Découvrez les 15 premières pages de "Comment faire fortune en juin 40"

Découvrez les 15 premières pages de "Comment faire fortune en juin 40"

Documents
16 pages
Lire
YouScribe est heureux de vous offrir cette publication

Description

ASTIER DORISON NURY d’aprèsSINIAC Les auteurs remercient chaleureusement François Guérif et Thomas Langmann. Dessin LAURENT ASTIER Scénario XAVIERDORISON FABIENNURY Librement adapté de Sous l’aile noire des rapacesde PIERRESINIAC Couleur LAURENCE CROIX La France est en guerre depuis dix mois, et vient de s’en apercevoir... Après moins d’une semaine de “Blitzkrieg”, les Nazis sont aux portes de Paris. Depuis septembre 1939, la Banque de France, anticipant sans doute une brillante victoire de l’armée nationale, a prudemment évacué l’intégralité de ses réserves d’or loin de la capitale. 2400 tonnes d’or ont ainsi été transférées dans le plus grand secret vers les colonies ou le Canada. 5 À Paris, tous les coffres sont vides... Ou presque. C’est pas possible ... Voilà ! maintenant, trouvezmoi un fourgon blindé et une solide équipe de convoyeurs. je les veux à pied d’oeuvre dès ce soir. ça ne sera pas facile, Monsieur. Il est signé maintenant, votre bordereau, non ? 6 ... mais C’est pas possible !?! Allez-y, Maréchal. Dites que c’est de ma faute. À Bordeaux. Avec la direction de la Banque. Je serai sur place, pour réceptionner le convoi ... Je suis désolé, Monsieur le Directeur. Vous n’avez jamais signé lebordereau de transfert... Tournez- vous !!! et Si on a besoin de vous joindre ? On a le fourgon, et trois convoyeurs. Buranty, Mercier, Torriot. Il nous en faut quatre. Qui d’autre est d’astreinte ?

Sujets

Informations

Publié par
Publié le 04 septembre 2015
Nombre de visites sur la page 1 247
Langue Français
Signaler un problème
ASTIER DORISON NURY d’aprèsSINIAC
Les auteurs remercient chaleureusement François Guérif et Thomas Langmann.
Dessin LAURENT ASTIER
Scénario XAVIERDORISON FABIENNURY
Librement adapté de Sous l’aile noire des rapacesde PIERRESINIAC
Couleur LAURENCE CROIX
La France est en guerre depuis dix mois, et vient de s’en apercevoir...
Après moins d’une semaine de “Blitzkrieg”, les Nazis sont aux portes de Paris.
Depuis septembre 1939, la Banque de France, anticipant sans doute une brillante victoire de l’armée nationale, a prudemment évacué l’intégralité de ses réserves d’or loin de la capitale.
2400 tonnes d’or ont ainsi été transférées dans le plus grand secret vers les colonies ou le Canada.
5
À Paris, tous les coffres sont vides... Ou presque.
C’est pas possible ...
Voilà ! maintenant, trouvez moi un fourgon blindé et une solide équipe de convoyeurs. je les veux à pied d’oeuvre dès ce soir.
ça ne sera pas facile, Monsieur.
Il est signé maintenant, votre bordereau, non ?
6
... mais C’est pas possible !?!
Allezy, Maréchal. Dites que c’est de ma faute.
À Bordeaux. Avec la direction de la Banque. Je serai sur place, pour réceptionner le convoi ...
 Je suis désolé, Monsieur  le Directeur.  Vous n’avez  jamais signé  le bordereau de  transfert...
Tournez vous !!!
et Si on a besoin de vous joindre ?
On a le fourgon, et trois convoyeurs. Buranty, Mercier, Torriot. Il nous en faut quatre. Qui d’autre est d’astreinte ?
c’est pas possible...
deux tonnes d’or.
Labeyrie. J’ai appelé chez lui. Sa femme dit qu’il a la grippe.
7
... au mois de juin.
on n’a pas pu oublier...
la grippe ...
Peux pas bouger... Je vous jure, Monsieur Maréchal. C’est pas du chiqué.
Allez, debout, Labeyrie ! Malade ou non, t’es d’astreinte. Tu dormiras dans le  fourgon  ...
Mais vous avez pas de pitié ? Vous voyez pas que tout est fini?
 On a perdu  la guerre.  je suis malade. Je vais crever, je le sens. J’suis pas en  état de convoyer...  et puis, Convoyer  quoi d’abord ?
J’ai du mal à respirer... J’ai froid. Je crois que je vais mourir ...
Deux tonnes d’or. Départ à l’aube, direction Bordeaux.
vous voyez bien qu’il est pas en état, le pauvre ! laissezle se reposer.
regardez. Il a quarante de fièvre. Il grelotte !
8
ben voyons... il dort tout habillé !
laisse, ma chérie, laisse ! c’est mon devoir.
Et les valises, la voiture chargée, ça fait partie de son traitement ?
je suis votre homme... pour la france.
quinze minutes plus tard.
Capucine. En voiture.
Mais, papa... On n’attend pas Armand ?
allô, Monsieur de Saint Sernain ?
Oui, Monsieur. C’est sans espoir. Je crois qu’il est temps de quitter Paris...
en voiture,  je te dis !!! armand a déjà dû partir...
C’est vrai, ce que t’a dit ton neveu ? Les Allemands arrivent ?
9
... Mais de rien, Monsieur. C’est tout naturel.
J’ai pas de neveu.
C’est Bernard, le concierge. Je viens d’avoir un appel de mon neveu, à l’état  major. Les Allemands  sont aux portes  de la ville...
Premier étage, gauche.
10
Capucine Chérie ! Oho ? Y a quelqu’un ? Capucine !