Projet mdrp de la banque mondiale le film « gagner du temps pour
1 page
Français
Le téléchargement nécessite un accès à la bibliothèque YouScribe
Tout savoir sur nos offres

Projet mdrp de la banque mondiale le film « gagner du temps pour

-

Le téléchargement nécessite un accès à la bibliothèque YouScribe
Tout savoir sur nos offres
1 page
Français

Description

Projet MDRP de la Banque mondiale Le film « Gagner du temps pour la paix » diffusé à Kinshasa Tuesday, February 6 Dans le cadre de ses activités d’information à l’intention des médias, la mission résidente de la Banque mondiale à Kinshasa a convié la presse à un programme cinématographique ce lundi 5 février.

Sujets

Informations

Publié par
Nombre de lectures 276
Langue Français

Exrait

Projet MDRP de la Banque mondiale Le film « Gagner du temps pour la
paix » diffusé à Kinshasa
Tuesday, February 6
Dans le cadre de ses activités d’information à l’intention des médias, la mission résidente de la Banque
mondiale à Kinshasa a convié la presse à un programme cinématographique ce lundi 5 février. En effet, les
professionnels des médias y ont suivi le film documentaire intitulé : « Gagner du temps pour la paix ».
Il s’agit d’un film documentaire d’une durée de 35 minutes qui explique le programme multi-pays de
démobilisation et de réinsertion (MDRP) financé par plusieurs bailleurs notamment la Banque mondiale. Le
MDRP est un partenariat entre plus de 13 bailleurs dont la Banque, sept gouvernements africains, des
a
g
e
n
c
e
s
d
e
l
O
n
u
e
t
d
e
s
O
N
G
.
C
e
p
r
o
g
r
a
m
m
e
c
o
m
p
r
e
n
d
l
a
d
é
m
o
b
i
l
i
s
a
t
i
o
n
e
t
l
a
r
é
i
n
s
e
r
t
i
o
n
d
e
p
r
è
s
d
e
400.000 ex-combattants dans les pays d’Afrique centrale et des Grands Lacs (RDC, Congo, RCA, Angola,
Rwanda, Burundi et Ouganda).
Le coût total du programme est de près de 500 millions US, dont la moitié est financée par la Banque
mondiale. Le film « Gagner du temps pour la paix » a été lancé à Paris en France en novembre 2006. Après sa
sortie en Europe et aux Etats-Unis où il a été projeté pour une audience constituée des partenaires et bailleurs
de fonds, il est actuellement diffusé à Kinshasa. Après une première séance privée pour les membres du
corps diplomatique, ce film a été projeté à l’intention des médias de Kinshasa. A travers ce document, il est
brossé les difficultés et les défis du MDRP. Après avoir réalisé plus de 28 heures de tournage, Bruno Donat,
chargé des communications du MDRP à Washington (siège de la Banque) est arrivé à produire ce document
poignant de 35 minutes. Dans ce film, on découvre les tenants et les aboutissants du programme qui vise à
dissoudre de nombreux groupes armés de la région Afrique centrale & Grands Lacs. Mais aussi à aider à la
réinsertion des ex-combattants dans la vie civile.
Ainsi, il ressort que le processus démobilisation et réinsertion ne peut aboutir que dans un contexte post-
conflit quand la guerre est terminée. Ce processus a notamment comme avantage d’alléger la charge
budgétaire militaires des Etats de la sous-région et de rendre possible la reconstruction. Au terme de la
projection du film, Bruno Donat et Aberahim Fraiji, responsable du MDRP en RDC, ont répondu aux
préoccupations des journalistes.
Selon leurs explications, le plus grand défi du MDRP au niveau de chaque pays reste l’appropriation du
programme. AU niveau de la RDC, grâce au programme il y a eu 100 000 ex-combattants démobilisés dont
44 000 sont pris en charge dans des projets de réinsertion. Par contre, il a été enregistré le départ de 25 000
enfants-soldats des forces combattantes.
Au niveau de l’ensemble de la sous-région, à ce jour il est enregistré 275 000 ex-combattants démobilisés
dont 155 000 reçoivent une assistance de réinsertion. A en croire Bruno Donat et Aberahim Fraiji, le MDRP
peut contribuer à créer les conditions pour restaurer la paix. Parallèlement à ce programme, il va falloir que
les pays travaillent pour extirper les causes qui sont à la base des conflits armés (la mauvaise gouvernance, la
violation des droits humains, la pauvreté.
Pour mémoire, les crédits alloués au programme MDRP constituent un don non remboursable.
L’observateur