Ô Canada ! mon pays, mes amours

Ô Canada ! mon pays, mes amours

-

Documents
1 page
Lire
Le téléchargement nécessite un accès à la bibliothèque YouScribe
Tout savoir sur nos offres

Description

Ô Canada! mon pays, mes amoursGeorge-Étienne Cartier1834 ou 1835 Wikipédia a un article d'approfondissement sur Ô Canada ! mon pays, mes amours.Comme le dit un vieil adage ...

Sujets

Informations

Publié par
Nombre de visites sur la page 237
Langue Français
Signaler un problème
Ô Canada! mon pays, mes amours
George-Étienne Cartier
1834 ou 1835
Wikipédiaa un article d'approfondissement surÔ Canada ! mon pays, mes amours.
Comme le dit un vieil adage: Rien n'est si beau que son pays; Et de le chanter, c'est l'usage; Le mien je chante à mes amis L'étranger voit avec un œil d'envie Du Saint-Laurent le majestueux cours; À son aspect le Canadien s'écrie: Ô Canada! mon pays! mes amours!
Maints ruisseaux et maintes rivières Arrosent nos fertiles champs; Et de nos montagnes altières, De loin on voit les longs penchants. Vallons, coteaux, forêts, chutes, rapides, De tant d'objets est-il plus beau concours? Qui n'aimerait pas tes lacs aux eaux limpides? Ô Canada! mon pays! mes amours!
Les quatre saisons de l'année Offrent tour à tour leurs attraits. Le printemps, l'amante enjouée Revoit ses fleurs, ses verts bosquets. Le moissonneur, l'été, joyeux s'apprête À recueillir le fruit de ses labeurs, Et tout l'automne et tout l'hiver, on fête. Ô Canada, mon pays! mes amours!
Le Canadien comme ses pères, Aime à chanter, à s'égayer. Doux, aisé, vif en ses manières, Poli, galant, hospitalier. À son pays il ne fut jamais traître, À l'esclavage il résista toujours; Et sa maxime est la paix, le bien-être Du Canada, son pays, ses amours.
Chaque pays vante ses belles; Je crois bien que l'on ne ment pas; Mais nos Canadiennes comme elles Ont des grâces et des appas. Chez nous la belle est aimable, sincère; D'une Française elle a tous les atours, L'air moins coquet, pourtant assez pour plaire, Ô Canada! mon pays! mes amours!
Ô mon pays! de la nature Vraiment tu fus l'enfant chéri; Mais l'étranger souvent parjure, En ton sein, le trouble a nourri. Puissent tous tes enfants enfin se joindre, Et valeureux voler à ton secours! Car le beau jour commence à poindre. Ô Canada! mon pays! mes amours!