Le Temps des villes : pour une concordance des temps dans la cité

-

Documents
147 pages
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Description

La maîtrise du temps est devenue une des préoccupations majeures de nos sociétés.
Comment concilier temps professionnel, temps familial et temps pour soi ?
Jusqu'où faut-il s'adapter ? Quelles modalités de concertation et quelles régulations à mettre en place ?
Pour le Conseil économique et social, dialogue élargi au niveau sociétal et innovation sociale sont les outils à privilégier pour concilier qualité de vie et progrès économique et social. Source : Conseil économique et social

Sujets

Informations

Publié par
Publié le 01 avril 2002
Nombre de visites sur la page 23
Langue Français

Informations légales : prix de location à la page  €. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Signaler un problème

III
SOMMAIRE
Pages
AVIS adopté par le Conseil économique et social au
cours de sa séance du mercredi 27 mars 2002 ........ I - 1
INTRODUCTION...............................................................................................3
CHAPITRE I - DIAGNOSTIC .........................................................................5
I - LES ÉVOLUTIONS DES RYTHMES DES PERSONNES ET
DES TERRITOIRES..........................................................................5
A - LA VIE PERSONNELLE ET FAMILIALE .......................................5
B - LA TRANSFORMATION DU TRAVAIL DANS LA SOCIÉTÉ
DES SERVICES...................................................................................5
C - DE NOUVEAUX USAGES DU TEMPS LIBRE ...............................6
D - LES NOUVELLES TECHNOLOGIES DE L’INFORMATION........6
E - LA RECOMPOSITION DES TERRITOIRES ....................................7
F - DE NOUVELLES RÉGULATIONS....................................................8
II - LES DÉMARCHES DÉJÀ ENGAGÉES EN EUROPE ET EN
FRANCE .............................................................................................9
III - LES PRINCIPAUX DÉFIS À RELEVER......................................10
A - UN DÉVELOPPEMENT ÉCONOMIQUE PRODUCTEUR DE
COHÉSION SOCIALE......................................................................11
B - UN DÉVELOPPEMENT DES SERVICES DANS UNE VILLE
ACCESSIBLE....................................................................................11
C - LA PERSPECTIVE D’UN PROGRÈS PARTAGÉ POUR TOUS ...13
CHAPITRE II - PROPOSITIONS .................................................................15
I - CONJUGUER DIALOGUE « SOCIÉTAL » ET DIALOGUE
SOCIAL.............................................................................................16
A - CONSTRUIRE ENSEMBLE L’OFFRE ET LA DEMANDE ..........16
B - METTRE EN PLACE UN DIALOGUE SOCIÉTAL .......................17
1. Encourager « les bureaux du temps ».............................................17
2. Elargir ces dispositifs......................................................................18
3. Un diagnostic local partagé ............................................................18
4. Un processus continu d’échanges et d’évaluation ..........................19
C - ARTICULER DIALOGUE SOCIETAL ET DIALOGUE
SOCIAL19IV
D - PRIVILÉGIER UN DIALOGUE SOCIAL LOCAL APPUYÉ
SUR DES CADRES NATIONAUX CONVENTIONNELS OU «
D’ORDRE PUBLIC »........................................................................20
II - ARTICULER DÉVELOPPEMENT ÉCONOMIQUE ET
COHÉSION SOCIALE....................................................................22
A - FAVORISER DES DYNAMIQUES D’INNOVATION SOCIALE .22
1. Etablir des bilans sociétaux ............................................................23
2. Conduire des réflexions prospectives par grand secteur
d’activités.......................................................................................23
B - ARTICULER LES TEMPS DES PERSONNES ET DES
FAMILLES ........................................................................................23
1. Concilier les temps au niveau des familles.....................................23
2. Considérer le temps de l’enfance dans sa globalité ........................24
3. Faciliter les activités des jeunes......................................................25
4. Renforcer l’accès des plus démunis aux services publics...............25
5. Encourager les solidarités intergénérationnelles.............................26
III - CONCILIER LES RYTHMES DE VIE DES PERSONNES
AVEC LES ÉQUIPEMENTS ET LES SERVICES DES
TERRITOIRES URBAINS .............................................................27
A - INTÉGRER LES DIMENSIONS TEMPORELLES DANS
L’AMÉNAGEMENT DU TERRITOIRE ET L’URBANISME ........27
B - CONDUIRE UN EFFORT D’INNOVATION DANS LES
ÉQUIPEMENTS ET DANS LES SERVICES...................................28
1. Structurer une gamme d’équipements complémentaires ................29
2. Elargir et hiérarchiser les gammes de services ...............................30
C - UN PROCESSUS D’ÉCHANGES ET D’ÉVALUATION
CONTINU AU NIVEAU FRANÇAIS, EUROPÉEN ET
INTERNATIONAL............................................................................31
1. Le rôle du CES, des CESR, des Conseils de développement .........32
2. L’Europe et les réseaux internationaux des villes...........................32
CONCLUSION..................................................................................................33
ANNEXE A L’AVIS..........................................................................................35
SCRUTIN............................................................................................................35
DÉCLARATIONS DES GROUPES...................................................................37
RAPPORT présenté au nom de la section du cadre
de vie par M. Jean-Paul Bailly, rapporteur...........II - 1
INTRODUCTION...............................................................................................5
CHAPITRE I - UN MOUVEMENT GLOBAL DE LA SOCIÉTÉ ...............7
I - L’ÉVOLUTION DES RYTHMES DANS LA VIE DES
PERSONNES......................................................................................7V
A - LA VIE PERSONNELLE ET FAMILIALE .......................................7
B - LA TRANSFORMATION DU TRAVAIL DANS L’ÉCONOMIE
DE SERVICES.....................................................................................8
C - DE NOUVEAUX USAGES DU TEMPS LIBRE ...............................9
D - LA DÉSYNCHRONISATION DES TEMPS DE LA VIE................11
E - LES NOUVELLES TECHNOLOGIES DE L’INFORMATION
ET DE LA COMMUNICATION.......................................................12
F - DE NOUVELLES RÉGULATIONS..................................................14
II - L’ÉVOLUTION DES RYTHMES DES TERRITOIRES .............15
A - LA RECOMPOSITION DES TERRITOIRES..................................15
B - DE NOUVEAUX RYTHMES ADAPTÉS À LA MIXITÉ
TEMPORELLE URBAINE ...............................................................16
CHAPITRE II - LES DYNAMIQUES DÉJÀ LANCÉES ............................19
I - UNE LENTE MATURATION INTELLECTUELLE ET
POLITIQUE EN FRANCE .............................................................19
A - LE TEMPS : UNE QUESTION DE RECHERCHE ET DE
PROSPECTIVE FÉCONDE ..............................................................19
B - LE TEMPS : UN THÈME SYNDICAL ET POLITIQUE.................20
C - LE TEMPS DES VILLES : UNE DYNAMIQUE LOCALE ET
NATIONALE.....................................................................................20
II - LES POLITIQUES DES TEMPS : UN MOUVEMENT
EUROPÉEN......................................................................................21
A - L’ENGAGEMENT DE LA COMMUNAUTÉ EUROPÉENNE.......21
B - TOUR D’EUROPE DES POLITIQUES DES TEMPS .....................22
1. Italie : sous l’impulsion des femmes ..............................................22
2. Pays-Bas : l’institution au cœur des politiques temporelles ...........23
3. Espagne : priorité au développement économique local.................24
4. Allemagne : modernisation des services publics et aménagement
urbain .............................................................................................24
5. Angleterre : l’économie de la nuit ..................................................25
6. Les enseignements des initiatives européennes ..............................26
III - LES DÉMARCHES TEMPORELLES EN FRANCE...................27
A - LE CONTEXTE NATIONAL...........................................................27
1. L’impulsion initiale ........................................................................27
2. Les groupes de prospective de la DATAR et le projet du
FNADT ..........................................................................................28
3. La profession transport et les nouveaux rythmes urbains...............28
4. Une nouvelle impulsion politique...................................................29VI
B - LES PREMIÈRES EXPÉRIMENTATIONS.....................................30
1. « L’espace des temps » de Saint-Denis : plusieurs centralités qui
vivent selon des rythmes différents................................................30
2. « L’agence des temps » de Poitiers : cohérence territoriale entre
la ville centre et l’agglomération....................................................31
3. « La maison des temps et de la mobilité » de Belfort : une
politique de mobilité innovante......................................................33
4. En Gironde dans une perspective de développement durable.........35
5. Extension des expérimentations sur « le temps des villes » ...........35
C - LES ENSEIGNEMENTS DES DÉMARCHES.................................36
1. Une conception plus globale des problématiques...........................36
2. Vers quelle démocratie locale participative....................................37
3. Pour stimuler l’intelligence collective : un renouvellement
méthodologique nécessaire ............................................................37
4. Des contenus à géométrie variable .................................................38
5. Développer un exercice actif de la citoyenneté ..............................39
CHAPITRE III - DES ENJEUX AMBIVALENTS : DÉPASSER LES
TENSIONS PAR L’INNOVATION ET LE DIALOGUE .41
I - ARTICULER DÉVELOPPEMENT ÉCONOMIQUE ET
COHÉSION SOCIALE....................................................................41
A - NOUVEAUX RAPPORTS AU TEMPS ET DÉVELOPPEMENT
ÉCONOMIQUE .................................................................................41
1. Le temps, nouveau défi économique ..............................................41
2. Une dynamique économique ambivalente......................................43
B - DES « SERVICES TEMPORELS » POUR AMÉLIORER LA
QUALITÉ DE VIE QUOTIDIENNE.................................................44
C - PRENDRE EN CONSIDÉRATION LE TEMPS PLURIEL DES
PERSONNES ET DES FAMILLES ..................................................47
1. Les temps de la famille...................................................................47
2. Les temps des femmes....................................................................48
3. Le temps de l’enfance.....................................................................49
4. Le printemps des personnes âgées et la solidarité
intergénérationnelle........................................................................50
5. Les temps des exclus ......................................................................51
II - CONCILIER RYTHMES DE VIE DES PERSONNES ET
ESPACES-TEMPS DES TERRITOIRES......................................52
A - LES TEMPS DES TERRITOIRES....................................................52
1. Opportunités et risques des nouveaux rythmes urbains pour les
territoires........................................................................................53
2. La « ville des 24 heures » en question............................................55
3. Vers une construction partagée de l’offre et de la demande...........56
4. Les défis de la ville accessible........................................................57
III - DU DIALOGUE SOCIAL AU DIALOGUE SOCIÉTAL.............61VII
A - UN DIALOGUE SOCIAL RÉNOVÉ ET RENFORCÉ ....................62
1. Des expériences encourageantes et quelques sujets difficiles ........62
2. Travail le soir, la nuit, le week-end, quelles réalités ?63
3. Quelles méthodes de concertation ? ...............................................71
IV - UN DIALOGUE SOCIÉTAL...........................................................74
A - LES ACTEURS ET LES TERRITOIRES.........................................74
B - LES BUREAUX DES TEMPS..........................................................74
C - LE RÔLE DES ASSOCIATIONS .....................................................75
D - LES SERVICES AUX PUBLICS......................................................76
E - L’IMPLICATION DES ENTREPRISES...........................................76
F - UN NOUVEL ESPACE PUBLIC77
V - DES RÉGULATIONS PUBLIQUES ..............................................77
LISTE DES RÉFÉRENCES BIBLIOGRAPHIQUES...................................81
TABLE DES SIGLES .......................................................................................87
LISTE DES ILLUSTRATIONS.......................................................................89I - 1
AVIS
adopté par le Conseil économique et social
au cours de sa séance du mercredi 27 mars 2002I - 2I - 3
Par lettre en date du 7 décembre 2001, le Premier ministre a saisi le Conseil
1économique et social sur le temps des villes.
La section du Cadre de vie a été chargée de l’élaboration d’un rapport et
d’un avis. Elle a désigné Monsieur Jean-Paul Bailly comme rapporteur.
INTRODUCTION
Longtemps synchronisés par le travail, les rythmes de la vie quotidienne
ont aujourd’hui tendance à se différencier et à s’imbriquer. Cette évolution
s’inscrit au cœur d’une tension forte entre, d’une part, une volonté croissante
d’autonomie des personnes, qui aspirent à une meilleure qualité de vie et veulent
choisir leurs emplois du temps et, d’autre part, le risque d’une dilution du lien
social par fragmentation et éclatement des temps quotidiens.
Les perceptions de ces changements sont variées selon les âges, les sexes,
les revenus, les activités, les situations familiales et sociales, les lieux de
résidence et de travail. Les femmes sont particulièrement attachées à trouver des
solutions leur permettant de concilier vie familiale et vie professionnelle. Les
temps des enfants, fortement structurés par les calendriers scolaires exigent aussi
d’harmoniser rythmes biologiques et capacités d’apprentissage personnel.
L’évolution des rythmes affecte également les rapports à l’espace et invite
à une recomposition des territoires. Elle se manifeste d’abord dans les villes pour
s’étendre progressivement à l’ensemble du pays y compris l’Outre-mer où l’on
observe une tendance à l’homogénéisation des modes de vie.
A l’heure où la prise de conscience collective d’un nécessaire équilibre
entre les aspects sociaux, environnementaux et économiques progresse, la
question de la concordance des temps ne peut être ignorée ; elle devient le
quatrième pilier constitutif d’une approche collective de la Cité en termes de
développement durable. La question de la concordance des temps est donc
cruciale au sein d’une société qui veut garantir à chacun l’accès aux activités
nécessaires à son équilibre personnel et social (un respect des rythmes
biologiques, la disponibilité d’un « temps pour soi », un emploi convenable, une
vie familiale satisfaisante, un temps pour les activités associatives, sociales ou
politiques) mais également à une citoyenneté environnementale (économie
d’énergie, rentabilisation des infrastructures, etc.). Il est devenu nécessaire de lui
associer des efforts de concordance des lieux pour permettre de vivre ensemble
en famille, dans l’entreprise, dans la cité.
Comment, dès lors, concilier les temps de vie des personnes ? Comment
harmoniser les rythmes des territoires ? Quels dispositifs constituer localement
pour élaborer des réponses collectives à des aspirations de plus en plus
individuelles ? Jusqu’où faut-il s’adapter ? Quelles régulations convient-il
d’introduire ? Avec quels acteurs ? Selon quelles démarches ?

1 L’ensemble du projet d’avis a été adopté par 141 voix, contre 4 et 16 abstentions (voir résultat du
scrutin en annexe).I - 4
Voici les questions que pose le Conseil économique et social dans cet avis :
il décrit les évolutions des rythmes des personnes et des territoires et fait le point
sur les initiatives déjà lancées en Europe et en France, puis il formule les
principaux défis qu’une concordance des temps dans la cité doit relever : tension
entre développement économique et cohésion sociale, tension entre rythmes de
vie des personnes et espaces-temps des territoires, tensions entre les acteurs
(notamment entre usagers des services et salariés qui en assurent la production).
Des propositions sont alors faites pour intégrer les nouveaux rythmes de la cité
comme un enjeu majeur de la société, notamment dans le cadre d’une ville
accessible et plurielle, avec pour préconisation centrale l’ouverture du dialogue
aux diverses composantes de la société et la stimulation des dynamiques
d’innovations sociales.
L’attention apportée au temps donne ainsi la possibilité de relire les
politiques publiques du point de vue du citoyen.I - 5
CHAPITRE I
DIAGNOSTIC
I - LE S ÉVOLUTIONS DES RYTHMES DES PERSONNES ET DES
TERRITOIRES
L’évolution des rythmes quotidiens affecte à la fois les modes de vie des
personnes et les temps des territoires. En ce qui concerne les modes de vie, les
changements concernent, d’une part, la vie personnelle et familiale, d’autre part
les rapports au travail et les usages du temps libre, changements que renforcent
les technologies de l’information et de la communication. En ce qui concerne les
territoires, ces évolutions posent des problèmes délicats aux responsables de
l’Etat et des collectivités publiques, notamment en matière de gestion territoriale
et de développement durable.
A - L A VIE PERSONNELLE ET FAMILIALE
Ce mouvement global de la société affecte d’abord la vie personnelle et
familiale. Premièrement, l’individualisation croissante des modes de vie,
tendance qui s’inscrit dans un processus de longue durée, présente un certain
caractère paradoxal (elle paraît affaiblir le lien social en privilégiant les individus
par rapport aux corps sociaux, mais elle témoigne aussi d’une autonomie de la
personne qui n’est pas incompatible avec des comportements de responsabilité et
de solidarité). Deuxièmement, l’allongement de la durée de la vie, avec la
dispersion et l’imbrication des âges (faisant apparaître une longue jeunesse, mais
aussi une vieillesse prolongée), font évoluer les relations du couple et de la
famille. Tandis que la libéralisation des mœurs est effective, l’égalité au sein du
ménage se heurte à l’organisation traditionnelle des tâches éducatives et
domestiques qui reviennent encore majoritairement aux femmes. Alors que les
relations familiales deviennent plus complexes, sont éclatées en divers lieux, et
fonctionnent selon des rythmes différents, la famille s’affirme malgré ces
évolutions comme un espace essentiel de solidarité, qu’il s’agisse d’éduquer les
enfants ou de prendre soin des personnes âgées.
B - L A TRANSFORMATION DU TRAVAIL DANS LA SOCIÉTÉ DES SERVICES
L’économie industrielle avait, au XIXème siècle, fait du travail un facteur
structurant des temps sociaux. La réduction séculaire de la durée du travail
comme l’évolution de la structure des emplois - marquée, d’abord, par la
décroissance du secteur agricole au profit du secteur industriel, puis du secteur
industriel au profit du secteur tertiaire - ont abouti à la prédominance d’une
économie des services qui se caractérise par un double mouvement : d’une part,
une intensification du travail (dont le contenu, plus immatériel, accroît la tension
intellectuelle exigée de la part des salariés), d’autre part une diversification des
temps travaillés qui entraîne une certaine flexibilité (avec apparition de
nouveaux statuts, discontinus, voire précaires).