Hugues Pierron de Mondésir
21 pages
Français
Le téléchargement nécessite un accès à la bibliothèque YouScribe
Tout savoir sur nos offres

Hugues Pierron de Mondésir

-

Le téléchargement nécessite un accès à la bibliothèque YouScribe
Tout savoir sur nos offres
21 pages
Français

Description

Et L’Association Présentent L’association GeorJacléo B.P 10156 47005 – AGEN 06.78.55.49.92 / 06.86.89.29.99 Email : contact@georjacleo.com Site : georjacleo.com Le 6 Janvier 1969. Un jeune journaliste dénommé François-René Cristiani réussit l’exploit de réunir Georges Brassens, Jacques Brel et Léo Ferré pour la revue Rock et Folk, immortalisée par une photo de Jean-Pierre Leloir. Au cours de la discussion où on parle chanson, métier, femmes, anarchie, Ferré, pris d’une subite inspiration, lance aux deux autres protagonistes : « J’ai une idée : on prend les dix plus grandes salles de France et on fait le spectacle à trois… ». Quand on sait quelle était la notoriété des trois à cette époque, on imagine sans peine l’impact d’un tel événement. Mais l’idée ne devait jamais se concrétiser. Dix ans plus tard, Brel tirait sa révérence, suivi en octobre 1981 par Brassens. Ferré résista mais partit vers d’autres cieux le 14 juillet 1993, avec un beau clin d’œil anarchiste quant à la date de son départ. Tout aurait pu en rester là si quelques inconditionnels de ces trois géants de la poésie chantée et de l’esprit libertaire n’avaient décidé de reprendre le flambeau afin que le trio se reforme. Ainsi naquit, au début de l’an 2000, l’association GeorJacLéo qui n’hésite pas à assumer une apparente contradiction à savoir, réunir sous la même bannière associative trois personnalités fondamentalement individualistes.

Sujets

Informations

Publié par
Publié le 12 août 2013
Nombre de lectures 2 830
Langue Français

Exrait

Et
LAssociation
Présentent
L’association GeorJacléo  B.P 10156
 47005 – AGEN 06.78.55.49.92 / 06.86.89.29.99 Email :attcg@oecnocomrjacleo.       Site : georjacleo.com
 Le 6 Janvier 1969. Un jeune journaliste dénommé François-René Cristiani réussit l’exploit de réunir Georges Brassens, Jacques Brel et Léo Ferré pour la revue Rock et Folk, immortalisée par une photo de Jean-Pierre Leloir.  Au cours de la discussion où on parle chanson, métier, femmes, anarchie, Ferré, pris d’une subite inspiration, lance aux deux autres protagonistes : « J’ai une idée : on prend les dix plus grandes salles de France et on fait le spectacle à trois… ».  Quand on sait quelle était la notoriété des trois à cette époque, on imagine sans peine l’impact d’un tel événement. Mais l’idée ne devait jamais se concrétiser.  Dix ans plus tard, Brel tirait sa révérence, suivi en octobre 1981 par Brassens. Ferré résista mais partit vers d’autres cieux le 14 juillet 1993, avec un beau clin d’œil anarchiste quant à la date de son départ.  Tout aurait pu en rester là si quelques inconditionnels de ces trois géants de la poésie chantée et de l’esprit libertaire n’avaient décidé de reprendre le flambeau afin que le trio se reforme.  Ainsi naquit, au début de l’an 2000, l’association GeorJacLéo qui n’hésite pas à assumer une apparente contradiction à savoir, réunir sous la même bannière associative trois personnalités fondamentalement individualistes.  Mais la qualité, la richesse des répertoires ont su fédérer un enthousiasme bien réel pour que ce projet aboutisse. Du simple quidam aux personnalités du monde artistique, culturel ou politique, nombreux sont ceux qui ont apporté un soutien actif à ce festival, par de là les différences d'âges, de condition sociale ou d'horizon philosophique ou politique. Et c'est ainsi que la municipalité de VIANNE, en Lot et Garonne, avec le concours du Conseil Général et de la Communauté de Communes du Val d'Abret accueille, tous les troisièmes week-end d'octobre, le festival GeorJacLéo. Merci Georges BRASSENS, merci Jacques BREL, merci Léo FERRE pour ce que vous apportez encore à l'humanité, à savoir, la poésie, la musique, mais aussi la liberté de penser par soi-même. F.F.  Aujourd’hui, une centaine d’adhérents se retrouve pour faire revivre ces trois grands auteurs, en particulier lors du Festival GeorJacLéo.
LE PROGRAMME
Le Festival GEORJACLEO c’est :
- 6 spectacles thématiques suivis d’un repas avec les artistes - 6 spectacles en apéros-concerts avec assiette gourmande et boisson - Une Scène ouverte - Des Expositions - Des ventes CD, DVD, livres, etc… - La présence de J.F-KERLEO, luthier, qui présentera un aperçu des instruments qu’il fabrique.
LES SPECTACLES ( Espace Jourdain de l’Isle )
Vendredi 18 octobre à 20h30 : SOIREE BREL – J-S.BRESSY
Gérard MICHEL chante Jacques BREL « Un autre regard »
Biographie
 Après quelques centaines de représentations accompagné par Jean Louis BEYDON, Gérard MICHEL nous revient avec une nouvelle formule et un répertoire enrichi.  L'Interprète et le talentueux pianiste Jean Sébastien BRESSY revisitent les « textes musicaux » de l'inoubliable poète ; un regard lucide sur ses contemporains et une écriture précise : Jacques BREL a su atteindre les sommet d'un art particulier que l'on nomme chanson.
 Loin des clichés, L'interprète offre au public un concert de haut niveau, dans le respect de celui qui « restera un témoin lucide et irremplaçable de notre temps »
Gérard Michel est auteur, musicien et interprète. Il débute ses études musicales à 9 ans et s’oriente à 16 ans vers la chanson. Première scène (enregistrée) au Théâtre de l’Etoile, il a alors 17 ans. Il poursuit la composition et assure des prestations diverses avant d’être mobilisé.
De retour, il reste à l’écart du métier, refuse télévision et enregistrement (c’est un homme de scène) et poursuit ses prestations de “saltimbanque”, terme qu’il revendique.
Ce n’est qu’en 1991 qu’il met en place le récital “Jacques d’hier, BREL de demain”, dans lequel, avec la complicité du pianiste J.L BEYDON, il rend un hommage personnalisé à Jacques BREL. Ce récital impressionne organisateurs et public.
De 1992 à 1997, les contrats se multiplients (470 représentations - France et Etranger. Extrait du texte hommage en début de récital : “Jacques BREL a su peindre des paysages et dépeindre ses contemporains avec vérité et sensibilité ; il restera un témoin lucide et irremplaçable de notre temps”.
1995 : G. MICHEL crée, avec la comédienne Catherine MIMERANE, un spectacle café-concert sous le titre “Humour et Tendresse” qui ravie les amateurs de textes de qualité et de chanson française.
1997 : Il met en place le récital “Avant de m’assagir”, cocktail explosif de ses propres chansons et de textes d’auteurs qu’il apprécie (B. DIMEY, J.M VIVIER, J.P FERLAND). Ce récital constitue un pari osé “volontairement décalé” selon G. MICHEL, mais à la mesure du respect que cet artiste exigeant pour lui-même porte à son public; orchestrations soignées, textes de qualité.
2002 : Création d’un spectacle café-concert avec Martine FERREIRA, “Piaf - Montand”, présentant une rétrospective (en 28 chansons) de la carrière de ces deux grands noms du music-hall.
2003 : Entre deux tournées, Gérard MICHEL crée, avec sa ville de résidence, un Festival Chanson Française; en trois ans, le public passera de 3 000 à 28 000 personnes et ce festival recevra une cinquantaine d’artistes connus ou méconnus ; il stoppera sa programmation après la saison 2005 et assure actuellement divers festivals en France sous le titre “(Ville) en Chanteurs”.
2006 : En créant “Brel, Bécaud, Montand”, Gérard Michel présente les trois bases de la chanson française : un auteur, un compositeur, un interprète ; une formule évoquant les début et fin de carrière de ces trois artistes ; une performance scénique surprenante et respectueuse. Visitez son site :m col.heg.wwwcimdrare.
Jean-Sébastien BRESSY
 Professionnel depuis 1996 Jean-, Sébastien a enchaîné près de 1000 prestations jusqu’à ce jour, avec 3 albums à son actif.
 Épris de poésie et de musique, Jean-Sébastien exprime ses talents d’auteur, compositeur, interprète, depuis l’age de douze ans.
 Amoureux des poèmes de Rimbaud et  Baudelaire, Jean-Sébastien possède le  répertoire des plus grands sur le bout des  lèvres... et des doigts :  Brassens, Brel, Lama,Ferré, Ferrat, Renaud ... ces maîtres de la chanson française l’inspirent ainsi tout au long de son travail de composition, mais aussi sur scène.
 Jean-Sébastien propose ainsi un tour de chant composé de chansons personnelles émouvantes, drôles, parfois graves mais toujours relevées d’une pointe d’humour attendrissante. Sa présence capte l’auditoire et la virtuosité de son jeu sert remarquablement la finesse des textes chantés.
 Accompagnateur de qualité, Jean-Sébastien sait aussi s’effacer pour mettre son talent au service d’autres artistes comme Allain Leprest, Bruno Brel, Marie d'Epizon, Martine Ferreira, Gérard Prats, Jean Pierre Laurant, Patrick Valerian, Jean Coutarel, Gérard Michel...
Visitez son site :.esnaej. tenwww.
Samedi 19 octobre à 20h30 : SOIREE BRASSENS-FERRE
Jacques RAULET
 Je suis auteur, compositeur, interprète, né et élevé en Bretagne mais vivant en Région parisienne.  J'ai écrit une centaine de chansons, soit sur mes musiques, soit sur celles de mon ami le compositeur et musicien de jazz Jacques Bolognesi (http://jacques.bolognesi.free.fr/Monsiteweb/i ndex.html).
 Nous avons, sous le label de Laurent Jarry-Ctenboite sorti un cd ensemble " Si je devais partir demain en 2009 (http://www.ctenboite.com/)  Je me produis seul à la guitare, mais aussi avec le guitariste de Gilles Quétin ou avec l'accordéoniste Jo Labita. J'accompagne aussi à la guitare dans Barbara, Brassens, Piaf et ses propres chansons, ma compagne Corine Chabaud.  Mon dernier spectacle était intitulé " Sur les chemins qui longent la mer ". C'est une manière de tour du monde en chansons, les miennes, de la Bretagne à l'Afrique, de l'Afrique à l'Orient, à la CaraIbe, à New Yorjk et retour ... Pas marin breton mais grand voyageur en chansons!  La chanson de la vidéo que vous pouvez regarder à l'adresse suivante en témoigne: http://www.lesamisdegeorges.com/Vaison2012/03 mar24avril2012.html _
 Mon précédent spectacle était intitulé "Histoires d'artistes" et le prochain "Portraits de femmes" toujours sur mes chansons. Je bâtis à chaque fois un récit qui raconte et fait voyager ( c'est du moins ce que je tente de faire )
 Je fais de même avec Brassens, avec Brel ( je viens de m'y remettre) et je peux aussi faire de même avec Léo Ferré, ou Pierre Perret , le roi de l'argot. Je chante et je raconte, je construis, et je chante.
GEORGES BRASSENS, UNE INTEGRALE THEMATIQUE PERSONNELLE
PARJACQUES RAULET
 Avec cette «Intégrale Georges Brassens», Jacques RAULET, auteur, compositeur et interprète lui-même, propose au public de revisiter, d’une façon nouvelle, l’un des monuments de l’histoire de la chanson française.
 En effet, Jacques Raulet chante, raconte et met en lumière les grands thèmes des chansons de G. Brassens, au cours de 7 spectacles - 25 chansons par spectacle -selon un découpage qui permet d’évoquer la vie d’un chanteur-poète du XX° siècle, ses combats d’homme et d’artiste, ses rapports à la guerre, à la liberté, à l’Etat, à l’amitié, aux femmes bien sûr ; mais aussi sa relation au temps qui passe, à la religion chrétienne, à la mort, à la survie espérée par la fidélité à sa vocation artistique. Les sept spectacles suivent les différents chemins d’un homme de haute culture et de haute mémoire, qui eut le génie d’être tout à la fois savant et populaire ; d’un homme dont les chansons composent une œuvre unique, une œuvre de référence, une œuvre que le public peut sans cesse redécouvrir.
 S’accompagnant à la guitare, Jacques RAULET interprète plus de 150 chansons distribuées selon les thèmes suivants :
1 - L’histoire de G. Brassens et la fabrication d’une image publique
2 - La Cour des miracles
3 - Les femmes et l’amour
4 - G. Brassens, un libertaire
5 - G. Brassens sur les chemins qui (ne) mènent (pas) à Rome?
6 - G. Brassens, poète des choses délicates et fugitives
7 - La Camarde
SPECTACLE N°1
G.Brassens, ou l’histoire d’un Maître de la chanson poétique.
 Originaire de Sète, Brassens arrive à Paris en Février 1940, juste avant l’armée allemande. Il est envoyé au camp de Basdorf, où il chante ses premières chansons. De retour à Paris il se cache Impasse Florimont, chez la Jeanne, refuse les combats de la résistance, mais étudie les Poètes et les met en musique. Il écrit des chansons légères, des provocations anarchistes qui font scandale dès ses premières scènes, mais aussi des chansons loufoques ou vachardes. Il se construit une image de marginal, qui tape sur «les cons», raconte des amours impossibles, des amours illusoires, ou adultères, éphémères comme le parfum des fleurs, délicieuses comme des bécots, et se fait docile pour une poupée vivante. Puis, lassé de chanter la chair, il moque la Camarde et rêve de vacances éternelles sur la plage de Sète, à ce jour où il lui faudra quitter ses chers copains.
SPECTACLE N°2
G. Brassens, la Cour des miracles
 Poète en marge, Brassens raconte ses amours bohèmes, et d’accueillantes hôtesses, dans ce vieux Paris des bouges, où l’on boit du vin jusqu’à l’ivresse, avant de s’offrir une pauvresse, une fille de la rue, une de celles que la misère peut conduire au crime, de celles dont on se fait souteneur. Brassens se rêve pendu au gibet de Montfaucon, ou poète, pauvre
sans doute, mais libre. Musicien parmi les chiffonniers, il accompagne un étrange cortège nuptial, ramasse les boucles d’une amoureuse condamnée, et bouscule les valeurs communes. S’il fait un séjour en cellule, dès sa sortie, il retrouve ses fidèles copains avec qui il suit la dépouille des chers disparus. Longtemps, il vécut impasse Florimont où, même devenu célèbre, il refusa tous les honneurs : homme discret, artiste indépendant.
SPECTACLE N° 3
 Georges Brassens, les femmes et l’amour  Héritier des poètes médiévaux Brassens chante l’endroit et l’envers des femmes que l’on aime, du bout des dents, en pleine chair, lorsque le vent les dévoile, lorsqu’elles s’agenouillent, et s’offrent aux regards des hommes. Il se souvient de ses amours de jeunesse, amours éphémères, comme celles des marins ou des musiciens errants. Pourquoi les femmes cèdent-elles ? Brassens les aime libres, voire infidèles, dans le rêve comme dans l’acte. Mais qu’elles se vendent, ou qu’elles se donnent, à un mari, à un amant, elles ont souvent la chair triste ; si triste que certaines, se cloîtrant, laissent les hommes dans les visions érotiques de leur virile solitude, où passe le cortège de conquêtes ardentes, comiques, dérisoires.
SPECTACLE N° 4
Georges Brassens, un libertaire
 Si Brassens s’attaque aux imbéciles, aux natifs et autres gens du cru, c’est qu’ils sont va-t-en-guerre mais poltrons, quoique nostalgiques des héros d’antan. Lui, pacifiste jusqu’à la provocation, sait les régimes politiques éphémères. Il témoigne à charge contre les juges et les agents de police, dont il moque les femmes. S’il sait reconnaître un flic bienveillant, il ne va pas jusqu’à porter plainte pour vol - souvenirs de jeunesse obligent ! Anticlérical, il s’affiche solidaire d’un prêtre non-violent, tout en condamnant la virginité, qui conduit parfois à d’étranges déviances. Il lui préfère l’amour libre et gratuit ; l’adultère, dont il inverse les rôles. Fidèle à lui-même il continue de chanter, libre de tout engagement.
SPECTACLE N° 5
G. Brassens sur les chemins qui (ne) mènent (pas) à Rome?
 En suivant les chemins qui ne mènent pas à Rome, Brassens fait le Pari de Pascal! Tout en se riant des débats internes d’une Eglise parfois vénale, ennemie des joies et des plaisirs, qui sait rendre sinistres certaines chambres conjugales ; d’une Eglise hypocrite et débauchée, du temps de Villon, ou du temps d’Hugo; d’une Eglise qui suscite de troublantes perversions. Et Brassens lui-même s’éprend d’une femme à l’image de Madone. Pourtant, il défend l’honneur d’un prêtre et l’authenticité d’une religieuse rigoriste. Il est solidaire d’un curé qui combat la peine de mort. S’il chante «Je vous salue Marie», c’est par goût de la charité, celle qui conduit au Ciel, disent les Chrétiens. Et Brassens de leur rappeler le Pardon évangélique, donné par Dieu à qui fait preuve de contrition. Dieu qui reprend la vie, Dieu vers qui vont les morts. Aux hommes, Brassens demande une croix sur sa tombe, et à Dieu, de l’accueillir en sa Jérusalem céleste ! Mais la résurrection qu’il espère est celle de l’artiste, car les Dieux sont morts et Le Christ lui-même ne sera peut-être pas présent à la fin des temps. Le Pari de Pascal a échoué : la foi n’est pas venue, et Brassens semble le regretter.
SPECTACLE N° 6
G. Brassens, poète des choses délicates et fugitives
Un rendez-vous galant, un rendez-vous léger, où se dévoilent des charmes cachés, délicats comme une fleur, parfumés comme un fruit. Un second rendez-vous, risqué, car l’amour est éphémère, et souvent malheureux. Qu’il soit volage, qu’il soit fidèle, l’amour est un présent divin, que Brassens préserve du quotidien. S’il chante les charmes mûrs, il sait que le désir des hommes, parfois, s’empare de très jeunes filles. Et le Poète prie pour l’innocence bafouée ; regrette la douceur de l’enfance et se désole du temps qui passe, si vite. Mais, de l’automne qui vient et de ce vent qui tout emporte, Brassens se console, avec des chansons. SPECTACLE N° 7
La Camarde
 Puisqu’au bout de leur chemin, de vieillesse, ou de fatigue, les hommes meurent, docilement, comme les bêtes quand elles ont achevé leur ouvrage, on voudrait leur offrir des joies ultimes, et, après leur avoir rendu les honneurs posthumes, les déposer, au cimetière de leur choix, dans leur dernière demeure- Si, quand la mort se rapproche de lui, Brassens s’abandonne un temps à la tristesse, il moque vite les regrets éternels, et, tout en s’interrogeant avec Villon sur l’au-delà, console joyeusement la veuve et courtise une apparition, qui cache ses os sous son drap...Nostalgique des divinités anciennes et lecteur des Evangiles il tente, à son tour, le Pari de Pascal. On sait qu’il n’adhèrera pas à la foi chrétienne, refusant l’idée même du sacrifice ; mais que, comme l’Eglise, il combattra la peine capitale. A la saison des morts il nargue la faucheuse, défile dans les convois funéraires, commande que sur la plage de Sète lui soit creusée une tombe ; et affirme, non sans orgueil, que son œuvre lui survivra dans le cœur du public.
Serge UTGE ROYO
« D’amour et de révolte » une longue et belle histoire
-« Léo FERRE a fait partie de ma large tribu d’exilés espagnols, depuis mon enfance…Après l’évocation de ce compagnonnage évident, je dois dire que je suis, encore aujourd’hui, toujours étonné par l’exceptionnelle trajectoire (mots, musiques, interprétations) de cet homme, dans le paysage de la « chanson » francophone.
Ensuite, les hommages que nous pouvons rendre à son œuvre doivent être plutôt des clins d’œil malicieux, têtus, à ce qu’il a osé dire et faire en son temps dans les domaines politique (l’artiste a osé risquer sa carrière et son intégrité physique, aux moments des
Guerres coloniales…), social, artistique.  Même modestement, nous pouvons être fiers de piétiner les estrades où il a lancé ses imprécations, ses notes et ses mots d’amour. Une autre chose est de ne pas savoir s’il aurait été fier, ou gêné de nous…
 La famille FERRE m’a proposé d’enregistrer les chansons « politiques » de Léo. J’ai longuement réfléchi (deux ans) avant de faire un choix différent, arbitraire et subjectif… ». -« Lo ’ encontré Serge Utgé-Royo il y a quelques années, j’ai rsque j ai r été très touchée par sa passion pour Léo. Déjà grande admiratrice de sa carrière d’artiste aux yeux et au cœur ouverts, j’ai pressenti qu’il aurait la volonté, la force et le talent de consacrer tout un album aux chansons de Léo. Voilà que naît « D’amour et d’amitié » et l’émotion est au rendez-vous. Merci Serge Je t’embrasse
Marie-Christine FERRE
Visitez son site :wworegtu.wmoc.oy
Dimanche 20 octobre à 15h30 : MATINEE PASSION
SOHAM
 Une voix... une guitare... ce duo harmonieux, tout en arabesques, en climats fluides et sereins, nous balade sur sa musicalité funambule.  Soham, un univers de chansons françaises fait d’harmonies de cordes, de mélodies et d’histoires...
                  . . . U  n  e  VAoZixZ:UO-ZaLDABORaDlEil, Une voix bouleversante, tripale, une « frenchie-blues », avec des nuances veloutées capables d'intimisme avant d'attaquer le rauque de la passion. Depuis 1992, elle participe à de nombreuses scènes avec “Soham” en première partie de Francis Cabrel, Alain Souchon..., avec “Histoires de Couple” et “Porte-Plume”.  Une production discographique diverse , 2 albums “Soham”, 1 album “Porte-Plume” et la participation aux albums de Francis Cabrel, Daniel Seff, Jordi Barre.  De plus, elle collabore avec Christian à divers ateliers autour de la création de chansons (atelier "Les Mots et les Notes") et mène des ateliers d’écriture.  Elle chante également dans les groupes «Jazzoflute trio» (musique du monde) et «Beyond Blue» (Jazz-Pop).
...Une Guitare :Christian
LABORDE,guitare, synthé-guitare
 Guitariste « Finger Style » hors normes, (album avec Marcel Dadi), et compositeur “plein de finesse”.  Etudes de Guitare classique au Conservatoire National de Toulouse, encadre de nombreux stages de guitare ( le Festival International de Guitare de Cannes, la Convention d’ Issoudun...).  Se produit sur de nombreuses scènes dont : le Printemps de Bourges, et des festivals en Italie, Turquie et aux Etats-Unis (Convention de la “Chet Atkins Appreciation Society” à Nashville...).  Joue dans différents groupes : «Porte Plume», Duo «Rendez-Vous avec Lui», «Patakez Musik Show» et également en duo avec le guitariste classique Benoît Albert.
A l’affiche avec... Francis CABREL en tournée et à Paris, Théâtre des Champs Elysées - Alain SOUCHON à Montauban, festival "Alors Chante" - Alain CHAMFORT - Greame ALWRIGHT - Jean-Jacques MILTEAU - Dick ANNEGARN - Le QUATUOR, Tommy EMMANUEL, Martin TAYLOR, ... “Les Francofolies” de La Rochelle - “Le Midem” de Cannes dans le cadre des "Talents 95" - “Journée Mondiale de la Francophonie” de Londres, avec Mory KANTE -Tournée «Singer & Songwriter» en Allemagne - “Chant’ Appart’” de La Roche Sur Yon -“L’Air du Temps” de Lignières - “4°Convention Internationale ADGPA ” de Soave, Festival International de Guitare de Menaggio Italie - “Cap Guitare” de Lanton & Lège-Cap Ferret -“Le Chainon Manquant” de Tours - “Issoudun, Capitale de la Guitare”, Festival de Guitare de Dunkerque, ...
REVUE de PRESSE
       . ..eéelDoéruaa enu'd ueen mtee utto, morbers no t,ed raonstpeeblocn dvelu che l  aishluote se plie, le bras se casse, la taille ondule imperceptiblement, s'exprime une voix magique aux courbes mélodiques abouties, tantôt tendre et douce, tantôt chaude et passionnée qui se perd, rebondit ou chavire sur le tapis rouge superbe déployé par les instrumentistes. La Dépêche du Midi
Événements : Cannes, le 29e MIDEM Soham, c’est une voix qui fait chanter délicatement le français dans le paysage acoustique dessinée par les arabesques fluides de la guitare sur des rythmes de samba, de bossa, de jazz ou de blues. Télérama
Sohamen première partie : Émotion assurée “Ils sont du Sud-Ouest et ce n’est pas leur seule qualité”, Francis Cabrel présenta en ces premiers mots Soham. Dure tâche que celle des premières parties, car il faut l’avouer, ici on attendais “Francis” avec passion. Et la passion fut aussi avec Soham. La voix bouleversante de Dalila, le jeu de guitare de Christian Laborde créeront très vite l’émotion. Cette complicité guitare et voix , on avait oublié que là, débuta la musique. Soham a fait vibrer Paris... Le Petit Bleu
Inutile de compliquer les choses à loisir... Soham, c'est la simplicité musicale essentielle au service d'une émotion...Privilégiant les atmosphères intimistes, la douceur des ambiances et la force des textes, les Lot-et-garonnais ont su s'attirer la sympathie, et le parrainage discret mais précieux de Francis Cabrel avec lequel ils partagent l'amour des chansons bien faites. Sans esbroufe inutile, Soham pose ses morceaux comme des évidences, avec simplicité. Festival AQUIT’AIME
VU PAR LES ORGANISATEURS
Une histoire d'harmonie, Le duo guitare acoustique et chant, Christian et Dalila Laborde, entrera en scène comme on entre en communion, dans une attente du public déjà conquis lors de précédents concerts.