Autisme : Réactions secondaires aux vaccins / Vaccins et autisme: il existe bien un lien!

Autisme : Réactions secondaires aux vaccins / Vaccins et autisme: il existe bien un lien!

-

Documents
22 pages
Lire
Le téléchargement nécessite un accès à la bibliothèque YouScribe
Tout savoir sur nos offres

Description


Enquête sur la façon dont le gouvernement étouffe le scandale sur les liens entre l’autisme et l’intoxication au mercure
Par ROBERT F. KENNEDY JR.
La survenue d’un symptôme sévère après une vaccination pose la question de la responsabilité du vaccin et de la conduite à tenir pour les injections suivantes. Toute suspicion d’effet secondaire nécessite une démarche rigoureuse pour ne pas risquer la récidive lors d’une injection ultérieure et, à l’inverse, ne pas priver à tort un enfant d’un vaccin utile.
&
Voici, destinées à l’étude des troubles de l’humeur et de l’autisme, les deux premières Chaires FondaMental, qui bénéficient du financement philanthropique de la fondation Bettencourt Schuller et de David de Rothschild, président de FondaMental.
  [Moins]

Informations

Publié par
Nombre de visites sur la page 79
Langue Français
Signaler un problème
Vaccins et autisme: il existe bien un lien!
Robert Kennedy Jr est avocat spécialisé en droit de l'environnement et neveu de l'ancien président américain John Fitzgerald Kennedy.
Robert F. Kennedy Jr. investigue au sujet du camouLage gouvernemental entourant le scandale mercure / autisme.
orsqu'une étude a révélé que le mercure contenu dans les vaccins pour enfants pourrait avoir causé l'autisme chez des milliers d'enfants, le gouvernement s'est empressé de camouLer les données - mais aussi d'empêcher les parents de poursuivre les compagnies pharmaceutiques pour leur rôle dans l'épidémie.
Immunité mortelle
Enquête sur la façon dont le gouvernement étoue le scandale sur les liens entre l’autisme et l’intoxication au mercure Par ROBERT F. KENNEDY JR.
Une réunion top-secrète
En juin 2000, un groupe, composé de scientiîques gouvernementaux de haut niveau et de hauts fonctionnaires de la santé publique s’est réuni dans un centre de conférences isolé, celui deSimpsonwood, en Géorgie. Organisée par les CDC et le Centre pour la Prévention de la Maladie , la réunion s’est déroulée dans ce centre de retraite méthodiste, niché dans une campagne boisée à côté du Leuve Chattahoochee, de façon à assurer un secret complet. ’agence n’a jamais annoncé publiquement la réunion -et a envoyé seulement des invitations personnelles aux cinquante-deux participants. Il y avait des fonctionnaires de rang élevé du CDC et de la FDA , le meilleur spécialiste en vaccins de l’OMS à Genève et des représentants de chaque principal fabricant de vaccins, y compris GlaxoSmithKline, Merck, Wyeth et Aventis Pasteur. Toutes les données scientiîques discutées, ont rappelé à plusieurs reprises les fonctionnaires du CDC aux participants, ont été strictement « soumises à embargo ». Il n’y aurait aucune possibilité de photocopie des documents, pas le droit d’emporter de papiers avec soi en partant.
Des résultats erayants
es fonctionnaires fédéraux et les représentants de l’industrie s’étaient réunis pour discuter d’une nouvelle étude inquiétante qui posait des questions alarmantes au sujet de la sûreté d’une grande quantité de vaccins courants administrés aux nourrissons et aux jeunes enfants. Selon un épidémiologiste du CDC appelé Tom Verstraeten, qui avait analysé la gigantesque base de données de l’agence contenant les dossiers médicaux de 100.000 enfants, un conservateur à base de mercure dans les vaccins – le thiomersal – semblait être responsable d’une augmentation massive de l’autisme et d’une quantité d’autres troubles neurologiques chez enfants. “j’ai été littéralement assommé par ce que j’ai vu,” a dit Verstraeten aux personnes rassemblées a Simpsonwood, citant le nombre stupéîant d’études précédentes qui indiquent un lien entre thiomersal et retard de langage, déîcit d’attention, hyperactivité et autisme. Depuis 1991, quand le CDC et la FDA ont recommandé que trois vaccins supplémentaires contenant ce conservateur soient donnés aux enfants extrêmement jeunes — dans un cas, dans des heures suivant la naissance — le nombre estimé de cas
d’autisme a augmenté de 15 fois, passant de un pour 2.500 enfants à un pour 166 enfants. Même pour des scientiîques et des médecins accoutumés à se confronter aux questions touchant la vie et la mort, les résultats étaient erayants. “Vous pouvez jouer avec ce tout que vous voulez,” a dit au groupe le Dr. Bill Weil, un conseiller pour l’Académie Américaine de Pédiatrie. es résultats “sont statistiquement signiîcatifs.” Dr. Richard Johnston, un immunologiste et pédiatre de l’Université du Colorado dont le petit-îls était né tôt le matin du premier jour de la réunion, était bien plus inquiet. “Mon sentiment profond ?” a-t-il dit “pardonnez ce commentaire personnel — je ne veux pas que mon petit-îls reçoive une injection d’un vaccin contenant du thiomersal - jusqu’à ce que nous sachions mieux ce qu’il en est.”
 « es résultats de la recherche doivent être manipulés »
Mais au lieu de prendre des mesures immédiates pour alerter le public et pour retirer le thiomersal des vaccins, les fonctionnaires et les cadres réunis à Simpsonwood ont passé la plupart des deux jours suivants à discuter comment dissimuler ces données qui pourraient leur porter préjudice. Selon des transcriptions obtenues grâce a la oi sur la liberté de l’information « Freedom of Information Act » , nombreux sont ceux lors de la réunion qui ont été préoccupés par la façon dont les révélations préjudiciables au sujet du thiomersal aecteraient les résultats globaux de l’industrie des vaccins “Nous sommes en mauvaise position du point de vue de la défense dans n’importe quel procès,” a dit le Dr. Robert Brent, un pédiatre à l’Hôpital Alfred I. duPont pour enfants du Delaware. “Ce sera une ressource pour les avocats des plaignants, très occupés dans ce pays.” e Dr. Bob Chen, chef de la sécurité des vaccins pour le CDC, a exprimé son soulagement“étant donné la sensibilité de l’information, nous avons pu la garder hors des mains, disons, moins responsables.” Dr. John Clements, conseiller en vaccins à l’Organisation Mondiale de la Santé, a déclaré catégoriquement que l’étude “n’aurait pas du être faite du tout” et a averti que les résultats “seront repris par d’autres et employés de façon indépendante de la volonté de ce groupe. Les résultats de la recherche doivent être manipulés.”
En fait, le gouvernement s’est avéré bien plus à même de manipuler les dégâts que de protéger la santé des enfants. e CDC a payé l’Institut de la Médecine pour entreprendre une nouvelle étude aîn de blanchir le thiomersal de ses risques, passant commande auprès des chercheurs pour qu’ils “éliminent” le lien entre le produit chimique et l’autisme. Il n’a pas diusé les résultats de Verstraeten, bien qu’ils aient été prévus pour publication immédiate, et il a indiqué à d’autres scientiîques que ses données originales “avaient été perdues” et ne pourraient pas être reproduites. Et pour contrecarrer la oi sur la liberté de l’information
(Freedom of Information Act), il a remis sa gigantesque base de données et de dossiers médicaux sur les vaccins à une entreprise privée, la déclarant interdite aux chercheurs. Avant que Verstraeten édite înalement son étude en 2003, il était allé travailler pour GlaxoSmithKline et avait retouché ses données pour enterrer le lien entre thiomersal et autisme. es fabricants de vaccins avaient déjà commencé à supprimer progressivement le thiomersal des vaccins donnés aux enfants américains jusqu’à l’année dernière. e CDC et la FDA les ont aidés, achetant les vaccins contaminés pour l’exportation vers les pays en voie de développement et permettant à des compagnies pharmaceutiques de continuer à employer le conservateur dans quelques vaccins américains – y compris plusieurs vaccins pédiatriques contre la grippe et des rappels de tétanos donnés d’habitude aux enfants de onze ans.
Quand les lois contre le bioterrorisme protègent l’industrie pharmaceutique des poursuites
es entreprises pharmaceutiques obtiennent également l’aide des législateurs puissants à Washington. e leader de la majorité sénatoriale Bill Frist, qui a reçu $873.000 de contributions de l’industrie pharmaceutique, avait travaillé pour protéger les fabricants de vaccins de toute responsabilité dans 4.200 procès qui ont été intentés par les parents des enfants touchés. À cinq occasions diérentes, Frist a essayé de bloquer tous les documents du gouvernement liés aux vaccins—y compris les transcriptions de Simpsonwood — et de protéger Eli illy, le développeur du thiomersal, de toute citation à comparaïtre comme témoin En 2002, le jour après que Frist ait discrètement fait passer un amendement connu sous le nom de “acte de protection d’Eli illy” dans un projet de loi sur la sécurité intérieure , la compagnie a contribué pour $10.000 à sa campagne et a acheté 5.000 exemplaires de son livre sur le bioterrorisme. a mesure a été abrogée par le Congrès en 2003 — mais au début de cette année, Frist a glissé une autre disposition dans unpredetojsmenaitoliorirt-requi refuserait la compensation aux enfantssourantdelésionscérébralesliées aux vaccins. “Les procès sont d’une telle taille qu’ils pourraient mettre les producteurs de vaccinshors-jeuetlimiternotrecapacitéàfairefaceàuneattaque biologiquesetsirorretesdarp,” * dit Andy Olsen, un conseiller juridique de Frist.
* Expovaccins vous conseille à ce sujet de visionner le îlm de science îction (qui semble de plus en plus quitter sa catégorie pour celle du monde réel) intitulé "V pour Vendetta" qui raconte notamment comment les autorités dictatoriales s'allient aux îrmes pharmaceutiques pour écouler un vaccin au prétexte d'une attaque de
bioterrorisme qui a été créée de toute pièce par les autorités, cette façon de faire étant évidemment bien commode pour faire taire les opposants au régime et semer panique et confusion! En somme, les vrais terroristes peuvent se révéler être les autorités que l'on croyait dur comme fer agir "pour le bien de tous"....
 Incapacité de la FDA à réagir
Même chez les conservateurs beaucoup sont choqués par les eorts du gouvernement pour dissimuler les dangers du thiomersal. e Représentant Dan Burton, un républicain de l’Indiana, a contrôlé une recherche de trois ans sur le thiomersal après que son petit-îls ait été diagnostiqué comme autiste. “Le thiomersal utilisé comme conservateur dans les vaccins est directement lié à l’épidémie d’autisme,” a conclu son « House Government Reform Commitee » dans son rapport înal. “Cette épidémie aurait plus que probablement pu être empêchée ou écourtée si la FDA ne s’était pas endormie sur l’interrupteur en ce qui concerne le manque de données concernant l’innocuité du thiomersal injecté, une neurotoxine connue.” a FDA et d’autres agences de santé publique n’ont pas su réagir, a ajouté le comité, au-delà d’une malversation institutionnelle pour se protéger eux-mêmes” et d’un protectionnisme mal placé en faveur de l’industrie pharmaceutique.”
 « J’ai été conduit à la polémique a contrecoeur »
’histoire de la façon dont les agences de santé gouvernementales se sont entendues avec « Big Pharma » pour cacher les risques du thiomersal au public est une étude de cas qui vous îge le sang, à cause de l’arrogance, de la puissance et de l’avarice institutionnelles. J’ai été conduit à la polémique seulement à contre-coeur. En tant qu'avocat et environnementaliste qui a passé des années à travailler sur les questions de la toxicité du mercure, j’ai fréquemment rencontré des mères d’enfants autistes qui étaient absolument convaincues que leurs gosses étaient atteints à cause des vaccins. En privé, j’étais sceptique.
Plus de 40.000 nouveaux cas d’autisme sont diagnostiqués chaque année
J’ai douté que l’autisme puisse être dû à une seule cause, et j’ai certainement compris la nécessité du gouvernement de rassurer des parents sur l’innocuité des vaccinations. ’éradication des maladies mortelles de l’enfance dépend de cela. J’étais plutôt d’accord avec des sceptiques comme le député Henry Waxman, un démocrate de Californie, qui a critiqué ses collègues du House Government Reform Committee pour avoir sauté à des conclusions sur l’autisme et les vaccinations. “Pourquoi erayons-nous des gens au sujet des vaccinations,” a précisé Waxman à ceux qui l’écoutaient, “avant que nous connaissions les faits avec certitude ?”
C’est seulement après avoir lu les transcriptions de Simpsonwood, étudié les plus importantes recherches scientiîques et parlé avec plusieurs des éminentes autorités de la nation sur le mercure que je suis devenu convaincu qu’il y a vraiment un lien entre le thimérosal et l’épidémie de troubles neurologiques chez les enfants. Cinq de mes propres enfants sont des membres de la génération du thiomersal — ceux nés entre 1989 et 2003 —qui ont reçu des fortes doses de mercure en provenance des vaccins. “Les classes élémentaires sont submergées d’enfants qui ont des symptômes de troubles neurologiques ou du système immunitaire,” a dit Patti White, une inîrmière d’école, au House Government Reform Committee en 1999. « es vaccins sont censés nous rendre en meilleure santé; cependant, depuis vingt-cinq années de soins je n’ai jamais vu tant de gosses malades, abïmés. Quelque chose de très, très mauvais arrive à nos enfants.» Plus de 500.000 enfants sourent actuellement d’autisme, et les pédiatres diagnostiquent plus de 40.000 nouveaux cas chaque année. a maladie était inconnue jusqu’en 1943, quand elle a été identiîée et diagnostiquée parmi onze enfants nés dans les mois suivant l’ajout de thiomersal pour la première fois aux vaccins pour bébés en 1931.
e thiomersal est le principal responsable de la charge élevée en mercure des enfants
Quelques sceptiques contestent que l’élévation de l’autisme soit provoquée par des vaccinations contaminées par le thimérosal. Ils arguent du fait que l’augmentation est le résultat d’un meilleur diagnostic — une théorie qui semble au mieux incertaine, étant donné que la plupart des nouveaux cas d’autisme sont groupées dans une seule génération d’enfants. “Si l’épidémie s’explique comme la conséquence d’un défaut de diagnostic, ironise le Dr. Boyd Haley, une des autorités mondiales sur la toxicité de mercure, “alors où sont les autistes de vingt ans?” D’autres chercheurs précisent que des Américains sont exposés à une plus grande “charge” cumulative de mercure que jamais précédemment, allant des poissons contaminés aux amalgames dentaires, et suggèrent que le thiomersal des vaccins puisse être seulement une partie d’un problème beaucoup plus étendu. C’est un souci qui mérite certainement bien plus d’attention — mais ceci masque le fait que les concentrations en mercure dans les vaccins font paraïtre toutes petites d’autres sources d’exposition de nos enfants.
De nombreux pays ont interdit le thiomersal dans les vaccins pour enfants
Ce qui est le plus frappant est le mal que se sont donnés plusieurs des principaux « détectives » pour ignorer —et dissimuler – les preuves contre le thiomersal. Dès le début, l’argument scientiîque contre le conservateur mercuriel est accablant. e conservateur, qui est employé pour stopper la croissance bactérienne et fongique dans les vaccins, contient de l’éthyl-mercure, une neurotoxine puissante. Quantité d’études ont prouvé que le mercure tend à s’accumuler dans les cerveaux des primates et d’autres animaux après qu’ils soient injectés avec des vaccins — et que les cerveaux en développement des enfants
en bas âge sont particulièrement sensibles. En 1977, une étude russe a constaté que les adultes exposés à des concentrations bien plus faibles d’éthyl-mercure que celles données aux enfants américains souraient encore de lésions cérébrales des années après. a Russie a interdit le thiomersal il y a vingt ans dans les vaccins pour enfants et le Danemark, l’Autriche, le Japon, la Grande-Bretagne et tous les pays scandinaves ont depuis lors suivi le mouvement.
Eli illy connaissait dès le début la toxicité du thiomersal
“Vous ne pourriez pas même construire une étude qui montre que l’exposition au thiomersal est inoensive,” dit Haley, qui dirige le département de chimie de l’Université du Kentucky. “Il est simplement sacrément trop toxique. Si vous injectez du thiomersal dans un animal, son cerveau va tomber malade. Si vous l'appliquez sur un tissu vivant, les cellules meurent. Si vous le mettez dans une boïte de Pétri, la culture meurt. Sachant cela, il serait choquant que l’on puisse l’injecter à un enfant en bas âge sans causer de dégâts.”
Des documents internes indiquent qu’ Eli illy, qui a été le premier à développer le thiomersal, savait dès le début que son produit pourrait causer des dommages — et même la mort — chez les animaux et les humains. En 1930, la compagnie a testé le thiomersal en l’administrant à vingt-deux patients présentant une méningite terminale, qui sont tous morts dans les semaines suivant l’injection — un fait que illy n’a pas pris la peine de rapporter dans son étude déclarant le thiomersal inoensif. En 1935, les chercheurs d’un autre fabricant de vaccins, Pittman-Moore, ont averti illy que ses armations au sujet de la sûreté du thiomersal “n’étaient pas vériîées par les nôtres.” a moitié des chiens de Pittman injectés avec les vaccins contenant du thiomersal est
devenue malade, ce qui a conduit les principaux chercheurs à déclarer là-bas le conservateur « non satisfaisant comme sérum prévu pour être utilisé chez les chiens ».
Merck avait été averti par un des « pères » de ses programmes de vaccination
’industrie pharmaceutique savait que ces vaccins supplémentaires présentaient un danger. a même année que le CDC a approuvé les nouveaux vaccins, le Dr. Maurice Hilleman, un des pères des programmes de vaccination de Merck, a averti la compagnie que les enfants de six mois à qui seraient administrés les injections souriraient d’une dangereuse exposition au mercure. Il a recommandé que l’usage du thiomersal soit stoppé, “particulièrement si utilisé chez des nourrissons et des enfants en bas âge,” notant que l’industrie possédait des alternatives non toxiques. “a meilleure façon de procéder,” a-t-il ajouté, “est de se mettre à distribuer les mêmes vaccins sans ajouter de conservateurs.”
e thiomersal est toujours employé car il conserve des vaccins multi doses essentiels en cas d’épidémie
Pour Merck et d’autres compagnies pharmaceutiques, cependant, l’obstacle était l’argent. e thiomersal permet à l’industrie pharmaceutique d’empaqueter des vaccins dans des îoles qui contiennent les doses multiples, et qui exigent une protection supplémentaire parce qu’elles sont plus facilement souillées par les entrées multiples des aiguilles. es îoles plus grandes coûtent la moitié que des îoles similaires en doses uniques, ce qui est meilleur marché pour que les agences internationales les distribuent aux pays pauvres à risque pour les épidémies. Confronté à cette “considération înancière,” Merck a ignoré les avertissements de Hilleman, et les fonctionnaires du gouvernement ont continué à pousser de plus en plus les vaccins contenant du thiomersal - pour les enfants. Avant 1989, les enfants américains d’age préscolaire recevaient seulement trois vaccinations — pour la poliomyélite, le diphtérie-tétanos-coqueluche (DTP) et la rougeole oreillons rubéole (ROR). Une décennie plus tard, grâce aux recommandations fédérales, les enfants recevaient un total de vingt-deux immunisations avant qu’ils aient atteint le cours préparatoire.
a FDA et le CDC n'avaient pas fait le calcul de la dose cumulée de
mercure dans toutes les vaccinations des enfants
Tandis que le nombre de vaccins augmentait, le taux d’autisme parmi des enfants explosait. Pendant les années 90, 40 millions d’enfants ont été injectés avec des vaccins contenant du thiomersal, recevant des niveaux sans précédent de mercure pendant une période critique pour le développement de leur cerveau. En dépit des dangers bien documentés du thiomersal, il s’avère que personne n’a pris la peine de faire l’addition de la dose cumulative de mercure que les enfants recevraient des vaccins obligatoires. “Pourquoi la FDA a-t-elle mis aussi longtemps pour faire les calculs ?” a demandé Peter Patriarca, directeur des produits viraux pour l’agence dans un e-mail à la CDC en 1999. “Pourquoi le CDC et les organismes consultatifs n’ont-ils pas fait ces calculs quand ils ont rapidement augmenté le programme de vaccination infantile ?”
’éthyl-mercure est en fait plus toxique pour le cerveau en développement que le méthyl-mercure
Mais à ce moment-là, le mal était fait. Des enfants en bas âge qui avaient reçu tous leurs vaccins, plus les rappels, à l’âge de six mois étaient injectés trois fois atteignant des niveaux d’éthyl-mercure de 62,5 microgrammes, un niveau 99 fois plus grand que la limite de l’EPA pour l’exposition quotidienne au méthyl-mercure, une neurotoxine voisine. Bien que l’industrie des vaccins insiste sur le fait que l’éthyl-mercure pose peu de danger parce qu’il est décomposé rapidement et est éliminé par le corps, plusieurs études — dont une éditée en avril par le NIH - institut national pour la santé — suggèrent que l’éthyl-mercure est en fait plus toxique pour le cerveau en développement et reste dans le cerveau plus longtemps que le méthyl-mercure.
es fonctionnaires responsables des immunisations chez les enfants insistent sur le fait que les vaccins supplémentaires étaient nécessaires pour protéger des enfants en bas âge contre la maladie et que le thiomersal est encore essentiel dans les pays en voie de développement, qui, clament-ils souvent, ne peuvent pas avoir les moyens de se payer des doses uniques qui n’exigent pas de conservateur. e Dr. Paul Ot, un des meilleurs conseillers en vaccins du CDC, m’a dit : “je pense si nous avons vraiment une pandémie de grippe — et certainement nous l’aurons dans les vingt années à venir, parce que nous en avons toujours une—il n’y a pas moyen sur cette terre que nous puissions immuniser 280 millions de personnes avec des îoles uni-dose. Il doit y avoir les îoles multi-doses.” De nombreux membres du comité consultatif du CDC ont des liens étroits avec l’industrie. Mais tandis que les fonctionnaires de santé publique ont pu avoir été bien intentionnés, beaucoup de membres du comité consultatif
du CDC qui ont soutenu les vaccins supplémentaires avaient des liens étroits avec l’industrie. e Dr. Sam Katz, le président du comité, était un conseiller payé par la plupart des principaux fabricants de vaccins et il partage un brevet sur un vaccin contre la rougeole avec Merck, qui fabrique également le vaccin contre l’hépatite B. e Dr. Neal Halsey, un autre membre du comité, a travaillé en tant que chercheur pour les compagnies de vaccins et a reçu des honoraires des laboratoires Abbott pour sa recherche sur le vaccin de l’hépatite B. En fait, dans le cercle étroit des scientiîques qui travaillent sur les vaccins, de tels conLits d’intérêt sont communs. e député Burton indique que le CDC “permet d’habitude à des scientiîques ayant des conLits d’intérêt évidents de servir de conseil éclairé dans les Comités consultatifs qui font des recommandations concernant de nouveaux vaccins,” bien qu’ils aient des “intérêts dans les produits et les entreprises pour lesquels ils sont censés fournir une surveillance désintéressée.” e House Government Reform Committee a découvert que quatre des huit conseillers du CDC qui ont approuvé les directives pour un vaccin contre le rotavirus contenant du thiomersal “ont eu les liens înanciers avec les compagnies pharmaceutiques qui développaient diérentes versions du vaccin.” Ces scientiîques se voient comme des gardiens éclairés de la santé infantile, immunisés contre les séductions des bénéîces personnels.
Ot, qui partage un brevet sur le vaccin, a reconnu devant moi qu’il “gagnerait de l’argent” si son vote mène par la suite à un produit commercialisable. Mais il a écarté ma suggestion que la participation directe d’un scientiîque à l’approbation du CDC pourrait biaiser son jugement. “Cela ne provoque aucun conLit chez moi” insiste-t-il “J’ai été simplement informé du processus, mais pas corrompu par lui. Quand je me suis assis autour de cette table, mon unique intention était d’essayer de faire des recommandations les plus bénéîques pour les enfants de ce pays. C’est blessant de dire que les médecins et les personnels de santé publique sont à la botte de l’industrie et de ce fait prennent les décisions qu’ils savent peu sûres pour les enfants. Cela ne fonctionne vraiment pas comme ça. »
« Il vaut mieux laisser la science aux scientiîques »
D’autres scientiîques et contrôleurs de vaccins m’ont donné des assurances semblables. Comme Ot, ils se voient comme des gardiens éclairés de la santé infantile, îers de leurs “partenariats” avec les compagnies pharmaceutiques, immunisés contre la séduction du bénéîce personnel, assiégés par les activistes irrationnels dont les campagnes anti-vaccinations mettent en danger la santé infantile. Ils