//img.uscri.be/pth/fe2531baf0f100ca63b1b1afe08ffc6b73c41e18
Cet ouvrage fait partie de la bibliothèque YouScribe
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le lire en ligne
En savoir plus

160 pôles de services intermédiaires en zone rurale (Octant n° 80)

De
9 pages
Les villes bretonnes sont nombreuses mais relativement petites dans leur ensemble. On en compte 120 au dernier recensement. Seules sept unités urbaines dépassent 50 000 habitants et beaucoup de petites villes de moins de 5 000 habitants parsèment l'espace rural. Ce tissu urbain assez régulier permet le maintien des principaux services et équipements à proximité de la majorité de la population bretonne. Ces petites villes sont de véritables «pôles de services» rayonnant sur un territoire plus ou moins étendu.
Voir plus Voir moins

Espace
160 pôles de services
intermédiaires en zone rurale
1Les villes bretonnes sont nombreuses mais relativement petites
dans leur ensemble. On en compte 120 au dernier recensement.
Seules sept unités urbaines dépassent 50 000 habitants et beaucoup
de petites villes de moins de 5 000 habitants parsèment l’espace rural.
Ce tissu urbain assez régulier permet le maintien des principaux
services et équipements à proximité de la majorité de la population
bretonne. Ces petites villes sont de véritables «pôles de services»
rayonnant sur un territoire plus ou moins étendu.
pement. C’est la démarche adop- disposent de services de santé, matiquement des services plusomme l’ont mis en
tée dans l’article sur «les 25 prin- consultent le notaire ou les ser- fréquents dits de «proximité»,évidence les inven-
vices fiscaux... comme le bureau de poste, lacipaux pôles de services bretonstaires communaux
boulangerie...C et leur aire d’influence», dans cesuccessifs, les ser-
Si on excepte les 26 communes224 pôles de servicesmême numéro. Le présent articlevices et équipements ont tendan-
situées dans les sept aggloméra-dans l’espace ruralexplore les pôles de servicesce à se concentrer par gamme
2 tions de plus de 50 000 habi-intermédiaires , lieux de con-d’équipements. S’intéresser à 250 communes bretonnes, soit
tants, il reste 224 communessommation d’une large palette dedes équipements rares comme 20 % des communes contre
susceptibles d’être pôles del’hôpital, le lycée, conduit à défi- services et d’équipements de la 10 % au niveau national, dispo-
services intermédiaires dansvie quotidienne, autour desquelsnir un nombre restreint de pôles sent d’un niveau d’équipement
l’espace rural.de services, souvent des grandes se sont créés des bassins de vie. suffisant pour être «pôles de ser-
villes, polarisant de vastes terri- Les habitants des communes vices intermédiaires». On y trou-
toires correspondant plutôt à des environnantes viennent y faire ve au moins les huit équipements (1) au sens «unités urbaines» INSEE
espaces de projet et de dévelop- leurs courses au supermarché, y «intermédiaires» requis, et systé- (2) voir définitions p. 20
OCTANT n° 80 13Espace
ment entre Concarneau et se de tous les services de la quatre, - le collège, la percep-Mais 64 communes n’ont
Auray. Le développement d’acti- gamme intermédiaire, ils sont tion, le supermarché et la gen-pas d’aire d’influence
cependant très peu fréquentés darmerie - ont une petite airevités liées au tourisme permetParmi ces 224 communes, 64
par les habitants des communes d’attraction. Scaër est en fait lece bon niveau d’équipement.n’exercent pas de réelle polari-
voisines. Parmi les 17 équipe- relais des pôles de Quimper ouPar contre, les communes biensation sur les communes envi-
ments présents à Scaër, seuls Bannalec. équipées, mais sans aire d’in-ronnantes, malgré leur bon
fluence, sont beaucoup plusniveau d’équipement en ser-
rares dans les zones rurales : Tableau 1 : Les 250 communes bretonnes bien pourvues vices de la gamme intermédiai-
en «équipements intermédiaires»Sizun, Scaër dans le Finistère,re. Elles sont nombreuses près
Guiscriff, Plouray, Pluméliaudes grandes agglomérations, en En zone rurale :
dans le Morbihan, Plénée-particulier une dizaine près de - 160 pôles ruraux et 707 715 habitants (soit 24 % de la population
Jugon, Plessala, Maël-CarhaixRennes dont Bédée, Pacé, bretonne)
dans les Côtes-d’Armor, enSaint-Gilles et Le Rheu. Leur 933 communes et 912 560 habitants (soit 31 % de la population
Ille-et-Vilaine, Bazouges-la-bon niveau d’équipement est dû bretonne) dans leur aire d’influence
Pérouse, et Châtillon-en-Ven-à leur taille, et l’absence d’aire - 64 communes bien équipées et 249 500 habitants (soit 9 % de la
delais qui a la particularité d’êtred’influence s’explique par la population bretonne) sans aire d’influence
à la limite des aires d’influenceconcurrence de la grande ville
de Vitré et de Fougères. proche. On en trouve également En zone urbaine :
L’étendue de la commune ou - 26 communes bien équipées (parmi les 30) dans les 7 agglomé-dans de plus petites aggloméra-
son enclavement peuvent expli- rations qui dépassent les 50 000 habitantstions : Saint-Martin-des-Champs
soit 846 951 habitants (soit 29 % de la population bretonne)près de Morlaix ou Pleurtuit et quer qu’il ne se dégage pas de
81 communes et 188 686 habitants (soit 7 % de la population bre-Ploubalay près de Dinard. C’est réelle aire d’influence autour du
tonne) dans leur aire d’influenceaussi le cas sur le littoral, notam- pôle. Scaër, par exemple dispo-
Tableau 2 : «Les 58 équipements de l’analyse par famille» : part des communes équipées en Bretagne en 1998
Alimentation générale, supérette (74 %) Bureau de tabac (91 %) Café (97 %)
Boucherie charcuterie (54 %) Boulangerie pâtisserie (68 %) Restaurant (75 %)
Commerces Droguerie quincaillerie (26 %) Librairie papeterie (23 %) Supermarché ou hypermarché (22 %)
Magasin d’électroménager (29 %) Magasin de meubles (16 %) Magasin de chaussures (15 %)
Marché hebdomadaire (20 %) Grande surface non alimentaire (12 %) Magasin de vêtements (21 %)
Maçon (64 %) Menuisier, charpentier ou plombier (88 %) Garage automobile (71 %)
Office religieux hebdomadaire (98 %) Station-service (54 %) Salon de coiffure (54 %)
Services aux particuliers
Electricien (63 %) Plâtrier ou peintre (69 %) Vétérinaire (17 %)
Banque ou caisse d’épargne (30 %) Notaire (20 %) Maison de retraite (26 %)
Infirmier (54 % ) Médecin généraliste (52 %) Pharmacie (43 %)
Santé Ambulance (31 %) Dentiste (37 %) Masseur kinésithérapeute (40 %)
Hôpital ou clinique non spécialisé (4 %) Laboratoire d’analyses médicales (7 %)
Ecole primaire (82 %) Bureau de poste (49 %) Centre de secours des pompiers (21 %)
Services administratifs Collège (17 %) Gendarmerie ou police (15 %) Perception (12 %)
Lycée d’enseignement général (4 %) Institut de formation continue (6 %) ANPE (3 %)
Installation sportive couverte (46 %) Terrain de tennis (74 %) Terrain de sport (90 %)
Sports et loisirs Piscine (9 %) Base de plein air ( 26 % ) Base nautique (16 %)
Plage aménagée pour la baignade (17 %)
Bibliothèque (70 %) Cinéma (8 %) Salle de spectacle (17 %)
Culture Centre culturel (9 %) Ecole de musique (24 %) Musée (12 %)
Salle polyvalente (86 %)
14 OCTANT n° 80Espace
160 pôles ruraux centres 160 pôles ruraux en Bretagne
d’un véritable bassin de vie
Seuls 160 pôles de services
ruraux apportent aux habitants
des communes voisines les équi-
pements et services intermé-
diaires absents sur place. Plus de
700 000 habitants vivent dans les
pôles ruraux répartis régulière-
ment sur le territoire. En général,
le pôle est fréquenté par une
dizaine de communes situées
pour les trois quarts à moins de
dix kilomètres. Au total, un peu
plus de 900 000 personnes habi-
tant dans 933 communes fré-
quentent des pôles ruraux. C’est
près du tiers de la population bre-
tonne. La population attirée,
vivant hors du pôle, dépend de la
taille du pôle. En dehors des
pôles de moins de 1 000 habi-
tants, peu nombreux, elle dépas-
se rarement le double de celle du
pôle. Dans 135 pôles sur les 160, Tableau 3 : L’équipement des 160 pôles ruraux par famille
soit plus de 80 %, plus de la moi-
tié des équipements et services Nombre moyen Pôles très*
Famille d’équipementsprésents au pôle sont utilisés par d’équipements bien équipés
des habitants des communes
Services aux particuliers (12) 11 137environnantes. Cela confirme
Commerces (15) 13 75l’existence de petits territoires du
Santé (8) 6 65point de vue de la consommation
Sports et loisirs (7) 4 32de services de la vie quotidienne.
Administratifs (9) 6 28
Culturels (7) 4 26134 chefs-lieux de cantons
parmi les 160 pôles ruraux * un équipement absent au plus
Lecture : 65 pôles disposent de 7 ou 8 équipements de santé parmi les 8 retenus (tableau 2)Le statut administratif semble
prédisposer à la fonction de pôle
en zone rurale. On trouve 134 Rochefort-en-Terre. Ce n’est pas Répartition de la population totale de l’aire d’influence
chefs-lieux de cantons parmi les suffisant pour faire un pôle deerre qui compte à160 pôles ruraux. Cela s’explique
peine 700 habitants. Malansac,par le rôle commercial du pôle,
commune voisine plus peupléequi fait resurgir le poids de l’his-
(1900 habitants) vient suppléertoire, la fréquentation du marché
son chef-lieu de canton et estayant servi à l’origine au décou-
pôle rural grâce à ses dix équipe-page en cantons. Rares sont les
ments de la gamme intermédiairechefs-lieux de cantons ruraux qui
dont les plus polarisants sont lene sont pas pôles. On en compte
supermarché, la banque, le collè-seulement onze, souvent peu
ge, le vétérinaire, le servicepeuplés. Leur rôle de pôle est
d’ambulance. L’aire d’influencerepris par une commune proche,
%est cependant peu étendue :plus grosse, qui grâce à ses
Malansac n’attire que quatrenombreux services privés (santé,
communes. D’autres chefs-lieuxcommerces) compense l’absen-
de canton trop proches d’unece des services administratifs.
lement 10 kilomètres. C’est éga- commerces spécialisés (chaus-ville perdent aussi le rôle de pôleAinsi, seulement quatre équipe-
lement le cas de Pont-Sorff dans sures, vêtements), fait que cettede services. C’est le cas de Laments intermédiaires, la gendar-
commune se retrouve dans l’airele Morbihan, qui malgré ses 2600Chèze au Sud des Côtes-merie, la perception, le notaire, la
d’influence de Lorient touthabitants, n’est pas un pôle ded’Armor, inclus dans l’aire d’in-caserne de pompiers sont situés
proche.fluence de Loudéac situé à seu- services. L’absence de plusieursau chef-lieu de canton de
OCTANT n° 80 15Espace
Tableau 4 : Comparaison des équipements dans les pôles ruraux et dans l’ensemble des communes bretonnes
Equipements présents dans plus de 70 % des poles ruraux
Présence partout en Présence quasi exclusive
Bretagne dans les pôles
Présents dans plus Présents dans moins de
Présents dans 60 à 80 % Présents dans 40 à 60 % Présents dans 20 à 40 %
de 80 % des communes 20 % des communes
des communes bretonnes des communes bretonnes des communes bretonnes
bretonnes bretonnes
Office religieux régulier Restaurant Infirmier Dentiste Collège
Bureau de tabac Epicerie, supérette Station-service Ambulance Vétérinaire
Café, débit de boisson Bibliothèque fixe Boucherie, charcuterie Magasin d'électroménager Gendarmerie
Ecole primaire Plâtrier, peintre Salon de coiffure Banque Trésorerie
Menuisier, plombier Garage Médecin généraliste Droguerie, quincaillerie Magasin de chaussures
Terrain de sport Maçon Installation sportive couverte Maison de retraite
Salle polyvalente Tennis Bureau de poste Librairie, papeterie
Boulangerie Pharmacie Magasin de vêtements
Electricien Masseur kinésithérapeute Caserne de pompiers
Supermarché
Marché hebdomadaire
Notaire
Ecole de musique
Bretagne. Parmi les équipementsLes équipements présents Tableau 5 : Les équipements souvent absents des pôles ruraux
administratifs, le collège, la gen-dans tous les pôles
darmerie, la perception se retrou-
Présents dans moins de 10 % Présents dans 10 à 30 %Une grande majorité des pôles vent dans de très nombreux
ruraux - 137 sur 160 - possèdent des communes bretonnes des communes bretonnespôles ruraux, venant s’ajouter à
quasiment tous les services aux (% de pôles ruraux équipés) (% de pôles ruraux équipés)d’autres équipements administra-
particuliers (tableau p 15). Bien tifs plus courants, comme le
ANPE (16 %) Plage ou baignade aménagée (25 %)sûr parmi ces services figurent bureau de poste, l’école primaire.
des services de proximité, com- Institut de formation continue (21 %) Musée (32 %)Pour l’équipement culturel et de
me les artisans très présents sur Hôpital (23 %) Base nautique (36 %)loisirs, les pôles ruraux assurent
tout le territoire breton. Mais le Lycée général (23 %) Base de plein air et de loisirs (43 %)plutôt un service minimum. Le
pôle rural dispose d’une véritable Centre culturel (28 %) Salle de spectacle (43 %)terrain de sport, le tennis, l’instal-
«exclusivité» pour des services Laboratoire médical (36 %) Grande surface non alimentaire (44 %)lation sportive couverte et l’école
moins répandus, comme le notai- Piscine (38 %) Magasin de meubles (57 %)de musique sont présents dans
re, la banque, le vétérinaire, la Salle de cinéma (46 %)plus de 70 % des pôles ruraux.
maison de retraite. Ainsi la mai-
son de retraite est présente dans
plus de 5 000 habitants. Pour tacle, l’équipement atteint un88 % des pôles ruraux. De même Les équipements
des équipements plus rares, taux de présence de 80 % àl’équipement commercial des plus rares
pôles ruraux est également bon, l’hôpital, le lycée, l’ANPE, le partir d’une taille de 7 000
En fait, une quinzaine d’équipe-avec en moyenne 13 des 15 centre culturel, la salle de spec- habitants.
ments plus rares permettent decommerces considérés dans l’in-
hiérarchiser les pôles ruraux. Ilsventaire communal. Ainsi 91 %
des pôles ruraux ont un super- sont un peu plus présents dans
marché, 92 % un marché hebdo- les pôles ruraux que dans l’en-
madaire. Les taux d’équipement semble des communes bre-
en commerce sont rarement infé- tonnes. Cependant on ne les
rieurs à 70 %. Le pôle rural béné- trouve pas dans tous les pôles
ficie également d’une gamme ruraux. La grande surface non Ainsi, tous les pôles ruraux tels que les commerces, lesassez large d’équipements de
alimentaire, le magasin de n’offrent pas le même niveau services privés aux particu-santé, en moyenne six parmi les
meubles, le laboratoire d’ana- de services dans leur aire d’in- liers et les professionnels dehuit équipements. Ainsi tous les
lyses médicales, les salles de fluence. la santé. D’autres, plus peu-pôles ruraux ont un kinésithéra-
cinéma, les piscines, se généra- Certains, les moins peuplés plés, assure des gammes pluspeute, alors que le taux de pré-
lisent (plus de 80 % de présen-sence n’est que de 40 % dans s’arrêtent au rôle de fournis- larges de services culturels et
l’ensemble des communes de ce) dans les pôles ruraux de seurs de services courants, de loisirs.
16 OCTANT n° 80Espace
Une typologie des pôles en quatre groupes
4 types de pôles ruraux
Groupe 1
Les petits pôles ruraux peu Ce premier groupe comprend est toutefois importante : au munes sont peu équipées : il
équipés, avec une aire d’in- 35 pôles ruraux avec de petites moins 60 % des équipements n’y a en général aucun pôle de
fluence de moins de 2000 aires d’influence, qui attirent du pôle sont fréquentés par les proximité parmi les communes
habitants. Le pôle est le lieu moins de 2 000 habitants. La habitants d’autres communes. attirées. On trouve dans ce
de consommation de pres- population du pôle lui-même lorsqu’un équipement est groupe des pôles situés dans
que tous les services, mais il est comprise entre 1000 et absent d’une commune c’est des zones rurales éloignées
y a peu de polarisation au- 4 000 habitants, ce qui ne lui au pôle qu’on va chercher des villes et fournissant à la
delà. Le pôle regroupe sou- permet pas d’atteindre un l’équipement une fois sur deux fois peu d’emplois, moins de
vent les trois quarts des niveau d’équipement élevé. La voire plus. En fait dans ces 2000, mais la plupart des
emplois sur l’aire d’influence. polarisation exercée par le pôle aires d’influence les com- emplois de l’aire d’influence.
Mûr-de-Bretagne est l’exemple 1975. Ce pôle dispose d’une ments dont elles disposaient merces non alimentaires, Mûr-
d’un pôle de services en zone gamme assez étendue de ser- en 1988. Toutes ont moins de de-Bretagne n’est pas toujours
rurale peu peuplée qui, malgré vices, à l’exception des équi- 500 habitants, elles ne dispo- la commune fréquentée. La
un niveau de population assez pements les moins répandus, sent que de très peu de ser- proximité de pôles plus
faible mais grâce à son statut comme l’hôpital, le lycée, le vices et commerces : toujours grands, comme Loudéac et
de chef-lieu de canton garde cinéma. Ce bon niveau d’équi- le café-tabac-restaurant, la Pontivy, vient limiter son aire
un bon niveau d’équipement, pement ne lui assure toutefois salle polyvalente, quelques d’influence. A l’inverse, les
ceci afin de compenser l’ab- pas une aire d’influence éten- artisans, parfois l’école primai- espaces aménagés pour les
sence totale d’équipement due. Constituée de seulement re, parfois un dépôt de pain, loisirs en particulier la baigna-
alentour. Commune rurale du quatre communes, Caurel, une station-service à Saint- de, sont fréquentés par les
sud des Côtes-d’Armor, Mûr- Saint-Connec, Saint-Gilles- Guen, un infirmier à Saint- habitants de nombreuses com-
de-Breta-gne est situé à 20 km Vieux-Marché et Saint-Guen, Gilles, un espace aménagé munes situées dans un rayon
à l’ouest de Loudéac. En 1999 elle se limite en fait au canton. pour la baignade à Caurel. Les de 30 kilomètres, sans doute
cette commune compte envi- Le chef-lieu de canton demeu- habitants de ces communes grâce à la proximité du Lac de
ron 2000 habitants. Entre 1990 re plus que jamais la commune trouvent à Mûr-de-Bretagne Guerlédan qui apporte à Mûr-
et 1999, sa population a légè- pôle de services du canton. En les commerces alimentaires et de-Bretagne une activité tou-
rement augmenté, de 0,2 % effet en dix ans, les autres le supermarché, le salon de ristique notable.
par an, inversant la tendance communes du canton ont coiffure, la banque, le collège.
négative observée depuis perdu la moitié des équipe- Cependant, pour les com-
OCTANT n° 80 17Espace
Tableau 6 : Caractéristiques des quatre groupes de pôles ruraux
Groupe 1 Groupe 2 Groupe 3 Groupe 4
Nombre de pôles 35 54 33 38
Part des emplois de l’aire d’influence dans le pôle 70-100 % 30-60 % 50-80 % 30-70 %
Population du pôle 1 000 - 4 000 variable variable > 4 000
NIVEAU D’EQUIPEMENT DU POLE
Equipements administratifs parmi les 9 5-7 4-6 5-6 7-9
Equipements de santé parmi les 8 5 5 5-6 6-8
Equipements culturels parmi les 7 2-5 2-4 3-5 4-7
Equipements de loisirs parmi les 7 2-7 3-4 4-7 4-5
AIRE D’INFLUENCE (sans le pôle)
Nombre de communes 2-3 4-8 2-6 2-26
Population totale < 2 000 2 000-7 000 variable > 10 000
Nombre de pôles de proximité 0 0-1 1-2 2-3
Part des communes pôles de proximité 0 % 0 à 30 % > 50 % 10 à 40 %
POLARISATION EXERCEE
Fréquentation globale des équipements du pôle > 60 % > 60 % variable 80 à 100 %
Fréquentation du pôle par les communes de l’aire 30 à 80 % 30 à 70 % 20 à 60 % 40 à 60 %
d’influence
Tableau 7 : Caractéristiques des quatre exemples
Mûr-de-Bretagne Pleyben Hennebont Fougères
Population du pôle 2 090 3 394 13 412 21 752
Rurale isolée Rurale isolée Dans la couronne Pôle urbain de plus
Type de commune d’un pôle urbain de 5 000 emplois
d’emploi
Part des emplois au pôle 68 % = 740/1 089 50 % = 1 090/2 191 66 % = 4 341/6 554 67 % = 11 748/17 521
NIVEAU D’EQUIPEMENT DU POLE
Equipements administratifs parmi les 9 6 6 7 9
Equipements de santé parmi les 8 6 6 8 8
Equipements culturels parmi les 7 3 3 5 7
Equipements de loisirs parmi les 7 6 4 4 4
AIRE D’INFLUENCE (sans le pôle)
Nombre de communes 4 7 5 21
Population totale 1 427 4 049 11 852 21 091
Population moyenne par commune 357 578 2 370 1 004
Nombre de pôles de proximité 0 1 3 7
POLARISATION EXERCEE
Fréquentation globale des équipements du pôle 35/36 = 97 % 23/34 = 67 % 23/40 = 57 % 43/43 = 100 %
Fréquentation du pôle par 25/36 = 69 % 11/34 = 32 % 12/40 = 30 % 26/43 = 60 %
les communes de l’aire d’influence
tiples : les services et les commerces, l’eau et l’assainissement, les transports et les déplace-L'inventaire communal
ments, la santé et l’action sociale, les sports, les loisirs et la culture, la capacité d’accueil des
L’inventaire communal est une enquête réalisée par le Service Central des Enquêtes et Etudes
équipements touristiques et les activités saisonnières. Dans la lignée des inventaires de 1970,
Statistiques (SCEES) du Ministère de l’Agriculture et de la Pêche et l’Institut National de la
1979 et 1988, celui de 1998 offre une vision synthétique des services et équipements existant
Statistique et des Etudes Economiques (INSEE) avec le soutien de la Délégation à
dans les communes. L’inventaire communal n’est pas une enquête auprès des habitants eux-
l’Aménagement du Territoire et à l’Action Régionale (DATAR). C’est une enquête à thèmes mul-
mêmes. Il permet surtout de rendre compte de comportements d’ensemble des habitants d’une
18 OCTANT n° 80Espace
Groupe 2
Des pôles peu équipés, mais Le deuxième groupe comprend plée, mais aussi peu équipée et exercée sur les communes de
fréquentés par 2 à 7000 habi- 54 pôles ruraux dont la popula- comprenant de très rares relais l’aire d’influence est forte, avec
tants. Une forte polarisation tion est comprise entre 1 500 et de proximité. Le niveau d’équi- un taux de recours aux ser-
exercée par le pôle, souvent 8 500 habitants pour la majorité pement du pôle est moyen pour vices du pôle montant jusqu’à
grâce aux services adminis- d’entre eux. Ce groupe se dis- les services administratifs et les 70 %. On trouve dans ce grou-
tratifs. tingue du premier groupe par équipements de santé, et faible pe une grande majorité de
une aire d’influence un peu plus pour les équipements de loisirs pôles ruraux situés loin des
étendue et un peu plus peu- et culturels. La polarisation zones urbanisées.
Un exemple est Pleyben dans En effet les habitants de sept proximité, ses 1000 habitants Les équipements les plus pola-
le Finistère. Ce chef-lieu de communes - une grande partie le lui permettant sans doute. risants de Pleyben sont la per-
canton de près de 3 400 habi- du canton - viennent en priorité Dans les autres communes, ception, le notaire, le vétérinai-
tants possède la plupart des à Pleyben chercher des ser- souvent moins peuplées, on re, le collège, la banque, les
équipements que son niveau vices qu’ils n’ont pas chez eux : retrouve plutôt des équipe- services de santé, la salle de
de population laisse espérer. Brasparts, Le Cloître-Pleyben, ments de base, comme l’école sport. Parmi les commerces de
En sont absents une quinzaine Gouézec, Lannédern, Lennon, primaire, la petite épicerie, le la gamme intermédiaire, seul
d’équipements, en fait ceux Loqueffret, Saint-Rivoal. café. A la différence de l’aire le supermarché attire des habi-
que l’on ne trouve que dans les Seules deux communes du d’influence de Mûr-de- tants de communes environ-
pôles ruraux les plus peuplés, canton en sont exclues : Bretagne décrite précédem- nantes. La propre aire d’attrac-
comme l’hôpital, le cinéma, la Lothey rattachée au pôle de ment, les communes de l’aire tion de chacun des équipe-
piscine, le laboratoire médical. Châteaulin et Brennilis dépen- d‘influence de Pleyben bénéfi- ments de Pleyben déborde
Ce niveau d’équipement mo- dante du pôle de Huelgoat. cient d’un bon niveau d’équi- rarement les sept communes
yen n’empêche pas Pleyben Une seule commune, Bras- pements de base, situation de l’aire d’influence du pôle.
d’être le centre d’un bassin de parts, dispose d’un bon niveau générale dans le Finistère, à la
vie de près de 7 500 habitants. d’équipement et est pôle de différence des Côtes-d’Armor.
Groupe 3
Des pôles très bien équipés Dans ce troisième groupe figu- même que des communes groupe la plupart des villes du
mais fréquentés par peu de rent 33 pôles ruraux, bénéfi- environnantes : en effet peu de littoral comme Auray, Pont-
communes souvent elles- ciant d’un bon niveau d’équi- communes forment l’aire d’in- l’Abbé, Fouesnant, Dinard, des
mêmes bien équipées, d’où pement culturel et de loisirs, et fluence. Souvent bien équi- communes moins peuplées,
une polarisation moins nette dans la moyenne pour ce qui pées - plus de la moitié sont mais également très touris-
exercée par le pôle. est des équipements adminis- pôles de proximité - elles sont tiques comme Quiberon,
tratifs et de santé. Les équipe- plus faiblement polarisées par Sarzeau. Y figurent également
ments sont plus à la disposi- le pôle que dans les autres des pôles de services proches
tion des habitants du pôle lui- groupes. On trouve dans ce d’une grande ville.
Hennebont en est un exemple. sont elles aussi bien équipées - Inzinzac-Lochrist, Landévant, loppés. Habituellement dans
Commune périurbaine de grâce à un niveau de popula- Languidic, Merlevenez - sont les zones rurales situées à
Lorient, Hennebont dépasse tion suffisant. Les deux com- pôles de proximité. Languidic proximité d’une grande ville,
les 13 000 habitants. L’ aire munes les moins peuplées, dispose même d’un niveau les équipements se concen-
d’influence bénéficie d’un bon Branderion et Nostang, qui ont d’équipement de pôle intermé- trent au pôle au détriment des
niveau d’équipement. C’est en environ de 1000 habitants dis- diaire, mais n’attire aucune communes voisines. Au
fait un éclatement de l’aire d’in- posent de tous les équipe- commune. En dix ans, l’équi- contraire ici, la gamme des
fluence de Lorient. Les seuls ments de base et de quelques pement commercial de ces équipements s’élargit, la crois-
services absents sont la pisci- équipements de proximité. Les communes a un peu baissé, sance de la population aidant.
ne et le cinéma. Les six com- quatre autres communes de mais parallèlement les ser-
munes attirées vers ce pôle l’aire d’influence de Hennebont vices de santé se sont déve-
commune lorsqu’un équipement y fait défaut et de dresser la carte des bourgs et villes pôles sur les équipements les plus courants, cette enquête permet d’appréhender plus spécifique-
de services et leur bassin d’influence. Le questionnaire a été rempli par une commission com- ment le monde rural. La plupart des communes appartenant à des grandes agglomérations
munale composée du maire ou de son représentant, du secrétaire de mairie et de quelques (comptant plus de 10 000 habitants) n’ont été enquêtées que sur une gamme restreinte de ser-
habitants de la commune ayant une bonne connaissance des équipements existants et des vices, excluant le volet commerce de l’inventaire. Les communes de plus de 30 000 habitants
habitudes de la population. En l’absence d’un équipement, il était demandé de se prononcer sur n’ont pas été enquêtées. Toutes les informations non collectées par l’enquête ont été imputées
la commune généralement fréquentée par les habitants pour trouver cet équipement. Centrée a priori à partir de fichiers d’origine administrative.
OCTANT n° 80 19Espace
Groupe 4
Des pôles ruraux très bien Le quatrième groupe comprend de proximité, mais dans un sonnes résidant en dehors de
équipés, polarisant un large 38 pôles ruraux. La population nombre restreint. La fréquenta- l’aire. On peut donc en déduire
espace. du pôle est en général supé- tion des services du pôle est un fort potentiel de polarisation
rieure à 4 000 habitants, ce qui moyenne de la part des com- de ces pôles, leur excellent
permet un bon niveau d’équi- munes attirées, il existe donc niveau d’équipement leur assu-
pement administratif et de des concurrents au pôle, certai- rant une importante renommée.
santé. Les niveaux d’équipe- nement aux périphéries de l’ai- On trouve dans ce groupe de
ment culturel et de loisirs sont re d’influence souvent étendue. nombreuses villes moyennes
un peu plus variés. L’aire d’in- Elle peut compter jusqu’à 26 de Bretagne qui, sans toutefois
fluence est étendue et dépasse communes. A l’inverse, la plu- concentrer la majorité des
souvent 10 000 habitants, d’où part des équipements du pôle emplois de l’aire d’influence, en
la présence de quelques pôles sont fréquentés par des per- compte souvent plus de 2 000.
Fougères est une grande ville quent que quelques équipe- Chapelle-Janson, Saint- pements de base sont pré-
pôle de services en zone rurale ments de loisirs dépendant Germain-en-Coglès, sents dans la plupart des com-
peu peuplée. plus des configurations natu- Romagné, Landéan, Luitré. munes polarisées par
Sous-préfecture de près de relles que du niveau de popu- L’essentiel des équipements Fougères, à l’exception des
22 000 habitants et troisième lation de la commune ou de de ces pôles de proximité sont moins peuplées comme par
ville d’Ille-et-Vilaine, Fougères son statut administratif. Son des services aux particuliers exemple La Selle-en-Luitré
bénéficie d’un excellent niveau aire d’influence est très éten- ou des commerces. Javené (425 habitants), Combourtillé
d’équipement. Tous les équi- due, sur 21 communes, au sud est un cas rare : malgré sa (401 habitants), Le Châtellier
pements de la gamme inter- jusqu’à Parcé, au nord jusqu’à plus forte progression de (393 habitants). Encore une
médiaire y sont présents, et on Parigné et compte peu de population entre 1990 et 1999 exception, Laignelet malgré
y trouve également les équipe- communes pôles de proxi- dans l’aire d’influence de ses 789 habitants, n’a que
ments rares qui sont l’apanage mité : seulement Lécousse à Fougères et avec 1500 habi- deux équipements de base.
des grandes villes : hôpital, côté de Fougères. Les autres tants, ce n’est pas un pôle de
lycée, cinéma. Ne lui man- sont plus éloignés : La proximité. Par contre les équi-
Définitions
Espace rural : dans cet article, on intègre par convention dans l’espace rural», toutes les communes situées en dehors des 7 agglomérations de
plus de 50 000 habitants.
Pôle de services intermédiaires : commune disposant d’au moins neuf services parmi supermarché, droguerie, librairie, magasin de chaussures,
magasin de meubles, magasin d’électroménager, magasin de vêtements, centre de secours, collège, gendarmerie ou police, perception, ambulance,
dentiste, kinésithérapeute, vétérinaire, banque, notaire.
Aire d’influence d’un pôle de services intermédiaires : ensemble des communes fréquentant en général le pôle pour les services intermédiaires
dont elles ne disposent pas elles-mêmes. Chaque commune non pôle est affectée au pôle pour lequel le score est le plus élevé.
Pôle de services de proximité : commune disposant d’au moins huit services parmi boucherie, boulangerie, bureau de poste, salon de coiffure, sta-
tion-service, infirmier, médecin, pharmacie, électricien, plâtrier ou peintre.
Polarisation exercée par le pôle : plusieurs indicateurs sont utilisés.
Pouvoir d’attraction du pôle : c’est le rapport entre la population des communes de l’aire d’influence et la population du pôle. Une valeur de 2 signi-
fie que la population des communes attirées représente deux fois celle du pôle.
Fréquentation globale des équipements du pôle : parmi l’ensemble des équipements et services présents dans le pôle, c’est la part de ceux qui
sont «polarisants», c’est-à-dire fréquentés par au moins une commune qui n’en dispose pas. On ne s’arrête pas aux limites de l’aire d’influence du
pôle. Une valeur proche de 100 % indique que les équipements et services du pôle ne servent que rarement aux seuls habitants du pôle. Le pôle
est un centre de services.
Fréquentation du pôle par les communes de l’aire d’influence : parmi l’ensemble des équipements et services présents dans le pôle, c’est la part
de ceux que les communes de l’aire d’influence fréquentent. On peut ainsi mesurer le lien plus ou moins fort entre le pôle et les communes de son aire
d’influence. Une valeur proche de 100 % souligne la fréquentation systématique du pôle. On a un réel bassin de vie autonome, et on peut en déduire la
complémentarité presque parfaite des équipements du pôle et de ceux des communes de son aire d’influence.
Part des emplois au pôle : c’est la part des emplois de l’aire d’influence qui étaient localisés au pôle au recensement de la population de 1990.
20 OCTANT n° 80Espace
Tableau 8 : Les 160 pôles ruraux par groupe et par département
Groupe 1 Groupe 2 Groupe 3 Groupe 4
Côtes-d’Armor Côtes-d’Armor Côtes-d’Armor Côtes-d’Armor
Bourbriac Bégard Erquy Dinan
Jugon-Les-Lacs Belle-Isle-en-Terre Etables-sur-Mer Guingamp
Lézardrieux Broons Perros-Guirec Lamballe
Mûr-de-Bretagne Callac Pléneuf-Val-André Lannion
Plélan-Le-Petit Caulnes Plouha Loudéac
Plémet Châtelaudren Merdrignac
Plestin-Les-Grèves Collinée Finistère Paimpol
Pleubian Corlay Le Conquet Plancoët
Plouguenast Evran Crozon Quintin
Saint-Quay-Portrieux Gouarec Fouesnant Rostrenen
Lanvollon Guilvinec Tréguier
Finistère Matignon Plabennec
Bannalec Moncontour Pleyber-Christ Finistère
Guerlesquin Ploeuc-sur-Lié Ploudalmézeau Carhaix
Plomodiern Plouaret Plouescat Châteaulin
Plonéour-Lanvern Pontrieux Pont-Aven Douarnenez
Plougasnou La Roche-Derrien Pont-l'Abbé Huelgoat
Plouigneau Saint-Nicolas-du-Pélem Rosporden Landerneau
Pont-de-Buis-Les-Quimerch Uzel Landivisiau
Ille-et-Vilaine Lesneven
Ille-et-Vilaine Finistère Cancale Morlaix
Gévezé Audierne Châteaugiron Quimperlé
Grand-Fougeray Briec Dinard Saint-Pol-de-Léon
Hédé Châteauneuf-du-Faou Guichen
Martigné-Ferchaud Daoulas Guipry Ille-et-Vilaine
Mordelles Le Faou Bain-de-Bretagne
Romillé Lanmeur Morbihan Combourg
Saint-Georges-de-Reintembault Lannilis Auray Dol-de-Bretagne
Vern-sur-Seiche Pleyben Baud Fougères
Plouzévédé Bubry La Guerche-de-Bretagne
Morbihan Pont-Croix Carnac Montfort-sur-Meu
Carentoir Saint-Renan Le Faouet Redon
Cléguérec Gourin Saint-Méen-Le-Grand
Elven Ille-et-Vilaine Hennebont Vitré
Grand-Champ Antrain Malansac
Guer Argentré-Du-Plessis Quiberon Morbihan
Mauron Bécherel Riantec Guémené-sur-Scorff
Pluvigner Châteaubourg Rohan Josselin
Saint-Jean-Brévelay Janzé Sarzeau Locminé
Theix Liffré Malestroit
LaTrinité-Porhoët Louvigné-du-Désert Muzillac
Maure-de-Bretagne Ploërmel
Montauban Pontivy
Noyal-sur-Vilaine Questembert
Pipriac
Pleine-Fougères
Plélan-Le-Grand
Retiers
Saint-Aubin-d’Aubigné
Saint-Aubin-du-Cormier
Saint-Brice-en-Coglès
Sens-de-Bretagne
Tinténiac
Morbihan
Allaire
La Gacilly
Le Palais
Plouay
Nicole ALLAINLa Roche-Bernard
OCTANT n° 80 21