Rapport au Parlement et au Gouvernement portant sur l'état des formations et des métiers du sport : 2003

-

Documents
104 pages
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Description

Quatre chapitres principaux constituent l'ossature de ce rapport. Le premier insiste sur le fait que le sport, en France comme en Europe, a besoin d'une formation et d'une reconnaissance professionnelles, afin de procurer à ses acteurs une employabilité. Le deuxième chapitre estime que la décentralisation offre une fenêtre d'opportunités pour de nouveaux emplois, de nouveaux employeurs et des niveaux de coordination. Le troisième chapitre est consacré à la formation, élément-clé du statut des sportifs de haut niveau qui doivent gérer une après-carrière. Le quatrième chapitre souhaite voir un travail d'harmonisation entre les pays européens en matière d'éducation et de formation professionnelle. Bien que de nombreuses évolutions positives aient été constatées pour la formation, la création de filières professionnelles et la prise en compte des acquis de l'expérience, le rapport pose néanmoins la question du chômage et de l'inadéquation de la proposition professionnelle par rapport aux formations reçues et émet des recommandations, notamment pour améliorer les formations et promouvoir la formation en alternance et la formation continue.

Sujets

Informations

Publié par
Publié le 01 août 2004
Nombre de visites sur la page 12
Langue Français

Informations légales : prix de location à la page  €. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Signaler un problème

CONSEIL NATIONAL DES ACTIVITÉS
PHYSIQUES ET SPORTIVES
(CNAPS)
2003
RAPPORT AU PARLEMENT ET AU GOUVERNEMENT
PORTANT SUR L’ÉTAT DES FORMATIONS
ET DES MÉTIERS DU SPORT
“DÉCENTRALISER, MODERNISER, PROFESSIONNALISER
LES FORMATIONS LIÉES À L’EMPLOI SPORTIF”
RAPPORT DU CONSEIL NATIONAL DES ACTIVITES PHYSIQUES ET SPORTIVES
REMIS AU MINISTRE DE LA JEUNESSE, DES SPORTS, ET DE LA VIE ASSOCIATIVE. AOÛT 2004CNAPS 2003
CONSEIL NATIONAL
DES ACTIVITES PHYSIQUES ET SPORTIVES
(CNAPS)
RAPPORT AU PARLEMENT ET AU GOUVERNEMENT
PORTANT SUR L’ETAT DES FORMATIONS ET DES METIERS DU SPORT
DECENTRALISER MODERNISER ET PROFESSIONNALISER
LES FORMATIONS À L’EMPLOI SPORTIF
RAPPORT DU CONSEIL NATIONAL DES ACTIVITES PHYSIQUES ET SPORTIVES
REMIS AU MINISTRE DE LA JEUNESSE, DES SPORTS ET DE LA VIE ASSOCIATIVE.
AOÛT 2004
• 2•SOMMAIRE
INTRODUCTION GENERALE
La réalité statistique du sport aujourd’hui (nombre de pratiquants,bénévoles, pro-
fessionnels…)
La formation dans le domaine du sport en France – Etat des lieux et chantiers en
cours
La dimension réglementaire de l’activité sportive
Démarche nationale et perspectives européennes en termes de formation et d’emploi
BILAN DES ACTIVITES DU CNAPS P. 7
I- LE CADRE INSTITUTIONNEL ET LE FONCTIONNEMENT DU CNAPS
1.1 LES TRAVAUX DE LA DÉLÉGATION PERMANENTE DU CNAPS........................................................P. 8
1.2 LE BILAN FINANCIER ............................................................................................................................P. 12
1.3 LE FONCTIONNEMENT............................................................................................................................P. 12
II - RAPPORT D’ACTIVITÉS DES COMITÉS ET COMMISSIONS
2.1 LES COMITÉS NATIONAUX ....................................................................................................................P 13
2.1.1 LE COMITÉ NATIONAL DE LA RECHERCHE ET DE LA TECHNOLOGIE EN APS (CNRTAPS) ..................P 13
2.1.2 LE COMITÉ NATIONAL DES ESPACES, SITES ET ITINÉRAIRES (CNESI)..................................................P 14
2.2 LES COMMISSIONS SPÉCIALISÉES ......................................................................................................P 15
2.2.1 LA COMMISSION DU SUIVI DE L’OBSERVATOIRE DES ACTIVITÉS PHYSIQUES, DES PRATIQUES SPORTIVES
ET DES MÉTIERS DU SPORT ................................................................................................................................P 15
2.2.2 LA COMMISSION D’EXAMEN DES NORMES DES ÉQUIPEMENTS SPORTIFS ..........................................P 16
DECENTRALISER, MODERNISER ET PROFESSIONNALISER
LES FORMATIONS À L’EMPLOI SPORTIF P. 19
PREMIERE PARTIE
I. LA PROFESSIONNALISATION PAR LA FORMATION EST UNE DEMARCHE QUI
CONCERNE AUJOURD’HUI TOUS LES ACTEURS DU SPORT (bénévoles, femmes,
éducateurs sportifs, gestionnaires, athlètes de haut niveau…)
1.1 L’EMERGENCE D’UNE VERITABLE FORMATION PROFESSIONNELLE DANS LE DOMAINE DU
SPORT ET DE L’ANIMATION ..................................................................................................................P. 30
LES ÉVOLUTIONS AFFECTANT LE MÉTIER D’ÉDUCATEUR SPORTIF
LE RECOURS AU CONGÉ-FORMATION POUR LES RESPONSABLES D’ASSOCIATIONS : DES TEXTES À LEUR
MISE EN PRATIQUE
LA FORMATION ET L’INFORMATION DES BÉNÉVOLES
L’ACCÈS AUX RESPONSABILITÉS ET À LA FORMATION DES FEMMES DANS LE SPORT : AVANCÉES ET
IMPERFECTIONS
• 3•
1.2 LA PROFESSIONNALISATION PAR LA CONSTITUTION DE BRANCHES PROFESSIONNELLES VERS
UNE CONVENTION COLLECTIVE............................................................................................................P. 38
LES CONVENTIONS COLLECTIVES EXISTANTES (FOOTBALL, GOLF, CENTRES ÉQUESTRES, ANIMATION)
L’ÉLABORATION DE LA CONVENTION COLLECTIVE DU SPORT : ENJEUX ET PERSPECTIVES
1.3 LA PROFESSIONNALISATION, EQUILIBRE ENTRE LES BESOINS DES PROFESSIONNELS ET LES
CANDIDATS A L’EMPLOI..........................................................................................................................P. 44
LE BREVET PROFESSIONNEL DE LA JEUNESSE, DE L’ÉDUCATION POPULAIRE ET DU SPORT (BPJEPS)
LA VALIDATION DES ACQUIS DE L’EXPÉRIENCE
ETUDES SECTORIELLES ET TERRITORIALES MENÉES PAR L’ONMAS : MÉTIERS DE LA FORME, SPORT
PROFESSIONNEL, MÉTIERS DU SPORT EN MILIEU SPÉCIFIQUE DANS TROIS RÉGIONS FRANÇAISES
CERTIFICATIONS DE BASE, POLYVALENCE, PLURIACTIVITÉ
DEUXIÈME PARTIE
II. TERRITOIRES, DECENTRALISATION ET FORMATIONS
2.1 LES NIVEAUX DE RESPONSABILITE, LES REGIONS, LES BRANCHES ET L’ETAT........................P. 54
DE NOUVEAUX PROFILS D’EMPLOIS. CONTINUITÉ TERRITORIALE ET INTERCOMMUNALITÉ
LE POINT DE VUE DES ACTEURS : CNFPT, UNIVERSITÉ, CROS, CDOS, UCPA…
L’EMPLOYEUR MULTIPLE : CLUBS OMNISPORTS, « PROFESSION SPORT »
2.2 L’ETAT DES FINANCEMENTS DES ACTIONS DE FORMATION (OPCA) ..........................................P. 58
TROISIÈME PARTIE
III. ACTUALISER TOUT EN LE MODERNISANT LE STATUT D’ATHLETE DE HAUT
NIVEAU PAR LA FORMATION ET L’EMPLOI
3.1 L’ACCOMPAGNEMENT DU SPORTIF DE HAUT NIVEAU PAR LA FORMATION INITIALE
ET CONTINUE, INSEP, CENTRES DE FORMATION, ACTION DES FEDERATIONS, CNOSF ..........P. 63
CONTRIBUTIONS ET/OU TÉMOIGNAGES DE M. KOECHLIN, FF JUDO, INSEP, M. RAYMOND DOMENECH
(FFF), M. AMSALEM (FFA), M. SKRELA (FFR), M. BARBAULT (FFTT).
3.2 LES AMENAGEMENTS EN TERMES DE FORMATION ( LE CENTRE DE FORMATION DE LIMOGES,
LES FORMATIONS STAPS, …) ..............................................................................................................P. 75
3.3 LA GESTION DE L’APRES CARRIERE PAR LA FORMATION ..............................................................P. 80
LES PRÉOCCUPATIONS DU CNOSF
CONTRIBUTIONS DE L’UNFP ET DE MARIE COLONVILLE (ATHLÈTE)
3.4 LA SITUATION DES EDUCATEURS ET ENTRAINEURS SPORTIFS DANS LA COMPETITION DE
HAUT NIVEAU : ENTRE CHÔMAGE ET EMPLOI ................................................................................P. 82
CONTRIBUTIONS DE MM. MESNILDREY ET DAGORNE (TECH XV, UNECATEF)
• 4•
QUATRIÈME PARTIE
IV. QUELQUES COMPARAISONS INTERNATIONALES
4.1 L’ETAT DE LA QUESTION EUROPEENNE SUR LES FORMATIONS (EOSE) ....................................P. 91
PROBLÉMATIQUE DE LA RECONNAISSANCE DES DIPLÔMES
APPLICATION DES DIRECTIVES
4.2 LE CLIVAGE ENTRE PAYS ANGLO-SAXONS ET PAYS LATINS DANS LE DOMAINE DE LA FORMA-
TION DE L’ENCADREMENT SPORTIF....................................................................................................P. 92
CONTRIBUTION DE M. JEAN CAMY
4.3 PRESENTATION D’UNE EXPERIENCE INNOVANTE : LE CENTRE INTERNATIONAL D’ETUDE SUR
LE SPORT - CIES DE NEUCHATEL ........................................................................................................P. 94
CONCLUSION GENERALE
LES RECOMMANDATIONS DU CNAPS ............................................P.97
• 5•
INTRODUCTION GENERALE
Depuis la création du CNAPS, le thème concernant les formations et les métiers du sport a
été l’une des constantes des commissions de travail comme de la Délégation Permanente. C’est
pourquoi il a été décidé de lui consacrer le rapport 2003-2004.
L’élaboration de celui-ci s’appuie sur de nombreuses analyses françaises et européennes. Il est étayé
par des propositions et des témoignages d’acteurs publics et privés. Ces regards croisés reflètent
toute la diversité du CNAPS : fédérations sportives, associations, syndicats, observatoires, universi-
tés, ministères,…
Quatre chapitres principaux en constituent l’architecture :
• Le sport a besoin, en France comme en Europe, d’une formation et d’une reconnais-
sance professionnelles, dans l’intérêt même du Mouvement Sportif qui est soucieux de
« l’employabilité » de ses acteurs. Or, l’évolution des pratiques est rapide, les métiers se
diversifient. Il faut s’adapter aux besoins exprimés par les pratiquants.
• La décentralisation offre une fenêtre d’opportunités pour de nouveaux emplois, de nou-
veaux employeurs et des niveaux de coordination utiles. Mais une telle perspective repose-
ra sans doute sur des politiques volontaristes.
• La formation apparaît aussi comme un élément clé du statut des athlètes de haut niveau
qui ont à gérer une après carrière.
• Enfin, malgré des différences culturelles importantes en Europe quant au rôle de l’Etat par
rapport au sport, la démarche générale en matière d’éducation et de formation profession-
nelle vise à une reconnaissance mutuelle des qualifications acquises. Dans le sport, comme
dans d’autres domaines de la culture, un important travail d’harmonisation reste à faire.
Dans ce rapport, le CNAPS, qui utilise des statistiques et des observations concrètes, présente en
quelque sorte la médaille et son revers.
Beaucoup d’évolutions positives ont été enregistrées pour une meilleure formation des interve-
nants, la création de filières professionnelles et la prise en compte des acquis de l’expérience.
Cependant, le sport reste encore, malgré l’élaboration d’une convention collective, en retrait des
mécanismes généraux de la formation professionnelle par rapport auxquels il pourrait tirer avan-
tage d’un « raccordement ». Il faut aussi reconnaître que la prise de conscience du bénéfice de la
formation continue, y compris pour les bénévoles, n’est pas plus simple dans le monde associatif
que dans les entreprises.
En ce qui concerne les métiers, le secteur marchand s’est beaucoup développé jusqu’à représenter
la moitié des emplois existants. De nouveaux viviers d’emplois peuvent naître dans les champs ter-
ritoriaux qui s’ouvrent avec la décentralisation. Celle-ci va susciter des innovations autour de la
• 6•polyvalence des besoins et de la pluriactivité. Des régions et des départements ont mené quelque-
fois des politiques anticipatrices. Les bons modèles mériteraient d’être diffusés.
Pour autant, dans ce rapport, la question du chômage ou de l’inadéquation de la proposition pro-
fessionnelle par rapport aux formations reçues n’a pas été esquivée. Les étudiants issus de la
filière STAPS, les entraîneurs et les sportifs de haut niveau, pour ne citer qu’eux, connaissent de
près ces situations parfois critiques.
Le présent rapport n’a pas la prétention de tout résoudre mais souhaite apporter des diagnostics
fondés sur l’expérience, et de mettre en valeur les initiatives intéressantes et utiles afin d’en tirer
en conclusion quelques orientations.
Nous remercions tous les grands témoins et tous les acteurs qui nous ont permis de le rédiger en
apportant leur précieuse collaboration.
Le ministère de la Jeunesse, des Sports et de la Vie Associative a quelques défis devant lui en
tant que ministère formateur. Le premier est sans doute de bien mettre en perspective ses pro-
pres établissements, ses personnels de terrain, les formations reconnues dont il est l’auteur et le
flot continu d’étudiants et de stagiaires, afin de peser de tout cet acquis dans le système général de
formation qui implique les autres ministères.
Le deuxième défi est de partager au mieux une préoccupation interministérielle de recherche de
nouveaux métiers ou d’une meilleure adaptation des métiers existant aux usagers et pratiquants
pour lesquels ils ont été conçus. On ne doit surtout pas oublier que le débouché final d’une for-
mation, c’est un emploi. Cette adéquation n’est pas toujours présente. Et c’est pourquoi le double
sujet formation-emploi demande beaucoup de vigilance et de sens prospectif.
Edwige AVICE
Ancienne ministre
Présidente du Conseil national des activités
physiques et sportives (CNAPS)
• 7•BILAN DES ACTIVITES DU CNAPS
• 8•Le présent rapport est établi conformément à l’alinéa 3 de L’article 33 de la loi du 6 juillet 2000 qui
dispose : « Il – le CNAPS – apporte son concours à l’évaluation des politiques publiques dans le
domaine du sport. Il remet, chaque année, au Parlement et au Gouvernement, un rapport sur le
développement des activités physiques et sportives ».Il recouvre la période d’activité s’étalant du
er1 juin 2003 au 31 mai 2004
BILAN DES ACTIVITES DU CNAPS
I - LE CADRE INSTITUTIONNEL
ET LE FONCTIONNEMENT DU CNAPS
Rapport d’activité de la délégation permanente du CNAPS et avis rendus
Cette première partie concerne essentiellement les saisines portant sur les textes d’application de
la loi du 16 juillet 1984 modifiée relative à l’organisation et à la promotion des activités physiques
et sportives.
1.1 LES TRAVAUX DE LA DÉLÉGATION PERMANENTE DU CNAPS
Délégation permanente du CNAPS
Conformément à l’article 33 de la loi du 16 juillet 1984 modifiée, mais aussi au regard du décret du
22 mars 2001, le Conseil National des Activités Physiques et Sportives a été saisi par le cabinet du
Ministre des Sports sur plusieurs projets de loi et de décrets pour consultation.
Au terme de cette troisième année d’activité, la Délégation permanente du Conseil National des
me AVICE à six reprises auActivités Physiques et Sportives s’est donc réunie sous la présidence de M
cours de l’année 2003-2004.
• 20 mars 2003
• 28 avril 2003
• 16 juillet 2003
• 14 novembre 2003
• 30 mars 2004
• 18 mai 2004
Lors de ces réunions, les membres titulaires ou leurs suppléants se sont prononcés sur neuf projets
de décret et trois projets de loi.
Ces travaux ont permis l’analyse concrète de sujets multiples tels que la lutte contre les trafics de
produits dopants, les statuts et les agréments des fédérations, la sécurité des équipements sportifs,
la surveillance médicale particulière des sportifs de haut niveau, le sport professionnel et les sta-
tuts de certaines fédérations omnisports. Autant de thèmes dont le traitement doit permettre d’ap-
porter une plus-value à l’action de l’Etat et aux diverses problématiques rencontrées dans le cadre
de la gestion des activités physiques et des pratiques sportives. Le mouvement sportif, de par la
composition même du CNAPS, a été étroitement associé à cette démarche de consultation. Il a sou-
vent apporté une contribution de qualité à l’occasion de la motivation des avis du Conseil National
des Activités Physiques et Sportives.
• 9•
Sous couvert de la règle du quorum, les travaux de la Délégation permanente ont été menés géné-
ralement avec un large esprit d’ouverture, empreint de réalisme, et à la mesure des enjeux qui se
présentent actuellement aux acteurs du sport.
Sont mentionnées ci-dessous par ordre chronologique les réunions et les textes examinés.
Séance du 20 mars 2003
Le projet de décret visant à renforcer la lutte contre les trafics de produits dopants et établis-
sant une procédure de transmission d’information entre administrations dans ce cadre confor-
mément à l’article L 3632-6 du Code de la santé publique, a reçu un avis favorable à l’unanimité des
membres présents.
Le second projet de décret portait sur l’approbation des statuts de l’Union sportive de l’ensei-
gnement du premier degré (décret du 12 septembre 2003 paru au JO du 20 septembre 2003 –
page 16133). Il a fait l’objet d’un avis favorable à l’unanimité des membres présents.
Séance du 28 avril 2003
Quatre textes ont été examinés au cours de cette séance :
1º) Projet de loi intéressant l’article 43 de la loi sur le sport devenu l’article L363.1 du Code
de l’éducation. Les modifications apportées au régime antérieur concernent le champ d’application
de l’article 43, la procédure de formation, la suppression de la qualification dite de sécurité, la
meilleure prise en compte du travail saisonnier en milieu sportif. Enfin, le statut des stagiaires en
formation est revu dans le sens d’une possibilité de plein exercice et de rémunération des intéres-
sés.
Il est procédé au vote sur ce texte fondamental qui suscite un long débat parmi les membres de la
Délégation permanente. Les résultats suivants ont été enregistrés : 16 voix pour (13 voix en séan-
ce plus 3 procurations), 2 voix contre.
2°) Le projet de loi portant diverses mesures relatives à l’organisation du sport en France modi-
er août 2003 parue au JOfie également l’article 16 (statut des fédérations), (Loi n°2003 –708 du 1
du 2 août 2003 pages 13274 à 13277).
Ce texte après un long débat, suivi d’un vote, a été adopté selon les résultats suivants :
12 voix pour (9 voix en séance et 3 procurations), 3 voix contre, 2 abstentions
e er3°) Le 3 texte a trait au sport professionnel et concerne les articles 1 et 3 du projet de loi (cf :
art. 11 et 18-1 de la loi du 16 juillet 1984 modifiée). Il s’agit de renforcer les principes d’unité et de
solidarité régissant les rapports entre le secteur amateur et le secteur professionnel du sport fran-
çais. Plusieurs dispositions figurent dans le projet de loi :
• l’utilisation du numéro d’affiliation, par les sociétés sportives, leur permettant d’inscrire les équi-
pes aux compétitions sportives organisées par la Ligue professionnelle ;
• les sociétés sportives peuvent devenir propriétaires de la marque.
Le vote a donné 11 voix pour, 3 procurations, 2 voix contre, 2 abstentions.
4°) Le projet de décret modifiant le décret n°2002-649 du 29 avril 2002 pris pour l’application
de l’article 15-2 de la loi susvisée et relatif à l’activité d’agent sportif. Ce texte réglemente l’ac-
cès et le contrôle de la profession. Avec ce nouveau décret, on passe d’un système déclaratif à un
régime d’autorisation. Une licence d’agent sportif est délivrée sauf incompatibilité et incapacité
légalement définie. Ce texte a été adopté par 15 voix en séance.
• 10 •