Les mineurs isolés étrangers en France
160 pages
Français
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Les mineurs isolés étrangers en France

-

Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus
160 pages
Français

Description

Isabelle Debré, sénateur des Hauts-de-Seine, a été chargée par le Premier ministre d'analyser la situation des mineurs isolés étrangers (MIE) présents sur le territoire français. Son rapport s'attache tout d'abord à définir les contours et l'ampleur de ce phénomène qui reste difficile à mesurer : quelles sont les raisons de la migration de ces mineurs isolés étrangers ? Qui sont-ils ? Quels sont leurs parcours de migration ? Le rapport revient ensuite sur l'intervention des différents acteurs (services de l'Etat, départements, ministère de la justice) concernés par l'entrée et la présence de mineurs isolés étrangers en France, en suivant les étapes qui jalonnent leur parcours sur le territoire. Au terme de cette analyse, l'auteur préconise d'accentuer la coordination entre les différentes parties prenantes, à la fois au niveau européen, entre les services de l'Etat et entre acteurs locaux. Elle rappelle par ailleurs la dimension très humaine de ce problème, telle qu'elle est exprimée dans la Convention relative aux droits de l'enfant ratifiée par la France.

Sujets

Informations

Publié par
Publié le 01 mai 2010
Nombre de lectures 24
Langue Français
Poids de l'ouvrage 3 Mo

Exrait





Rapport de

Madame Isabelle DEBRÉ
Sénateur des Hauts-de-Seine


Parlementaire en mission
auprès du
Garde des Sceaux,
Ministre de la Justice et des Libertés,















FRANCE



Mai 201 0

LETTREDEMISSION

SOMMAIRE

LETTREDEMISSION...................................................2
INTRODUCTION..........................................................6

I.UN PHENOMENE DIFFICILE A APPREHENDER......... 10
1.DES PREMICES DU PHENOMENE AU MILIEU DES ANNEES80A L’INSTALLATION DE CELUI-
CI A L’AUBE DES ANNEES2000 ...........................................................................................11
2.DEFINITION ET CONTOURS DU PHENOMENE.............................................................. 15
3.QUI SONT CES MINEURS ISOLES ETRANGERS? ........................................................... 16
a...................................sons de Les raiitno....alm giar........................................ 16
b.........udividni stejorPle step orifsld e mineurs isolésrté egna..sr.....................18
4.HISTOIRES DE VIE ET PARCOURS DE MIGRATION........................................................ 19
5.L’ARRIVEE ENFRANCE DE CES MINEURS................................................................... 19
a.ncsaisnahé pdue liciffidnoc al en..onèm..1.....rée qui rendent Dsev iosed e’tn9e
b.Les.r.e.s. . .aut..e.ènoménphu d................approur ns pmoyeilétr aé ralcoeh21
6.QUELQUES CHIFFRES ET CARACTERISTIQUES CONCERNANT LES MINEURS ISOLES
ETRANGERS PRESENTS ENFRANCE..................................................................................... 21

II.DE L’ENTREE SUR LE TERRITOIRE A LA PRISE EN
CHARGE AU LONG COURS:A CHAQUE ETAPE UNE PLURALITE
D’ACTEURS ET DE NOMBREUSES QUESTIONS.................. 23
1.L’ENTREE ENFRANCE............................................................................................. 23
a.Li’tnresinitart rueh dantven io ldedm’a....................oc................................... 23
- La désignation et la miss iodne l’administrateur ad h.o..c.................................23
-Etendre la mission de l’administrateur ad. ..h..o.c..............................................25

b......................................e Lentiinmaenoz ne netta’d ....te................................. 26
2.L’ACCUEIL:LE STATUT DES MINEURS ISOLES ETRANGERS..........................................28
a.................in mlae :.é itoraLr étd aéil............................................................... 28
- La preuve par les « papier.s. .»............................................................................28
- l’estimation de l’â.g..e............................................................................................29
Des méthodes dispara..t..e..s............................................................................... 29
De l’estimation à l’évalua.t.i..o..n........................................................................ 30
Nécessité d’harmonis..e..r................................................................................... 31
b.on duatioit e drtîernoans tiu en dfstiec dgejuu ôr sel :pser sel etst eesannfecR
du juge des tutell.e..s................................................................................................ 32
- Le rôle du Juge des enfa.n.t..s...............................................................................33
Une saisine nécessair..e. ..?................................................................................. 33
Une compétence suffisan.t.e.. ..?........................................................................ 34
- Le rôle du Juge des tutell..e..s...............................................................................34
- La délégation de l’autorité parent..a.l..e..............................................................35
- Des pratiques à harmonis..e..r..............................................................................35
3.ACCUEILLIR PHYSIQUEMENT................................................: ..................................38
a.Eviter les fugue.s.............................................................................................. 39

Page 4

Mai 2010 / les MIE en France / Rapport de Madame le Sénateur Isabelle DEBRÉ

III.

- Les différentes causes de fug..u..e..s.....................................................................39
- Les éléments d’évaluation du ris..q..u..e...............................................................39
b............................................................................eicu..l.e dacl’té ssepaeL......... 40
- La mise à l’ab.r.i.................................................................................................... 40
- L’évaluation et l’orientati.o...n..............................................................................42
- L’accueil à plus long ter..m..e................................................................................43
c..................................................................Lseeu js nejemas.ur..........................45
4.L’ARTICULATIONETAT/ DEPARTEMENTS.................................................................. 46
a.emet stncnocénretiua don desarép.....................s..............................s tiaL.... 46
b.Les organisations et coordinations mises en place dans et par les
départements concern..é.s....................................................................................... 48
5.LA SITUATION PARTICULIERE DE CERTAINS DEPARTEMENTS D’OUTRE-MER..................60
a.....................aMoytte......................................................................................... 60
- Les mineurs isolés étrangers à Mayotte, une situation particulièrement
préoccupant.e...........................................................................................................62
- Des réponses à inventer et à coordo..n..n..e.r......................................................66
- Renforcer le dialoguaev ec l’Union des Comor..e..s............................................ 68
b.La Guyane :.......................................................................................................72
- Les relations avec le Surina.m...e......................................................................... 74
- Les relations avec le Guya..n.a............................................................................. 75
- Les relations avec le Bré..s.i.l................................................................................ 76
- L’accueil et la prise en chargse niuesri demrangers solés ét.......enayuG ne7....7
6.LES MINEURS ISOLES ETRANGERS ORIGINAIRES DEROUMANIE.A SITUATION
PARTICULIERE REPONSE SPECIFIQUE:L’ACCORD FRANCO-ROUMAIN..................................... 78
DES REPONSES A AJUSTER ET A COORDONNER........83
1.UNE ORGANISATION ADAPTEE..................................................................................83
a.................s...............................................sed noitnoissim Latiarép r............... 84
b...........se....................................fotela pesLnoenarito épmrserialrito terlles... 84
c.........................Une plae rmfoteinrmteinleirétsi......el..................................... 85
d.Un fonds dédi.é..................................................................................................87
2.UN PHENOMENE EUROPEEN QUI APPELLE DES REPONSES EUROPEENNES.....................89
a.v son ed secneirnséeopur enssioi........................................Sr d’expé’inspire.. 89
- En Espagne........................................................................................................... 89
Le cadre juridiqu..e.............................................................................................. 89
Les différentes étape...s. .:................................................................................... 91
Les conventions bilatéra.l..e..s............................................................................ 93
- En Italie..................................................................................................................95
Le droit commun des mineurs non accompagnés e.n.. .I..t.a..l.i..e................ 95
L’accord spécifique de l’Italie avec la Rou..m...a..n..i..e................................... 97
b.robad relEses au nes réponorépne..viae uue.................................................. 99
- L’Union européenne : le programme de Stock..h.o..l..m...................................100
- La Direction générale « Justice,b Leirté et Sécurité » de la Commission
européenn.e............................................................................................................ 101
- Le Conseil de l’Euro.p..e.......................................................................................104

CONCLUSION.......................................................... 107

PROPOSITIONS..................................................... 108

ANNEXES .............................................................113

Page 5

Mai 2010 / les MIE en France / Rapport de Madame le Sénateur Isabelle DEBRÉ

INTRODUCTION



Parlementaire en mission auprès de Madame Michèle ALLIOT MARIE, Ministre
d’Etat, Garde des Sceaux, Ministre de la Justice et des Libertés, par décret du Premier
Ministre en date du 18 décembre 2i0l 0m9’, a été demandé de conduire une mission
sur les mineurs étrangers isolés (MpErIé) sents sur le territoire français.

Cette mission vise à«éd l snad ressergor esei s sov relagegur ps pooyenet m

directions suivantes :
- tépmecneed noc smte tteas ,dnett ddeess a’rEé pleroviculatioir l’art
notamment celles issues de la loi du r5s ed noitcetor plat anrmforé7 am200
l’enfance, et assurer unep arrétition plus équilibrée entre les départements de
l’accueil des mineurs étrangers isolés, qui pèse aujourd’hui essentiellement

sur les départements dans leslsq uen aéroport est implanté ;
- parvenir à une meilleure articulatioentre les compétences du juge des
enfants et celles du juge des tutelles, tous deux compétents pour statuer sur la
protection de ces mineurs ;

- dèl modr leus xuarétalib sdorcc’a donsiluncitilacfcoa lerecelui signé avec la
Roumanie en 2003 tout en réfléchis sàa nutn accord plus global impliquant
les Etats membres de l’Union euéreonpne, comme le suggère notamment
l’Espagne ;
- augmenter l’efficacité de la procéd 9210r su, chem réae eur0280e( nne tnime
procédures engagées, seulement 341 ont abouti) et accorder une attention
toute particulière à Mayotte qui comp tàa ietlle seule plus de 1600 mineurs
étrangers isolés en 2008 ;
- di tnnaa usqe lr esl eim surneéts ngras erlosir sénetee suzon dnett’ategeanr
aéroports, notamment celduei Roissy, sont strictement séparés des adultes ;
- elopdéva strateurs admini ,odtnl sdah cobromete r pe nleoitaed n al mrof
fonction a été instituée par la loi 4dumars 2002 relative à l’autorité
parentale et qui sont actuellemenotp trpeu présents dans les procédures,
malgré une amélioratiocnonstatée en 2009 ;

Page 6

Mai 2010 / les MIE en France / Rapport de Madame le Sénateur Isabelle DEBRÉ

- voce dironcitisd sfd seopsient qui e placeml sef guilimettn trèsc leeu,sic ,el-s
nombreuses (plus de 40% des placem), enmtesttant en péril la sécurité des
mineurs à nouveau livrés à eux-mêm eas uoxu réseaux de atirte des mineurs ;
- la manièreplluas exacte possible l’âge des mineursparvenir à déterminer de
étrangers isolés, l’expertise osseuseelemtnp cautl ne suffratiquéesap tnasi à
l’établir avec toute nersioirpcélae.quis »

Dans ce rapport sera plutôt préféré l’emploi du terme « mineurs isolés étrangers »
(MIE) pour marquer la primauté de la no tdi’oinsolement du mineur sur le fait qu’il
soit étranger.

En effet, il apparaît clairement que lae lidgirnectrice de nos réflexions devait d’abord
prendre en compte la dimension humaine du phénomène, comme nous l’impose
d’ailleurs la ratification par la France dCeo lnavention relative xa udroits de l’enfant,
qui rend juridiquement impossible dme pslies mesures d’expulsion des mineurs.

Ces travaux, menés dans un court latpes mdpe s, permettent de dégager les grandes
lignes suivantes :

- Ce phénomène apparu au milieu des années 90 a pris aujourd’hui une ampleur
considérable, souvent méconnue, plurtsi cpulaièrement dans certaines villes
ou départements, métropolitains oua umltarrins, où il constitue à terme une
véritable « bombe à retardement sociale ».


- settes les composan tedm seruret uoqutiL pessmbeae’reacnnteto’d lituts ssita
du problème rend aléatoire à la fois l’élaboration d’une politique à long terme
mais aussi à court terme. Il conv idenotnc de se doter rapidement d’un
instrument de mesure simple à la disposition du Gouvernement et des acteurs
concernés.

-

L’Etat, jusqu’à aujourd’hui, n’a psaus définir une politique lisible et
coordonnée pour exercer ses respontséasb ielin ce domaine. La charge des
mineurs isolés étrangers revientl’hàeure actuelle principalement aux
départements qui n’ont eu d’autres cqhuoei xd e parer au plus pressé, avec une
implication financière de plus en plus lourde.

Page 7

Mai 2010 / les MIE en France / Rapport de Madame le Sénateur Isabelle DEBRÉ

- Le traitement juridique du phénomène est complexe et nécessite une
clarification des rôles des différents smtraappelés its g es lurs recnonorp es à
cas dont ils sont saisis.

Il convient de souligner que si la présence d’un mineur isolé étranger sur le
territoire relève, par nature, d’un tetrmaient judiciaire, la délinquance ne
caractérise que très rarement et spécifiquement ces mineurs.

- La ratification de l’accord bilatéarvaelc la Roumanie, nécessaire, conduit à une
évolution du traitement judiciaire dmeisn eurs et a le mérite d’apporter une
réponse circonstanciée à un phénomène persistant.

- lobast gpe eEuro ,’latedecs Aanfrisçadéu t banesbd etemela tneul aa olsrq
perméabilité de l’espace Schengen rend naturellement nécessaire une politique
au moins concertée en ce domaineu.li gSnoons toutefois que la dimension
européenne est plus affirmée en cce oqnucie rne la lutte contre les trafiquants
et les exploitants de l’être humain.

En tout état de cause, c’est le pragmatisme qui doit nous guider pour :


- com lesntesposa Evaluer l’apmelrud uhpnémoe èn eetann ysall rec seesuate s


- tEduel sei resnsporé eesis m ecalp netèrcnocment par les serivec sedl E’at,tes d

Départements et du ministère de la Justice

- Répondre à la mission confiée par le Premier ministre en proposant une série
de mesures permettant de jeter less bda’suene politique efficace, susceptible
d’être coordonnée avec les pays de lp’eE,u reto d’aider à réguler un phénomène
à la fois dramatique sur le plan humaai ins aussi porteur, à terme, si l’on n’y
prend garde, de grandes difficultés.

Ce rapport présentera tout d’abord la tisoitnu atelle qu’elle peut être mesurée et
comprise aujourd’hui, puis s’efforcera aldy’saenr les pratiques existantes sur notre
territoire, en Espagne et en Italie, se t qlueestions qu’elles soulèvent, pour enfin

Page 8

Mai 2010 / les MIE en France / Rapport de Madame le Sénateur Isabelle DEBRÉ

proposer un certain nombre de mesures ild opnatraît importanqt u’elles ne puissent
être assimilées à une « usine à gaz » odunoc à unire uvaie mailitu esd noitasdson fes
publics.

Dans ce cadre, il faudra toujours conseàr vl’eque la protection de l’enfant estrsprit
un devoir majeur, non seulement inscrit péR ilbud seal eeslèn gnsdae notre que et d
société, mais aussi qu’elle se situec œaur des préoccupations de la Convention
relative aux droits de l’enfant que la F,r apnacyes des Droits de l’Homme, s’est fait un
honneur de ratifier.

Je tiens enfin à remercier ici tousuxc,e ministres, parlementaires, élus,
fonctionnaires, personnalités qualifiée sr eestponsables d’associations qui m’ont
prêté leur précieux concours, ainsi que lesb ocroalltaeurs du Ministre de la Justice, en
particulier Marie DERAIN et du Sénat, sla’inms plication desquels ce travail n’aurait
pu être mené à bien.

Page 9

Mai 2010 / les MIE en France / Rapport de Madame le Sénateur Isabelle DEBRÉ

I. UN PHENOMENE DIFFICILE A APPREHENDER


La France est confrontée à l’arrivée dne msn upsim iode) IE(Ms erngraté sélosi srui
d’une quinzaine d’années. De nombreux acteurs, du secteur public comme du secteu
associatif, s’investissent auprès de mciense urs sur notre territoire. Cependant les
pouvoirs publics n’ont pas véritableme ndté fsiunir ni mettre en œuvre une politique
globale claire et coordonnée. Nous noufiisfitc elr nàc ufna cpheé novmoènnse ddo

à mesurer, que ce soit en raison de ln’caeb sdee statistiques que d’une terminologie
dédiée.

Il est donc nécessaire de passer par aupnpre oche « historique » pour définir un
vocabulaire approprié et identifier les contours du domaine étudié :
- Quelles sont les raisons de la mirgtao nedc sem irseuinéts léso sregnar ?
- Qui sont-ils ?
- Quels sont leurs parcours de migration ?

Il conviendra ensuite de présenter le dveéccues mineurs à travers les conditions de
leur arrivée et de leur accueil en France.

Page 10

Mai 2010 / les MIE en France / Rapport de Madame le Sénateur Isabelle DEBRÉ

  • Accueil Accueil
  • Univers Univers
  • Ebooks Ebooks
  • Livres audio Livres audio
  • Presse Presse
  • BD BD
  • Documents Documents