sentait se dérober ses genoux et son cœur : il avait reconnu la vérité des signes que lui donnait Ulysse. Au cou de son enfant, il jeta les deux bras, et le divin Le jardin dans les textes médiévaux Chrétien de Troyes, Erec et Enide (entre 1160 et 1164) Le verger décrit dans' ce texte est imaginé à partir du paradis de la Genèse avec une différence mqjeure: le couple qui y vit ne peut pas en sortir en raison de l'amour exclusif d'une demoiselle pour un chevalier, jusqu'au jour où1 celui-ci sera délivré et pourra enfin rejoindre la cour. Ce jardin paradisiaquene permet pas au chevalier de s’épanouir, car il est incompatible avec la notion de quête chevaleresque qui seule peut procurer le bonheur .fruit de la prouesse Autour d e c e ver g e r, ne s' é l e v ait ni mur, ni palis s a d e . Par effet d e m a gi e il é tait clo s sur tous c ô t é s d'un mur infranc hi s s a b l e . Nul n'y pouv ait e ntr er qu' e n volant par- d e s s u s c e mur. Tout le te m p s d'hiv er et d' é t é  il prod ui s ait
4
fleurs et fruits m û r s. Mais le s fruits ne s e d ev ai e nt m a n g e r qu e dan s le ver g e r . On ne le s pouv ait e m p o rt e r, par l'effet d'un e forc e my st é ri e u s e e m p ê c h a n t qui é tait e ntr é d'ap pr o c h e r d e l’huis et d e sortir tant qu' on n'av ait re mi s le fruit à  sa plac e . Ch a ntai e nt partout e n c e jardin tous ois e a u x volant so u s le ci el, tous le s ois e a u x d e s plus be a u x ch ant s. La terre é tait fertile e n h er b e s bon n e s pour m é d e c i n e s et e n é pi c e s pr é ci e u s e s . La foul e fit c on d uir e Ere c jusq u' à  l'entr é e . Le ch e v ali er d é c o u v rit alors un e m e rv e ill e horribl e , propr e à  terrifier le plus hardi, f û t-c e Thi é b a ut l'Esclav o n , O s pin e l ou Fe m a g u . De s h e a u m e s luisants é tai e nt plant é s l à sur d e s pie ux et so u s ch a q u e c oiffe d e fer, on voy ait un e t ê te d'h o m m e . Un s e ul d e c e s pie ux ne portait point d e h e a u m e . Erec triomphe. le dernier pieu reste donc vide et il interroge son adversaire (...) "Ecoutez ce qui m'a retenu en ce verger si longuement. (...) Cette pucelle qui est assise l à m'aima d è s l'enfance et moi je l'aimai aussi. L'un l'autre nous nous plaisions. L'amour grandit si fort qu'elle me demanda de lui consentir un don qu'elle ne nomma point. Qui refuserait rien à sa mie? Il n'est pas ami celui qui ne fait à son amie tout le bien possible sans n é gligence ni feintise. Je lui promis selon son d é sir. Elle voulut que je lui gage ma promesse.(...) Je lui promis je ne savais quoi, et il advint l à -dessus que je fus fait chevalier. Le roi Evrain, dont je suis le neveu, m'adouba devant maints prudhommes dedans ce verger o ù nous sommes. Ma demoiselle me rappela bient ô t ma foi et me dit que j'avais jur é que jamais je ne sortirais de c é ans jusqu' à ce que vienne un chevalier qui par les armes me vainqu î t. (...) Elle ne croyait pas qu'un beau jour p û t entrer en ce verger un vassal qui voul û t me combattre. La v é rit é je vous l'ai dite et sachez bien qu'il n'est petit l'honneur que vous avez conquis. Vous avez mis en grande joie la cour, mon oncle et mes amis, car je vais pouvoir sortir d'ici."
Guillaume de Poitiers (10 7 1 - 112 7 ) A la douceur de la saison nouvelle, Feuillent les bois, et les oiseaux Chantent, chacun dans son latin Sur le rythme d'un chant nouveau ; Il est donc juste qu'on ouvre son coeur A ce que l'on d é sire le plus. De l à .bas o ù est toute ma joie, Ne vois venir ni messager ni lettre scell é e, C'est pourquoi mon coeur ne dort ni ne rit. Et je n'ose faire un pas en avant, Jusqu' à ce que je sache si notre r é conciliation Est telle que je la d é sire. Il en est de notre amour comme de la Branche d'aub é pine Qui sur l'arbre tremble La nuit, expos é e à la pluie et au gel, Jusqu'au lendemain, o ù le soleil s' é pand Sur ses feuilles vertes et ses rameaux.
Encore me souvient du matin O ù nous m î mes fin à la guerre. Et o ù elle me fit un don si grand, Son amour et son anneau : Que Dieu me laisse vivre assez Pour que j’ai un jour mes mains sous son manteau Chanson de toile . EN UN VERGIER, LEZ UNE FONTENELE En un verger, pr è s d'une fontaine, Dont claire est l'onde et blanc le gravier, Une fille de roi est assise, le menton dans la main. En soupirant, elle appelle l'ami cher à son coeur. - H é las, comte Gui, mon ami,   L’amour que j'ai pour vous m'enl è ve l'insouciance et le rire ! Comte Gui, mon ami, quel triste destin ! Mon p è re m'a donn é e à un vieillard Qui m'a mise dans cette maison et m'y a enferm é e :
5
Je n'en puis sortir ni le soir ni le matin. H é las, comte Gui, mon ami, L’amour que j'ai pour vous m'enl è ve l'insouciance et le rire! » Le m é chant mari entendit sa plainte. Il entre dans le verger, il a enlev é sa ceinture. Il la battit tellement qu'elle en devint violette et livide : C’est tout juste s'il ne l'a pas tu é e à ses pieds. H é las, comte Gui, mon ami, L’amour que j'ai pour vous m'enl è ve l'insouciance et le rire ! Le m é chant mari, apr è s l'avoir maltrait é e, S’en repent; il a agi follement, Car il appartenait bel et bien à la maison de son p è re. Il a beau dire, il sait bien qu'elle est fille de roi. H é las, comte Gui, mon ami, L’amour que j'ai pour vous m'enl è ve l'insouciance et le rire ! La belle est revenue à elle. Elle a invoqu é Dieu du fond du coeur : - Seigneur mon Dieu, vous qui m'avez cr é e, - accordez moi, Seigneur, de n' ê tre pas oubli é e, que mon ami revienne avant le soir.» H é !las, comte Gui, mon ami, L’amour que j'ai pour vous m'enl è ve l'insouciance et le rire ! Et Notre Seigneur l'a tr è s bien é cout é e : Voici son ami, qui l'a r é confort é e. Ils se sont assis sous un arbre fruitier aux larges branches; L à furent vers é es maintes larmes d'amour. H é las, comte Gui, mon ami, L’amour que j'ai pour vous m'enl è ve l'insouciance et le rire ! Le roman de la rose Guillaume de Lorris met en vers un r ê ve qu'en sa vingti è me ann é e, le coeur é pris d'amour, la nuit lui apporta. En songe, le po è te est transport é dans un de ces lieux d é licieux o ù vers la fin du Moyen  ge les chevaliers, au retour des croisades, avaient coutume de retrouver la dame qui avait le secret de leur coeur : un jardin clos plant é d'arbres charg é s de fruits, de fleurs, et d'herbes odorif é rantes. Mais entrer dans ce paradis, m ê me en songe, n'est pas chose ais é e. Obstacles, sortil è ges en d é fendent l'approche et c'est d'abord à ces difficult é s d'acc è s que le po è te consacre ses vers. Description du verger Le verger, avec une exacte mesure, formait un carr é parfait et avait autant de long que de large. Il  n'e xi st e pa s d'arbr e qui porte fruit, si c e n'e st qu el q u e e s p è c e hid e u s e , dont il n'y e û t d e ux ou trois pie d s ou plus, p e ut-ê tr e , dan s le verg e r . Il  y avait, je m' e n s o uvi e n s bi e n, d e s po m m i e r s qui portai e nt d e s gr e n a d e s : c' e st un fruit tr è s bon pour le s mal ad e s . Il y avait d e s noy e r s à foiso n qui portai e nt dan s la sai s o n d e s fruits c o m m e s ont le s noix mu s c a d e s , qui ne s ont a m è r e s ni fad e s . Il  y avait e n gran d no m b r e d e s am a n d i e r s qu e l'on avait plant é s dan s c e verg e r ; c el ui qui e n avait b e s oi n y trouvait m aint figui er et maint dattier. Il  y avait au s si m aint e s é pi c e s , clou s d e girofle et r é glis s e , grain e d e paradi s nouv e ll e , « citovaut ", anis et c an e ll e et mai nt e s su c r e ri e s d é lici e u s e s qu'il fait bon m a n g e r apr è s le rep a s . Dans le ver g e r il y avait d e s arbr e s d e no s pay s qui portai e nt et c oin g s et p ê c h e s , ch â taig n e s , noix, po m m e s et poir e s , n è fl e s , prun e s blan c h e s et noire s , c e ri s e s fra î ch e s et ver m e ill e s , c or m e s , alis e s et noi s e tt e s .
6