Lorsque nous ouvrons un robinet, que nous prenons une douche, que ...
1 page
Français
Le téléchargement nécessite un accès à la bibliothèque YouScribe
Tout savoir sur nos offres

Lorsque nous ouvrons un robinet, que nous prenons une douche, que ...

Le téléchargement nécessite un accès à la bibliothèque YouScribe
Tout savoir sur nos offres
1 page
Français

Description

Lorsque nous ouvrons un robinet, que nous prenons une douche, que ...

Sujets

Informations

Publié par
Nombre de lectures 111
Langue Français
Poids de l'ouvrage 1 Mo

Exrait

Les tentacules
hydriques
de Bruxelles
Lorsque nous ouvrons un
robinet, que nous prenons
une douche, que nous tirons
la chasse, des dizaines de
litres d'eau claire s'écou-
lent sans interruption...
d'où vient et comment nous
parvient toute cette eau ?
Il y a 150 ans, presque personne ne disposait d'eau à domicile.
Il fallait puiser l'eau au puits ou aux fontaines publiques. A partir de
1855, Bruxelles construit un réseau de canalisation, passant sous
chaque rue de la ville, qui permet à quelques-uns, les plus aisés sur-
tout, de bénéficier d’eau à domicile.
Bruxelles grandit mais n’offre pas de
conditions avantageuses quant au
raccordement au réseau de canali-
sations.
Elle pousse ainsi les com-
munes des faubourgs à créer leur
propre réseau en 1891. Cependant,
l’agglomération continuant de
croître, la consommation augmente
et la Ville de Bruxelles et les fau-
bourgs sont bientôt amenés à s’al-
lier pour optimiser la production
d’eau potable.
Aujourd'hui, chaque bruxellois
bénéficie chez lui d'un accès à l'eau
courante.
Il consomme en moyenne
130l/ jour. Les compagnies de distri-
bution acheminent cette eau parfois
depuis des lieux très éloignés (100
km et plus).
Les « tentacules hydriques »
de Bruxelles
(XIX
è
-XX
è
siècles)
Actuellement, l'eau est acheminée par
d'énormes canalisations qu'il faut constam-
ment surveiller et entretenir.
L'existence très ancienne de telles infrastructures
et leur extension historique à mesure de la crois-
sance urbaine montrent clairement le prix que
Bruxelles a toujours dû payer pour amener en
ville l'eau indispensable aux activités et à la vie
même de ses habitants.
Le travail combiné des géographes et des historiens dans le domaine de l'organi-
sation des réseaux d'eau met en évidence l'emprise grandissante de Bruxelles sur
un espace de plus en plus éloigné. Il révèle aussi
les conflits socio-économiques
que l'implantation et la distribution de l'eau, ressource indispensable à tous,
suscitèrent de tout temps.
Hier, le conflit opposait Bruxelles à sa périphérie,
aujourd'hui les conflits portent surtout sur le prix et la pollution de l'eau.
Développement du
réseau des canalisations
d’eau du XIIIe au XVIIIe
siècle pour Bruxelles et
ses alentours :
Saint-Gilles,
Saint-Josse, Ixelles,
Molenbeek, ...
Tour de la machine
hydraulique :
tableau
attribué à J.
Hasseleer, Musée de la
Ville de Bruxelles
Fontaine ancienne :
détail de l’Ommegang
de Bruxelles, 1615,
par Denis van Alsloot,
Musée du Prado,
Madrid.
Coupe transversale dans la
vallée du Bocq.
Vue aérienne
de l’usine de Tailfer.
Mons :
puits de pompage.
Décantation-filtration.
Eau traitée.
Modave
Spontin
Tailfer
Vedrin
Vieux Genappe
Braine-l’Alleud
Mons
Hainaut
Namur
Liège
Brabant Wallon
Région de
Bruxelles-Capitale
Brabant Flamand
Galerie de captage principal.
21 000 000 m
3
/an
3 000 000 m
3
/an
11 000 000 m
3
/an
Extension de l’espace urbain bruxellois
Tracé schématique des principales conduites
d’adduction d’eau potable
Production actuelle des principaux captages de la
CIBE (moyenne 1981-1997)
1855
1930
1997
histoire et géographie
la ville, un milieu vivant-
ULB