//img.uscri.be/pth/5adc56fa9750f23459d6b09fb1675205b15bbd04
Cet ouvrage fait partie de la bibliothèque YouScribe
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le lire en ligne
En savoir plus

Les villes

De
2 pages

Extrait des Tableaux de l'Economie Rhône-Alpes :erritoire-population Espace régional : Les villes

Publié par :
Ajouté le : 30 décembre 2012
Lecture(s) : 19
Signaler un abus

1 Espace régional
DéfinitionsPrésentation
___La région Rhône-Alpes compte 180 unités > Unité urbaine ou agglomération :
Ensemble d’habitations telle qu’aucune ne soiturbaines. Parmi celles-ci, 3 ont leur ville centre à
séparée de la plus proche de plus de 200 mètresl'extérieur de la région et 2 sont
«internationales»: celle de Divonne-les-Bains (continuité du bâti), et abritant au moins 2 -
habitants (dénombrement au recensement de(dont seule la commune de
1999). Si une agglomération s’étend sur plusieursest située en France) et celle de Genève-
communes, l’ensemble de ces communes formeAnnemasse, dont 21 communes sont sur le
une agglomération urbaine; si l’agglomérationterritoire français. Six rhônalpins sur dix vivaient
s’étend sur une seule commune, celle-ci est diteen 1999 dans l'une des 29 unités urbaines de
"ville isolée".plus de 20-000 habitants que compte la région.
Pour chacune des agglomérations multi-La plus importante, celle de Lyon, est la
communales a été défini un « centre ». Si unetroisième de France (derrière Paris et Marseille
commune représente plus de 50 -%de laet devant Lille et Nice) mais l’aire urbaine
population de l’unité urbaine, elle est seule villelyonnaise arrive en deuxième position.
centre. Dans le cas contraire, toutes les communes___La notion d’unité urbaine (ou
qui ont une population supérieure à la moitié ded'agglomération), plus restrictive que celle d’aire
celle de la commune la plus importante sont villesurbaine, permet d'approcher la notion de "ville"
centres. Les communes qui ne sont pas villespar la continuité du bâti. L’approche statistique
centres constituent la banlieue de l’agglomération.est différente de celle des aires urbaines, basée
> Population sans doubles comptes :
sur les déplacements domicile-travail. La population sans doubles comptes comptabilise
___L’étendue de ces agglomérations est diverse. uniquement les personnes au lieu de leur résidence
Ainsi, lorsque l’on considère les 10 habituelle. Elle ne doit pas être confondue avec la
agglomérations les plus importantes de la population légale des communes, ou population
région (à l’exception de Genève-Annemasse, "avec doubles comptes", qui comprend des
dont une grande partie est sur le territoire catégories de population dites "comptées à part"
suisse), la proportion d’habitants dans la ville comme les étudiants ou élèves internes, militaires
centre par rapport au total de l’agglomération est en garnison, malades en sanatorium ou ouvriers de
très variable. Elle n’est que de 33-% à Lyon dont chantiers temporaires. Cette population "comptée à
l’agglomération, grâce à son importante part" est comptabilisée à la fois dans sa commune
banlieue (101 communes), concentre plus d’un de résidence habituelle et à la fois dans la
habitant de la région sur cinq. A l’opposé la ville commune où elle se trouve au moment du
de Saint-Etienne, dont la banlieue est limitée à recensement.
16 communes, regroupe 62-% des habitants de
son unité urbaine.
___De manière générale, la population des
banlieues a crû plus vite que la des
villes centres entre 1990 et 1999. Une exception
notable toutefois: l’agglomération lyonnaise où Pour en savoir plus
la progression annuelle de la population a été -Les villes moyennes ont conquis les Rhônalpins,
près de trois fois plus importante dans la ville La Lettre INSEE Rhône-Alpes, n° 82, 2002.
centre que dans la banlieue. -Il ne suffit pas de construire pour gagner des
habitants, La Lettre INSEE Rhône-Alpes, n° 77-78,
octobre 2001.
-Recensement de la population 1999 : extension
des unités urbaines, INSEE Rhône-Alpes
Résultats, n° 54, avril 2000.
-Composition communale des unités urbaines :
population et délimitation 1999, Nomenclatures et
codes. Recensement de la Population INSEE
France, 2000.Sources
site internet : www.insee.fr,
(1) INSEE, recensement de la population 1999. rubrique "nomenclatures", puis "zonages d'études"
34 INSEE - Tableaux de l'économie Rhône-Alpes 2004/20051.6 Les villes
Données sur les dix principales agglomérations en Rhône-Alpes en 1999 (1)
unités : nombre, %
Population Évolution Population Évolution
Unités urbaines sans annuelle Unités urbaines sans annuelle
(ou agglomérations) doubles moyenne doubles moyenne
comptes 1990-1999 comptes 1990-1999
Lyon 1 348 832 0,45 Chambéry 113 457 0,87
Ville centre 445 452 0,78 Ville centre 55 786 0,34
Banlieue (101 communes) 903 380 0,29 Banlieue (17 communes) 57 671 1,41
Grenoble 419 334 0,38 Genève-Annemasse ** 106 673 0,86
Ville centre 153 317 0,19 Ville centre 27 253 -0,17
Banlieue (33 communes) 266 017 0,50 Banlieue (20 communes) 79 420 1,24
Saint-Étienne * 291 960 -0,90 Saint-Chamond 82 535 -0,25
Ville centre 180 210 -1,12 Ville centre 37 378 -0,44
Banlieue (16 communes) 111 750 -0,54 Banlieue (11 communes) 45 157 -0,10
Annecy 136 815 0,85 Roanne 80 272 -0,42
Ville centre 50 348 0,16 Ville centre 38 896 -0,79
Banlieue (14 communes) 86 467 1,28 Banlieue (12 communes) 41 376 -0,07
Valence 117 448 0,28 Villefranche-sur-Saône 59 261 0,64
Ville centre 64 260 0,14 Ville centre 30 647 0,41
Banlieue (8 communes) 53 188 0,45 Banlieue (10 communes) 28 614 0,89
* Contient aussi deux communes d'Auvergne (3 716 habitants au total)
** partie française
La population des unités urbaines en Rhône-Alpes en 1999 (1)
INSEE - Tableaux de l'économie Rhône-Alpes 2004/2005 35