Quantification et étude  des paramètres de variations des émissions ...
5 pages
Français
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Quantification et étude des paramètres de variations des émissions ...

-

Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus
5 pages
Français

Description

Quantification et étude des paramètres de variations des émissions ...

Sujets

Informations

Publié par
Nombre de lectures 51
Langue Français

Exrait

QUANTIFICATION ET ETUDE DES PARAMETRES DE VARIATIONS DES EMISSIONS DE GAZET D’ODEURS EN ELEVAGE DE CANARDS DE BARBARIE DE TYPE « LOUISIANE » 1 12 34 Lubac Sophie, Forichon Thomas, Martin Peulet Gilles, Aubert Claude, Robin Paul 1 2 ITAVI, 5 rue Hermann Frenkel, 69364 Lyon 07,Eleveur, Domaine des Pierres, 01540 St 3 4 Julien sur Veyle,ITAVI, Zoopôle Beaucemaine, BP37, 22440 Ploufragan,INRA USARQ Rennes – Unité Sol et Agronomie, 65 rue de St Brieuc, 35042 Rennes cedex Quantification et étude des paramètres de variations des émissions de gaz et d’odeurs en élevage de canards de Barbarie de type « Louisiane »Cette étude avait pour objectif de quantifier et d’analyser les teneurs et émissions de gaz tels que l’ammoniac et l’hydrogène sulfuré et les émissions d’odeurs depuis les élevages de canards de Barbarie. Ces derniers sont en effet réputés comme les plus odorants de la filière volaille. Les mesures ont été réalisées sur deux bâtiments à ventilation statique de type Louisiane. Pour une teneur moyenne en NH3(sur 101 séries de mesures) de 17,3±3 33 1,1 mg/md'air relevée au centre du bâtiment, les débits d’ammoniac ont étéde 121.10±de NH8.10 mg3/h, soit 21,5±mg de NH 1,83/h.canard (l’équivalent de 37 g d’azote /canard). Le débit global de NH3 sortantdu bâtiment a été lié de façon très marquée au débit d’air, à l’âge et au poids total présent en élevage, au débit de H2S ainsi qu’aux paramètres d’ambiance intérieure et extérieure à l’élevage. Toutefois aucun effet saison n’a été mis en évidence. Le débit de H2S moyen s’élevait à 3 580 mg/h, soit 0,67 mg/h.canard, pour une teneur moyenne 3 en H2S de 516±638 µg/md'air. Le niveau moyen d’odeurs relevé (sur 26 séries de mesures) était de 4 050 u.o., 6 6 avec un débit d’odeur de 59,3.10±u.o./h (soit 11 400 15,3.10± 3750u.o./canard.h.). Ce dernier est lié de manière très significative au niveau d'odeurs ainsi qu’aux débits globaux d'air, de NH3,de H2S. Les émissions de gaz et d’odeurs les plus élevées ont été mesurées en période plutôt froide en fin de bande des canards. Par rapport au scénario correspondant aux émissions les plus faibles (jeune âge, températures extérieures froides), le débit de NH3par canard était multiplié par 5,3, le débit de H2S par canard par 5,6 et le débit d’odeurs par 38. Quantification and study of the parameters of variations of the emissions of gas and odours in muscovy duck breedings with static ventilation. This study aimed to quantify and analyse the concentrations and emissions of gas such as ammonia and hydrogen sulphide and the emissions of odours since poultry houses of muscovy ducks. Indeed they are the most odorous poultry houses. Measures were realised on two ducks buildings with static ventilation Louisiana type. The average NH3concentration (on 101 samplings) measured in the inner atmosphere of the building was 17,3 ± 3 33 1,1 mg/mof air, the emissions of NH3± 8.10were about 121.10mg NH3/h, or 21,5 ± 1,8 mg of NH3/h.duck (equivalent of 37g of nitrogen /duck). The global emissions of NH3outgoing of the building was significatively related with the global air flow, with the age of ducks and the total weight of ducks presents, with the emissions of H2S and with the inner and outside temperatures and humidityof the building. However no season effect was highlighted. The flow of H2S rose with 3580 mg/h (either 0,67 mg/h.duck), for an average concentration of H2S 3 3 of 516 ± 638 µg/m . The average odour concentration (on 26 series of measure) was 4 050 OU/m , with a flow of odour of 59,3.106 ± 15,3.106 OU/h (so 11 400±3750 OU/duck.h). This last is related in a very significant way to the level of odours and the global flows of air, NH3, H2S. The highest emissions of gas and of odours were measured in rather cold period during the end of life of ducks. Compared to the scenario corresponding to the weakest emissions (youth ducks, cold outside temperatures), the NH3flow per duck was multiplied by 5,3, the flow of H2S per duck by 5,6 and the flow of odours by 38.
t Sixièmes Journées de la Recherche Avicole, SMalo, 30 et 31 mars 2005
107