Candide chapitre 18
2 pages
Français

Candide chapitre 18

-

Le téléchargement nécessite un accès à la bibliothèque YouScribe
Tout savoir sur nos offres

Description

Candide chapitre 18 Le texte que je vais étudier est le chapitre 18 deCandide ou l'Optimismeest un conte philosophique de Voltaire paru en 1759. Candide conte l’histoire du héros éponyme (qui s’appelle Candide aussi, comme le titre de l’œuvre) qui traverse de multiples épreuves sur plusieurs continents avant de retrouver son amoureuse (Cunégonde). Entre-temps, il s’est fait une idée plus précise du monde et des hommes, en découvrant des civilisations différentes, et des comportements parfois trop semblables (comme la méchanceté, la malhonnêteté, le fanatisme, l’égoïsme, la cupidité…). Candide est aussi un roman d’apprentissage qui nous montre un innocent qui découvre les comportements humains. Le passage de l’eldorado que je vais analyser se situe au milieu des aventures de Candide, et constitue une pause dans ses mésaventures, puisqu’il trouve enfin, accompagné de son ami Cacambo, un endroit pacifique et des gens chaleureux. Après être entrés dans le pays, les deux amis sont invités à se rendre au palais royal. C’est l’occasion de décrire le palais et la ville d’Eldorado. Candide et son valet contemplent dans l’émerveillement un monde qui apparait contraire du monde qu’ils connaissent. Ce passage a une place importante dans le roman.

Informations

Publié par
Publié le 21 mai 2015
Nombre de lectures 148
Langue Français
Candide chapitre 18
Le texte que je vais étudier est le chapitre 18 deCandide ou l'Optimismeest un conte philosophique de Voltaire paru en 1759.
Candide conte l’histoire du héros éponyme (qui s’appelle Candide aussi, comme le titre de l’œuvre) qui traverse de multiples épreuves sur
plusieurs continents avant de retrouver son amoureuse (Cunégonde). Entre-temps, il s’est fait une idée plus précise du monde et des
hommes, en découvrant des civilisations différentes, et des comportements parfois trop semblables (comme la méchanceté, la
malhonnêteté, le fanatisme, l’égoïsme, la cupidité…). Candide est aussi un roman d’apprentissage qui nous montre un innocent qui
découvre les comportements humains.
Le passage de l’eldorado que je vais analyser se situe au milieu des aventures de Candide, et constitue une pause dans ses mésaventures,
puisqu’il trouve enfin, accompagné de son ami Cacambo, un endroit pacifique et des gens chaleureux. Après être entrés dans le pays, les
deux amis sont invités à se rendre au palais royal. C’est l’occasion de décrire le palais et la ville d’Eldorado. Candide et son valet
contemplent dans l’émerveillement un monde qui apparait contraire du monde qu’ils connaissent. Ce passage a une place importante
dans le roman.
Pour le montrer nous étudierons en quoi ce pays est une utopie puis nous étudierons la façon dont voltaire met en place une critique
d’Eldorado et enfin nous nous interrogerons sur la fonction de cette utopie dans le roman.
I-
Description d’une utopie
Tout d’abord uneutopieest une représentation d'une réalité idéale et sans défaut, l’étude de la structure du passage nous renseigne sur son sens car cette structure est chronologique : visite s’étend sur la durée d’une « après-dinée » (au 18emesiecle c’est la partie après le repas du midi)
Comprend 4 étapes : toilette des voyageurs (l.2 a l.3) salut au roi (l.4a 18) découverte de la ville (l20 a 39) et souper chez le roi (l.35 a44)
Passage de l’un a l’autre, marqué par expression temporelle comme « apres quoi (l4)», en attendant (l20), apres avoir parcouru (l35)
Ce type de composition (voyageur découvre de nbr pays) livre commun à l’époque qui décrit une utopie. Ce mot utopie à 2 sens soit eutopie qui signifie un pays parfait ou soit une outopie c’est un pays qui n’existe pas ,forgé par l'écrivain anglais Thomas More qui publie un livre en 1516 intitulé Utopie, ce livre rapport récit aventure, régime idéal, peuple heureux… Et donc L’eldorado correspond totalement a cela.
Politique : pays gouverné par une monarchie de type libéral cad favorable à la libre expression des pensées politiques, relique, philosophique. Roi pas autoritaire et les rapports de la hiérarchie sont assouplis, facile de lui parler, de faire part de c idées. De plus palais de justice et prison n’existe pas cela signifie qu’il ‘y a pas d’opposant sociaux et de délits
Harmonie règne entre les gens, pas de différence entre noble, sexe, on trouve des fille dans la garde du roi « vingt belle fille ». Place importante a la vie sociale et courtoisie par exemple le roi invite ses hôtes a souper, y a de la complicité, gaieté
L’eldorado apparait en outre comme une civilisation essentiellement urbaine, pour joindre l’utile et agréable ex : grand places, édifices publics élevé jusqu’aux nues
Et ausii sur le plan culturel, consacre de grand moyen de science et à la recherche ex :une galerie toute pleine d’instrument de maths et physique
Cette civilisation : forme de perfection. Voltaire s’exprime par le moyen de la fiction, ses propres aspirations, urbanisme, développement des sciences ! Partie de l’idéal philosophique s’y trouve
II. La mise en place d’une lecture critique d’eldorado
Texte : Présente à 1ere vue comme étant un épisode de conte oriental, voyageurs vont d’étonnement en étonnement,
Tout ce qu’il voit leur parait grand, de plus il y a une exagération des nombreux comme « une galerie de deux mille pas ; la millième partie de la ville, milles colonnes…»
Mais voltaire empêche le lecteur d’adhérer à la fiction de ce conte oriental, il oblige a prendre une distance a l’égard de l’émerveillement, car tout parait trop beau, trop féerique, trop parfait. Cette surenchère se traduit par des répétitions excessifs de mots , dont l’exagération finit par n’avoir plus aucun sens.
L’auteur établit une sorte de complicité avec les lecteurs, on s’amuse de la naïveté des personnages (candide et cacambo) qui sont seulement impressionné par les apparences et se trompent sur la réalité, le regard de candide, sur la société d’eldorado n’a aucune valeur critique, il met tout sur le même plan. A propos des « bons mots du roi » voltaire écrit « de tout ce qui étonnerait candide, ce n’est pas ce qui l’étonnera le moins (l44 ) cela revient à dire que candide ne fait pas la différence entre « les bons mots du roi » et les institutions politiques ou « le palais des sciences »( l32)
Donc les voyageurs ne voient pas a sa juste valeur le sens de ce qu’ils découvrent, ils ont une vue superficielle mais cela a un rôle révélateur elle a pour fonction de bien mettre en valeur le monde qu’ils visitent et d’inviter le lecteur a percevoir le contenu philosophique du texte.
Et cacambo qui habituellement quelqu’un d’ingénieux il devient alors un double de candide,