Paroles du LLibre Vermell de Montserrat
25 pages
Français

Paroles du LLibre Vermell de Montserrat

-

YouScribe est heureux de vous offrir cette publication
25 pages
Français
YouScribe est heureux de vous offrir cette publication

Description

Roch-Olivier Maistre, Président du Conseil d’administration Laurent Bayle, Directeur général Mardi 26 novembre 2013 LeLlibre Vermellde Montserrat La Capella Reial de Catalunya | Hespèrion XXI | Jordi Savall er Dans le cadre du cycle Montagnes décembredu 26 novembre au 1 Vous avez la possibilité de consulter les notes de programme en ligne, 2 jours avant chaque concert, à l’adresse suivante :www.citedelamusique.fr 2013 Mardi 26 novembre | de Montserrat Llibre Vermell Le | Jordi Savall CycleMontagnes Montserrat (en catalan le « Mont en dents de scie »), curiosité géologique de conglomérats aux formes étranges, e abrite depuis le Moyen Âge un monastère et une statue romane de la Vierge. À la fin du XIVsiècle, quantité de pèlerins affluent à Montserrat. Les moines leur proposent un répertoire sur mesure avec des paroles «décentes et honnêtes» sur des airs populaires. Ainsi en témoigne le précieuxLlibre Vermell, miraculeusement échappé aux destructions napoléoniennes de 1811. On ne peut qu’être frappé par le caractère familier de cette musique sacrée : à la fin du Moyen Âge, ainsi que l’a expliqué Georges Duby, la mentalité profane gagne du terrain, y compris à l’église. En même temps, ces adaptations sont soigneusement composées dans le style de l’Ars nova française ou italienne, ce qui démontre que les moines de Montserrat étaient informés des techniques musicales les plus avancées de leur temps.

Sujets

Informations

Publié par
Publié le 16 avril 2020
Nombre de lectures 15
Langue Français
Poids de l'ouvrage 1 Mo

Exrait

Roch-Olivier Maistre, Président dU Conseil d’administration Laurent Bayle, DirecteUr général
Mardi 26 novembre 2013 LeLlibre Vermellde Montserrat La Capella Reial de Catalunya | Hespèrion XXI | Jordi Savall
er Dans le cadre dU cycleMontagnesdécembredU 26 novembre aU 1
VoUs avez la possibilité de consUlter les notes de programme en ligne, 2 joUrs avant chaqUe concert, à l’adresse sUivante :www.citedelamusique.fr
2013
Mardi 26 novembre |
de Montserrat
Llibre Vermell Le |
Jordi Savall
CycleMontagnes
Montserrat (en catalan le « Mont en dents de scie »), cUriosité géologiqUe de conglomérats aUx formes étranges, e abrite depUis le Moyen Âge Un monastère et Une statUe romane de la Vierge. À la fin dU XIV siècle, qUantité de pèlerins afflUent à Montserrat. Les moines leUr proposent Un répertoire sUr mesUre avec des paroles «décentes et honnêtes» sUr des airs popUlaires. Ainsi en témoigne le précieUxLlibre Vermell, miracUleUsement échappé aUx destrUctions napoléoniennes de 1811. On ne peUt qU’être frappé par le caractère familier de cette mUsiqUe sacrée : à la fin dU Moyen Âge, ainsi qUe l’a expliqUé Georges DUby, la mentalité profane gagne dU terrain, y compris à l’église. En même temps, ces adaptations sont soigneUsement composées dans le style de l’Ars novafrançaise oU italienne, ce qUi démontre qUe les moines de Montserrat étaient informés des techniqUes mUsicales les plUs avancées de leUr temps.
Le Christ au mont des Oliviersde Beethoven a été écrit dUrant Une période critiqUe dans la vie dU compositeUr, qUand il a pris conscience de sa sUrdité croissante et irrémédiable. L’exemple dU Christ isolé sUr la colline, dans la nUit précédant sa Passion et confronté à la grave décision de son sacrifice, ne poUvait qUe lUi apporter Une réponse. Le modèle de Haydn, dontLa Créationétait toUte récente, se laisse percevoir de manière directe et candide, qUi s’achève sUr Une note de joie : l’arrestation dU Christ est assimilée à Une sorte de victoire. Dans la veine « héroïqUe » de Beethoven, la montagne est le lieU où la voie noUs est indiqUée.
Prier, c’est se « réfUgier sUr la montagne » ; ainsi l’entend SchUbert Un mois avant sa mort en 1828, dans son Offertorium « Intende voci ». SUr le texte latin dU PsaUme V, qUi implore la protection dU SeigneUr, le compositeUr choisit Une expression dénUée de drame, assez animée et gracieUse.
La montagne romantiqUe, splendeUr dU paysage et sommet d’exaltation spiritUelle, troUve l’Une de ses plUs belles incarnations orchestrales dans laSymphonie alpestre(1915) de Richard StraUss. De plan libre, cette « randonnée » en vingt-deUx épisodes ininterrompUs commence par Un mystérieUx lever dU joUr, avant qUe les cimes aUx angles dUrs ne s’illUminent. D’Un grand impact « visUel », les scènes pastorales et naïves alternent avec des contemplations panoramiqUes. Les Éléments rient, dans la chatoyante cascade ; ils explosent dans Une des tempêtes les plUs réalistes dU répertoire, aUx effets instrUmentaUx impressionnants. La symphonie se clôt sUr le retoUr de sa « nUit » première, et prend ainsi le sens d’Une initiation aU monde.
L’Ascension(1933) d’Olivier Messiaen, qUant à elle, ne prétend pas se sitUer sUr Une montagne, mais résUme les rêves ascensionnels, cette fois, vers le sommet sUprême, «la lumière inaccessible du Père».
AUtant de mUsiqUes qUi, dans des styles très divers, interprètent la notion d’altitUde. Ainsi qUe l’écrit Bachelard : «Dans les lieux élevés nous éprouvons un réconfort. La moindre colline, pour qui prend ses rêves dans la nature, est inspirée.»
Isabelle Werck
DIMANCHE 24 NOVEMBRE – 15H CONCERT ÉDUCATIF
Musique et nature
Les Siècles François-Xavier Roth, direction Pierre Charvet, présentation
MARDI 26 NOVEMBRE – 20H
LeLlibre Vermellde Montserrat Chants et danses en l’honneur de la Vierge Noire du monastère de e Montserrat (XIV siècle)
La Capella Reial de Catalunya Hespèrion XXI Jordi Savall, rebec, rebab, vièle et direction
SAMEDI 30 NOVEMBRE – 9H30 CITÉSCOPIE
Ludwig van Beethoven Le Christ au mont des Oliviers
Conférences de 9h30 à 18h30, concert à 20h
Du MERCREDI26MARS Au MARDI8AVRIL ER Du DIMANCHE24NOVEMBRE Au DIMANCHE1DÉCEMBRE
SAMEDI 30 NOVEMBRE – 20H
Franz Schubert Offertorium«Intende voci» Ludwig van Beethoven Le Christ au mont des Oliviers
Orchestre de chambre de Paris Accentus Thomas Zehetmair, direction Julia Bauer, soprano Toby Spence, ténor Alain Buet, basse
ER DIMANCHE 1DÉCEMBRE – 16H30
Olivier Messiaen L’Ascension Richard Strauss Symphonie alpestre
Brussels Philharmonic Michel Tabachnik, direction
Concert précédé d’un Flash Concert à 15h30.
MARDI 26 NOVEMBRE 2013 – 20H
LeLlibre Vermellde Montserrat e Chants et danses en l’honneur de la Vierge Noire du monastère de Montserrat (XIV siècle)
O Virgo splendens Stella splendens Laudemus Virginem Los set gotxs Splendens ceptigera Polorum regina Cuncti simus concanentes Mariam matrem Virginem Imperayritz de la ciutat joyosa Ad mortem festinamus
Fin du concert vers 21h45.
4
La Capella Reial de Catalunya María Cristina Kiehr,soprano Elisabetta Tiso,soprano Rocío de Frutos,soprano Aina Martín,soprano Kadri Hunt,mezzo-soprano VivaBiancaLuna Biffi,mezzo-soprano, rebec et vièle David Sagastume,contre-ténor Lluís Vilamajó,ténor Francesc Garrigosa,ténor Marco Scavazza,basse Daniele Carnovich,basse
Hespèrion XXI Sébastien Marq,flûtes Haïg Sarikouyoumdjian,dUdUk Andrew Lawrence-King,psaltérion Christophe Tellart,cornemUse, flûtes et vielle à roUe Michaël Grébil,lUth médiéval Hakan Güngör,kanUn Yurdal Tokcan,oUd Jean-Pierre Canihac,cornet Béatrice Delpierre,chalémie Daniel Lasalle,sacqUeboUte Dimitri Psonis,santoUr, morisca et cloches Pedro Estevan,percUssions
Jordi Savall,rebec, rebab, vièle et direction
5
LeLlibre Vermellde Montserrat
AU sUd des Pyrénées, entre Méditerranée, Castille et Navarre, le RoyaUme d’Aragon est Un carrefoUr de civilisations et de cUltUres. Avant la création de ce royaUme, né dU mariage dU comte de Barcelone, Raimon Bérenger IV, et de la fille de Ramiro II d’Aragon, le comté de Barcelone avait acqUis Une renommée cUltUrelle : les abbayes et la coUr entretenaient des foyers actifs dans toUs les domaines, en particUlier la mUsiqUe. Les soUverains de ce noUveaU royaUme fUrent très vite de généreUx mécènes, ce qUi faisait de ce pays Un lieU de passage poUr les jongleUrs pUis les ménestrels étrangers qUi y rencontraient leUrs homologUes catalans joUissant d’Un prestige particUlier. Les mUsiciens des églises royales avaient aUssi leUr importance, d’aUtant qUe l’École de MUsiqUe d’Avignon, résidence papale dUrant Un temps, était proche. L’intérêt mUsical des e e XIII et XIV siècles était immense dans cette partie de l’EUrope et l’inflUence des formes mUsicales françaises, avec l’Ars nova– notation introdUite par Philippe de Vitry –, s’est étendUe à toUte la région.
ToUt aU long dU Moyen Âge, de nombreUx lieUx de pèlerinage se sont créés, soUvent dans des lieUx où des miracles s’étaient prodUits, où des reliqUes de saints étaient censées se troUver. En Espagne, deUx centres de pèlerinage devinrent ainsi célèbres à travers l’EUrope : Saint-JacqUes-de-Compostelle où venaient des pèlerins de toUte l’EUrope et Montserrat, près de Barcelone, de fréqUentation plUs locale. Le monastère de Montserrat, en Catalogne, fUt fondé en 1027, alors qUe, près de deUx siècles plUs tôt, sUr place existait Une chapelle dédiée à la Vierge. S’y troUvait la e magnifiqUe Vierge noire de Montserrat, de bois polychrome scUlpté vers la fin dU XII siècle, qUe les fidèles venaient honorer. Des enfants avaient vU des apparitions de la Vierge et les habitants des environs se rendirent sUr place et y constrUisirent Un monastère. Différents monarqUes catalans (Raimon Bérenger III le Grand, JaUme I…) donnèrent à ce sanctUaire davantage de prestige, en même temps qUe le pays catalan grandissait et troUvait son apogée aU débUt dU e XIV siècle. Après diverses péripéties, l’abbaye prit son indépendance vis-à-vis de l’abbaye de Ripoll, devenant alors Un centre cUltUrel catalan d’envergUre et, avec le règne d’Alphonse V le Magnanime et la conqUête de Naples, de nombreUx échanges s’établirent entre les cUltUres catalane et italienne. Le monastère de ce fait grandit en prestige ; la mUsiqUe y tint toUjoUrs Une place particUlière, ce qUi est toUjoUrs vrai aUjoUrd’hUi grâce à sa célèbre manécanterie.
Les témoignages sUr les premiers temps dU monastère sont rares car sa précieUse bibliothèqUe et ses archives brûlèrent en 1811 lors de l’invasion napoléonienne. Parmi les manUscrits précieUx qUi s’y troUvent encore, il en est Un qUi est particUlièrement renommé, connU soUs le nom deLlibre Vermell. Ce manUscrit a échappé aU désastre par Un effet dU hasard, car il avait été confié à Un érUdit de Barcelone peU avant l’incendie. Son nom deLlibre Vermellest dû à sa reliUre en bois et e veloUrs roUge qUi, en réalité, ne date qUe dU XIX siècle, alors qUe la transcription des feUillets qU’elle contient est datée de 1399. Ce codex aU contenU varié est composé de divers feUillets (172 à l’origine, dont seUlement 137 sont conservés) et en comporte d’aUteUrs anonymes qUi sont particUlièrement remarqUables et représentent le noyaU principal de ce programme. Ce sont dix e chants et danses de dévotion à la Vierge Marie, copiés toUt aU long dU XIV siècle. une note en bas de la page 22 dU manUscrit indiqUe qUe ces mUsiqUes sont à chanter et à danser.
6
C’est certainement ce qUe faisaient les pèlerins à la Vierge noire de Montserrat, dans l’église oU sUr le parvis. «Bien sûr, ils ne doivent chanter que des chansons honnêtes et religieuses», dit le texte ! Et il ajoUte : «Il convient d’en faire usage avec modération et respect, sans gêner ceux qui désirent poursuivre leurs prières et leurs méditations.»
Ces chants étaient donc proposés aUx pèlerins par les moines eUx-mêmes et témoignent de l’imbrication des domaines profanes et sacrés en cette fin dU Moyen Âge. Les moines de Montserrat ont toUjoUrs été des hommes très cUltivés et leUr contact continUel avec les abbayes d’Un côté comme de l’aUtre des Pyrénées contribUa à la qUalité des mUsiqUes qU’on y interprétait. Ces mUsiqUes étaient destinées aUx pèlerins qUi venaient à l’abbaye de Montserrat mais aUssi à ceUx qUi y passaient fréqUemment sUr le chemin de Saint-JacqUes. Ce fait poUrrait expliqUer qUe ces mUsiqUes aient bénéficié d’Une grande diffUsion.
L’écritUre de toUs ces feUillets n’est pas Uniforme : la notation Utilisée est soUvent celle de l’Ars novafrançaise. PoUr certaines pièces, la notation est légèrement différente (par exemple poUrStella splendens,Los set gotxs,Cuncti simus,Polorum regina…) et même de type grégorien poUrO Virgo splendens. DU point de vUe de la forme, plUsieUrs œUvres sont des virelais (Imperayritz de la ciutat joyosa,Mariam matrem,Ad mortem festinamus,Stella splendens…). Écrits poUr Une, deUx oU trois voix, les textes sont généralement en latin, parfois en langUe vernacUlaire, c’est-à-dire en catalan (Los set gotxs,Imperayritz de la ciutat joyosa). NoUs savons par ailleUrs qUe plUsieUrs de ces pièces sont des danses (Stella splendens,Los set gotxs,Polorum regina). Selon le manUscrit, elles doivent être interprétées en cercle («ad trepudium rotundum»oU «a ball redon»), ce qUi est semble-t-il assez exceptionnel poUr l’époqUe. Elles sont d’Une profonde originalité toUt en restant d’Une grande simplicité. Bien qUe ressortissant à Un type de mUsiqUe «populaire», il est probable qUe les œUvres écrites dans le style de l’Ars novafrançaise aient été composées par les mUsiciens de la maison royale d’Aragon dont Montserrat était le monastère le plUs prestigieUx. D’ailleUrs, plUsieUrs rois d’Aragon y firent des visites et des pèlerinages lors de leUrs déplacements vers Barcelone, Saragosse oU Perpignan. La richesse de ce répertoire, sa spécificité et sa qUalité mélodiqUe en font Une sorte de monUment historiqUe qUi témoigne dU fait qUe les échanges intercUltUrels ne datent pas d’aUjoUrd’hUi et qU’ils sont depUis toUjoUrs extrêmement frUctUeUx.
La Fondation Centre Internacional de Música Antiga reçoit le soutien du Département de la Culture de la Generalitat de Catalunya, de l’Institut Ramón Llull et du Programme Culture de la Commission Européenne pour les ensembles La Capella Reial de Catalunya et Hespèrion XXI.
7
Le Llibre Vermellde Montserrat
O Virgo splendens
Antiphona dulcis armonia dulcissime Virginis Marie de
Montserrato – Caça de duobus vel tribus
O Virgo splendens hic in monte celso,
miracUlis serrato, fUlgentibUs UbiqUe,
qUem fideles conscendUnt Universi.
Eia, pietatis occUlo placato,
cerne ligatos fUne peccatorUm,
ne infernorUm ictibUs graventUr,
sed cUm beatis prece vocentUr.
Stella splendens
Sequitur alia cantilena omni dulcedine plena eiusdem
Domine nostre, ad trepudium rotundum
Tornada: Stella splendens in monte Ut solis radiUm miracUlis serrato, exaUdi popUlUm.
Cobles: ConcUrrUnt Universi gaUdentes popUli, divites et egeni, grandes et parvUli, ipsUm ingrediUntUr Ut cernUnt ocUli, et inde revertUntUr gratiis repleti.
Principes et magnates
extirpe regia,
saecUli potestates
optenta venia,
peccaminUm proclamant
tUndentes pectora,
poplite flexo clamant
hic: Ave Maria.
8
Ô Vierge resplendissante
Antienne de douce harmonie à la très douce Vierge
Marie de Montserrat – Canon à deux ou trois voix
Ô Vierge resplendissante, en haUt de ce mont, irradiant l’éclat de tes miracles, montent de partoUt la foUle des fidèles. Jetant ton regard bienveillant sUr ceUx qUi sont pris dans les rets dU péché, ne permet pas qU’ils sombrent en enfer, mais qU’ils rejoignent, grâce à ta prière, les bienheUreUx.
Étoile resplendissante
… Suit une cantilène, pleine de grande douceur…
à danser en cercle
Refrain : Étoile resplendissante, en haUt de ce mont, irradiant comme Un soleil l’éclat de tes miracles, écoUte le peUple !
Couplets : Montent de partoUt des peUples joyeUx. Les riches et les paUvres, les petits et les grands gravissent cette montagne
et les yeUx ébloUis,
en redescendent,
remplis par la grâce.
Les princes et les seigneUrs
qUi sont de sang royal,
et toUs les goUvernants
qUi font avec hUmilité l’aveU de leUrs péchés, viennent battant leUr coUlpe, Un genoU à terre poUr clamer : Ave Maria !
Prelati et barones,
comites incliti,
religiosi omnes
atqUe presbiteri,
milites, mercatores,
cives, marinari,
bUrgenses, piscatores,
praemiantUr ibi.
RUstici, aratores, nec non notarii, advocati, scUltores, cUncti ligni fabri, sartores et sUtores, nec non lanifici, artifices et omnes gratUlantUr ibi.
Reginae, comitissae, illUstres dominae, potentes et ancillae, iUvenes, parvUli, virgines et antiqUae, pariter vidUae, conscendUnt et hUnc montem, et religiosae.
CoetUs hij aggregantUr,
hic Ut exhibeant
vota, regraciantUr,
Ut ipsa et reddant,
aUlam istam ditantes,
hoc cUncti videant,
iocalibUs ornantes,
solUti redeant.
CUncti ergo precantes
sexUs UtriUsqUe,
mentes nostras mUndantes
oremUs devote:
Virginem gloriosam,
matrem clementiae,
in coelis gratiosam
senciamUs vere.
Les prélats et les barons,
avec leUr noble sUite,
toUs les moines
et les religieUx,
les marchands et les soldats,
les citadins et les marins,
les boUrgeois et les pêcheUrs
ici rendent grâce de vos bontés.
Les laboUreUrs et campagnards mais aUssi les notaires, les avocats, les scUlpteUrs, toUs les genres d’artisans, les tisserands, les charpentiers, les tailleUrs et les bottiers, toUs descendent ici contents.
Les reines et les comtesses, et les dames illUstres ; les pUissantes et les servantes, les jeUnes femmes, les jeUnes filles et les femmes âgées, toUt comme les veUves escaladent ce mont
ainsi qUe les religieUses.
une foUle de fidèles réUnis porte leUrs vœUx, témoignages de reconnaissance, et ainsi ce lieU conserve bien des trésors qUi l’ornent et qUi, qUand ils les voient les réjoUissent.
En oration réUnis,
les deUx sexes dévotement
prions d’Un cœUr pUr
et confessons :
Ô Vierge glorieUse,
mère de grande clémence, poUr voUs contempler aU ciel noUs implorons votre grâce. 9
Laudemus Virginem
Caça de duobus vel tribus
LaUdemUs Virginem, mater est,
et eiUs filiUs, IhesUs est.
PlangamUs scelera acriter,
sperantes in IhesUm jUgiter.
Los set gotxs
Ballada dels sets goyts de Nostra Dona en vulgar
cathallan, a ball redon
Endreça: Los set gotxs recomptarem et devotament xantant, hUmilment salUdarem la dolça Verge Maria. Ceteri Respondeant.
Refrany: Ave Maria, gracia plena, dominUs tecUm, virgo serena. Iterum dicatur.  Et sic de ceteris aliis.
Cobles:
I Verge fos anans del part, pUra, e sens falliment, en lo part, e’ pres lo part, sens negUn corrUmpiment. Lo Fill de DéUs, Verge pia, de vos nasqUe verament. Iterum lo fill. Ave.
10
Louons la Vierge
Canon à deux ou trois voix
LoUons la Vierge qUi est mère :
et son fils qUi est JésUs.
Confessons sans faillir nos péchés
sans cesser d’espérer en JésUs.
Les sept joies Ballade des sept joies de Notre Dame en catalan, danse en cercle
Ouverture : Les sept joies noUs conterons et chanterons dévotement, noUs salUerons avec hUmilité la doUce Vierge Marie.
Refrain : Ave Maria, pleine de grâce, le SeigneUr soit avec voUs, Vierge sereine.
Couplets :
I Vierge avant l’enfantement voUs êtes pUre et sans péché, pendant et après la naissance voUs êtes restée sans tache ;
de voUs est né en vérité,
pieUse Vierge, le Fils de DieU.
II Verge, tres reys d’Orient cavalcan amb gran corage, ab l’estella precedent vengren al vostr’ ebitage, offerint vos de gradatge aUr et mirre et encenç. Iterum offerint. Ave.
III Verge, [e]stant dolorosa per la mort del Fill molt car, romangUes tota joyosa, can lo vis resUscitar. A vos, Mare piadosa, primer se volch demostrar. Iterum A vos mare. Ave.
IV Verge, lo qUint alegrage qUe’n agUes del Fill molt car, estant al MUnt d’Olivatge al cell l’on vehes pUyar, on aUrem tots alegratge, si per nos vos plaU pregar. Iterum on aurem. Ave.
V Verge, qUan foren complits los dies de Pentacosta, ab vos eren aUnits los apostols, et decosta, sobre tots sens nUylla costa, devallà l’Esperit Sant.  Iterum sobre tots. Ave.
VI Verge, ‘l derrer alegratge qUe’n agUes en aqUest mon, vostre Fill ab gran coratge vos mUntà al cel pregon, on sots tots temps coronada regina perpetUal. Iterum on sots. Ave.
II Vierge, trois rois d’Orient chevaUchant avec coUrage derrière l’étoile les gUidant arrivèrent jUsqUe chez voUs
poUr voUs offrir en cadeaU
l’or, la myrrhe et l’encens.
III Vierge, plongée dans la doUleUr par la mort de votre très cher Fils, voUs êtes redevenUe joyeUse en le voyant ressUsciter ; à voUs, pieUse mère, il voUlUt se montrer d’abord.
IV Vierge, la cinqUième joie qUe votre très cher Fils voUs donna fUt aU jardin des Oliviers qUand voUs l’avez vU monter aU ciel ;
noUs en aUrons de la joie si,
poUr noUs, voUs poUvez intercéder.
V Vierge, qUand fUrent accomplis les joUrs de la Pentecôte, avec voUs se sont réUnis les apôtres et par ailleUrs
sUr toUs et sUr chacUn
descendit le Saint Esprit.
VI Vierge, la dernière joie qUe voUs avez eUe en ce monde fUt qUe votre Fils grâce à son coUrage voUs fit monter jUsqU’aU ciel,
où voUs serez à jamais coUronnée
reine poUr l’éternité.
11
  • Accueil Accueil
  • Univers Univers
  • Ebooks Ebooks
  • Livres audio Livres audio
  • Presse Presse
  • BD BD
  • Documents Documents