L'industrie en Provence-Alpes-Côte d'Azur : atouts et faiblesses

-

Documents
4 pages
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Description

L'industrie en Provence-Alpes-Côte d'Azur compte plus de 168 000 salariés en 2005, soit 11 % des emplois de la région. Entre 1990 et 2005, les effectifs de l'industrie ont baissé de 13 % en Provence-Alpes-Côte d'Azur et de 17 % en France. La région est bien positionnée sur le plan sectoriel et possède un dynamisme économique propre. Toutefois, les industries agricoles et alimentaires et la chimie connaissent des difficultés. L'effort de recherche des entreprises est par ailleurs insuffisant pour faire face aux défis à venir.

Sujets

Informations

Publié par
Nombre de visites sur la page 14
Langue Français
Signaler un problème

SUD INSEE
N° 99 - décembre 2006 l'essentiel
L’industrie
en Provence-Alpes-Côte d’Azur :
atouts et faiblesses
secteur eau, gaz, électricité (9,1 %) etL’industrie en Provence-Alpes-Côte
la construction navale et aéronautique
d’Azur compte plus de 168 000 sa-
(8,6%). En revanche, l’industrie auto-
lariés en 2005, soit 11 % des em- mobile, le textile et l’habillement sont
peu présents en Provence-Alpes-Côteplois de la région. Entre 1990 et
d’Azur.
2005, les effectifs de l’industrie ont
baissé de 13 % en Provence-Alpes-
Baisse des effectifs de
Côte d’Azur et de 17 % en France. l’industrie mais hausse
des services aux entreprisesLa région est bien positionnée sur le
plan sectoriel et possède un dyna- Entre1990et2005,laproductionindus-
misme économique propre. Tou- trielle a augmenté de 18,0 % en France.
Parallèlement,leseffectifsontbaissédetefois, les industries agricoles et ali-
17,1 % du fait notamment des gains de
mentaires et la chimie connaissent productivité et de l’externalisation de
nombreuses activités.des difficultés. L’effort de recherche
des entreprises est par ailleurs insuffi- L’industries’estrecentréesursesactivi-
sant pour faire face aux défis à venir. tés de production et a délégué à des en-
treprises externes ou à des filiales une
partie croissante de ses autres activités,
En2005,l’industrieemploie168000sa- y compris le marketing et l’ingénierie
lariés en Provence-Alpes-Côte d’Azur. (secteur conseils et assistance) et la re-d’Azurseplaceen cherche-développement. Afin de s’a-
e74 position en terme d’effectifs parmi dapter aux fluctuations de la demande,
les254régionseuropéennes.Lepoidsde les entreprises industrielles ont souvent
l’industrie(10,5%desemplois)enfaitla accru leurs effectifs d’intérimaires et
e20 régiondeFrancemétropolitaineetla sous-traité des activités périphériques
e220 au niveau européen. L’industrie ré- telles que le nettoyage et la sécurité.
gionale possède un profil relativement
proche de celui de la France. Les indus- De ce fait, dans les services aux entre-
tries agricoles et alimentaires (16,8% prises, l’emploi s’est fortement accru
desemploisindustriels),leséquipements depuis 1990. En Provence-Alpes-Côte
mécaniques (9,6%) et la chimie (9,5%) d’Azur, les effectifs ont presque doublé
y sont bien représentés. Quelques sec- dans les services opérationnels (net-
teurs d’activité ont un poids supérieur à toyage, sécurité, intérim...), ils se sont
la moyenne nationale, notamment le accrus de 64,9 % dans les conseils et
© Insee 2006SUD INSEE
N° 99 - décembre 2006
l'essentiel
Les effectifs des services opérationnels moins baissé dans notre région. Il est représentent respectivement que 0,7%
ont presque doublé entre 1990 et 2005
passéde13 %en1990à11 %en2003 et0,6%del’emploiindustriel.Lacons-
Evolution de l’emploi salarié en Provence-Alpes-Côte d’Azur
alors qu’il chutait de 21 % à 16 % au truction navale s’est profondément res-
220
niveau national. tructuréeetestaujourd’huirecentréesurServices opérationnels
200 Conseils et assistance lamarinemilitaireet laplaisance.193Recherche et développement
Emploi total180
Industrie
165 Une industrie bien Provence-Alpes-Côte d’Azur béné-160
positionnée et147 ficied’unbonpositionnementsectoriel
140
relativement dynamique maispossèdeégalementundynamisme
123120 propre :danslaplupartdessecteursin-
100 dustriels, l’évolution des effectifs estLarelativerésistancedel’emploiindus-
87 triel en Provence-Alpes-Côte d’Azur plus favorable dans la région qu’en
80
1990 1993 1996 1999 2002 2005 s’expliqueenparticulierparlebonposi- France.Entre1990et2005,lescompo-
Source : Insee, Estimations d'emploi, indice base 100 tionnement sectoriel de la région. Les sants électroniques, la pharmacie, le
au 1.1.1990
rares secteurs industriels créateurs secteur eau, gaz, électricité et les équi-
pements mécaniques ont connu unel’assistance et de 46,6 % dans la re- d’emplois au niveau national sont sur-
cherche et développement. Ce dernier hausse de leurs emplois nettementreprésentés en Provence-Alpes-Côte
secteur a plus progressé dans la région d’Azur.C’estlecasdusecteurdel’eau, plus importante en Provence-Alpes-
qu’en France. Le fort développement gaz, électricité (9,1% contre 5,4% en Côte d’Azur qu’en France. Dans l’im-
des services aux entreprises provient France)ouencoredescomposantsélec- primerie-édition,leséquipementsélec-
de la hausse des commandes de l’in- triques et électroniques (6,4% contre triques,lamétallurgieetlescarburants,
les effectifs ont diminué mais la baissedustrie, mais aussi de la demande des 4,7% en France) et, dans une moindre
autres secteurs. a été moins forte qu’en France.mesure, du secteur de la pharmacie
(4,1% de l’emploi industriel contre L’écart de 4,5 points entre l’évolution
En Provence-Alpes-Côte d’Azur, la 4,0% en France). Les secteurs en diffi- des effectifs industriels dans notre ré-
baisse des effectifs a été moins forte cultéssont,quantàeux,peuprésentsou gion (- 12,6 %) et dans l’ensemble du
qu’au niveau national avec - 12,6 %, déjàrestructurés.Letextileetl’automo- pays (- 17,1% ) provient pour 2,5
pointsdesonbonpositionnementsec-soit environ 24 300 salariés de moins bile, touchés par d’importantes réduc-
qu’en 1990. Le poids de l’industrie toriel et pour 2 points de son dyna-tionsd’effectifsauniveaunational,sont
dans la valeur ajoutée a également trèspeuimplantésdanslarégion:ilsne misme propre.
Des évolutions plus favorables en Provence-Alpes-Côte d’Azur dans les secteurs surreprésentés dans la région
Evolution de l'emploi industriel en d’Azur entre 1990 et 2005
En % En %France PACA
Construction navale, aéronautique et ferroviaire-26 -36
Combustibles et carburants -46-60
Eau, gaz, électricité1 5
2 Composants électriques et électroniques 86
-16 Equipements et -1
Secteurs SecteursProduits minéraux-26 -28
surreprésentés surreprésentés
4 Industries agricoles et alimentairesen PACA -4 en PACA
Chimie, caoutchouc, plastiques -21-11
4 32Pharmacie, parfumerie et entretien
Edition, imprimerie, reproduction-18 -16
Equipements mécaniques-10 0
Métallurgie, transformation des métaux-19 -17
Equipements du foyer-31 -31
Industries du bois et du papier-22 -30
Habillement, cuir-64 Secteurs -54 Secteurs
sous-représentés sous-représentés
Industrie textile -32-47 en PACA en PACA
-9 Industrie automobile -32
-17 Ensemble industrie -13
- 75 - 50 - 25 0 25 50 75 100- 75 - 50 - 25 0 25 50 75 100
Les secteurs sont classés du plus surreprésenté en PACA par rapport à la France au plus sous-représenté.
Note de lecture : dans les composants électriques et électroniques, le nombre de salariés a augmenté de 86 % en PACA et de 2 % en France entre 1990 et 2005. Ce secteur
est plus représenté dans l’industrie régionale qu’en France.
Source : Insee, Estimations d'emploi
© Insee 2006SUD INSEE
N° 99 - décembre 2006
l'essentiel
L'emploi industriel résiste mieux en Provence-Alpes-Côte d'Azur gion (9,4 %) qu’au niveau national
qu'en France (1,6 %). Depuis, l’écart s’est stabilisé
Evolution de l'emploi salarié en Provence-Alpes-Côte d'Azur et les effectifs de ce secteur ont aug-
Nombre de salariés Evolution en Evolution en menté parallèlement à ceux de la
en PACA PACA (%) France (%) France entre 1993 et 2003.
1990 2005 1990-2005 1990-2005
Agriculture 23 311 22 993 - 1,4 22,1 La chimie connaît des restructurations
Industries agricoles et alimentaires 29 436 28 304 - 3,8 3,6
tant au niveau national qu’européen.Habillement, cuir 5 319 2 423 - 54,4 - 63,9
Edition, imprimerie, reproduction 10 038 8 464 - 15,7 - 18,0 Le nombre de salariés a diminué de
Pharmacie, parfumerie et entretien 5 150 6 808 32,2 4,0 20,8 % en 15 ans (contre 11,0 % en
Equipements du foyer 8 435 5 862 - 30,5 - 30,5 France), soit 4 200 salariés de moins
Industrie automobile 1 589 1 081 - 32,0 - 9,0
dans la région. C’est l’une des plusConstruction navale, aéronautique et ferroviaire 22 325 14 390 - 35,5 - 25,7
Equipements mécaniques 16 023 16 075 0,3 - 10,0 fortes diminutions parmi l’ensemble électriques et électroniques 12 597 12 444 - 1,2 - 15,6 des régions françaises. Cette baisse est
Produits minéraux 11 540 8 299 - 28,1 - 25,8
d’autant plus préoccupante que le sec-
Industrie textile 1 807 1 220 - 32,5 - 47,4
teur est très représenté en Provence-Industries du bois et du papier 7 201 5 015 - 30,4 - 22,3
Chimie, caoutchouc, plastiques 20 201 16 000 - 20,8 - 11,0 Alpes-Côte d’Azur avec 9,5% de l’en-
Métallurgie, transformation des métaux 16 234 13 447 - 17,2 - 19,1 sembledessalariésdel’industrie.Entre
Composants électriques et électroniques 5 777 10 744 86,0 2,4
1990et1997,cesecteuraperduplusdeCombustibles et carburants 4 291 2 299 - 46,4 - 60,4
Eau, gaz, électricité 14 455 15 216 5,3 0,6 3 700salariés,soit18,5 %deseseffec-
Ensemble de l'industrie 192 418 168 091 - 12,6 - 17,1 tifs. Depuis 1997, ce nombre a peu
Construction 106 314 92 484 - 13,0 - 2,0 évoluédanslarégionetleseffectifsva-
Conseils et assistance 46 318 76 369 64,9 63,6
rient autour de 16500 personnes. LesServices opérationnels 42 821 82 496 92,7 111,6
Recherche et développement 8 938 13 101 46,6 19,9 perspectivesdel’industriechimiquedé-
Ensemble du secteur tertiaire 972 930 1 315 500 35,2 30,4 pendentdel’effortderechercheàdéve- de l'emploi salarié 1 294 973 1 599 068 23,5 16,5
er lopper, afin de maintenir sa rentabilité.Source : Insee, Estimations d'emploi au 1 janvier
L’avenir de ce secteur passe également
parl’amélioration desproduitsetservi-nées, Provence-Alpes-Côte d’Azur estDeux domaines
ces qui sont à la charge des sous-trai-une grande région pour l’aéronautiquedynamiques :
tants. Ces derniers doivent diversifierdontleseffectifsatteignent7 500sala-l’aéronautique et la
leuroffreetleursdonneursd’ordresafinriés. Comme en Rhône-Alpes (26 500
microélectronique d’êtremoins fragiles.salariés), le secteur de la microélectro-
nique est très présent en Provence-Malgré le poids relativement faible de
Alpes-Côted’Azuravecenviron10700l’industrie dans la région, Provence- Des dépenses de
emplois dans ce secteur. Un tiers de laAlpes-Côte d’Azur se situe en bonne recherche etproduction française de composantsposition dans plusieurs domaines. Les développement et desélectroniques sort d’ailleurs des usinessecteurs de l’aéronautique et des com-
exportations limitées par laprovençales,celles-cioccupantplusdeposants électroniques ont atteint une
taille des entreprises7 000 salariés.massecritiquequileurconfèreunpou-
voir d’entraînement sur le dynamisme L’intensité de recherche en Provence-
de la région. A l’instar de Midi-Pyré- Les industries Alpes-Côted’Azur, c’est-à-direlapart
agroalimentaires et laDans les IAA et la chimie, les effectifs desdépensesderecherchedanslepro-
évoluent moins favorablement en chimie connaissent des duitintérieurbrut(PIB),étaitde1,9 %
Provence-Alpes-Côte d’Azur qu'en France
en2003.Cetteintensitéestfaibleaure-difficultésEvolution du nombre de salariés entre 1990 et 2005
gard de l’objectif européen de 3 % en110
Tout en restant un des premiers em- 2010. Elle place la région au septième
ployeurs industriels, l’industrie agro- rang français, derrière Midi-Pyrénées
100
alimentaire connaît un effritement de (3,7%), Ile-de-France (3,2%), Rhône-
ses effectifs dans la région. Ce secteur Alpes (2,6 %), Auvergne (2,4 %),
90
occupe plus de 28 000 salariés, soit Franche-Comté (2,1%) et Languedoc-
16,8 % des effectifs de l’industrie en Roussillon(2%).Provence-Alpes-Côte
IAA en France80
IAA en PACA 2005. Avec une perte de près de 2 800 d’Azur se situe tout de même parmi les
Chimie en France en PACA salariés entre 1990 et 1993, la baisse cinquante premières régions européen-Industrie en PACA
70 des effectifs sur cette période a été nes en matière d’intensité de recherche
1990 1993 1996 1999 2002 2005
Source : Insee, Estimations d'emploi, indice base 100 beaucoup plus importante dans la ré- et développement.
au 1.1.1990
© Insee 2006SUD INSEE
N° 99 - décembre 2006
l'essentiel
Un effort de recherche inférieure à la Rhône-Alpes. Elles sont cependant en Un grand nombre de petits
moyenne nationale
établissements industriels ethausse depuis fin 2004 après une pé-Part des dépenses de R&D dans le PIB en 2003 (%)
peu de grandsriodedestagnationentre2001et2004.
Répartition des établissements industriels par tailleLes principaux moteurs de cette pro-
1,9 Nombre Provence-Alpes- Part engression sont les biens d’équipementsEnsemble
2,1 de Côte d'Azur France
etlesbiensintermédiaires.Toutcomme salariés (%)
Nombre %la recherche, ces faibles performances d'établissements
1,1 à l’exportation s’expliquent en partie 0 13 155 51,1 44,0Entreprises
1,4 1-9 9 828 38,2 39,0parlatailledesentreprises.Lespetites
10 - 49 2 283 8,9 12,9entreprises ont plus de difficultés àPACA
50 - 199 392 1,5 3,2
France0,8 s’insérer dans les marchés internatio-
Secteur public métropolitaine 200 - 499 65 0,3 0,7
0,7 naux. 500 et plus 31 0,1 0,2
Total 25 754 100,0 100,0
0,0 0,5 1,0 1,5 2,0 2,5 erSource : Insee, Clap au 1 janvier 2005
Source : Ministère de l’éducation, de l’enseignement Les pôles de compétitivité
supérieur et de la recherche
“Optique-Photonique” est positionnépourraient dynamiser
sur les systèmes complexes d’optiqueL’intensité de recherche des entreprises l’industrie
et d’imagerie. Le pôle “Cap Energies”était de 1,1% contre 1,4% en France.
viseàdévelopperunedémarcheglobale57% des dépenses de recherche pro- Depuis plus d’un an, huit pôles de
d’utilisation performante des énergiesviennentainsidesentreprisesalorsqu’au compétitivitéontétélabellisésenPro-
nongénératricesdegazàeffetdeserre.niveaunationalcettepartestde66%.Le vence-Alpes-Côte d’Azur. Les syner-
resteestassuréparlesecteurpublic. Iltraitedesdomainessuivants:hydrau-gies attendues devraient favoriser les
lique,éolien,fission,fusion,maîtrisedeinvestissementsdanslarechercheetles
l’énergie solaire. Le pôle “Gestion desLa relative faiblesse des dépenses de partenariats entre les différents acteurs
risquesetVulnérabilitésdesterritoires”recherche et développement provient quesont l’enseignement, leslaboratoi-
a pour objectif d’apporter des solutionsenpartiedelafaibletailledesentrepri- res publics et les entreprises privées.
face aux risques pouvant se produiresesdelarégion,notammentindustriel- Lebutestégalementd’accompagnerle
les. Au niveau national, 86 % des tant sur terre que sur mer (risques na-développement des entreprises et de
turels majeurs, risques industriels oudépenses de recherche et développe- leur permettre d'atteindre une taille
risques urbains et sanitaires). Le pôlement se concentrent dans les entrepri- critique. Leurs capacités d’exportation
“ORPHEME”, pathologies émergentesses de plus de 250 salariés. Investir devraient s’en trouver accrues. A leur
et maladies orphelines, traite des mala-dans la recherche est plus facile pour naissance, ces huit pôles regroupent au
dies infectieuses et tropicales, des can-les grandes entreprises qui possèdent total 556 établissements dont 439 sont
desmoyensimportants.Larégionpos- cers rares, des dispositifs médicaux etsitués en Provence-Alpes-Côte d’Azur.
de l’accompagnement au vieillisse-sède, elle, un grand nombre de petits Hors organisations professionnelles ou
ment. Le pôle “Européen d’Innovationétablissementset peu degrands. Parmi organismesd’accompagnement,ilsras-
Fruits et Légumes” vise à repositionnerles établissements industriels de la ré- semblent 62600 salariés dont 44200
lesecteurdesindustriesagricolesetali-gion, 89 % ont moins de 10 salariés travaillentdansnotrerégion.Leurtaille
mentaires sur des produits à haute va-contre 83 % en France. Cela affecte le varieentre5000et16800salariés.Ces
niveau des dépenses de recherche leur ajoutée. Enfin, le pôle “PASS”,huit pôles couvrent des thématiques
Parfums,Arômes,Saveurs,Senteurs,seprivée. très larges. Le pôle mondial “Solutions
concentresurlacaractérisationetl’éva-Communicantes Sécurisées” rassemble
luationdesingrédientsdesparfums,desLesperformancesdelarégionenterme desacteursdelatransmissionetdutrai-
arômes,descosmétiquesetdesproduitsd’exportation sont faibles. Le montant tement sécurisé de l’information. Le
agro-aromatiques.des exportations en valeur n’était que pôle “Mer”, à vocation mondiale, est
de16,4milliardsd’eurosen2005,plus centré sur la sécurité et le développe-
de deux fois moins que celui de ment durable en milieu marin. Le pôle Abdellatif Benzakri
Cet article est la synthèse d'une publication réalisée par l'Insee et la DRIRE en décembre 2006. Cet ouvrage de 48 pages, intitulé
"L'industrie en Provence-Alpes-Côte d'Azur" est accompagné d'une publication électronique. Tous deux présentent des analyses et des
données détaillées par thème, secteur et départements. Ils sont disponibles sur les sites internet de l'Insee PACA (www.insee.fr/paca -
rubrique publications) et de la DRIRE (www.paca.drire.gouv.fr).
Institut National de la Statistique et des Etudes Economiques© Insee 2006
Provence-Alpes-Côte d'Azur
Dépôt légal : décembre 2006 17, rue Menpenti
Directeur de la publication : François ClanchéN° CPPAP : 0909B05336 13387 Marseille Cedex 10
Chef du service Etudes et Diffusion : Pascal OgerN° ISSN : 1287-292X Téléphone : 04 91 17 57 57Rédacteur en chef : Annie Mulard
Code Sage : SIE069932 Fax:0491175960
SUD INSEE l’essentiel figure dès sa parution sur le site Internet de l’Insee : www.insee.fr/paca (rubrique “Publications”)
Vous pouvez vous abonner gratuitement à la lettre d’information électronique : www.insee.fr/paca (rubrique “Lettre d’information électronique”)