Comment la terre d’Israël fut inventée
22 pages
Français
Le téléchargement nécessite un accès à la bibliothèque YouScribe
Tout savoir sur nos offres

Comment la terre d’Israël fut inventée

-

Le téléchargement nécessite un accès à la bibliothèque YouScribe
Tout savoir sur nos offres
22 pages
Français

Description

Extrait de la publication Comment la terre d’Israël fut inventée Extrait de la publication DU MÊME AUTEUR De la nation et du « peuple juif » chez Renan, Les liens qui libèrent, 2009. Comment le peuple juif fut inventé. De la Bible au sionisme, Fayard, 2008. Les Mots et la Terre. Les intellectuels en Israël, Fayard, 2006. eLe XX Siècle à l’écran, Le Seuil, 2004. Georges Sorel en son temps (dir. avec J. Julliard), Le Seuil, 1985. L’Illusion du politique. Georges Sorel et le débat intellectuel 1900, La Découverte, 1984. Extrait de la publication Shlomo Sand Comment la terre d’Israël fut inventée De la Terre sainte à la mère patrie Traduit de l’hébreu par Michel Bilis Flammarion © Shlomo Sand, 2012 © Flammarion, 2012, pour la traduction française ISBN : 978-2-0812-7846-2 Extrait de la publication En mémoire des habitants d’al-Sheikh Muwannis qui, dans le passé, ont été arrachés à ce lieu où je vis et travaille aujourd’hui. Tel Aviv, 2012. Extrait de la publication Prologue MEURTRE ORDINAIRE ET TOPONYMIE Le sionisme et sa fille, l’État d’Israël, qui sont arrivés jusqu’au mur des Lamentations par la force des armes, accomplissant ainsi un messianisme terrestre, ne pourront pas y renoncer et abandonner des parties conquises de la terre d’Israël sans renier le cœur même de leur conception historiogra- phique du judaïsme […]. Le messie laïc ne peut pas se retirer : il ne peut que mourir. Baruch Kurzweil, 1970.

Informations

Publié par
Nombre de lectures 24
Langue Français
Poids de l'ouvrage 2 Mo

Exrait

Extrait de la publication
mmnt l trr d’Isrël ft invnté
Extrait de la publication
D MÊM TR
D l ntin t d «ppl jif» hz Rnn, Ls lins qi libèrnt, 2009. mmnt l ppl jif ft invnté. D l Bibl  sinism, Fyrd, 2008. Ls Mts t l Trr. Ls intlltls n Isrël, Fyrd, 2006. LXXSièl à l’érn, L Sil, 2004. Grgs Srl n sn tmps(dir. v J. Jllird), L Sil, 1985. L’Illsin d plitiq. Grgs Srl t l débt intlltl 1900, L Dévrt, 1984.
Extrait de la publication
Shlm Snd
mmnt l trr d’Isrël ft invnté
D l Trr sint à l mèr ptri
Trdit d l’hébr pr Mihl Bilis
Flmmrin
© Shlm Snd, 2012 © Flmmrin, 2012, pr l trdtin frnçis ISBN : 978-2-0812-7846-2
Extrait de la publication
n mémir ds hbitnts d’l-Shikh Mwnnis qi, dns l pssé, nt été rrhés à  li ù j vis t trvill jrd’hi. Tl viv, 2012.
Extrait de la publication
Prlg MRTR RDINIR T TPNYMI
L sinism t s fill, l’Étt d’Isrël, qi snt rrivés jsq’ mr ds Lmnttins pr l fr ds rms, mplissnt insi n mssinism trrstr, n prrnt ps y rnnr t bndnnr ds prtis nqiss d l trr d’Isrël sns rnir l œr mêm d lr nptin histrigr-phiq d jdïsm […]. L mssi lï n pt ps s rtirr : il n pt q mrir. Brh Krzwil, 1970.
Il st ttlmnt illégitim d’idntifir, v l dstin d rssmblr ts ls jifs dns n Étt trritril mdrn sr l’ninn trr sré, ls lins ds jifs v l trr nstrl d’Isrël. ri Hbsbwm,Ntin t ntinlism dpis 1780, 1990.
Ds frgmnts d svnirs qi trnint mm d mys-térix isx -dsss d  réit snt intimmnt liés à l prmièr grr d  pys à lqll, nr tt jn hmm, j’i pris prt. J’éprv l néssité d m’y référr, n prlg à  livr, dns n si d trnsprn t d
9 Extrait de la publication
mmnt l trr d’Isrël ft invnté
sinérité, fin d dévilr l sbstrt émtinnl d mn rp-prt intlltl x mythlgis d sl ntinl, x tm-bx ds lintins nêtrs, t x grsss pirrs d till.
S svnir d l trr ds nêtrs
L 5 jin 1967, j’i frnhi l frntièr séprnt Isrël d l Jrdni sr l llin HRdr (Djbl l-Rdr), prmi ls mnts d Jérslm. Jn sldt, j vnis tt jst d’êtr mbilisé, mm bp d’trs, pr l défns d mn pys. À l nit tmbnt, ns mrhins n siln t à tâtns, sr ds fils brblés stinnés. x qi ns préé-dint vint sté sr ds mins, t lr mmbrs vint été déhiqtés : j trmblis d pr, j lqis ds dnts, n sr frid inndit m hmis. lrs mêm q mn rps s’étit mis n mvmnt mm n ppé mé-niq, mn imgintin, pris dns l’ét d l’épvnt, s fixit sns ss sr l fit q, pr l prmièr fis, j srtis d mn pys pr m rndr à l’étrngr. J’étis, rts, rrivé n Isrël à l’âg d dx ns mis, jn trvillr ynt grndi dns n qrtir pvr d Jff, j n’vis jmis , jsq’lrs, trmnt q’n rêv, ls myns d’n srtir pr llr visitr l vst mnd. J mpris très vit q m prmièr « srti » hrs d’Isrël n srit ps n prti d plisir plin d’vntrs : j m rtrvi, n fft, préipité dns ls mbts à Jérslm. Mn sntimnt d’liéntin s’rt nr lrsq’il s’vér q ms «mpgnns d’rms» n prvint ps tt sittin mm n srti hrs d pys. Pls d’n sldt, tr d mi, s vyit tt simplmnt mm frnhissnt ls frntièrs d l’Étt d’Isrël pr pénétrr sr l trr d’Isrël. brhm, ntr ptrirh, n s déplçit-il ps, près tt, ntr Hébrn t Bthlém t nn ps ntr Tl-viv t Ntny? t l ri Dvid n’vit-il ps nqis t grndi l Jérslm sité à l’st d l «lign vrt» d
10 Extrait de la publication
Prlg ssz-l-f d 1949, t nn ps l Jérslm idntl isrélinn, mdrn t billnnnt? «Q’st- q t rnts ! n n’st ps à l’étrngr : n st bin là sr l trr thntiq d ts nêtrs ! » m’vint déjà répnd ds sl-dts prgrssnt à ms ôtés dns ls drs mbts d qrtir d’b-Tr à Jérslm. Ms mpgnns d’rms étint prsdés d pénétrr n n li qi, d tt tmps, vit été lr. Pr m prt, n rvnh, j’éprvis l sntimnt d’vir qitté n ndrit qi étit mn «hz mi», ù j’vis grndi t vé qsi-mnt tt m vi, t vrs lql j n prris pls rvnir si l mrt m fhit dns s mbts ; mis l hn m srit t j’n srtis vivnt, nn sns ml. M rint d n ps pvir rggnr l li q j’vis qitté s nfirm, ttfis, ss n frm q j n’vis ps p imginr js-q’lrs. L lndmin ds mbts à b-Tr, x d’ntr ns qi n’étint ps blssés frnt ndits  mr ds Lmnttins : ns vnins prdmmnt dns ls rlls silniss, prêts à fir sg d ntr rm. Ns prvins, pr instnt, ds rgrds épvntés drrièr n fnêtr.  bt d’n ptit hr, ns prvînms dns n étrit rll, brdé sr n ôté pr n ht mrill n pirr d till ; à l’épq, ls hbittins d li (l vix qrtir Mghrbi) n’vint ps nr été démlis pr fir l pl  «dis-Ktl » « disthèq d l présn divin », mm l prfssr Ys-hyh Libwitz s plisit à l’pplr. Ns étins épisés t à bt d nrfs ; l sng ds mrts t ds blssés mlit nr ns tns d mbt pnt l sr t l slté. Mis ns étins srtt bsédés pr l rhrh d’n ndrit ù slgr ns bsins ntrls : il étit impssibl d’fftr n hlt dns ls qlqs fés rstés vrts  d pénétrr hz ls hbitnts stpéfits. Pr rspt pr x d’ntr ns qi étint rligix, ns finîms pr rinr sr ls misns, sr l ôté ppsé  « Mr », t ’st insi q n ft ps « prfné » l mrill xtérir d stènmnt d l’splnd d tmpl q l « rl » Hérd t ss dsndnts vint fit édifir,
11 Extrait de la publication