Rapport d
199 pages
Français
Le téléchargement nécessite un accès à la bibliothèque YouScribe
Tout savoir sur nos offres

Rapport d'information fait au nom de la mission commune d'information sur l'action extérieure de la France en matière de recherche pour le développement

-

Le téléchargement nécessite un accès à la bibliothèque YouScribe
Tout savoir sur nos offres
199 pages
Français

Description

La mission commune d'information s'intéresse à la politique de développement de la France, sous l'angle de la recherche menée en partenariat avec les pays du Sud. Elle a voulu notamment savoir dans quelle mesure la recherche pour le développement, considérée par la mission comme un atout et un enjeu d'influence pour la France, autonomisait réellement les pays du Sud.

Sujets

Informations

Publié par
Publié le 01 octobre 2013
Nombre de lectures 7
Langue Français
Poids de l'ouvrage 2 Mo

Exrait

N° 83   
SÉNAT SESSION ORDINAIRE DE 2013-2014 
Enregistré à la Présidence du Sénat le 16 octobre 2013 
RAPPORT D´INFORMATION 
FAIT
au nom de la mission commune d’information (1) sur l’action extérieure de la Franceenmatièrederecherchepour ledéveloppement, 
 
Par Mme Kalliopi ANGO ELA,
Sénatrice.
 
 <
 
 ( 1 ) C e t t e m i s s i on co m m u n e d ’ i n f o r m a ti o n e s t co m p o s é e d e e R a in c o u r t , . H e n r i d: M p r é s i d e nt;  e p a g e , L a t h e r i n e CM m e s l a u d i n e C u e , o b e r t H . R e m e s s i n e , M i c h e l l e D- D e s s a i l l y , M M o r i n v i c e - p r é s i d en t s l a , E n g o A a l l i o p i K m e M ;r a p p o r t eu r e .; MM h i l i p p e P d n o t , A i c h e l M e r s o n , B m e M o r i n n e C B o u c h o u x , M M . J a c qu e s C h i r o n , M a r c D a u n i s , M m e s M a r i e - A n n i c k D u c h ê n e , J o s e t t e D u r i e u , J o ë l l e G a r r i a u d - M a y l a m , B r i g i t t e G o n t h i e r - M a u r i n , C h r i s t i a n e K a m m e r m a n n , F a b i e n n e K e l l e r , M M . J e a n - Y v e s L e c o n t e , J a c q u e s L e g e n d r e , M m e V a l é r i e L é t a r d , M . R a c h e l M a z u i r , M m e C o l e t t e M é l o t , M M . R o b e r t N a v a r r o , B e r n a r d P i r a s , C h r i s t i a n P o n c e l e t , M m e S o p h i e P r i m a s , M . A n d r é T r i l l a r d . 
 
   
 
S O M M A I R E
- 3 -
 
Pages
L’ESSENTIEL........................................................................................ ................... 7. ................ 
SYNTHÈSE DU RAPPORT................9..  ........................................................................ ........... 
AVANT-PROPOS.................................................................................................................... 17 
INTRODUCTION9.  1.......................................................................................................... ......... 
CHAPITRE I : LA RECHERCHE POUR LE DÉVELOPPEMENT, UN ATOUT MAL CONNU QUE LA FRANCE POURRAIT MIEUX VALORISER........... ...................... .........32  I. LA RECHERCHE FINALISÉE POUR LE DÉVELOPPEMENT : U N ATOUT POUR LA FRANCE, UN ENJEU D’INFLUENCE........................................................................ 23 
A. L’EFFORT FRANÇAIS EN MATIÈRE DE RECHERCHE POUR L E DÉVELOPPEMENT : UN ATOUT POUR NOTRE PAYS .......... ........................................ 23 1. Une gamme complète d’acteurs et d’outils32 ........................................................................  .... a) Deux opérateurs et une agence dédiés : l’IRD (do nt l’AIRD) et le CIRAD ............... 24 (1) L’IRD (dont l’AIRD).................................................................................................... 24 (2) Le Cirad................................................................7....2  ................................................. . b) Des acteurs et des outils non dédiés, qui sont mobilisés pour le développement des pays du « Sud » ........................................................................... 29 (1) Des établissements de recherche et une agence de programmation et de moyens ...  30........ (2) La contribution d’autres acteurs................................23  .................................................. . (3) Des outils non dédiés, mais mobilisables pour « les Suds »........................................... 34 2. Un effort budgétaire soutenu............................................................................................... 35 3. Une pièce maîtresse de la diplomatie scientifique.................................. .....4 2. .......................... a) La France concurrencée de manière croissante, y compris dans les Etats ayant des liens historiques avec elle ...................................................................................... 43 b) L’utilité de la RpD pour les liens à long terme avec « les émergents de demain », en particulier francophones ........................................................................ 45 
B. UNE MISE EN ŒUVRE DÉLICATE, AU CROISEMENT DE LA RECHERCHE ET DU DÉVELOPPEMENT....................................................................................................... 45 1. Une double contrainte fondatrice : faire de la recherche d’excellence, tout en aidant les pays les plus en difficulté à y accéder................................................................................... 45 2. Un constat inquiétant : la difficile articulation entre la RpD et le développement des pays du « Sud » ........................................................................ 46... ........................................ a) Des thématiques qui ne sont pas systématiquement élaborées ensemble ni toujours fonction des besoins des pays du « Sud » .................................................... 46 b) Des partenariats trop souvent inégaux et insuffisamment tournés vers le renforcement des capacités du Sud ............................................................................. 49 c) Les dangers de la confusion entre recherche et expertise .......................................... 51 II. LA RECHERCHE POUR LE DÉVELOPPEMENT, UNE POLITIQ UE PUBLIQUE MAL CONSTITUÉE, UNE ACTION EXTÉRIEURE DISPERSÉE45  .. ................................ 
 4 --
AU COEUR DU DÉVELOPPEMENT:  LA RECHERCHE EN PARTENARIAT AVEC LES PAYS DU SUD 
 
A. UN POSITIONNEMENT INSTITUTIONNEL HYBRIDE AU SEIN DE NOTRE ACTION PUBLIQUE ........................................................................................................... 54 1. Une stratégie nationale de la recherche visant l’excellence et marginalisant la RpD  54............ .. a) La mobilisation pour la « recherche d’excellence » .................................................... 54 b) Quelle articulation avec la recherche pour le développement ?................................ 56 2. Un manque de liens entre la RpD et les acteurs opérationnels de la politique française du développement................................................................57  ............................................ ......... 3. L’action française en matière de recherche pour le développement, mal connue des institutions européennes................................................................58  ......................................  4. Des difficultés supplémentaires, faute d’une politique d’ensemble......................................... 63 a) La politique des visas, souvent perçue comme un frein à la mobilité des chercheurs et des étudiants .......................................................................................... 63 b) Les partenariats scientifiques entravés par la protection du patrimoine scientifique et technique de la nation .......................................................................... 66 
B. UNE ACTION EXTERIEURE FRANÇAISE MORCELÉE EN MATI ERE DE RECHERCHE POUR LE DÉVELOPPEMENT, APRES DES RÉFORMES INACHEVÉES ...................................................................................................................... 69 1. La recherche française pour le développement : une présence dispersée au Sud........... . ..9 6........ 2. L'Agence AIRD: chronique d'un échec annoncé................................. ................................  ..77 3. L’impasse actuelle et l’impossible statu quo................................ .........................9.  7................ 
CHAPITRE II : UNE EXPLORATION CONCRÈTE DES PARTENAR IATS DE RECHERCHE AVEC LE SUD - LA FRANCE AVEC L’INDE, LA FRANCE AVEC LE TCHAD..................................................................... ..................................................  ..............18 
I. L’INDE : UNE PALETTE CROISSANTE DE PARTENARIATS DE RECHERCHE AVEC LA FRANCE............................ ... 81........................................................................ ...... 
A. L’INDE, UNE PUISSANCE SCIENTIFIQUE, MENANT UNE P OLITIQUE PUBLIQUE DE LA RECHERCHE VOLONTARISTE ............. ........................................... 82 1. La recherche, un attribut de puissance pour l’Inde................................................2.  8........ ....... 2. Une présence française encore discrète en Inde mais en pleine croissance.................... ..........84   
B. UNE PALETTE DE PARTENARIATS DE RECHERCHE FACILIT ÉS PAR UN ORGANISME FRANCO-INDIEN PARITAIRE ................. ................................................. 88 1. Le rôle catalyseur du CEFIPRA, organisme franco-indien paritaire............................ .8 9. ........ 2. Des partenariats de recherche franco-indiens exemplaires…................  90................................ . a) Un partenariat de recherche stabilisé dans les LIA en sciences de l’eau et en neurosciences impliquant l’IRD et l’INSERM ............................................................. 90 b) Les instituts français de recherche en Inde et leur collaboration avec des chercheurs indiens ........................................................................................................ 93 3. De la recherche française fondamentale sur l’Inde classique… à la recherche action dans un village rural de l’Inde................................................................  69............................ ......... 
C. DES PARTENARIATS REMARQUABLES, AU-DELÀ DES DIFFI CULTÉS ..................... 99 1. Des obstacles indéniables aux partenariats de recherche....................................................... 99 2. Mais des enseignements précieux en matière de valorisation de la recherche : l’innovation « frugale et intégrée »...................................................................................... 100 
II. LE TCHAD : UN PARTENARIAT DE RECHERCHE EN RECON STRUCTION AVEC LA FRANCE, APRÈS UN ÉCHEC INSTRUCTIF 104............................................ ..... 
A. LA RECHERCHE AU TCHAD : UNE POLITIQUE NATIONALE VOLONTARISTE ET DES INSTITUTIONS DE RECHERCHE EN DIFFICULTÉ .... ...................................... 104 
  
 5  - -
 
1. Un pays pauvre en mutation accélérée.................................................................................. 105 2. Des institutions nationales de recherche en difficulté........................................................... 106 3. La renaissance de la recherche du Tchad, une réelle volonté politique tchadienne.................. 109 
B. L’ACTION DE LA FRANCE POUR SOUTENIR LA RECHERCHE AU TCHAD ............ 111 1. Un échec édifiant : le projet d’appui à la recherche scientifique et technique au Tchad (ARS2T), 2005-2011.......... ................................................................................211 ................. 2. Le redéploiement actuel du soutien à la recherche, vers le renforcement effectif des capacités tchadiennes et la connaissance du Tchad contemporain......................................... 115 a) Une inflexion de la stratégie d’intervention ............................................................... 115 b) Les orientations actuelles ............................................................................................. 116 (1) Accompagner la mise en place du système LMD........................................................... 116 (2) Financer et accompagner une recherche-formation sur « les grands écosystèmes lacustres tchadiens »................ ............................................................................ 116........ (3) Utiliser les bourses et un programme de recherche sur l’économie lacustre pour renforcer les capacités des chercheurs tchadiens............................................1 ..1 8............. (4) Relancer les études socio-anthropologiques sur la société tchadienne........................ 118....  (5) Financer l’expertise collégiale sur le lac Tchad................1 81........................................ ...... C. UNE REDÉFINITION BIENVENUE DU SOUTIEN FRANÇAIS, ENFIN AU SERVICE DU RENFORCEMENT DES CAPACITÉS TCHADIENNES ? .......................... 120 1. Une inflexion forte et bienvenue du soutien français, vers un partenariat plus équitable 012. ...... 2. Des pistes pour renforcer la pertinence de l’action française en matière de recherche pour le développement................................................................................................................. 123 
CHAPITRE III : METTRE PLEINEMENT LA RECHERCHE PARTE NARIALE AU SERVICE DU DÉVELOPPEMENT................................................................7. 12................ ........ 
I. AMELIORER LA COHÉRENCE DE L’ACTION PUBLIQUE FRAN ÇAISE AU SERVICE DU DÉVELOPPEMENT PAR LA RECHERCHE................................2 8 1............ 
A. CONFORTER LA MISSION DES OPÉRATEURS DE RECHERCHE POUR LE DÉVELOPPEMENT ............................................................................................................. 128 1. Clarifier leur stratégie scientifique grâce à un comité de pilotage interministériel en liaison avec l’AFD......................................................... ....1 ..82................................................ 2. Confier à l’ANR la programmation et le financeme nt direct de la recherche avec le Sud33 1........  3. Adapter les critères d’évaluation scientifique de la recherche partenariale avec le Sud pour valoriser sa contribution au développement.................................................................. 136 4. Engager une concertation entre partenaires sociaux afin de favoriser la mobilité des chercheurs français vers le Sud................. ........................................................................... 138 
B. RENDRE PLUS COHÉRENTES NOS POLITIQUES PUBLIQUES EN CONSÉQUENCE.................................................................................................................. 139 1. Renforcer le dialogue entre acteurs du développement: le futur Conseil national du développement et de la solidarité internationale (CNDSI).................................................... 139 2. Faciliter la mobilité des chercheurs par une adaptation de la politique des visas.......... ....14....1 .. 3. Responsabiliser les chercheurs dans la mise en application de la PPST pour concilier impératifs de sécurité et recherche partenariale 3.................................................................... 1 4
II. AMÉLIORER NOS PARTENARIATS DE RECHERCHE AVEC LE S SUDS................ 144 
A. AUTONOMISER LES PAYS DU SUD A CHAQUE ETAPE DE LA RECHERCHE.......... 144 1. Mieux répondre aux besoins du Sud dans la définition des objets de recherche et les formations proposées............................................................................................................ 145 2. Accompagner le montage des projets en partenariat : vers une ingénierie mutualisée...... 64..1 ....