Télécharger - Sources légendaires #1F040B.cwk
8 pages
Français
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Télécharger - Sources légendaires #1F040B.cwk

-

Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus
8 pages
Français

Description

Télécharger - Sources légendaires #1F040B.cwk

Sujets

Informations

Publié par
Nombre de lectures 112
Langue Français

Exrait

Sources légendaires et littéraires du
Lohengrin
de R. Wagner
Dans
Une communication à mes amis
( 1851) et dans son autobiographie
Ma Vie
(1911,
dictée à Cosima de 1865 à 1880 ), Richard Wagner évoque sa découverte de la légende de
Lohengrin, la force d’attraction que cette figure exerça sur lui, et son désir de s’emparer d’ “un
poème(...)aussi vieux que l’humanité” pour en faire
son
Lohengrin
.
Il peut être intéressant de voir, avec une incursion dans le domaine des légendes et des
épopées médiévales évoquant le Chevalier au cygne, quelles lectures, dès le premier séjour de
Richard Wagner à Paris, ont nourri le livret de l’oeuvre.
Introduction
La plupart des revues, biographies et dictionnaires qui évoquent
Lohengrin
citent l’essentiel
des sources de Richard Wagner. L’objet de notre communication est d’apporter quelques précisions,
de donner en quelque sorte vie à ce qui pourrait n’être qu’un catalogue de noms propres, et dans le
même temps de rendre hommage àla culture de l’artiste et àla richesse de ses bibliothèques. Nous
ne cherchons pas à commenter l’oeuvre, ni même les choix du compositeur quand il a élaboré son
propre livret, mais à montrer, autant que faire se peut, de quelles données il disposait.
Rappelons, avec le baron de Reiffenberg, quel est le thème général dans lequel s’inscrit le
personnage de Lohengrin.
Le fond de la légende ... se réduit à peu près en ces termes: un
personnage inconnu, jeune, beau, courageux, monté sur une barque que traîne un cygne, ou guidé
par un de ces oiseaux sur le rivage, arrive dans un pays étranger au moment où son secours pouvait
tirer d’un grand danger ou d’une situation précaire la dame de céans; il l’épouse et devient la souche
d’une race illustre.”
(
Le chevalier au cygne et Godefroid de Bouillon
,
1846)
C’est le schéma général, dont s’éloigne la fin du
Lohengrin
wagnérien.
Voyons ce que dit R. Wagner lui-même dans
Une communication à mes amis
(1851): “Un trait
immémorial se retrouve sous différentes formes dans les légendes des peuples riverains des mers ou
de l’embouchure des fleuves: sur le miroir bleu des vagues un inconnu ayant la grâce la plus noble et
la plus pure vertu s’approche et traîne tous les coeurs après lui par la force irrésistible d’un charme:
c’était l’accomplissement du désir de l’homme rêvant son bonheur au-delà du miroir de la mer dans un
pays jamais vu. L’inconnu repartait sur les flots et disparaissait sitôt qu’on voulait savoir qui il était.”
Après avoir vu quelles sont les lectures évoquées précisément par Richard Wagner, nous
nous intéresserons à celles que l’artiste suggère plus ou moins, avant de nous tourner vers les
origines de la légende du Chevalier au cygne
.
I Lectures évoquées précisément par Richard Wagner
1° Autour de
Tannhäuser
En 1841, alors qu’il est à Paris, R. Wagner cherche à se documenter sur Tannhäuser, le
Venusberg et le combat de la Wartburg. Un ami, Siegfried Lehrs, lui fait lire “un des numéros des
Cahiers annuels de la société allemande de Koenigsberg dans lequel Lucas dissertait en détail de
La
guerre de la Wartburg
”. Le compositeur ne trouve rien sur Tannhäuser, mais il lit, “faisant suite au
poème de la
Wartburg
, un article critique sur le texte de
Lohengrin
avec une relation détaillée de cette
épopée aux longs développements”.
Lohengrin
, poème moyen-haut-allemand de la fin du XIIIe siècle, anonyme
En 1845, son opéra
Tannhäuser
est terminé et R. Wagner repense à Lohengrin. Il va en cure
à Marienbad en emportant comme lecture “l’épopée anonyme de Lohengrin avec la grande
introduction de Görres”.
Il s’agit d’une édition, de 1813, d’un long poème de 7670 vers datant de la fin du XIIIe siècle,
dont il avait vu un résumé dans le cahier de la société de Koenigsberg mais qui est présenté ici dans le
texte original.
On y trouve Elsa accusée injustement par Frédéric de Telramund d’avoir promis de l’épouser
et de s’être rétractée. L’affaire est portée devant le roi Henri l’Oiseleur et Telramund demande un
jugement de Dieu. Lohengrin arrive du royaume du Graal, dans une barque tirée par un cygne, sans
dire qui il est ni d’où il vient. Il se propose comme le champion d’Elsa et est vainqueur de Telramund.
Celui-ci, après avoir reconnu son mensonge, est mis à mort. Elsa propose sa main à Lohengrin qui