Lettre 23
1 page
Français
Le téléchargement nécessite un accès à la bibliothèque YouScribe
Tout savoir sur nos offres

Lettre 23

-

Le téléchargement nécessite un accès à la bibliothèque YouScribe
Tout savoir sur nos offres
1 page
Français

Description

Lettre 23

Sujets

Informations

Publié par
Nombre de lectures 104
Langue Français

Exrait

Marie de Rabutin-Chantal, marquise de Sévigné Lettres de Madame de Sévigné, de sa famille et de ses amis Hachette, 1862(pp. 364-365).
505. — DE MADAME DE SÉVIGNÉ À MADAME ET À MONSIEUR DE GRIGNAN.
e Aux Rochers, dimanche 23février.
Vous êtes accouchée à huit mois, ma très-chère : quel bonheur que vous vous portiez bien ! mais quel dommage d’avoir perdu encore un pauvre petit garçon ! Vous qui êtes si sage, et qui grondez les autres, vous avez eu la fantaisie de vous laver les pieds ; quand on a poussé si loin un si bel ouvrage, comment peut-on le hasarder, et sa vie en même temps ? car il me semble que votre travail prenoit un mauvais train ; enfin, ma fille, par la grâce de Dieu, vous en êtes sortie heureusement ; vous avez été bien secourue. Vous pouvez penser avec quelle impatience j’attends de secondes nouvelles de votre santé, et si je suis bien occupée, et bien remplie des circonstances de cet accouchement. Je vous rends grâces de vos trois lignes, et à vous, mon cher Comte, des soins que vous prenez de m’instruire. Vous savez ce que c’est pour moi que la santé de votre chère femme ; mais vous l’avez laissée trop écrire : c’est une mort que cet excès ; et pour ce lavage des pieds, on dit qu’il a causé l’accouchement. C’est dommage de la perte de cet enfant : je la sens, et j’ai besoin de vos réflexions chrétiennes pour [1] m’en consoler ; car quoi qu’on vous dise, vous ne le sauverez pas à huit mois. J’aurois eu peur que l’inquiétude de ma maladie n’y eût contribué, sans que j’ai trouvé qu’il y a eu quinze jours d’intervalle. Enfin Dieu soit loué et remercié mille et mille fois, puisque ma chère Comtesse se porte bien ! Ma vie tient à cette santé : je vous la recommande, mon très-cher, et j’accepte de tout mon cœur le rendez-vous de Grignan.
1. ↑LETTRE 505. Voyez la lettre du 3 juillet 1677.