Sport, adolescence et famille : rapport de propositions remis à Jean-François Lamour, ministre des sports et Christian Jacob, ministre délégué à la famille
279 pages
Français

Sport, adolescence et famille : rapport de propositions remis à Jean-François Lamour, ministre des sports et Christian Jacob, ministre délégué à la famille

-

Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus
279 pages
Français
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Description

Partant du constat selon lequel la pratique sportive à l'adolescence a des effets bénéfiques (socialisation des jeunes, diffusion des valeurs de progression et de dépassement de soi, implication individuelle et collective au sein des clubs sportifs...), Jean-François Lamour, ministre des sports, et Christian Jacob, ministre de la famille, ont demandé au groupe de travail présidé par Luc Machard de faire des propositions visant à valoriser la pratique sportive auprès des adolescents, à développer l'offre des clubs sportifs à destination des famillles et à mieux associer les parents à la vie des clubs sportifs. Ce rapport rend compte du travail accompli. 33 propositions sont ainsi formulées qui s'articulent autour d'une série de principes parmi lequels : promouvoir une politique d'investissement active dans les équipements sportifs de proximité, développer l'action des structures sportives en matière de santé ; favoriser par des incitations financières l'accès du plus grand nombre à la pratique sportive, notamment familiale...

Sujets

Informations

Publié par
Publié le 01 novembre 2003
Nombre de lectures 41
Licence : En savoir +
Paternité, pas d'utilisation commerciale, partage des conditions initiales à l'identique
Langue Français
Poids de l'ouvrage 1 Mo

Exrait

Ministère des sports
Ministère délégué à la famille
SPORT, ADOLESCENCE ET FAMILLE CTANOTS
RAPPORT DE PROPOSITIONS REMIS A
Jean-François LAMOUR Ministre des sports
NOVEMBRE 2003
Rapporteur 
Christian JACOB Ministre délégué à la famille
Luc MACHARD Chargé de mission auprès du Ministre délégué à la famille
Ministère de la Santé, de la Famille et des Personnes Handicapées - Ministère délégué à la Famille Ministère des Sports
Remerciements
Par lettre de mission du 18 avril 2003, Jean - François LAMOUR, Ministre des sports, et Christian JACOB, Ministre délégué à la famille, m’ont fait la confiance de me demander de piloter le groupe de travail chargé d’examiner les problématiques relatives au thème“sport, adolescence et famille”. Mes fonctions de Délégué interministériel à la famille ayant pris fin le 24 juillet 2003, j’ai eu l’honneur et la profonde satisfaction de pouvoir conduire ces travaux à leur terme en tant que chargé de mission auprès du Ministre délégué à la famille, en plein accord avec son homologue des sports.
Je tiens à remercier très sincèrement tous ceux qui ont apporté leur contribution à ce rapport, sans ménager ni leur disponibilité ni leur énergie, manifestant en cela leur engagement associatif ou professionnel.
En dépit de la période estivale, qui n’a pas interrompu notre travail, mais a ralenti le rythme de nos rencontres, pas moins de 23 réunions se sont tenues depuis le 6 mai 2003, date de l’installation du groupe par les deux ministres.
Les membres du groupe, très motivés, ont suivi les travaux avec régularité et ont toujours répondu présents à l’appel du secrétariat ou du pilote. Un grand nombre d’entre eux ont largement pris sur leur temps pour relire, compléter, débattre en dehors même des réunions déjà fréquentes, du constat comme des propositions. Cette active participation m’a été très précieuse.
Un noyau dur de membres particulièrement assidus ont été d’un immense et très chaleureux soutien au cours de ces mois de travail ; je leur en suis sincèrement reconnaissant.
Les 70 personnalités auditionnées ont accepté avec beaucoup de conviction de nous faire part de leur expérience de terrain ou de leur réflexion. Sans elles, le rapport ne puiserait pas autant qu’il le fait son constat et ses propositions au plus près des familles, des bénévoles, des entraîneurs, des responsables sportifs et, bien entendu, des jeunes. Le groupe a pu, grâce à ces moments partagés d’écoute et de dialogue, s’approprier un socle commun de références souvent novatrices.
Gérard DESHAYES, inspecteur général de la jeunesse et des sports, avait été désigné pour m’assister et il s’est particulièrement bien acquitté de cette tâche. Ancien directeur régional, il a régulièrement attiré l’attention du groupe sur les spécificités du monde du sport, sa culture, le positionnement des différents acteurs. Il a exercé sur nos réflexions une veille rigoureuse et critique et, chaque fois que nécessaire, il a permis au groupe et à moi-même de mieux saisir les enjeux relatifs à certaines questions.
Patrick MIGNON et Fabrice BURLOT, sociologues au laboratoire de sociologie de l’INSEP, ont mis leur compétence et leur expérience au service du constat de nature sociologique et statistique. Ils y ont apporté une grande partie des éléments techniques et ils ont pris sur leur temps pour en reprendre largement certains aspects, donnant ainsi un relief à cette partie du rapport dont je leur suis particulièrement redevable.
2
Daniel ARRANZ, chef du bureau des fédérations multisports et de l’animation sportive territoriale au ministère des sports, m’a apporté un précieux soutien tout au long des travaux. Il a notamment contribué à l’animation des réunions du groupe, en faisant valoir l’expertise et la position du ministère des sports. Il a constitué un relais efficace et indispensable avec l’ensemble des services de ce dernier qui, grâce à lui, m’ont apporté les éléments d’information et d’analyse sur l’ensemble des sujets dont ils ont la charge. Il a largement contribué à la qualité technique du rapport sur tous les sujets relevant de la compétence du ministère, en les adaptant aux problématiques du groupe et en les mettant en perspective avec les projets de son ministère.
Marie-Gabrielle ANTONIOTTI et Muriel FAURE, chargées de mission au sein de ce bureau, l’ont assisté avec efficacité et professionnalisme.
Les chargés de mission de la Délégation interministérielle à la famille qui m’ont secondé, Françoise ROUCH, Hélène SIAVELLIS, Fabrice CALLIES DE SALIES, Gabriel ROCHETTE DE LEMPDES et Estelle SICARD - qui a assuré un secrétariat remarquable et a très largement contribué à la réalisation de ce rapport - s’associent à moi pour vous remercier, tous, de six mois réellement passionnants passés à réfléchir sur des sujets qui sont au cœur de nos politiques sportive et familiale.
Luc MACHARD
3
Remerciements
Sommaire du rapport
Déroulement des travaux
Synthèse du rapport
SOMMAIRE DU RAPPORT
PREMIERE PARTIE : LE CONSTAT GENERAL
I. ELEMENTS D’ANALYSE SUR LA PARTICIPATION AUX ACTIVITES SPORTIVES
1.1. Le milieu familial et la pratique des enfants et des adolescents
1.2. Une pratique variable selon les sports
1.3. L’intégration dans le club
a. L’adhésion au club : un palier de socialisation b. L’étape de l’adhésion à un club c. Mieux accompagner la sélection et la pratique compétitive d. Des expérimentations encourageantes e. La valorisation de l’engagement du jeune sportif
1.4. Les motivations à la pratique
1.5. Les raisons de l’abandon
1.6. La “bonne distance” des parents vis-à-vis de la pratique de leurs adolescents
a. Refuser l’idée d’une “désaffection” des parents b. La présence valorisante des parents et leur engagement au sein du club c. La “bonne distance” et le dialogue avec les éducateurs pour des jeunes soutenus dans leur prise d’autonomie d. Le rôle que peut jouer la pratique en famille d’une activité physique dans l’expression d’une parentalité effective et responsable
 1
 3
 11
13
19
24
30
33
33 36 38 39 41
44
47
53
53 54
55 56
4
II. SPORT ET SANTE
2.1. Les enquêtes auprès des adolescents
a. La santé perçue b. La perception de soi c. La motivation santé” d. L’influence de l’activité physique sur la santé
2.2. Les dangers de la sédentarité
2.3. L’activité physique : ses effets sur la santé
a. Les effets positifs b. Les accidents c. Le dopage
III. SPORT ET RISQUE
3.1. Le risque : une notion sociale
3.2. Les sports dits “à risque”
DEUXIEME PARTIE : LES PROPOSITIONS
I. LE PROJET EDUCATIF ET SPORTIF DES ASSOCIATIONS SPORTIVES, POUR UN MEILLEUR ACCUEIL DES ADOLESCENTS ET DE LEUR PARENTS
1. sportives dans la mise en place deSoutenir les associations leur projet éducatif et sportif à l’égard des adolescents
Proposition n° 1 :Proposer aux adolescents, à côté de la pratique sportive, des temps de convivialité et de sociabilité
Proposition n° 2 :Adapter et diversifier les activités proposées en club de manière à accueillir tous les jeunes qui souhaitent pratiquer
Proposition n° 3 :Généraliser dans les structures sportives un cadre d’expression des adolescents et faciliter leur accès aux responsabilités et à l’engagement associatif
Proposition n° 4 :Prendre en compte les pratiques sportives des adolescents en dehors des structures
59
61
61 62 63 64 65 68
68 71 72
75
75
78
 87 à 176
 87 à 122
89
93
99
 107
5
Proposition n° 5 :Permettre l’intégration des jeunes en situation de handicap dans les clubs et les structures sportives
Proposition n° 6 :Promouvoir un encadrement de qualité auprès des jeunes sportifs
 113
 119
2.  123Favoriser le partenariat des familles avec les associations sportives à 143
Proposition n° 7 : 125Accorder un statut aux parents des jeunes pratiquants
Proposition n° 8 :Encourager les parents à s’investir dans la vie sportive et administrative des clubs 129
Proposition n° 9 :Mettre en œuvre des activités, des services et des équipements qui permettent une pratique sportive parallèle des parents et des adolescents
Proposition n° 10 :Mettre en œuvre des actions favorisant la pratique du sport en famille
 135
 139
3.  à 176 145Développer l’action des structures sportives en matière de santé
Proposition n° 11 :Contribuer à la lutte contre la sédentarité du public jeune 147
Proposition n° 12 :Sensibiliser les adolescents et leur famille à l’importance pour leur santé de pratiquer une activité physique encadrée 155
Proposition n° 13 :préconisations élaborées dans le cadre duRelayer les Programme National Nutrition Santé (PNNS) en les adaptant au public adolescent en termes de priorités et de modes de communication 159
Proposition n° 14 :Mieux faire prendre en compte, par les parents et les acteurs de terrain, les problèmes liés au surpoids et à l'obésité de l'adolescent 165
Proposition n° 15 :Développer la prévention des accidents de sport et de loisir des adolescents
II. LES OUTILS : EQUIPER, COORDONNER, PROFESSIONNALISER, PROMOUVOIR
1. Promouvoir une politique d’investissement active dans les équipement sportifs de proximité
 171
177 à 257
177 à 184
Proposition n° 16 :Formaliser des critères pertinents en vue de soutenir les programmes de modernisation des équipements sportifs de proximité 179
6
2. Renforcer la coordination entre l’ensemble des acteurs du sport et mettre en cohérence les projets locaux 185 à 205
Proposition n° 17 :Inciter au niveau départemental à la concertation entre tous les acteurs impliqués dans la conduite des politiques sportives de proximité
Proposition n° 18 :Mettre en place des projets sportifs locaux
Proposition n° 19: Promouvoir les activités sportives dans le cadre des “contrats temps libres” et des “contrats éducatifs locaux”
3. Assurer au jeune sportif un parcours plus cohérent au sein de structures adaptées
Proposition n° 20 :Créer un livret du jeune sportif pour mieux assurer la cohérence éducative et sportive entre les éducateurs, la famille, les activités, les structures
Proposition n° 21 :Favoriser le développement des centres de loisirs à dominante sportive
Proposition n° 22 :Faciliter chez les jeunes la découverte et l’initiation à la pratique sportive par le développement de structures multisports
4. Favoriser par des incitations financières l’accès du plus grand nombre à la pratique sportive, notamment familiale
Proposition n 23 :Moderniser et rationaliser les dispositifs d’aides ° financières à la pratique sportive des enfants et des adolescents
Proposition n° 24 :Inciter les associations sportives à proposer des tarifications attractives à destination des adolescents et de leur famille
5. Professionnaliser les intervenants pour mieux répondre aux besoins des structures comme aux attentes des adolescents et de leur famille
Proposition n° 25: Poursuivre la rénovation des diplômes des domaines sportif et de l’animation
6. Développer des programmes de promotion du sport en proposant d’autres représentations du sport et du sportif
Proposition n° 26 :Créer le “week-end du sport en famille”
Proposition n° 27 :Au niveau local, développer des opérations de promotion évènementielles en direction des adolescents
 187
 195
 199
207 à 222
 209
 213
          219
223 à 233
 225
 231
235 à 243
 237
245 à 257
 247
 249
7
Proposition n° 28 :Mener une campagne de communication nationale pour encourager l’activité sportive des adolescents 253
Proposition n° 29 :Sensibiliser les acteurs des média à l’importance de l’image du sport et des sportifs qu’ils véhiculent auprès des adolescents 255
III. LES LEVIERS DE L’ACTION
 259 à 277
Proposition n° 30 :Créer un “pôle ressource” national “sport, adolescence et famille” et valoriser les bonnes pratiques des acteurs 261
Proposition n° 31 :Les conventions d’objectifs du ministère des sports avec les fédérations sportives 267
Proposition n° 32 :Les politiques de conventionnement avec les associations sportives impulsées par les collectivités locales 271
Proposition n° 33 :La convention d’objectifs et de gestion (COG) 2005 – 2008 entre la CNAF et l’Etat
TROISIEME PARTIE : FICHES TECHNIQUES Eléments techniques et textes régissant la pratique sportive 1. L’éducation physique et sportive
2. Les associations et les sociétés sportives
3. Les fédérations sportives
4. Le Comité national olympique et sportif français
5. Les collectivités territoriales
6. Les activités physiques ou sportives dans les entreprises
7. Le sport de haut niveau
8. Le Conseil national des activités physiques et sportives
9. Le Comité national de la recherche et de la technologie
10. Les équipements sportifs
 275
281 à 304  282
 283
 286
 289
 290
 291
 292
 293
 294
 295
8
11. La sécurité des équipements et des manifestations sportives
12. Les formations et les professions
13. Les espaces, sites et itinéraires relatifs aux sports de nature
14. Le Fonds national pour le développement du sport (FNDS)
15. Les offices municipaux du sport
QUATRIEME PARTIE : LES CONTRIBUTIONS INSTITUTIONNELLES AU RAPPORT
Contribution institutionnelle de l’Union nationale des associations familiales (UNAF)
Contribution institutionnelle de la Caisse nationale des allocations familiales (CNAF)
Contribution institutionnelle de la Fédération nationale des offices municipaux du sport (FNOMS)
Contribution institutionnelle de la Défenseure des enfants
Contribution institutionnelle de l’Association des maires de France
Contribution institutionnelle de la Fédération nationale des parents d’élèves de l’enseignement public
 296
 296
 297
 297
 302
 307
 309
 311
 313
 315
 317
9
Déroulement des travaux
Le groupe de travail“sport, adolescence et famille”été installé le 6 mai 2003, au  a ministère de la santé, de la famille et des personnes handicapées par M. Jean-François LAMOUR, Ministre des sports, et par M. Christian JACOB, Ministre délégué à la famille. A cette occasion, les membres du groupe de travail se sont félicités de l’initiative novatrice permettantaux deux mondes de la famille et du sport de se retrouver pour un dialoguedevant permettre de construire ensemble un pan commun de la politique familiale et de la politique sportive de notre pays.
Fidèle à son idée de développer des conférences annuelles de la famille thématiques, Christian JACOB a décidé de consacrerla conférence de 2004 à l’adolescencepour redonner à ceux qui vivent cet « âge de toutes les espérances » et à leurs parents, toute leur place au sein de notre politique familiale.
Ce n’est pas un hasard si le premier rapport appelé à abonder les travaux préparatoires à cette conférence de la famille est le fruit de la relation personnelle entre deux ministres, celui des sports et celui de la famille, et si la première pierre apportée à cettepolitique familiale rénovée envers les adolescents et leurs parents pourrait constituer, encore davantage qu’aujourd’hui,un aspect important de notre politique sportive.
La composition du groupe de travail dont le pilote, Luc MACHARD, s’est entouré, est représentative de l’ensemble des acteurs concernés. L’expertise de ce groupe a permis d’asseoir les réflexions et les propositions sur unsocle interministériel et partenarial particulièrement solide. Sur chacun des sujets abordés,des personnalités extérieures, experts reconnus, ont été sollicitées pour apporter leur compétence.
Tout a été mis en œuvre pour queau plus près les idées et lesce document reflète positions qui ont émergé du groupe. L’ensemble des documents et comptes rendus, ainsi que le constat et les propositions, ont été adressés par voie de mail à tous les membres de ce dernier afin de leur permettre de faire valoir leurs remarques par courrier électronique, appels téléphoniques et, bien sûr, lors des réunions plénières.
L’ensemble du rapport et de ses propositions a fait l’objet d’un débat, très fructueux, et d’unevalidation par le groupe de travail.
Cette démarche a permis de parvenir à la remise d’un document auxconclusions largement partagées par les membres du groupe et au-delà. Pour autant, on trouvera en annexe lesréactions institutionnelles pour que, le temps du consensus le plus large possible passé, chacun puisse exprimer sa spécificité, ses remarques, voire ses réserves, au sein même du rapport.
Il va de soi que, en dépit de cette méthode de travail privilégiant la concertation,le pilote du groupe assume la pleine responsabilité des propositions présentées ici, parmi lesquelles les ministres retiendront celles qui voudront bien recueillir leur assentiment.
12
  • Accueil Accueil
  • Univers Univers
  • Ebooks Ebooks
  • Livres audio Livres audio
  • Presse Presse
  • BD BD
  • Documents Documents