Observatoire national des zones urbaines sensibles - Rapport 2008
230 pages
Français

Découvre YouScribe en t'inscrivant gratuitement

Je m'inscris

Observatoire national des zones urbaines sensibles - Rapport 2008

-

Découvre YouScribe en t'inscrivant gratuitement

Je m'inscris
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus
230 pages
Français
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Description

Le présent rapport de l'ONZUS s'appuie, comme les années précédentes, sur les cinq indicateurs prévus par la loi du 1er août 2003 d'orientation et de programmation pour la ville : l'habitat, l'emploi et l'activité économique, la réussite scolaire, la santé, la sécurité et la tranquillité publique. La loi fixe comme objectif à la politique de la ville la réduction significative, sur une période de cinq ans, des écarts entre ses territoires prioritaires, les zones urbaines sensibles (ZUS), et le reste des territoires urbains dans les cinq grands domaines précités.

Sujets

Informations

Publié par
Publié le 01 novembre 2008
Nombre de lectures 21
Licence : En savoir +
Paternité, pas d'utilisation commerciale, partage des conditions initiales à l'identique
Langue Français
Poids de l'ouvrage 13 Mo

Exrait

Observatoire national
des zones urbaines
sensibles
RAPPORT 2008Observatoire national
des zones urbaines
sensibles
RAPPORT 2008Directeur de publication : Yves-Laurent Sapoval
Présidente du Conseil d’orientation de l’Observatoire national des Zus : Bernadette Malgorn
Coordination : Philippe Choffel, Patrick Sillard
Responsable des éditions : Corinne Gonthier
Rédacteurs : Jean-Bernard Champion, Corinne Chevalier, Philippe Choffel, Nadège Couvert,
Patrick Sillard
Cartographie : Jessica Cornet, Vincent Deroche, Raphaël Janelli
Assistante : Sally L’Homond-Fernandez
L’équipe rédactionnelle tient également
à adresser ses remerciements pour leur contribution à :
Marion Bachelet et Lionel Bonnevialle (Dares)
François Lebeaupin (Insee)
Mélanie Villiers (DGCL)
Catherine Jaulent (CNAF)
Joëlle Martichoux, Serge Fraysse, Eric Lenoir, Catherine Pilon (Acse)
François Galante, Yves Goepfert, Patrick Joyeux, Olivier Montès, Brigitte Raynaud, Catherine Richard,
Marie Rey (DIV)
Ce document a bénéficié du concours de nombreux organismes
qui ont mis des données à disposition :
• L’Agence nationale pour l’amélioration de l’habitat (Anah)
• L’Agence nationale pour la cohésion sociale et l’égalité des chances (Acse)
• L’Agence nationale pour l’emploi (ANPE)
• L’Agence nationale pour la rénovation urbaine (Anru)
• La Caisse nationale d’allocations familiales (Cnaf)
• Ministère de la Défense :
Direction générale de la gendarmerie nationale (DGGN)
• Ministère de l’Économie, de l’Industrie et de l’Emploi :
L’Institut national de la statistique et des études économiques (Insee)2
• Ministère de l’Éducation nationale :
Direction de l’évaluation, de la prospective et de la performance (Depp)
• Ministère du Travail, des Relations sociales, de la Famille et de la Solidarité :
Direction de l’animation de la recherche, des études et des statistiques (Dares)
• Ministère de la Santé, de la Jeunesse, des Sports et de la Vie associative
Direction de la recherche, des études, de l’évaluation et des statistiques (Drees)
• Ministère de l’Intérieur, de l’Outre-mer et des Collectivités territoriales :
Direction générale de la police nationale (DGPN)
Direction générale des collectivités locales (DGCL)
Pour accéder aux
statistiques détaillées
sur les zones urbaines
sensibles, consultez le
système d’information
géographique (SIG) de
l’Observatoire national
des zones urbaines
sensibles sur le site
internet de la DIV :
www.ville.gouv.fr
DÉLÉGATION INTERMINISTÉRIELLE À LA VILLE OBSERVATOIRE NATIONAL DES ZONES URBAINES SENSIBLES RAPPORT 2008Avant-propos
Dans son discours du 8 février 2008, le Président si les évolutions récentes sont encourageantes,
de la République a affiché des ambitions fortes beaucoup reste à faire en vue de réduire les iné-
pour la politique de la ville. Ces ambitions renou- galités sociales et les écarts de développement
velées se sont matérialisées dans le plan « Espoir entre les territoires.
banlieues - une dynamique pour la France » qui
erse met en place depuis l’été par la mobilisation août 2003L’Onzus a été créé par la loi du 1
de toutes les administrations. Son contenu qui fixait des échéances à l'horizon de cinq ans.
témoigne de l’importance accordée par l’Etat à Cet horizon est maintenant atteint. Après cinq
créer les conditions du retour de la République années d'existence, j'estime que l'observatoire a
dans les quartiers populaires en accordant une fait la preuve de son utilité : les quartiers sont
attention accrue à l’emploi, au désenclavement, aujourd'hui beaucoup mieux connus qu’ils ne
à l’éducation et à la sécurité publique. Le rapport l’étaient au début des années 2000 et leur
2008 de l’Observatoire national des zones urbai- dynamique mieux comprise. Son rôle, assigné
nes sensibles (Onzus) est l’occasion de faire le par la loi de 2003, est d’observer l’évolution
point sur la situation des quartiers avant la mise d’indicateurs structurels dans les Zus. Ce rôle
en place de ce plan. s’est élargi depuis. Sa géographie d’intérêt
concerne désormais l’ensemble des territoires
Si le rapport de l’année passée avait mis en évi- de la politique de la ville et leur voisinage.
dence un retard important en matière de rénova- L’observatoire s’est saisi d’études visant à mieux
3
tion urbaine, le constat réalisé en 2008 est plus comprendre les mutations à l’œuvre dans les
positif : le rythme des engagements s’est consi- quartiers. J’appelle de mes vœux la poursuite
dérablement renforcé en 2007 et le retard pris de ses travaux et l’affirmation de ses orientations
lors des premières années du plan a cessé de vers une compréhension toujours plus fine des
croître. L’année 2007 a connu de nombreuses mécanismes. Il doit aussi se tourner vers
livraisons de nouveaux logements. Si le niveau l’évaluation des politiques publiques et mener
d’engagements se maintient à celui de 2007, le ses travaux dans un souci permanent d’aide à la
retard n’excédera pas deux ans par rapport au décision publique. L’observation la plus signifiante
terme affiché du programme national de rénova- des phénomènes sociaux doit être recherchée,
tion urbaine. comme par exemple le suivi de la trajectoire de
vie d’habitants des quartiers sensibles et de
Plusieurs domaines connaissent une embellie bénéficiaires de programmes de la politique de la
en 2007 : le chômage en Zus décroît de manière ville, afin de mieux percevoir le rôle que jouent
comparable à ce qui est observé ailleurs. Le taux ces quartiers dans la ville et dans la vie des gens.
de chômage est revenu, en 2008, à son niveau
de 2004 et les zones franches urbaines sem- Enfin, nos indicateurs prennent encore trop peu
blent porter leurs fruits, tant pour l’emploi des en compte la place des femmes dans les quar-
résidents qu’en matière de développement éco- tiers populaires. Mieux cerner la visibilité des
nomique des quartiers. Avec trois élèves de femmes dans les quartiers constituera un enjeu
moins par classe dans les collèges en Zus, l’édu- majeur pour l’observatoire dans les années
cation connaît elle-aussi quelques succès : le à venir.
taux de réussite au brevet des collèges s’amé-
liore et l’échec scolaire se réduit. Dans les deux
cas, les améliorations sont plus prononcées en
Zus qu’ailleurs. Enfin, la délinquance diminue
nettement en Zus et ce, de manière beaucoup Bernadette MALGORN
plus forte que dans le reste des agglomérations. Préfète
Secrétaire générale du ministère de l’Intérieur,
Ceci étant, en structure, les Zus restent des ter- de l’Outre-mer et des Collectivités territoriales
ritoires en grande difficulté sociale. Ainsi, même Présidente du conseil d’orientation de l’Onzus
DÉLÉGATION INTERMINISTÉRIELLE À LA VILLE OBSERVATOIRE NATIONAL DES ZONES URBAINES SENSIBLES RAPPORT 2008Sommaire
Avant-propos . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p. 3
Synthèse . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p. 6
Les indicateurs
commentés. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p.12
L’emploi . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p. 14
Activité, emploi, chômage . . . p. 16
Les demandeurs d’emploi inscrits à l’ANPE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p. 24
Évolution du statut des emplois entre 2004 et 2007 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p. 31
Les dispositifs de politique de l’emploi dans les zones 4
urbaines sensibles : zoom sur quatre dispositifs . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p. 35
Les jeunes de Zus accompagnés par les missions locales. . . . . . . . . . . . . . . . . . . p. 49
Les entreprises . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p. 58
L’activité économique dans les zones franches urbaines (ZFU) . . . . . . . . . . . . p. 60
La survie à moyen terme des établissements implantés
en ZFU de première génération de 1997 à 2001 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p.68
L’activité économique dans les zones
de redynamisation urbaine (ZRU) . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

  • Accueil Accueil
  • Univers Univers
  • Ebooks Ebooks
  • Livres audio Livres audio
  • Presse Presse
  • BD BD
  • Documents Documents