Le Cinéma français, de la Nouvelle Vague à nos jours
3 pages
Français
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Le Cinéma français, de la Nouvelle Vague à nos jours

-

Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus
3 pages
Français

Description

Le Cinéma français, de la Nouvelle Vague à nos jours

Sujets

Informations

Publié par
Nombre de lectures 145
Langue Français

Exrait

Contact
Caroline Bourrus
Responsable communication
Tél. +33 1 55 28 38 35
E-mail. cbourrus@phaidon.fr
CAHIERS DU CINÉMA
Le Cinéma français, de la Nouvelle Vague à nos jours
Jean-Michel Frodon
25 novembre 2010 –
29,95 €
Le Cinéma français, de la Nouvelle Vague à nos jours
explore un demi-siècle de cinéma. De Jean-Luc
Godard à Mathieu Amalric, d’Agnès Varda à Abdellatif Kechiche, de Brigitte Bardot et Jeanne
Moreau à Juliette Binoche et à Léa Seydoux, de Gérard Oury à Dany Boon et d’André Malraux à
Marin Karmitz, cet ouvrage permet au lecteur de découvrir les personnalités, les mouvements
artistiques, les mutations économiques et politiques qui ont façonné l’histoire moderne du cinéma
français.
L’histoire débute sur les marches du Palais des festivals à Cannes, en 1959,
avec la projection des
Quatre Cents Coups
de François Truffaut, acte de naissance médiatique du cinéma moderne. Les
« jeunes-turcs » de la Nouvelle Vague et toute une génération explorent de nouveaux chemins de création
avec une énergie et une innovation sans pareil. Ce vent de rupture remet en cause à la fois l’organisation
du cinéma français et l’idée dominante du cinéma lui-même. Les nouveaux venus réinventent la manière
de filmer, de produire et de penser le cinéma. Ce « moment magique » du cinéma français, qui fascina
l’Amérique et le monde entier, va laisser place à une multitude d’effets, qui interfèrent avec les
soubresauts de la « grande histoire ». L’enchaînement du récit montre les victoires et les échecs de cet art
qui n’en finit pas de muter. L’histoire s’interrompt, sans se clore, dans les premiers mois de l’année 2010;
pas de clap de fin pour l’histoire du cinéma français de Jean-Michel Frodon.