Le Vent : Tentative de restitution d'un retable baroque ou un principe de transfigure Sur un roman de Claude Simon

-

Documents
27 pages
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Description

Revue internationale. International Web Journal www.sens-public.org. Le Vent : Tentative de restitution d'un retable baroque ou un principe de transfigure ...

Sujets

Informations

Publié par
Publié le 23 avril 2012
Nombre de visites sur la page 37
Langue Français

Informations légales : prix de location à la page  €. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Signaler un problème
Revue internationaleInternational Web Journalwww.sens-public.orgLe Vent : Tentative de restitution d’un retable baroque ou un principe de transfigureSur un roman de Claude SimonYONA HANHART-MARMORRésumé: Cet article, consacré au roman de Claude Simon intitulé Le vent, Tentative de restitution d’un retable baroque, s’interroge sur ce titre énigmatique et tente de comprendre en quoi il reflète les enjeux à la fois thématiques, formels et esthétiques du roman. En effet, celui-ci s’apparente au genre du retable non seulement en raison des motifs christiques qui l’imprègnent tout entier, mais aussi parce que l’écriture, par ses moyens propres, reproduit la temporalité abrupte et discontinue propre à ce type d’œuvres construites en panneaux qui font passer le spectateur sans transition d’un moment à l’autre de l’histoire figurée. Mais surtout, titre et sous-titre mettent en lumière les pouvoirs de l’écriture qui par sa restitution même du désordre et de l’informe, crée œuvre d’art. Cette réflexion permet donc également de prendre la mesure de la dimension matricielle, séminale de ce premier roman (si l’on exclut ceux que Simon a lui-même rejetés) qui, déjà, permet d’appréhender à la fois le faire simonien et sa poétique. Abstract: This article about Claude Simon’s Le vent, Tentative de restitution d’un retable baroque examines the mysterious title of the novel in an attempt to understand how it reflects the latter’s thematic, formal, and esthetic aspects. Indeed, the novel presents altarpiece-like characteristics: it is replete with Christian motives and the writing itself reproduces the abrupt and broken temporality typical of these works made of several panels in which the reader moves straight on from one moment of the story to another. Above all, the novel’s title and subtitle shed light on the power of writing, which creates the work of art by rendering chaos and shapelessness. This reflection thus also serves to assess the seminal dimension of this first novel – if we leave aside those novels rejected by Claude Simon himself – which enables us to comprehend Simon’s craft and poetry. Contact: redaction@sens-public.org
Le Vent : Tentative de restitution d’un retable baroque ou un principe de transfigure Sur un roman de Claude SimonYona Hanhart-Marmore lecteur du Vent, plus encore celui qui connaît d’autres œuvres de Claude Simon, ne Lroman, Le Vent, puisque celui-ci ne semble absolument pas être le héros de l’histoire peut que ressentir une certaine surprise tant devant le titre attribué par l’écrivain à son racontée, que devant ce que nous appellerons pour l’instant son sous-titre :Tentative de restitution d’un retable baroque. En effet, contrairement à la majorité des écrits simoniens, Le Vent ne contient, à quelques exceptions près, pas de références à d’autres œuvres d’art, qu’il s’agisse de peinture, de littérature, de musique ou de sculpture. Et tant l’intrigue que les personnages qui y figurent (des gitans, une serveuse, un héros que presque tous considèrent comme un idiot) semblent apparenter le roman bien plus à un courant réaliste qu’à des œuvres qui, comme celles de Proust, ne peuvent être lues que dans leur rapport avec d’autres œuvres d’art, avec l’Art.Or on sait, notamment depuis Genette1, l’importance du titre, mode d’emploi2 destiné à commander toute notre lecture. Celui choisi par Simon semble à tout le moins un mode d’emploi paradoxal. Est-il tout entier thématique? Mais quel rapport alors entre le vent et un retable baroque ? Et comment considérer l’un ou l’autre comme sujet principal du roman? Ou bien l’un ou l’autre, ou les deux, sont-ils à déchiffrer en fonction de leur valeur symbolique ou métaphorique3 ? Et dans ce cas quelle serait cette ou ces valeurs ? Ou encore s’agirait-il, au moins en partie, d’une indication générique4 ? Le Vent serait dans ce cas une tentative de restitution d’un retable baroque de même que Le Rouge et le Noir est un roman. Ou encore, le sous-titre serait un sous-titre rhématique5 qui vise le texte lui-même, non son objet6. Toutes ces hypothèses peuvent et doivent être envisagées tant le choix de Simon est énigmatique et, à première vue, obscurcit plus qu’il ne l’éclaire la lecture du « roman », si l’on ose encore désigner ainsi le livre en question.1 Gérard Genette, Seuils, éd. du Seuil, Paris, 1987.2 Ibid., p. 8.3 Ibid., p. 79.4 Ibid., p. 56.5 Ibid., p. 82.6 Ibid., p. 83.Article publié en ligne : 2012/03http://www.sens-public.org/article.php3?id_article=919© Sens Public | 2