Rapport de la mission d'expertise sur les crues d'avril 2001 du bassin de la Somme

-

Documents
83 pages
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Description

Après une présentation générale du bassin de la Somme, le rapport analyse les causes des inondations ainsi que les pertes et les dégâts subis dans la région (atteintes aux biens et aux personnes, dommages sur l'habitat, dommages aux entreprises, dommages agricoles). Ensuite le rapport de la mission évoque la gestion de la crise telle qu'elle a été réalisée par les pouvoirs publics (services de l'Etat et collectivités locales). Dans une dernière partie, le rapport préconise une série de mesures de prévention à mettre en place ou destinée à améliorer les dispositifs existants.

Sujets

Informations

Publié par
Publié le 01 décembre 2001
Nombre de visites sur la page 13
Langue Français
Signaler un problème

Ministère de Ministère de Ministère de Ministère de
l’intérieur l’équipement, du l’agriculture et de la l’aménagement du
logement et des transports pêche territoire et de
l’environnement

Inspection généraleConseil général des ptonts eConseil général du génie Inspection générale de
de l’administra tion chaussé des eaux et deses rural, forêts l’environnem ent
Affaire IGA n° 18 68Affaire CGPC n° 2-00 A01aiff13-08e IGE n°4 Affair F°n1 25erC GGER 810/10




Paris, le 21 décembre 2001



Rapport de la misesxpoen d’e rtis
sur les crues d’avril 2001
du bassin de la Somme

établi par


Philippe Sauzey
inspecteur général de l’administration

pourInspection générale de l’administration

Pierre Monadier
ingénieur général des ponts et chaussées
Jean-Paul Renuox
ingénieur général des ponts et chaussées

pour le Conseil général des ponts et chaussées

Emmanuel Robert de Saint Vincent
ingénieur général du génie rural, des eaux et des forêts

pour le Conseil général du génie rural, des eaux et des forêts

ClaudeLefrou
ingénieur général des ponts et chaussées, coordonnateur
Jean-Louis Verrel
ingénieur en chef du génie rural, des eaux et des forêts, secrétaire
Henri Hornus
ingénieur en chef des ponts et chaussées

pour l’Inspection générale de l’environnement

Inspection
Générale de
l'Administration

Conseil Général
des Ponts et
Chaussées

Conseil Général
du Génie Rural
des Eaux et des
Forêts

Inspection
Générale de
l'Environnement

Paris, le 21 décembre 2001


Le chef de l'inspection générale de l'administration
Le vice-président du Conseil Général des Ponts et Chaussées
Le vice-président du Conseil Général du Génie Rural des Eaux et des Forêts
Le chef du service de l'inspection générale de l'environnement

à

Monsieur le ministre de l'intérieur
Monsieur le ministre de l'équipement, du logement et des transports
Monsieur le ministre de l'agriculture et de la pêche
Monsieur le ministre de l'aménagement du territoire et de l'environnement



Objet: mission d'expertise interministérielle sur les crues du bassin de la Somme.
Ref rapport d'étape du 31 mai 2001. :

Vous avez bien voulu nous demander, par votre lettre du 13 avril 2001, de mettre en
place une mission d'expertise interministérielle sur les crues du bassin de la Somme.
Votre demande précisait les termes de référence de cette mission (qui figurent en
annexe 1). Claude Lefrou a été chargé de coordonner la mission.

Elle s'est mise en place immédiatement et a pu se rendre sur place dès le 17 avril. Un
expert mandaté par le Conseil Général a été associé aux travaux de la mission.

Les inondations catastrophiques du printemps 2001 qui ont frappé le bassin de la
Somme sont dues à la conjonction d'un événement météorologique exceptionnel et d'une
structure géologique particulière :
·La quantité d'eau tombée entre octobre 2000 et avril 2001 sur l'ensemble du
bassin est double de la quantité normale et est d'une durée de retour plus que
centennale.

·Le bassin de la Somme est constitué presque uniquement de craie très
perméable recouverte de limons, eux aussi, perméables. La nappe, qui a une grande
inertie, était à un niveau relativement élevé à la fin de l'été 2000 suite à deux années
humides.

P 2



Tout d'abord limité à quelques inondations localisées, comme il s'en produit
fréquemment en hiver, le phénomène a progressivement pris de l'ampleur. A partir de la
fin du mois de mars, des débordements du lit mineur de la Somme ont inondé le lit
majeur et provoqué des dommages très importants. Si aucune victime directe, ni tué, ni
blessé, n'est à déplorer, 2 800 maisons ont été inondées et plus de 1 100 personnes
évacuées.

Un premier rapport d'étape vous a été remis le 6 juin 2001, proposant des premières
conclusions susceptibles de guider l'action de l'Etat, en particulier dans la perspective du
Comité interministériel de l'aménagement et du développement du territoire (CIADT) du
9 juillet 200 1. Le rapport final reprend et complète les éléments de diagnostic sur
l'événement, sur la façon dont a été gérée la crise et sur les dommages subis. Il précise
les mesures de prévention à prendre, compte tenu des premières actions déjà conduites
ou engagées.

La mission recommande de créer un service d'information et de prévision concernant les
crues de la Somme. Conformément à ces recommandations, le Préfet a chargé la DIREN
d'assurer ce service. Celle-ci a mis en place un comité technique dès le mois de juillet
2001 et a passé commande au BRGM et au CETMEF de modèles de prévision. Compte
tenu du niveau toujours élevé des nappes, les risques d'inondations restent importants.
Sans prétendre pouvoir éviter toute inondation, il y a urgence à se doter de moyens
prévisionnels permettant d'optimiser l'alerte et les mesures de prévention.

Le rapport passe en revue l'ensemble des mesures techniques susceptibles d'améliorer la
prévention et la protection contre les inondations dans le bassin de la Somme. Il
apparaît que le canal maritime et les ouvrages à la mer de Saint Valéry ont permis
d'évacuer l'eau arrivant de l'amont. Le mauvais entretien des rivières et fossés dans le lit
majeur, ainsi que des obstacles à l'écoulement ont pu contribuer à accroître localement
l'effet de l'inondation et surtout à retarder la décrue. Certains obstacles ont été depuis
lors éliminés. Au delà de ces travaux d'urgence, un aménagement complet du lit majeur
doit être envisagé sur la base d'une étude hydraulique permettant, en concertation entre
les communes et les usagers, de définir un réseau optimal de drainage, de mettre en
place des zones d'expansion de crue et des zones protégées de l'inondation.

Les atlas de zones inondables établis avant la crue de 2001 ont été actualisés. La
mission recommande qu'ils soient largement diffusés dès qu'ils seront prêts. En effet en
attendant l'élaboration des PPR, ils constituent les documents de base pour les
communes et l'Etat dans la mise en oeuvre de la politique de prévention des inondations.

P 3


Il faut essayer de diminuer la vulnérabilité du bâti existant en évitant la reconstruction à
l'identique, ce qui nécessite des conseils aux propriétaires et des aides à l'amélioration
de l'habitat, et en offrant la possibilité à certains propriétaires de reconstruire en zones
non inondables. Les règles adoptées par le préfet, qui doivent être reprises dans la
convention en cours de négociation entre l'Etat, la Région de Picardie, le Conseil
général de la Somme et l'Agence de l'eau Artois Picardie vont dans ce sens.

Sur la suggestion de la mission, le Ministère de l'aménagement du territoire et de
l'environnement a confié au laboratoire de psychologie environnementale de l'université
de Paris 5, associé au CNRS, une étude socio-psychologique qui a mis en évidence un
décalage important entre les mesures concrètement mises en oeuvre par l'Etat et le
Conseil Général de la Somme, jugées de façon plutôt positive par la mission, et la
perception de la population et de certains élus. S'appuyant sur les nouveaux moyens
techniques mis en place pour suivre la situation et anticiper son évolution, l'Etat devra
veiller à transmettre aux uns et aux autres, en fonction de leurs responsabilités
respectives, les informations qui leur sont utiles en cas de crise.

Ce rapport que nous vous adressons a vocation à être public. Nous vous proposons, sauf
objections de votre part, de le diffuser selon un premier plan de diffusion (qui figure au
début du rapport). Il sera mis en ligne sur site internet (par exemple celui de vos
ministères) une semaine après que le préfet l'aura reçu.


Le chef de l'inspection Le vice-président du Le vice-président du Le chef de
générale de Conseil général des Conseil général l'inspection générale
l de l'administration du génie rural
d ts



Daniel
LIMODIN

Georges
MERCADAL


Henri
DEMANGE

Jean-Luc
LAURENT

Mission d’expertise sur les crues d’avril 2001 du bassin de la Somme


Préambul :e les objectifs de la mis sion



Compte tenu de la gravité des inondations qui ont frappé la vallée de la So
Gouvernement a décidé de mettre en place une mission d’expertise interministérielle.

Le premier objectif de cette missaionna lyess cauuoet selfiaitnt ntde ien, nemènoéhp el re’t d
ayant pu contribuer à aggraver les conséquences des inondations, et d’évaluer l’e
dispositifs de protection et de prévention mis en place. A partir de cet examen pr
second obcjtief de la mission est de proposer aux pouvoirs publics les améliorations à
dans les différents domaines de la prévention et de la protection pour réduire à l’
dommages résultant de ce type de phénomène météorologique.

Dans ce but, lpeatrt re du 13 avril 2001, jointe en annexe, le ministre de l’intérieur, le mi
l’équipement, du logement et des transports, le ministre de l’agriculture et de la
ministre de l’aménagement du territoire et de l’environnenmspeenctt iont énérale g’l iIed sias
l’administration, le Conseil général des ponts et chaussées, le Conseil général du gén
eaux et des forêts et l’Inspection générale de l’environnement afin que soit diligentée
conjointe.

La mission a été citounéset d : e
Coordinateur de la mi:ssion
M. Claude Lefrou, ingénieur général des ponts et chaussées
Secrétaire de la mi:ssion
M. Jea-nLouis Verrel, ingénieur en chef du génie rural, des ea ux et des forêts
Au titre de l’Inspection générale de l’ad :m inistration
M. Philippe Sauzey, inspecteur général de l’administration
Au titre du Conseil général des ponts e :t chaussées
MM. Pierre Monadier et- PJaeualn Renoux, ingénieurs généraux des ponts et chaussée
Au titre du Conseil général du génie rural ddeess f oeraê u:t xs et
M. Emmanuel Robert de Saint Vincent, ingénieur général du génie rural des ea
forêts
Au titre de l’Inspection générale de l’env :i ronnement
M. Henri Hornus, ingénieur en chef des ponts et chaussées

Le Conseil général de la Som cmoen,c erntation avec les communes et riverains concernés
par ailleurs fait appel à un expert indépendant, M. Pierre Hubert, secrétaire g
l’Association internationale des sciences hydrologiques, avec lequel la mission a en
échanges rliéegrus dans la première phase de s on travail.

Compte tenu de l’urgence de la situation et du souhait des ministres de disposer d’élé
les délibérations du Comité interministériel de l’aménagement et du développement
(CIADT), la msiison a rendu de premières conclusions dans un rapport d’étape daté d
2001. Le présent rapport final reprend et complète les éléments de diagnostic sur l’é
les dommages subis. Il reprend l’analyse de la façon dont a ét ép rgéécrisée leascrise. Il
mesures de prévention à prendre, compte tenu des premières actions déjà conduites

Le 9 mai 2001, le Sénat a décidé la création d’une commission d’enquête sur les inon
Somme afin d’établir les causes et lesl itréesponsabisec ed ,seurc uealéved ’ cdoest sl eûrt

1

Mission d’expertise sur les crues d’avril 2001 du bassin de la Somme

prévenir les risques d’inondation. Pour sa part, l’Assemblée Nationale a créé, le 17 m
commission d'enquête sur les causes des inondations répétitives ou exceptionnelle
conséquences idnetes mpéries, afin d'établir les responsabilités, d'évaluer les coûts ainsi
pertinence des outils de prévention, d'alerte et d'indemnisation. Chacune de ces 2 co
auditionné le coordinateur de la mission. Le rapport de la cotm am iéstséi odné dpuo sSé élnea
18 octobre 2001 et publié fin octobre. Celui de la commission de l’Assemblée Natio
remis au président de l’Assemblée, le 14 novembre 2001. Il vient d’être publié.

La mission a pensé utile de reprendre en annexe duen osroppar nécrt atulitapsep fid isitoropons
figurant dans le rapport de la commission d’enquête du Sénat, en indiquant, le cas
dispositions déjà prises, à la connaissance de la mission, en relation avec les recom
faites.

A titre de référe lnecse ,propositions de la commission de l’Assemblée Nationale sont égal
présentées en annexe, sans commentaire, dans la mesure où , concernant les i
répétitives ou exceptionnelles dans leur ensemble, e-lldeesl àv odnut cbhiaenm pa ucouve rt par
notre mission.

2

Mission d’expertise sur les crues d’avril 2001 du bassin de la Somme

Sommaire


Préambul..e.............................................................1 ................
1 bdusiaséréne alitatg norP.nesé5......................e..oSmml a ned ...
1.1 ..................ffluents........ aes sete mmSoa L.............................................5. ..
1.2 ......................artsinim....evittuSi.adn ioat................................................8 ..
2 .................arCtéac.d e’lvéirasitno........énement................9... .
2.1 .iditCnoémétno soloriqogs.ue..................................................................9. .
2.2 ..........................esinraertuos xuae seL.................................9................... ...
2.3 sed .L.................s.itéb...................................................................9.......
2.4 ..................eurc ed ........ement en périodedntioisnd é’ocluLe.cos ...............9. .
2.4. 1....................iritem..canal maisée et c emlana,emmmoS ldeSoa Ca.l na..........9. .
2.4. ne.tdrmeédobd eones2.Z....................................................................01.. .....
2.4. nomeR.3e desté eesppna.......artésient puits .........s.................................1...1 ..
2.4. ai Sdes gerauvOoS-rus-yrélaV-tn.4..............emm......................................1..1
2.4. 5Ec.ngha pesord et le canal ral eacan ludN ................inntue-Qntai Sde.........1..2. ....
2.5 ................ogolueiqe èsdrhynyht.S..................................................1.......... 4.
3 ed septrsee teds dégâts..............................1P.e èrmiree ysalan 9..
3.1 ...s auinteatteLes xup tea ne s xib........esnnsoer........................2..0................ .
3.2 D.maomah’latib .s.etg .r.us......................................................2............... 1.
3.3 ..........................isesrepre tna xugaseoDmm...........................................2.2
3.4 .................les.........egammoDocirga s............................................23......... .
3.4. ............stâg..........ere aNut1.s dér depleut am..........................................32 ....
3.4. ....esbl...................Le2 des casrieip arnoad sni.......................................2..3 ....
3.4. ........naons.geroH llit.3seL.................................................................2..4
3.4. d eg 7 uliuj telL4.ra’o..........2001..........................................................2..4. .....
3.5 ....Dmox infrasmages au...s....curterut................................................42.....
3.5. 1. Voirie............................................................................24................ ......
3.5. 2.Ling eefrrvoairi.e............................................................................2..4.
3.5. an.al. .e.t. 3.Cilan.eésmmoSac e...............................................................52 .....
3.5. ............D.4niar egadnbael..........de la vallée ino.....................................2..5 ...
3.5. .....x au set.5seRé................uplbci.sreivec s......................................62....... .....
4. ....seri......................itnoGsealc d e................................27
4.1 etelat L’.eral....oinevtnp ér......................................................................27
4.1. reetm téoéorolig1.L’al.............e.qu......................................................2..8 ......
4.1. ion prévinformat2.’L......................nsioatlupop sed evitne..........................82. .....
4.1. lans de ns les p........esocru.s.............3ptom cene isPr.ad seuqsir sed e..........3..0.
4.2 aLg .on destiecoues s......sr....................................................................30..
4.2. irc al tnadnep nioatrmfoinL’.1....................se..................................13......... ...
4.2. 2neontira....e.llseg al.épo noit......................................................31........... ......
4.2. .t.or....e dnfre................sollicit3.La someysntaoi ned.............................3..2 .
4.2. sbO.4reavitno.s................................................................................3..2 ...
4.3 ........................d rueé.. dans la acteurseigrsed noitalé bimosali.a L.............3.3
4.3. p rea xuitnes uo.le1.....................urcod’s geure.ncnnose seel tes s..........33........ ...
4.3. e...genc.........g.o.m.e.r. .l.e’dru.n.e. tLe.2................................43............... ......
4.3. 3.eL...........eria...s........acs vitis téolsc..................................................3.6. ..

3

Mission d’expertise sur les crues d’avril 2001 du bassin de la Somme

4.3. l a.4le sveilaireanit..............................................................................3..6 .
4.3. .d.i. .eLa.'.5s.serieptrenx au.................................................................37.. ...
4.3. .........sét....ecllvitiden cos .........La.6 la s etatiosituitnog sed nod se..............3..8. ..
5. oitnevérp ed sersuMeetertà r ouioreaméln à 9p3 al...n.e....ecm..
5.1 ...............hcet erdro’d sno..........e.qunidatimmanReco................................39 .
5.1. .1s..........93e ures mrapas der sertèmassigé en Misee d’placsiopnud fedisit nt les crue
5.1. 2. création d’un service d’information et de prévision concernant les crues d
Somme 40
5.1. ................item.s..eg samir oesrauvmene dntcnofnoitnoit ud ioraAmél3.........4.1.. ..
5.1. .............cau l.na........résiartcsed ituqatiotaurs can deseR.4........................45... .....
5.1. p ald seitnougalde et ’eauns doration 5.Amélioitsed nl edeg a desrée ous agvr
navigati.o..n..............................................................................................4..6
5.1. 84...éR.6geare l desche sedtreptcud noian et du calS moemolgnd e al de la So
5.1. s den ioctduRé.7ée..anis urbzonee nnestdrmeédob...............................84........ ...
5.1. vitca ner ud étin esemit eatét.l. . a. .e.e.d49é..avll.u. .d.e.é.s.e.a.i.n.a.g. .d.r.a8.eR e.....
5.1. eson zdeanxp’e deR.9 ehcrehc....................isnod sec urse....................49........ ......
5.1.1 .seriosivorp sfiitosspdie dontiilasUit.0.....................................................05..
5.1.1 ectp nxeleeloinn can desdu Naux Ut.1ioatisil drod tee-enQunti uarSpot ni
contribuer à l’évacuation d.e..s. ..c.r..u..e.s........................................................5..0 ......
5.1.1 ositions d’ordreo uerv eed sidps..............cet qinh......2.Progm si e1n5earmm eed ..eu..
5.2 de cque nicaommuilit.oP..................noit..............................................5...3
5.3 L.q se....se..enllitnotitu insionsuest........................................................5.5
5.3. ...55.1Institutions char ed seégtertne’ls den ied’s urcoon nae unodam............... .i.a.ux
5.3. .2’d n enub eLiosetion descoordinad e’tnert aravxu............enti.....................5..6 .
5.3. 3. Un programme coordonné pour réparer et prévenir les dommages dus au
inondaiotns................................................................................................5.6.
5.3. oitsqé niliueérbnj ex euund’gee .4Lse.............57...sed te uae’l ed qu auxieil m iqat.eus.
5.4 ...............nluvbaréeriu al ........itil..é.Réd.........................................58.........
5.4. struction des haibatt.......ou plar em re isé ne tatr uonoce58....t.S1.i.g.s.e.a.r.é.t .i.o..ns
5.4. ....................no...Les me2évprtienesire dmelgatneerusér s........................6..1. .....
Liste des sigles utilis..é..s....................................................3 6..

Annexes
Annexe 1 Lettre de miss.i..o..n. .....................................................46 ....................
Annexe 2 Propositions de la Commission d’enquête du Sénat et commentaires de la
mission........................................................................................................ ..86
Annexe Pr3osopioitd snal emoC ssimion d’enquête del A’ssmelbeéN ta..........elanoi 75
Annexe 4 Evolutionu 1 ed 599tèmo ser........20à ..01....7. 8........ae unvidpiézues uelqde q
Annexe 5E volution de la piézométrie depuis septemb..r..e. ..2..0..0..0...................79

4


Mission d’expertise sur les crues d’avril 2001 du bassin de la Somme

1. Présentation générale du bassin de la Somme

1.1. La Somme et ses affluents

La Somme prend sa source à une dizaine de kilomètres- Qà ule’entsitn .d eE llSea ilnotnge
successivem : elnat section du canal d-eQ Suaeinn timpcoseri atint-t San, lSimoerL e tnsne seid
section du canal de la Somme comprise entre le- Qcauneanlt idne ( Sa-iSnitmon) et le canal
du Nord (Ro-uley-Grand), la section dul uoNdrc morpsi ecanadt erylé Cetd anrG-el-yuoR ertne
la section du canal de la Somme comprise entre -sCulr-éSryo metm eB.r aEylle est ensuite
canalisée de -Bsruar-ySomme à Abbeville et se termine par un canal maritime artificiel
Abbeville et S-aVinaltéry-su-rSomme. Ce fleuve ne reste, tout au long de son parcours, qu’a
peu à l’état naturel.

Il reçoit d’assez nombreux affluents dont les principaux sont, de :l’amont vers l’aval
- la Germaine, à Offoy (rive droite),
- l’Omignon à Brie (rive ,d roite)
- l’Ancre, à Corbie (rive droite),
- l’Hallue, à Daours (rive droite),
- l’Avre, en amont d’Amiens (rive gauche),
- la Selle, en aval d’Amiens (rive gauche),
- le Sai-nLtandon (rive gau che),
- la Nièvre, près de Flixécourt (rive droite),
- la rivirèe d’Airaine, à Lon-lgep-srCéorp-sSaints (rive gau che),
- le Scardon, à Abbeville (rive droite),
- l’Ambroise, près de-VSamoS-rus-yrélte)chau gveri (.m ein

La vallée de la Somme forme un ensemble complexe du point de vue hydrolo
hydraulique qcuoimporte nombre de marais, d’étangs, de fossés, de rieux, de can
d’ouvrages hydrauliques les plus divers.

Les travaux d’aménagement du canal de la Somme ont été achevés en 1843 pour l
canal de Sa-iQnutentin à la baie de Somme e at eété la voiagabir timesa uent 88 1eyFrneciC .0 e
canal est composé de deux sections séparées par le canal du Nord. La voie est class
Freycinet et les écluses ont les caractéristi q: ulears gseuuirv a 6n,t5e0s m, longueur utile 38,50m.

La sectio enntre le canal de- QSauiennttin (Sa-iSnitmon) et le canal du Nord- l(e-RGoruaynd) est
un véritable canal que longe la Somme naturelle. Elle a une longueur de 16,45 km et
écluses simples. Le mouillage y est limité à 1,50 m et nea spseargmee td epsl ubs alteapux de
commerce.

La section reliant le canal du Nord (Cléry) à -laV amléer-rys (uSr-aSiontmme) a une longueur de
117,4 km entre l’écluse de Sormont, qui commande le bief de raccordement au canal
l’écluse maritime de- VSaaliénr-tysur-Somme, qui donne accès à la baie de Somme. Elle est
fait constituée:par
·un canal qSor-mme Sose déclue l’-ustmrnommSoa lgeon luertne ellerutan e e,t Bray
·e Bray-sisé entre tbAebruS-moemlfle c emlanaevuemoS ,e ivll
·icifrtnarital martiime c nanue eleilevt-inSat e lbbA . aVélyrs-ruS-moem

5

Mission d’expertise sur les crues d’avril 2001 du bassin de la Somme

6