Planète manga ! - Du 11 février au 27 mai 2012

-

Documents
33 pages
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Description

Du 11 février au 27 mai 2012, le Centre Pompidou met le Studio 13/16, les Ciné-
mas et la Bpi à l’heure du manga.
Rien de plus naturel que le Studio 13/16, premier espace exclusivement dédié
aux adolescents dans un musée, s’empare de cette culture pour laquelle les plus
jeunes se sont, les premiers, passionnés.
Au travers d’ateliers, de rencontres avec des auteurs et artistes venant pour
la première fois en France, les adolescents vont découvrir les coulisses de la
création manga.
Au-delà de l’initiation au manga, c’est toute la diversité de la bande dessinée
asiatique - japonaise, taïwanaise, coréenne ou encore chinoise – qui sera au cœur
de cette programmation du Studio 13/16 ainsi que du cycle de films organisé dans
les salles de cinéma du Centre Pompidou.
Par son esthétique du mouvement et ses thématiques - la science-fiction ou la
figure du robot - le manga influence désormais le travail d’auteurs et de réalisateurs contemporains d’Asie, d’Europe ou des Etats-Unis. C’est cela que nous vous
proposons de découvrir au Centre Pompidou en assistant à la projection de grands
classiques, de raretés de l’animation ou de récentes productions asiatiques. Sans
oublier les premières générations d’artistes cinéastes qui ont su démocratiser
la culture manga, avec notamment un hommage à Osamu Tezuka, pionnier de
l’animation japonaise.
Pour passer de l’écran à la page, un salon de lecture composé de 2500 mangas,
installé à la Bibliothèque publique d’information, lieu plébiscité par les jeunes,
permettra d’aborder toute la diversité de la bande dessinée asiatique.
C’est donc un programme original, éclectique et riche en découvertes que nous
vous proposons à travers Planète Manga !

Sujets

Informations

Publié par
Publié le 23 avril 2012
Nombre de visites sur la page 2 350
Langue Français
Signaler un problème
11 FÉVRIER - 27 MAI 2012
PLANÈTE MANGA !
T oTarrerutr : eak Tiyem K ©koeien couveDessin  tednoe trne sap come lacatimuniriD ,uodd noitcentCe© a piom Pre11Ch. Beneyton, 20 noiparguqih : eiaar tson Cptce
Du 11 février au 27 mai 2012, le Centre Pompidou met le Studio 13/16, les Ciné-mas et la Bpi à l’heure du manga. Rien de plus naturel que le Studio 13/16, premier espace exclusivement dédié aux adolescents dans un musée, s’empare de cette culture pour laquelle les plus jeunes se sont, les premiers, passionnés. Au travers d’ateliers, de rencontres avec des auteurs et artistes venant pour la première fois en France, les adolescents vont découvrir les coulisses de la création manga. Au-delà de l’initiation au manga, c’est toute la diversité de la bande dessinée asiatique - japonaise, taïwanaise, coréenne ou encore chinoise – qui sera au cœur de cette programmation du Studio 13/16 ainsi que du cycle de films organisé dans les salles de cinéma du Centre Pompidou. Par son esthétique du mouvement et ses thématiques - la science-fiction ou la figure du robot - le manga influence désormais le travail d’auteurs et de réalisa-teurs contemporains d’Asie, d’Europe ou des Etats-Unis. C’est cela que nous vous proposons de découvrir au Centre Pompidou en assistant à la projection de grands classiques, de raretés de l’animation ou de récentes productions asiatiques. Sans oublier les premières générations d’artistes cinéastes qui ont su démocratiser la culture manga, avec notamment un hommage à Osamu Tezuka, pionnier de l’animation japonaise. Pour passer de l’écran à la page, un salon de lecture composé de 2500 mangas, installé à la Bibliothèque publique d’information, lieu plébiscité par les jeunes, permettra d’aborder toute la diversité de la bande dessinée asiatique. C’est donc un programme original, éclectique et riche en découvertes que nous vous proposons à traversPlanète Manga ! 
Alain Seban, Président du Centre Pompidou
Planète manga !
PLANÈTE MANGA !
PLANÈTE MANGA !
La brochure est réalisée avec le soutien
Le Studio 13/16 bénéficie du soutien de
Du Fonds d’Action Sacem Et du partenariat média de
La programmation“Planète Manga !”bénéficie du partenariat média de
Sommaire,!P  .90atcoi nlPnangmae ètP.  !,a ertne40 l Snad z leS couliSSeS du manga, P. 12 deS imageS Pour le JaPon, P. 15 tokyo manga, P. 18 mode et muSique, P. 21 artS martiaux, P. 23 danS la Peau d’un yôkai, P. 25 robotS, cyborgS, P. 28 manhua ou manhwa ?, P. 33 / 36 manga en mouvement, P. 40 Science-fiction, P. 43 fabrique ton fanzine, P. 46 exPoSe ton manhua, P.49 Planète manga ! à la bibliothèque Publique d’information, P. 52 calendrier, P. 56
des ateliers et, avec plus de 100 films, une rétrospective d’envergure inédite consacrée au cinéma d’animation asiatique dans ses liens avec la bande dessinée. Aujourd’hui, le mot manga définit en français la bande dessinée japonaise comme le terme comics nous renvoie à la bande dessinée américaine. Les liens tissés entre manga et animation télévisée datent de la production de la sérieAstro le petit robot, initiée en 1963 par Osamu Tezuka, qui sut donner à ses récits dessinés un souffle cinématographique avant de se lancer lui-même dans le dessin animé. En ouverture, hommage est rendu à cette figure tutélaire, avec un panorama de ses films personnels, allant de ses débuts (Histoires du coin de la rue) à ses derniers travaux (La Légende de la forêt), en passant par les premières apparitions d’Astro le petit robot. De ses origines à nos jours, le film d’animation japonais n’a cessé d’explorer des voies formelles spécifiques, dont une bonne part nous reste encore à découvrir. Pour y remédier un tant soit peu, deux séances exceptionnelles et une conférence nous dévoilent des trésors des premiers temps de ce cinéma. Ilan Nguyên, lecteur à l’Université des Arts de Tokyo, retrace l’évolution du cinéma japonais à travers un ensemble de films d’animation d’avant et d’après-guerre où figurent entre autresLe Sabre émousséde Jun.ichi Kôuchi, un des tout premiers films animés de 1917, mais aussi des travaux de pionniers tels le prolifique Seitarô Kitayama, Noburô Ôfuji, premier « auteur » actif des années 1920 à la fin des années 1950, ou Kenzô Masaoka, le « père du dessin animé japonais » qui en modernisa le langage visuel dans les années 1930 et 1940… Centrée sans exclusive sur la technique du dessin animé et le format du long métrage, la rétrospective Planète Manga !, partagée entre classiques déjà identifiés et titres inédits, intègre également documentaires et adaptations de bandes dessinées en prise de vue directe, courts métrages et travaux animés d’étudiants.
Planète manga !
intégrante des habitudes culturelles d’une nouvelle taïwanais (Out of Sight,Le Temps des cerisiers) que génération de jeunes lecteurs et de spectateurs coréens (Mari Iyagi,Green Day) ou chinois (Piercing, occidentaux. Au Japon même, les liens entre ces deux qui n’hésite pas à être aussi très critique vis à vis de registres voisins sont anciens et étroits, les échanges la société). fournis. Ainsi, nombreux sont les créateurs à être passés de l’un à l’autre, à commencer par Osamu Tezuka avec son studio Mushi Production. Décédés l’an dernier, le metteur en scène Osamu DezakiPlanète Manga !permet à chacun de prendre ses (Cobra) et l’ Shingo Araki ( nimateurLady Oscar) firent dans cet univers. À l’Atelier du Studio marques  a tous deux leurs armes dans ce studio, avant d’initier 13/16, les jeunes sont déjà en territoire connu. Ils se un expressionnisme visuel resté légendaire dans le retrouvent autour de pratiques, des plus iconoclastes domaine télévisé. Parmi les nombreux classiques aux plus idolâtres, en une approche dont l’idée que compte le long métrage animé japonais, figurent consiste à orchestrer diverses collisions : ateliers, ici l’œuvre d’Isao Takahata (Pompoko en direct, performance musicale, studio dessin), qui court du formalisme engagé au réalisme documentaire, de la party, parade cosplay, rencontres avec des auteurs poésie visuelle au rire partagé ; celle de son complice et dessinateurs…Ils explorent les voies formelles et rival Hayao Miyazaki (Princesse Mononoke à la bande dessinée dans l’évocation), entre propres conte initiatique et épopée de la dernière chance ; historique, abordent certaines thématiques celle du regretté Satoshi Kon (Perfect Blue comme les arts martiaux, les robots,), récurrentes manipulateur de génie, dont nul ne sait jusqu’où il la science-fiction, les êtres surnaturels. Autant de aurait pu aller… Y reviennent également son mentor motifs génériques propres à faire repenser la notion Katsuhiro Ôtomo (Akira de “genre” en tant que telle. Rencontrer les acteurs), autour duquel se constitua l’école du photoréalisme animé ; Mamoru Oshii (Ghostde cultures différentes venant du Japon, de Taïwan, in the Shell), rebelle cryptique et visionnaire ; les Corée, de Chine, de Hong-Kong fait aussi partie de représentants de la génération suivante, les Anno des regards croisés d’une découverte active pour le (Evangelion), Aramaki, Watanabe, Yuasa, Koike et grand public, comme ce salon de lecture ouvert à la autres Shinkai, auxquels le biais de la science-fiction BPI qui propose 2500 mangas. sert à explorer d’autres genres. Adaptations de mangas à succès (One Piece,Kitarô le repoussant) ou de sources littéraires (MaïmaïDu 11 février au 27 mai 2012, le Centre Pompidou Miracle,Jours d’hiver démontre que la bande dessinée asiatique est au…), récits historiques ou d’arts martiaux — voire au croisement de ces genres, cœur de la création contemporaine. comme la tentative de transposition filmique directe d’une bande dessinée par Nagisa Ôshima (des arts du combat de l’ombreCarnet ) —, mais aussi explorations thématiques féminines (Nana,Toward Terrané de la rencontre du groupe), film musical français Daft Punk avec le mangaka Leiji Matsumuto (Interstella 5555) ou carte blanche au jeune réalisateur Kunio Katô viennent compléter cette exploration d’un véritable continent cinématographique. Les réalisateurs des pays voisins en font également partie, qui semblent initier une nouvelle étape, affranchie de la sous-traitance pour les studios
PLANÈTE MANGA !
PLANÈTE MANGA !
 eraitsip roamj sémina snissedés dntfos aionapimpose demblée: m naag socmm e rOc nutsnos ta enU .sianopaj netompre ncgeerématioanimds lmandatimn iossuaib i neteuse dont témoingne tci ied sifésene prux deure cudbuiluap et rtren CLeh tse uodipmoP ei 207 malanè12 Péfrv1  1ua2 ei ragnaM et,!