Lutte contre la désertification : l

Lutte contre la désertification : l'apport d'une agriculture en semis direct sur couverture végétale permanente (SCV)

-

Documents
44 pages
Lire
Le téléchargement nécessite un accès à la bibliothèque YouScribe
Tout savoir sur nos offres

Description

Cette solution alternative aux systèmes de culture conventionnels dans les pays du Sud conserve et restaure la fertilité des sols agricoles. Elle allie deux grands principes : pas de travail du sol et maintien des résidus de culture…
Raunet M. et Naudin K., 2006. Lutte contre la désertification : l'apport d'une agriculture en semis direct sur couverture végétale permanente (SCV). Les dossiers thématiques du CSFD. Numéro 4. 40 pp.

Sujets

Informations

Publié par
Publié le 24 octobre 2012
Nombre de lectures 473
Langue Français
Poids de l'ouvrage 2 Mo
Signaler un problème
DSFCsPe:LesAftiteIpmei.roinerssraFr,iepôDée)nc(sehciflleptnoMrsdesdifférentisqeulseatuuestensdaelssdopseotohrpsneséolppédevleopruchecherereutdnia)DRI(enilesAsneaJett)enemCvanaanDnaèielnIltitsOGIDedquhèINePh(ototroppa'lenu'dtltcuriagseneurdrimesiusrcetertucouvégétrevuaRtene.MaNtinud.,K002L6.tuetcnortealdésertification:olopgr/AFDCS©eslanoitanretnIsi2006breptem,seec:rénerféoPruà:rupalétlgaNSS71:noitImpriméà72-6964Iexpmalri1500e04..pFr,ceaneltperliil,sMno/DgAorop006.CSFtembre2peS.4°N.DFSCudesqutimahétrssseisod.eLCS)Vte(anenpermalesodsseisrsnotentièrementàlairbaitacenoaltifdsifudonceeaLactirédlafon,''qiuli'uçertiosdenimièrstfescahgreudCmotié,grâceàl'appDFSCudéttnosgearchlélisleabia.sarçnodsseLsthéiersquesmati
Comité Scientifique Français de la DésertificationLa création, en 1997, du Comité Scientifique Français de laDésertification, CSFD, répond à une double préoccupation desministères en charge de la Convention des Nations Unies sur la luttecontre la désertification. Il s’agit d’une part de la volonté de mobiliserla communauté scientifique française compétente en matière dedésertification, de dégradation des terres et de développement desrégions arides, semi-arides et sub-humides afin de produire desconnaissances et servir de guide et de conseil aux décideurs politiqueset aux acteurs de la lutte. D’autre part, il s’agit de renforcerle positionnement de cette communauté dans le contexteinternational. Pour répondre à ces attentes, le CSFD se veut une forced’analyse et d’évaluation, de prospective et de suivi, d’information etde promotion. De plus, le CSFD participe également, dans le cadredes délégations françaises, aux différentes réunions statutaires desorganes de la Convention des Nations Unies sur la lutte contrela désertification : Conférences des Parties, Comité de la scienceet de la technologie, Comité du suivi de la mise en œuvre de laConvention. Il est également acteur des réunions au niveaueuropéen et international.Le CSFD est composé d'une vingtaine de membres et d'un Président,nommésintuitu personae par le ministère déléguéà la Recherche et issus des différents champs disciplinaires etdes principaux organismes et universités concernés. Le CSFD est géréet hébergé par Agropolis International qui rassemble, à Montpellier etdans le Languedoc-Roussillon, une très importante communautéscientifique spécialisée dans l’agriculture, l’alimentation etl’environnement des pays tropicaux et méditerranéens. Le Comité agitcomme un organe indépendant et ses avis n'ont pas de pouvoirdécisionnel. Il n'a aucune personnalité juridique.Le financement de son fonctionnement est assuré par des subventionsdu ministère des Affaires étrangères et du ministère de l’Écologie et duDéveloppement durable, la participation de ses membresà ses activités est gracieuse et fait partie de l'apport du ministèredélégué à la Recherche.Pour en savoir plus :www.csf-desertification.org
Édition et iconographieIsabelle Amsallem (Agropolis Productions)agropolisproductions@orange.frConception et réalisationOlivier Piau(Agropolis Productions)agropolisproductions@orange.fragropolisproductionsRemerciements pour les illustrations
Les dossiers thématiquesdu CSFD numéro 4Directeur de la publicationMarc Bied-CharretonPrésident du CSFDProfesseur émérite de l’Université de VersaillesSaint-Quentin-en-Yvelines (UVSQ)Chercheur au Centre d’économieet d’éthique pour l’environnement etle développement (C3ED-UMR IRD/UVSQ)AuteursMichel RaunetChercheur au Département « cultures annuelles » du Centre de coopération internationale en rechercheagronomique pour le développement (Cirad-ca)michel.raunet@cirad.frKrishna NaudinChercheur au Cirad-cakrishna.naudin@cirad.frAvec la participation deMarc Bied-Charreton,Professeur émérite de l’UVSQOlivier Husson,Chercheur au Cirad-caLucien Séguy,Chercheur au Cirad-ca
miCo.tésurlesbrementnrtedutienIet
nttaaué déraég d slerutaté tnone. Lsencempsongt ron saprp-ért eune ro pèmblloe noc édis eérmmocication fait désac,ll  aédestrfid ed snoitseuq sdee tiar pismaorqseu relp uoiaeranétn pl-sioimenrecn,sénuot oc ssos esmmesllou ncédiuesr uon,nd fiques o scientih1Lé itanumodtid ronévana tfaire face à un -orpmèlbd eevneurrgmoe iand :leicatrtifdése la sip  aofà l oi,nelurat nnemènohéil sussecorp te tivités é aux ac .aJamsiuhamnisee èt leta  lanplmètsn seé seysocge cangaun lans ted uc nc ah tnuou tdee téor pla à ertê srola tnes doiveentifiqucnses icnoansias Lx. ces eeseunj te s edacifnoitoi ncitaicéd aéd la s dertifDéseeuqifitniaçnarF om Clee ieScé it secc noettx euqnombre.Cest danel rulp rg s dnapromenéhblsipae trap eriaf ed teétcisoa  leripicruegtx enoetecc ser bilie mont dd emoN uduS moc  dsts an. rd eIleu suon p lotiqitants duon, habionsienéhénphu  ded enèmoitreséd sairéces unees àlluem iemorperc  dpslue foi niurel rlé snemén sté civile, et dan snup erimret meesqudu, encifititsils seoj xanrunvironnet de leepemtne d vélepoma, ud Sdue mmco droN ud srellie, aublicd pugrana  uemtnagelsié uauep xnosr senatrmrseuin a qsic molpménests ruen formation desbmal ised noitiEl. ntmeus a alenastieng xof ,uarnir fou ens auxDF» q iused  uSCur-nir u veut foitams noi enrofne qulivaencifitienn reu alcnd  ee insérille ouveod seL « eélutitqutimahé trsiess. Cette série sdaerss eua xédicurdepos tiliesqu te el à srusnocur lde sserta détaoificiuoet,nt ims ses ioaticples te snxuejne sté, le codiversi tlcmitaahgnmeneaus i ss ttsmehèl euib airavq sé., a etcion,tectl  eiaeredf if nratoas ple, ueiqédélét al ,emsil tdroaginasitnos de solidarité asinnoiton sog neruvmenealnt eesre ssoisocsnse te à acréérendifftanretniU.elanoizaou dne ddee inertn al ttuloc eets a  l tesreeraditnod ald géarcation, ésertifiagrod ,sellennosiesofprs ontisaagindroel ssnbaespo : rretépauvr uelaà if d-sfune ednetnoc birtines. Enfin, elld fiéfertn sodamon cteut dlae trsruetca l al ed s auance desprèsed soi niassocnnar lntroses ersi sésuffid tnemegdansent tamm- no slp selp yal se pés lar tuschoucifioitaéd atres format n - sousqieuà l lécertnoe stejor,nifne turfoe  ds der niercnéréféparseo nelltiont ines elletutceelled ,s aesesdrs se detses tiseI tnreent utiles.Ces dosrtvoc nooisneutses qur dis somprgolodohtém sed rsepoexd, esséere  ted sitilésseamment uies courevidp srd su snaobs -ntesuréatltces ssances sur  tedopninnia socsl  Is.ga éitagneréffidtejus st des débats didelemtnd epxsore cuxceons,pt c y seéd teon eaevuheurhercC3ED au I DRU-RMQ
Avant-propos
Remote sensing, a support to the study and monitoring of the Earth environment
U/SVSas leilenQut-inY-ne-nitCsenilevémérite de lUnievsrti éedV reasonetésPreniddut FSC orPDssef rue.imétharred-CcBiMarvioçer sreissod Cou  dalavlt en svasie açsi .eLdans lesxprimés tioçsed iuqer ls reanfrin mtèis à ecârg iuppalu  dgear, témiCoemtnèier ahcà l ers ossi entsontsuff noic edd seat-cn io letdia caitno ,alf bairositions. La rédopprs voe  dets noitcaér sov ed outelécs à ommesus  .oNmieémirpfos e rmntmeou sé sielagtenram ,ite Inte notre s etev ai aedamdn