Les zones rurales de Bourgogne aidées par l'Union Européenne

-

Documents
4 pages
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Description

Les 7 zones à dominante rurale de Bourgogne qui bénéficient du programme européen d'aide au développement appelé "objectif 5b" regroupent 28 % de la population de la région et couvrent 62 % de son territoire. De 1990 à 1996, l'emploi salarié dans ces zones a davantage diminué que dans le reste de la région. Le secteur tertiaire moins présent n'a pas suffi à compenser les pertes de l'industrie. Le chômage a en revanche moins progressé. La situation du commerce reste difficile dans un contexte de baisse de la population.

Sujets

Informations

Publié par
Nombre de visites sur la page 17
Langue Français

Informations légales : prix de location à la page  €. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Signaler un problème

UNION EUROPÉENNE
Fonds européen de
développement régional
INSEE N° 51 - Février1998 15FBOURGOGNE
PREFECTURE
DE LA REGION DE
BOURGOGNE
Les zones rurales de Bourgogne
aidées par l’Union Européenne
Une trentaine de pôles d'emploi
dans un espace à dominante rurale
Les 7 zones à dominante
Communes des zones 5b ayant plus de 500 salariés
dans les secteurs marchands non agricoles en 1996rurale de Bourgogne
qui bénéficient
YONNE
du programme européen d’aide
au développement appelé
Chatillon-sur-Seine"objectif 5b" regroupent 28 % Charny
Tonnerrede la population de la région et
CÔTE-D'OR
Toucy
couvrent 62 % de son territoire. Montbard
Salives
De 1990 à 1996, l’emploi salarié Venarey-les-Laumes
Avallon Semur-en-Auxois
dans ces zones a davantage
Clamecy
diminué que dans le reste Pouilly-en-AuxoisCorbigny
Saulieu
Premeryde la région. Le secteur tertiaire
NIÈVRE
moins présent n’a pas suffi Château-Chinon
Pierre-de-Bresse
à compenser les pertes
Cercy-la-Tour
Brangesde l’industrie. Le chômage
Simandre
LouhansGueugnona en revanche moins Bourbon-Lancy
Zones 5b Cuisery
Auxoisprogressé. La situation TournusDigoin Charolles CuiseauxBourgogne centrale
Paray-le-Monial La Clayettedu commerce reste difficile Bresse bourguignonne
Charolais-Brionnais Marcigny
dans un contexte de baisse Effectifs salariésNivernais
Chauffailles en 1996
Plateaux de Bourgognede la population. 3400
Puisaye SAÔNE-ET-LOIRE
1000
500
Hors zones 5b Sources : INSEE - ASSEDIC.
Les zones "objectif 5b"
Depuis 1993, l’Union Européenne concentre ses interventions sur distingue trois types d’actions : régionales, départementales et
cinq objectifs prioritaires. Parmi ceux ci, l’objectif 5b a pour but delocales. A ce dernier échelon, les Programmes Régionaux de
promouvoir le développement des zones rurales les plus fragiles. Développement Coordonné (PRDC) concernent 7 zones en Bour
Il concerne les zones ayant un bas niveau de développement rural gogne. Les actions entreprises peuvent s’étendre essentiellement
(PIB/habitant) et qui répondent au moins à deux des trois critèresà l’agriculture, à la forêt, au commerce, à l’artisanat, au tourisme
suivants : importance de l’emploi agricole, bas niveau de revenu et et à la formation. Le financement des PRDC est assuré pour moitié
faible densité de population ou dépeuplement important. par l’Union Européenne et pour moitié par l’État et la Région au
Dans ce cadre, la Bourgogne bénéficie d’un Programme de Déve titre du Contrat de Plan. Sur l’ensemble de la période 1994 1999,
loppement des Zones Rurales (PDZR) couvrant la période 1994 l’intervention de l’Union Européenne sur les zones 5b s’élève à 750
1999. Placé sous l’autorité du Préfet de Région, ce programme millions de francs.
1PREFECTURE UNION EUROPÉENNE
DE LA REGION DE
INSEE BOURGOGNE N° 51 -Février1998 15FBOURGOGNE Fonds européen de
développement régional
ur la période 1994 1999, la Bour S gogne bénéficie du programme Recul plus marqué de l'emploi
européen d’aide au développement
des zones rurales les plus fragiles. Ce Emploi salarié dans les secteurs
marchands non agricoles en Bourgognedispositif appelé "objectif 5b" concerne
un large territoire qui couvre 62 % de Indice base 100 en 1990
la surface de la région et rassemble 28 %
100
de ses habitants. Cet ensemble est
99lui même composé de 7 zones de taille
différente. La Côte d’Or est le départe 98
hors zones 5bment le moins concerné par ce pro
97gramme qui n’a retenu que 17 % de sa
population et 54 % de son territoire. A 96
zones 5bl’opposé, 38 % de la population de la
95
Nièvre et 77 % de son territoire en
bénéficient. En 1990, les zones 5b 94
comptaient 451 650 habitants et
93
146 900 emplois.
1990 1991 1992 1993 1994 1995 1996
Même si ces zones présentent
Sources : INSEE - ASSEDIC.
avant tout un caractère rural, plu-
sieurs villes de taille moyenne y cons
tituent des pôles d’emploi importants
comme Avallon, Tonnerre, Montbard,
Châtillon-sur-Seine, Tournus, Bourbon Laurent et la Compagnie européenne des effectifs salariés du secteur privé,
Lancy, Gueugnon, Digoin et Paray des sièges automobiles dépassent les la période difficile de 1991 1993 a eu
le Monial. 500 salariés en Bourgogne centrale. des effets plus marqués dans les zo
L’appareil productif est diversifié Au total, une trentaine d’établisse- nes 5b que dans le reste de la Bourgo
même s’il est moins tertiaire qu’ailleurs ments industriels emploient plus de gne. L’emploi salarié privé y a diminué
du fait de l’absence des grandes agglo 200 salariés, ce qui illustre l’existence de 6 % contre 4,9 % hors zones 5b.
mérations régionales. Quelques d’une activité industrielle importante Avec la reprise économique de 1994
grands établissements industriels dans ces zones rurales. 1995, l’amélioration a été comparable
comme Usinor Sacilor ou Ivéco em De 1990 à 1996, les évolutions con (+ 1,5 %). Le ralentissement de 1996
ploient chacun plus de 1 000 person joncturelles se sont traduites en Bour semble en revanche avoir été plus ra
nes dans le Charolais Brionnais. Le gogne comme en France par des pide en zones 5b qu’ailleurs et a gri
CEA s’approche de ce seuil sur les pertes importantes d’emplois et une gnoté une grande partie des résultats
plateaux de Bourgogne. Les Pneus augmentation du chômage. S’agissant positifs précédents.
Des pertes d’emplois plus importantes Peu d’emplois
dans le Charolais Brionnais et la Bresse bourguignonne
tertiaires
Effectifs Nombre
salariés (1) de chômeurs Ces évolutions sont en grande par
Au 31/12/96 Évolution Au 31/12/96 Évolution tie expliquées par le faible poids du
90 96 (%) (2) 90 96 (%(3))
secteur tertiaire dans ces zones. Les
Auxois 8 460 - 6,0 2 030 + 53,3
possibilités de compensation des
Bourgogne centrale 11 280 + 3,8 3 420 + 25,9 baisses de l’industrie sont ainsi plus
Bresse bourguignonne 11 150 - 8,9 2 700 + 50,4
réduites.
Charolais Brionnais 18 610 - 10,6 4600 + 23,4Les créations d’emplois dans le ter
Nivernais 6 260 - 1,4 2 260 + 31,5 tiaire concernent surtout les services.
Plateaux de Bourgo 7 570 - 6,4 2 190 + 28,9 L’emploi salarié privé dans ces sec
gne
teurs a progressé de 7,6 % dans les
Puisaye 3 560 - 0,1 1 510 + 35,4
zones 5b de 1993 à 1996 (+ 6,4 % dans
Ensemble des zones 5b 66 890 - 5,7 18 710 + 32,9
le reste de la région). Cette augmenta
tion s’observe dans les agences d’inté Reste de la Bourgogne 281 250 3,9 60 190 + 38,3
rim mais surtout dans le secteur de laEnsemble Bourgogne 348 140 4,3 78 900 + 37,0
santé et de l’action sociale à l’origine(1) Secteurs marchands non agricoles (2) DEFM catégorie 1 (3) En raison des
changements de définition intervenus en 1995, les évolutions concernent les catégories de plus de 400 créations d’emplois.
1 + 6.
Sources : INSEE ASSEDIC ANPE.
2
Les zones rurales de Bourgogne aidées par l’Union EuropéennePREFECTURE UNION EUROPÉENNE
DE LA REGION DE
INSEE BOURGOGNE N° 51 - Février 1998 15 FBOURGOGNE Fonds européen de
développement régional
En revanche, dans le commerce,
Progression moins forte du chômagel’emploi salarié a reculé de 1,2 % de
1993 à 1996 alors qu’il se maintenait
Nombre de demandeurs d'emploidans le reste de la région. Cette évolu
en Bourgogne (catégories 1 et 6)
tion est surtout imputable au com-
Indice base 100 en 1990merce de gros qui enregistre une perte
140de 4,8 % de ses effectifs contre une
baisse de 3,0 % dans le reste de la
hors zones 5b
région.
130
Fermetures
120de petits commerces
zones 5b
Dans le commerce de détail, l’emploi
110salarié est en légère hausse (+ 0,6 %)
dans les mêmes proportions qu’en
dehors des zones 5b. Cette progres
100
sion ne concerne cependant que les 1990 1991 1992 1993 1994 1995 1996
établissements ayant des salariés. Elle
Source : ANPE.
est due en partie à l’augmentation du
nombre de supérettes et de supermar
chés. De 100 en 1993, leur nombre
est passé à 120 trois ans plus tard. l’aménagement de l’habitat. Le com régionale de l’agriculture et de la forêt,
Les hypermarchés restent néan- merce de détail de carburants se replie 15 950 exploitations agricoles étaient
moins peu nombreux. moins que dans le reste de la région, installées sur ce territoire. Leur nombre
La situation du petit commerce et sans doute parce qu’il est moins con a continué de baisser ( 20 % entre
des services de proximité est plus dif currencé par la grande distribution. Les 1990 et 1995). La diminution est de
ficile. En raison de la baisse démogra garagistes et les salons de coiffure même ampleur que dans le reste de la
phique, ces activités ont des difficultés sont en hausse. région. La population agricole familiale
à se maintenir. De 1993 à 1996, 324 L’activité agricole dans les zones 5b active représente 29 300 personnes et
établissements ont disparu dans ces est orientée vers l’élevage de bovins diminue plus rapidement qu’ailleurs
secteurs ( 5,7 % contre 4,9 % dans viande du Charolais jusqu’au Morvan. ( 22 % contre 19 %).
le reste de la Bourgogne). Les ferme Au nord, ce sont les exploitations cé
tures les plus fréquentes concernent réalières et les grandes cultures. Entre Amélioration
surtout les cafés tabac débits de bois les deux, on trouve de la polyculture
du parc hôtelierson, les magasins d’équipement du élevage et de l’élevage laitier. La viti
foyer et de la personne. En baisse culture est quasiment absente de cet
Dans le secteur du tourisme, le parcégalement, l’alimentation générale et ensemble. En 1995, selon la direction
hôtelier homologué progresse en
quantité et en qualité de confort. Le
Des zones de taille inégale
nombre de chambres a augmenté de
6 % de 1993 à 1996. Les hôtels 2 et 3
Population Densité Solde naturel cumulé
étoiles remplacent progressivementsans doubles de population 1990 1995
comptes en en 1990 (naissances décès) les 0 et 1 étoile. Le nombre d’hôtels
2
1990 (hab./km )
4 étoiles reste stable. Ce parc repré
Auxois 46 971 24 - 405
sente 20 % des chambres offertes
Bourgogne centrale 88 055 18 3 234 dans la région. En 1996, 506 000
Bresse bourguignonne 69 552 41 2 124
clients ont été accueillis, soit 17 % de
Charolais Brionnais 108 076 37 1 018 la clientèle hôtelière régionale. Les du
Nivernais 55 534 17 2 628 rées de séjour sont légèrement plus
Plateaux de Bourgogne 50383 15 - 818 longues que dans le reste de la Bour
Puisaye 33 077 20 1 428 gogne.
Ensemble des zones 5b 451 648 23 - 11 655 Les créations d’établissements
dans l’ensemble des secteurs sont
Reste de la Bourgogne 1158 005 96 + 16 331
moins dynamiques dans les zones 5b
Ensemble Bourgogne 1 609 653 51 + 4 676
que dans le reste de la région. De
Source : INSEE Recensement de la population État civil.
1993 à 1996, un peu plus de 1 660
3
Les zones rurales de Bourgogne aidées par l’Union EuropéennePREFECTURE UNION EUROPÉENNE
DE LA REGION DE
INSEE BOURGOGNE N° 51 -Février1998 15FBOURGOGNE Fonds européen de
développement régional
établissements sont créés chaque an
Les écarts démographiques
née. Rapporté au parc existant, le se creusent
nombre de créations reste en dessous
du reste de la Bourgogne (7,0 % contre Solde naturel cumulé de 1990 à 1995
en Bourgogne (naissances - décès)8,6 %).
20 000Dans ce contexte économique, près
de 18 700 demandeurs d’emploi sont
15 000
inscrits à l’ANPE dans les zones 5b en hors zones 5b
1996, soit 24 % des demandeurs de la
10 000
région. Les femmes sont proportion
nellement plus nombreuses qu’ailleurs 5000
à s’inscrire à l’ANPE et cela malgré
0un taux d’activité féminin plus faible.
De 1990 à 1993, le chômage a pro
-5 000gressé un peu moins vite en zones 5b
zones 5bqu’ailleurs (+ 35 % contre + 38 % dans
-10 000
le reste de la région). De 1993 à 1996,
il a reculé de 1,8 % dans ces zones -15 000
alors qu’il restait stable ailleurs. Il est 1990 1991 1992 1993 1994 1995
possible que ces écarts entre les zo Source : INSEE - État civil.
nes 5b et le reste de la région soient
en partie expliqués par le départ des
demandeurs d’emploi vers les grandes
zones urbaines.
Les zones 5b se caractérisent aussi
par des revenus des ménages relative La fragilité démographique des zo
ment modestes. En 1994, 59 % des nes 5b demeure. Elles continuent de
foyers fiscaux n’étaient pas imposés perdre des habitants avec un solde
contre 48 % ailleurs. naturel déficitaire de 11 650 personnes
THÈME DU PROCHAIN NUMÉRO :de 1990 à 1995. La baisse des nais
sances de 1990 à 1993 y a été plusUne faible natalité
Les dernières évolutionsforte que dans le reste de la Bourgogne
démographiques en Bourgogneet la reprise de 1994 et 1995 a été deLa proportion de propriétaires de
plus faible ampleur. Les migrations,leur logement est importante dans les
difficilement appréhendables en l’ab zones 5b (66 % contre 56 % dans le
sence de recensement, ne devraientreste de la Bourgogne en 1990). Tou
cependant pas suffire à équilibrer cetefois, le parc des logements reste an
déficit naturel.cien : 67 % ont été construits avant
1948 contre 42 % dans le reste de la
Danielle GénixBourgogne.
INSEE BOURGOGNEPour en savoir plus :
2 bis, rue Hoche 21000 Dijon
- Le rural en Bourgogne : diversité des espaces et des activités INSEE Bourgogne
Tél : 03 80 40 67 67INRA Dimensions n° 45 juin 1997.
Fax : 03 80 40 67 40
- Zones objectif 2 : le Val de Loire nivernais, la Bourgogne du sud INSEE
Directeur de la publication : Alain RavetBourgogne Dimensions n° 39 et 40 novembre et décembre 1996.
Rédacteur en chef : Lionel Espinasse- Répertoire des zonages bourguignons (disquette) INSEE Bourgogne - RIES
octobre 1997. Assistante de rédaction : Martine Molet
Maquette PAO : Maryvonne Poisot
- Cantons et grandes communes en chiffres INSEE Bourgogne Résultats
statistiques n° 12 décembre 1997. Abonnement :
11 numéros par an + Bilan économique- Portraits de zones : des fiches "sur mesure" pour un diagnostic de zone INSEE
et social annuel : 150 F.Bourgogne.
15 F. le numéro
- Atlas de Bourgogne INSEE Bourgogne Dimensions n° 15 juin 1996.
Impression : Imprimerie 21
- Commerce : concentration et transformation - INSEE Bourgogne Dimensions Dépôt légal : Août 1993
n° 38 octobre 1996.
ISSN 1246 483 X
Code Sage D985116- A paraître : Contours et caractères Les campagnes et leurs villes INSEE INRA.
4
Les zones rurales de Bourgogne aidées par l’Union Européenne