Gisements de sécurité routière

-

Documents
320 pages
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Description

Ce rapport présente des pistes d'action pour renforcer la sécurité routière. Ces vingt dernières années, l'accent a été mis prioritairement sur les comportements humains considérés comme déterminants dans 90% des accidents (vitesse, alcool, non port des équipements de sécurité, prise excessive de risques ...). La question est posée de savoir si l'amélioration durable des comportements n'est pas plus complexe. Des mesures spécifiques, concernant certains types d'usagers ou de circonstances, sont présentées dans ce rapport. Elles complétent les mesures générales et devraient permettre de réaliser des progrès supplémentaires, peut-être moins massifs mais plus sûrs et plus rapides. C'est sous cet angle d'attaque que le groupe de travail a choisi de revisiter l'insécurité routière et ses facteurs.

Sujets

Informations

Publié par
Publié le 01 mai 2002
Nombre de visites sur la page 3
Langue Français

Informations légales : prix de location à la page  €. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Signaler un problème
Gisements de sécurité routière
Volume 1
DRAST, METLTM
ISBN 2-11-093210-4 © M ETLTM, mai 2002
Gisements de sécurité routière
Volume 1
Direction de la Recherche et des Affaires scientifiques et techniques(DRAST)
Ministère de l’Équipement, des Transports, du Logement, du Tourisme et de la Mer(METLTM)
17
33
99
145
Contenu de louvrage
Par tie 1
Introduction au débat sur les “gisements de sécurité routière” Dix années d’évolution de la sécuritéroutière en France
Par tie 2 Lexploitation de gisements ponctuels par des mesures spécifiques, complémentaires des grandes mesures générales, peut faire progresser la sécuritéroutière
Par tie 3 Il existe des freins généraux importants àlamélioration de la sécuritéroutière
Conclusion Conclusion et programme dactions prioritaires
4 Gisements de sécurité routière
9 10 12 15
17
19
20 21 25
27
27
29 29
31
1.
Sommaire
Préface Lettre de mission Introduction générale Composition du groupe
Dix années d’évolution de la sécuritéroutière en France
Introduction au débat sur les “gisements de sécurité”
L’évolution de l’insécurité routière ces dix dernières années, une tentative d’interprétation A. Évolution de l’indicateur de trafic B. Évolution du nombre de tués tous types d’usagers confondus C. L’évolution du nombre des tués est très différente selon les types d’usagers
2. On connaît mieux l’évolution du système “homme-véhicule-environnement” que celle de son composant actif : l’homme dans son comportement social A. La mobilité des personnes : une impor tante disparité et de for tes évolutions géographiques
B. La démographie : des évolutions dont des ef fets multiples se combinent C. Le réseau routier se modernise, l’alternative au “tout routier” se construira très lentement
D. Le parc des voitures par ticulières : vers la voiture intelligente
5 Gisements de sécurité routière
33
37 37
40 45
47 47 49
59 59 61
67 67 70 72
75 75 78 87 91
95 95 95 96 96 96 96
Lexploitation de gisements ponctuels par des mesures spécifiques, complémentaires des grandes mesures générales, peut faire progresser la sécuritéroutière
Introduction
1. Améliorer l’infrastructure A. Les zones prometteuses (gisement n°1) B. Les chocs contre obstacles fixes (gisement n°2) C. Des effor ts de recherche sur l’infrastructure sont encore nécessaires
2. L’indispensable révolution culturelle de la chaîne contrôle-sanction A. Le por t insuffisant de la ceinture de sécurité (gisement n°3) B. Un système contrôle-sanction inadapté à l’infractionnisme de masse (gisement n°4)
3. Des gisements en formation ou encore mal connus A. Un gisement en formation : la multiactivité dans le véhicule (gisement n°5) B. Un gisement peu exploré : les troubles de la vigilance (gisement n°6)
4. La prévention des conditions particulières de circulation A. Les accidents de fins de semaine et jours noirs (gisement n°7) B. Les accidents par temps de pluie (gisement n°8) C. Faut-il rendre obligatoires les feux de croisement le jour ? (gisement n°9)
5. Protéger spécifiquement les usagers à risques particuliers A. Les piétons (gisement n°10) B. Les deux-roues motorisés (gisement n°11) C. Les jeunes conducteurs inexpérimentés (gisement n°12) D. Les accidents liés à l’activité professionnelle (gisement n°13) 6. Un gisement méthodologique : la disparité des niveaux de sécurité(gisement n°14) A. Utilité de l’étude des disparités locales B. Problématique de la sélection et de l’interprétation des données C. Des connaissances manquantes D. Le choix d’axes d’exploitation E. Deux verrous d’exploitation F. Utilisation des données comparatives pour l’incitation à l’action
6 Gisements de sécurité routière
99
101
101 106
114
114 117 119 121
125
125 125 128
132 132 136
138
139 141 143
147
148
148 151
153
158 159
161 165
Il existe des freins généraux importants àlamélioration de la sécuritéroutière
Introduction
1. L’insécurité routière : un problème majeur de santé publique qui n’est pas traité comme tel A. Des chif fres qui parlent d’eux-mêmes B. Des axes prioritaires
2. Un appareil statistique limité et archaïque à transformer en système d’information interactif à la hauteur des enjeux de la sécurité routière A. Un système de recueil qui ne répond pas aux besoins qui lui sont assignés B. On peut améliorer la qualité des données C. Notre appareil statistique n’est pas à la hauteur des enjeux D. Bâtir un véritable système d’information interactif à la hauteur des enjeux
3. Des stratégies locales à fonder sur un diagnostic approfondi, des méthodologies professionnalisées, des partenariats organisés A. Intérêt et force d’une politique locale personnalisée et incarnée B. Des dif ficultés de mise en place C. Élaborer méthodiquement des stratégies locales professionnalisées
4. Une communication qui doit changer de dimension et se diversifier A. Un double constat B. Donner un nouveau souffle et des moyens accrus à la communication
5. Donner à la lutte contre l’insécurité routière une place plus affirmée dans les structures gouvernementales A. Une interministérialité qui a du mal à vivre pleinement B. Un ministre à la sécurité routière C. Promouvoir une action de sécurité routière plus intégrée
Conclusion et programme dactions prioritaires
1. Non, notre dispositif de sécurité routière n’est pas encore un système de sécurité professionnalisé
2. Oui, de nouvelles mesures spécifiques ciblées, peuvent engendrer des progrès significatifs, à condition qu’on les applique avec rigueur, cohérence et surtout continuité : douze actions prioritaires
A. À cour t terme (1 à 2 ans) B. À moyen (5 ans) et long terme
3. La poursuite des progrès de court terme exige un effort de recherche plus important : huit axes prioritaires
4. La vitesse : réduire nos contradictions les plus flagrantes 5. Trois conditions générales pour réussir
Les personnes rencontrées Annexe : présentation succincte du modèle Giboulée
7 Gisements de sécurité routière
Préface
D’abord, sortir de la caverne Bruno Latour
L’insécurité routière, avec son lot régulier de morts et de handicapés, est un para-digme du sujet orphelin. À l’indignation et l’action de quelques-uns répond la clameur de l’acceptation sociale tacite. Par ailleurs, sur le plan de la gouvernance, la question de l’articulation de l’action et de la recherche est toujours difficile, car les sujets de préoccupation s’enchaînent avec une logique et un rythme qui ne sont pas ceux de la production de connais-sances et d’innovations. De plus, les deux légitimités s’entrechoquent souvent, celle de l’expert contre celle du politique, celle du savoir contre celle du pouvoir. Aussi, lorsque j’ai confié à Régis Guyot la mission d’animer un groupe projet des-tiné à faire des propositions pour améliorer la sécurité routière à la fois dans le champ de l’action et dans celui de la recherche, j’avais conscience de lui proposer une gageure.
Néanmoins, ce couplage de deux problèmes : • comment améliorer la sécurité routière ? • comment articuler un programme de recherche à une politique publique ? a justement forcé à avoir un angle d’attaque nouveau, à retourner à l accidentologie à une échelle suffisamment désagrégée pour sortir des solutions globales et pro-duire un travail fécond. La notion de gisement de sécurité routière en est née, croisement d’enjeux, définis par des circonstances et des caractéristiques commu-nes, avec des actions spécifiques à mener pour améliorer la sécurité routière. L’équipe que Régis Guyot a réunie et animée était à la fois homogène dans sa forte volonté et son engagement à faire reculer la mort sur les routes et très variée sur le plan des compétences. Ces deux qualités ont produit un rapport riche et engagé, riche du dialogue entre personnes de sensibilités différentes, au sein de l’équipe aussi bien qu’avec leurs nombreux interlocuteurs, et engagé vers le seul but qui vaille : les vies sauvées et les santés préservées. Au terme de la lecture de cet ouvrage, on ne peut être qu’optimiste : oui, il existe des voies de progrès importants. Cela renvoie chacun de nous à sa responsabilité.
Le directeur de la recherche et des affaires scientifiques et techniques François Perdrizet