//img.uscri.be/pth/d3812f327e8f0b19810bba3c36443ecb30814a9e
Cet ouvrage fait partie de la bibliothèque YouScribe
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le lire en ligne
En savoir plus

Haute-Saône : le sud plus dynamique que le nord

De
4 pages

En 1999, la Haute-Saône comptait presque autant d'habitants qu'en 1990, mais des évolutions de structure se sont opérées. Le vieillissement de la population se poursuit. La population active augmente, et comme partout en France, les femmes y contribuent largement.

Publié par :
Ajouté le : 30 décembre 2012
Lecture(s) : 34
Signaler un abus

Démographie
Premiers résultats détaillés
du recensement de la population 1999
HAUTE-SAÔNE :
LE SUD
Données de cadrage
PLUS DYNAMIQUE
QUE LE NORD
En 1999, la Haute-Saône
comptait presque autant
d’habitants qu’en 1990, mais des
évolutions de structure se sont
opérées. Le vieillissement de la
population se poursuit.
La population active augmente,
et comme partout en France,
les femmes y contribuent
largement.
Les résultats du portrait haut-saônois que l’on
dénombrement pouvait dessiner il y a dix ans.
avaient permis de met- Le nord plus rural, avec une
tre en évidence les évolutions population plus âgée malgré
importantes en terme de peu- un nombre important d’actifs
plement dans le département : venus s’y installer, le sud plus
le sud gagne de la population, jeune, avec une forte propor-
le nord en perd. Les résultats tion de nouveaux arrivants, et
détaillés aujourd’hui disponi- une part d’actifs dans la popu-
bles confirment l’attractivité lation nettement plus impor-
des grands pôles d’emploi, tante. Dans tout le département,
comme ceux de Vesoul ou de le taux d’activité des femmes
Besançon. L’emploi offert dans est en forte croissance, comme
ces zones accentue les traits du la part des salariés.Nº 36 - SEPTEMBRE 2000
INSEE Franche-Comté - L'ESSENTiEL Nº 36
?
ESS003618 Prix : 15F (2,29 )POPULATION
En 1999, 50% des conséquences moins sen-
des Haut- sibles dans le sud, zone où
Saônois avaient l'influence de Besançon se
plus de 40 ans, soit 5 fait sentir. À noter également,
points de plus qu’en 1990. l’importance du phénomène
La part des plus de 60 ans migratoire dans les jeunes
a augmenté de plus de 3 classes d’âge. Les jeunes qui
points, mais c’est surtout avaient une dizaine d’années
la génération des quadra- en 1990 sont partis poursui-
génaires qui gagne en im- vre leurs études hors dépar-
portance. Ce vieillisse- tement, entraînant un déficit
ment relatif est surtout de la classe d’âge des 18 à 28
marqué au nord-ouest du ans en 1999. On peut obser-
département. L’élévation ver le phénomène inverse à
de la durée de vie et la partir de 30 ans, signe d’un
baisse de la natalité ont retour au pays de ces anciens
étudiants.
La répartition entre hommes
et femmes a peu évolué en
près de dix ans. Les jeunes
femmes sont moins nom-
breuses, mais la mortalité
plus importante des hommes
équilibre peu à peu la répar-
tition, le nombre de femmes
devenant sensiblement supé-
rieur à celui des hommes à
partir de 50 ans. Le déséqui-
libre naturel constaté à la
naissance (105 naissances de
garçons pour 100 filles) est
plus qu’inversé dans les clas-
ses d’âge élevées. Pour 100
femmes de plus de 65 ans en
1999, on ne compte plus que
70 hommes.
INSEE Franche-Comté - L'ESSENTiEL Nº 36ACTIVITÉ
En 1999, la du taux d’activité des fem-
population mes (+ 10 points pour cel-
active s’élève à les de plus de 40 ans). Il
100 705 personnes, dont augmente beaucoup moins
89% ont un emploi. pour les plus jeunes d’entre
Ces 3 600 actifs supplé- elles, et reste inférieur de
mentaires depuis 1990 près de 15 points à celui des
(hors militaires du con- hommes de la même tran-
tingent) sont principale- che d’âge.
ment des femmes, entraî- Autre fait important, la part
nant une hausse sensible des non-salariés continue de
chuter. Ils ne représentent
aujourd’hui que 12 % des
actifs employés, contre 22
% en 1975, conséquence en
partie de la baisse de l’acti-
vité agricole.
La répartition de la popula-
tion active reste fortement
liée au volume d’emplois
offerts. Les emplois sont
concentrés autour de Vesoul,
d'Héricourt et de Besançon.
Le nord-ouest du départe-
ment connaît des taux d’ac-
tivité très bas, parfois infé-
rieurs à 45 %. Les retraités
y sont plus nombreux.
Dans ces zones rurales, le
nombre d’actifs travaillant
dans leur commune de rési-
dence est beaucoup plus fort
qu’ailleurs. Les activités
agricoles, ainsi que les ser-
vices domestiques pour les
habitants sédentaires expli-
quent en partie la faiblesse
des déplacements liés au tra-
vail. L’attractivité de ces zo-
nes reste faible. On compte
peu de nouveaux arrivants
actifs : plus de 72 % des
actifs occupés de la zone
nord-ouest du département
habitaient la même com-
mune en 1990 (contre moins
de 60 % pour la zone de
Luxeuil ou celle de Vesoul).
INSEE Franche-Comté - L'ESSENTiEL Nº 36LOGEMENTS
Définitions
La population active est
composée des ‘’actifs ayant
un emploi’’, des chômeurs et
des militaires du contingent
(ces derniers ne sont pas
comptés comme actifs ayant
un emploi).
Le taux d’activité est le ratio
de la population active sur la
population totale.
Les actifs ayant un emploi
sont les personnes qui exer-
cent une profession au mo-
ment du recensement. Sont
également comptabiliséesLa quasi-stabi-
celles qui déclarent aider unlité de la popula-
membre de leur famille dans
tion durant la décen- son travail, si la personne
nie 90 tranche avec l’aug- aidée n’est pas salariée (ex :
mentation importante du exploitant agricole, artisan).
nombre de logements (6 000
Le taux de chômage est lehabitations supplémentaires
ratio du nombre de chômeursen dix ans). La taille
sur la population active. Les
moyenne des ménages chômeurs, au sens du recen-
baisse, mais le nombre de sement, sont les personnes
grands logements ne cesse s'étant déclaré chômeurs
(inscrits ou non à l'ANPE) etd’augmenter : on habite
recherchant un emploi. Il nemoins nombreux dans des
correspond pas au chômagelogements plus grands. En-
au sens du B.I.T. (Bureau In-
tre 1990 et 1999, le nombre ternational du Travail).
de grandes résidences prin-
cipales (150 m² ou plus) aug- Références
mente de 15 % alors que le
" Des croissances localisées "nombre de ménages de 5 per-
Essentiel n°28 - juillet 1999sonnes et plus a baissé de
21%. À l’opposé, consé- " Le territoire franc-comtois
quence de la décohabitation, et ses villes "
de l’allongement de la durée Magazine n°21 - mai 2000
de la vie et du veuvage qui
l’accompagne, le nombre de INSEE Franche-Comté
ménages d’une seule per- "le Major" 83, rue de Dole
BP 1997 25020 BESANÇON Cedexsonne continue de croître,
Tél : 03 81 41 61 61 Fax : 03 81 41 61 99contribuant à la baisse de la
taille des ménages. Directeur de la publication : Bernard Le Calvez
Rédacteur en chef : Jean-Éric PlaceLa répartition sur le terri- me Vesoul, Besançon, Héri- En terme de confort, tous Composition, mise en page :
Maurice Boguet, Sylvie Laurentcourt ou Luxeuil.toire départemental de ces les indicateurs sont au beau
Imprimerie : Éblé Besançon
nouveaux logements suit les Le nord, pays de villégiature, fixe : près de 95% du parc
Abonnement annuel (4 numérosmouvements de population. affirme davantage son carac- dispose d’un niveau de con- +3 numéros de INSEE Franche-Comté
LE MAGAZiNE + lettres d'information) :tère rural : le parc est plusLa part des logements ré- fort très satisfaisant, contre
France : 150F
Étranger (normal) : 188Fcents est nettement plus forte ancien, la part des résidences moins de 90 % dix ans plus
Étranger (urgent) : 240F
dans la partie sud du dépar- secondaires est sensiblement tôt. Nº de CPPAP : 3 021 AD
ISSN : 1248-2544plus importante que dans letement, à proximité des sites © INSEE 2000
dépôt légal : septembre 2000pourvoyeurs d’emploi com- reste du département. Olivier Barlogis
INSEE Franche-Comté - L'ESSENTiEL Nº 36
?