Concours "Christmas Invasion" - 1er gagnant
6 pages
Français

Concours "Christmas Invasion" - 1er gagnant

-

Le téléchargement nécessite un accès à la bibliothèque YouScribe
Tout savoir sur nos offres

Description

Christmas Eve Woohyun termina de découper le pain d'épices encore chaud qu'il avait préparé et disposa les dernière tranches dans l'assiette de porcelaine qu'il avait trouvée dans un des nombreux placards de la cuisine du chalet. Il jeta un coup d'oeil aux cookies qu'il venait de mettre au four et, s'emparant du chocolat chaud qu'il s'était également préparé, il se dirigea vers le salon. Le petit pendule installé au dessus de la cheminée, où un feu vivace diffusait une agréable chaleur dans toute la pièce, indiquait vingt heures trente. Autant dire une éternité avant qu'il ne se passe quelque chose en ce soir du vingt-quatre décembre. Le jeune homme se dirigea vers l'escalier qui menait au premier étage, mais plutôt que de le grimper, il alla s'installer sous l'espace vide qui se trouvait sous ce dernier. Il y avait entassé quelques instants plus tôt tous les oreillers qu'il avait pu trouver dans le chalet. Que ce soit ceux des canapés ici présents, ou des fauteuils qui étaient dans les chambres, ou encore ceux de secours qui se trouvaient dans les placards, il les avaient tous réunis dans un amas de matières et de couleurs différentes. Il posa son assiette et sa tasse avant d'aller se laisser tomber lourdement parmi eux. Dans le coin opposé, près de la cheminée, le sapin dominait la pièce. Les flammes du foyer semblaient faire vibrer les boules rouges et or de ce dernier en se reflétant sur leurs rondeurs et faisaient scintiller les guirlandes.

Informations

Publié par
Publié le 05 janvier 2013
Nombre de lectures 63
Langue Français
Christmas Eve  Woohyun termina de découper le pain d'épices encore chaud qu'il avait préparé et disposa les dernière tranches dans l'assiette de porcelaine qu'il avait trouvée dans un des nombreux placards de la cuisine du chalet. Il jeta un coup d'oeil aux cookies qu'il venait de mettre au four et, s'emparant du chocolat chaud qu'il s'était également préparé, il se dirigea vers le salon. Le petit pendule installé au dessus de la cheminée, où un feu vivace diffusait une agréable chaleur dans toute la pièce, indiquait vingt heures trente. Autant dire une éternité avant qu'il ne se passe quelque chose en ce soir du vingt-quatre décembre.  Le jeune homme se dirigea vers l'escalier qui menait au premier étage, mais plutôt que de le grimper, il alla s'installer sous l'espace vide qui se trouvait sous ce dernier. Il y avait entassé quelques instants plus tôt tous les oreillers qu'il avait pu trouver dans le chalet. Que ce soit ceux des canapés ici présents, ou des fauteuils qui étaient dans les chambres, ou encore ceux de secours qui se trouvaient dans les placards, il les avaient tous réunis dans un amas de matières et de couleurs différentes. Il posa son assiette et sa tasse avant d'aller se laisser tomber lourdement parmi eux. Dans le coin opposé, près de la cheminée, le sapin dominait la pièce. Les flammes du foyer semblaient faire vibrer les boules rouges et or de ce dernier en se reflétant sur leurs rondeurs et faisaient scintiller les guirlandes. Lui aussi réchauffait la pièce, à sa manière.  Dehors la neige venait de se remettre à tomber.  Le groupe aurait dû loger dans un hôtel, mais l'agence avait préféré louer le chalet, ainsi que celui juste à côté pour les managers, en guise de récompense pour le travail acharné qu'ils menaient tous depuis des mois et des mois. Ils avaient débarqué la veille au soir dans cette petite ville en vue de faire un photoshoot et d'effectuer une émission quelconque. Ils avaient travaillé depuis tôt le matin même jusqu'en fin d'après-midi. Avait ensuite débuté leur quartier libre, valable jusqu'au lendemain midi, heure à laquelle ils devraient se remettre en route pour Séoul afin de participer à une émission pour fêter Noël. En attendant, ils pouvaient faire ce qu'ils voulaient. Sunggyu ne se fit pas prier pour rentrer directement au chalet et aller très certainement s'écrouler dans son lit, se glissant avec plaisir dans les bras de Morphée. Dongwoo et Sungjong étaient partis en ville à la découverte de l'artisanat local et en quête de souvenirs à ramener de cette petite bourgade. Myungsoo était parti avec quelques membres du staff afin de faire des photos de la région. Quant à Hoya, il s'était fait traîné de force par Sungyeol afin d'aller déguster les spécialités du coin. Aucun d'entre eux n'était rentré depuis et Woohyun s'était attelé à l'idée qui lui trottait dans la tête depuis la veille.  En effet, il avait, bien malgré lui, entendu une conversation entre une des scénaristes de l'émission qu'ils tournaient et une touriste européenne qui parlait un mauvais coréen. Mais Woohyun en avait compris l'essentiel. La britannique, d'après ce qu'il avait saisi, évoquait la tristesse de sa petite fille de cinq ans qui pensait ne pas pouvoir veiller le Père Noël cette année, ni même recevoir de cadeaux de sa part puisqu'elle était bien trop loin de son domicile et qu'elle pensait que celui-ci n'arriverait pas à la retrouver. Sa mère l'avait, semblait-il, rassurée sur ce point en lui expliquant que le Père Noël voyageait dans le monde entier pour distribuer ses cadeaux et qu'il ne l'oublierait pas, quand bien même elle n'était pas dans sa vraie maison. La mère avait ensuite expliquer que, depuis deux ans maintenant, sa petite fille tenait à attendre le gros bonhomme rouge avec un grand verre de lait et des cookies pour le réconforter en cette froide nuit d'hiver et le remercier pour son dur labeur. Et ce, malgré le fait qu'elle sombrait toujours dans un sommeil profond bien avant minuit.  Woohyun avait, bien entendu, déjà eu vent de tout ceci. Pas parce qu'il ne l'ait jamais tenté dans sa famille, mais au travers des films, américains notamment, ou autres téléfilms profondément niais qui étaient parfois diffusés sur les chaînes coréennes. Et régulièrement on pouvait ainsi assister à ce genre de scènes. Il ne croyait pas au Père Noël et on ne le lui avait jamais fait croire qu'il existait, mais aussi étrange que cela puisse paraître, il lui avait pris l'envie de veiller ce soir et d'attendre.  Et de voir.  Quoi ? Il n'en savait rien. Son envie n'avait rien de bien rationnel, mais il avait décider
d'attendre. D'attendre et de ne rien faire d'autre. Ça le changerait de ce rythme effréné qui menait sa vie à sa place depuis un peu plus de deux ans maintenant. Pas qu'il se plaigne du succès du groupe et de sa popularité toujours croissante, non, c'était en partie ce pourquoi il s'était engagé dans cette voie de toute manière. Mais, de temps en temps, il aurait aimé avoir le droit de souffler et de se poser. De prendre le temps de savourer ce qui lui arrivait, tout simplement. Or, il lui arrivait parfois d'avoir l'impression de n'être qu'un simple spectateur de sa propre existence, sans aucun pouvoir de décision dessus. Alors, rien que pour ce soir, et aussi abracadabrante que soit la planification de sa soirée, au moins, c'était lui, et lui seul qui l'avait décidé. Pour une fois il n'avait pas envie de s'occuper à faire quoi que ce soit, il voulait simplement attendre et laisser passer le temps.  Et puis, plus il repensait au fait de veiller le vingt-quatre décembre, plus cette histoire l'intriguait. Il savait qu'il n'y avait rien de particulier cette nuit-là, que c'était un simple mythe que les parents occidentaux racontaient à leurs enfants. Mais il ne pouvait empêcher une multitude de questions d'aller et venir dans sa tête. Peut-être y avait-il un phénomène météorologique qui se produisait ce soir là en particulier ? Il n'avait jamais rien entendu parlé de tel ! Mais peut-être alors qu'il se produisait quelque chose seulement en Europe ? Cela se saurait si c'était le cas. Une partie exaspérée de son esprit semblait lui crier depuis un coin de son crâne que tout ça n'était que des enfantillages, mais Woohyun décida de l'ignorer superbement. Quand bien même il ne se passait rien, il avait décidé d'attendre.  Père Noël ou pas Père Noël.  Après le travail, il était donc rentré avec Sunggyu. Ce dernier n'avait même pas chercher à savoir ce que son ami allait faire et était allé s'enfermer dans sa chambre sans demander son reste. Woohyun s'était mis aussitôt aux fourneaux. Il s'était préparé du pain d'épices, puis des cookies, qui finissaient en ce moment même de cuire, un chocolat chaud et avait maintenant posé son cul au milieu des oreillers. Il trempa prudemment ses lèvres dans sa tasse et lapa une gorgée du liquide chaud et réconfortant. Il s'adossa contre le mur de bois après s'être emparé d'un morceau de pain d'épices qu'il se mit à grignoter les yeux fermés.  La porte d'entrée claqua. « Y a quelqu'un ?, lança une voix à tue-tête que Woohyun reconnu aussitôt. Ah, Woohyun, fit Dongwoo en déboulant dans le salon. J'ai réussi à larguer Sungjong chez deux vieux qui fabriquaient des babioles en bois. J'en ai acheté quelques unes d'ailleurs, fit-il en agitant le sac plastique qu'il tenait à la main. Mais vu que Sungjong avait pas l'air de vouloir couper court à sa conversation avec eux, je suis parti. Qu'est-ce que tu fous ici ? Et c'est quoi ça ? » Avant que Woohyun ne put répondre quoi que ce soit, Dongwoo avait fondu sur l'assiette posée devant le plus jeune pour s'emparer d'une tranche de pain d'épices et la gober. « Ch'est pas maubais, ch'est quoi ?, fit-il la bouche pleine. -Tu pourrais demander la permission de te servir, grogna Woohyun. -Oh, pauvre chou, fit Dongwoo en avalant ce qu'il avait dans la bouche. Et donc, qu'est-ce que tu fais ici ?, poursuivit-il en allant lancer nonchalamment son manteau et son sac sur un des deux canapés de la pièce. -Rien de particulier. Tu peux aller voir si les cookies que j'ai fait sont cuits. -T'as pas perdu ton aprem' à ce que je vois, fit Dongwoo en s'éloignant dans la cuisine. -Mets les dans un plateau et n'essaie même pas d'en manger !, cria Woohyun pour que son ami puisse l'entendre. -Sunggyu dort ?, demanda Dongwoo en réapparaissant quelques minutes plus tard, un plat débordant de cookies entre les mains, et quelques miettes autour de la bouche le trahissant. ton avis ?, fit Woohyun en arrachant le plateau des mains de son aîné qui venait de s'installer à côté de lui, lui lançant un regard noir. -Nan mais pourquoi t'as fait tout ça si ce n'est pas pour y manger ? », fit Dongwoo, étalé parmi les oreillers, observant le plus jeune poser le plus loin possible de lui les gâteaux encore fumants. Woohyun se contenta de hausser les épaules, avalant une nouvelle gorgée de chocolat chaud. « Pour m'occuper, finit-il par répondre. -Je peux reprendre de ce truc ? », fit Dongwoo en désignant le pain d'épices.
Woohyun lui indiqua ce dont il s'agissait en lui tendant l'assiette.  Dongwoo s'empara de deux tranches. Il était en train de dire au plus jeune qu'il devrait se remettre à cuisiner plus souvent quand la porte d'entrée s'ouvrit de nouveau. Hoya et Sungyeol firent bientôt irruption devant eux. Les quelques flocons qui étaient restés accrochés à leurs cheveux ne tardèrent pas à fondre dans la chaleur de la pièce. « Qu'est-ce que vous foutez là-dessous ?, fit Sungyeol, levant les sourcils en découvrant ses deux aînés sous l'escalier. -Woohyun rien, et moi je l'accompagne », répondit Dongwoo ironiquement. L'intéressé leva les yeux au ciel tandis que Hoya vint les rejoindre au milieu des oreillers après avoir quitter son manteau. Il se laisser tomber entre Dongwoo et Woohyun qui durent se pousser pour lui faire de la place. « T'aurais pas un peu forcé sur l'alcool ?, fit Dongwoo en plantant un de ses doigt dans les joues rosies du danseur. -Je crois... », répondit Hoya les yeux fermés, chassant la main de son ami d'un geste désinvolte comme s'il chassait une mouche. La tête lui tournait agréablement. « Alors les restos ?, demanda Dongwoo en portant son attention sur Sungyeol qui quittait à son tour son duffle-coat. -Je me suis bien fait péter le bide si tu veux tout savoir, répondit celui-ci en jetant un rapide coup d'oeil dans le sac en plastique posé sur le canapé. L'alcool local est pas mauvais non plus. »  Il finit par aller se caler lui aussi aux côtés de Woohyun. « C'est bon ça ?, fit-il en attrapant une tranche de pain d'épices à son tour. -Pas mauvais, répondit Dongwoo. Tiens, goûtes-toi aussi », ajouta-t-il en enfournant de force la tranche que lui avait donnée Woohyun quelques minutes plus tôt dans la bouche de Hoya. Celui-ci se redressa d'un coup, tentant d'échapper à l'étouffement imminent qui le menaçait. Il réussit à échapper aux mains de Dongwoo et put mâcher tranquillement. « C'est... bizarre », finit par dire Sungyeol, tout en mâchant avec difficulté. Hoya se contenta de hausser les épaules. « Sérieusement, qu'est-ce que vous faites ? », redemanda Sungyeol en reposant la moitié de la part qui lui restait dans l'assiette. Il vit alors la seconde, celle des cookies, et tendit une main avide dans sa direction.  Woohyun lui asséna une tape violente sur celle-ci avant de secouer la tête négativement, lui faisant comprendre qu'il n'avait pas le droit d'y toucher. « Demande à Woohyun, dit Dongwoo. Il fait ses magouilles dans son coin sans rien dire à personne. -Qu'est-ce tu manigances Woohyun ?, fit Sungyeol en approchant son visage de celui-ci, sourcils froncés. -Casse-toi !, s'exclama Woohyun en lui plaquant sa main sur le visage pour le repousser. Et laissez-moi tranquille, je vous ai pas demandé de me tenir compagnie, alors si vous vous ennuyez... En plus vous allez me prendre pour un idiot... -Ça changera pas trop de d'habitude, tu sais », dit Sungyeol le plus sérieusement du monde. Woohyun lui lança un regardc'est-toi-qui-dit-ça- ?que Dongwoo laissa échapper un petit tandis rire. Hoya s'était rallongé et se laissait bercer par l'alcool qui voguait dans ses veines.  Woohyun but de nouveau une gorgée de chocolat, puis tendit sa tasse à Sungyeol qui regardait ce que son ami tenait entre les mains avec envie. Il but à son tour et rendit la tasse au plus vieux avant de lui lancer un regard interrogateur, attendant après ses explications. Woohyun soupira et raconta alors ce qui lui était passé par la tête. Prononcer les plans de sa soirée à voix haute le fit soudainement se sentir honteux et passablement ridicule. Il parvenait tout juste à bredouiller ce dont il retournait, tentant de tourner ça de manière la moins minable possible. En fait, il avait envie de se cacher. « En gros t'as envie de glander, lâcha Sungyeol une fois que son ami eu achevé son histoire. -Ou l'art de balayer toute la poésie dont Woohyun avait fait preuve..., soupira Hoya, somnolant. -Nan mais c'est pas comme si tu croyais au Père Noël et tout ça je veux dire, tenta vainement
Sungyeol, pour s'excuser. -Bah... Je me demande bien d'où toutes ces histoires peuvent sortir, fit Woohyun en se grattant l'arrière du crâne, gêné. Je me suis dit que peut-être il se passait quelque chose si on veillait le soir du vingt-quatre... Y a peut-être pas de fumée sans feu après tout... » Hoya rouvrit les yeux, fixant son ami avec une expression de surprise, la même que celle qu'affichait Dongwoo à ses côtés.  Sungyeol garda un moment le silence avant de laisser échapper un rire moqueur. « Et sinon, pourquoi sous l'escalier ?, relança-t-il. -Bah... pour se cacher... un minimum... -Je sais pas si je dois te trouver mignon ou complétement débile !, fit-il en enroulant son bras autour du cou de Woohyun, se mettant à faire semblant de l'étrangler. -Lâche-moi ! », s'étouffa à moitié le plus vieux. Ils se bataillèrent un moment avant que Woohyun ne finisse par s'extirper des mains de son adversaire, qui profita du répit que prenait sa victime pour avaler un cookie.  Le claquement de la porte retentit de nouveau pendant que Sungyeol se faisait fusiller du regard. « On peut savoir ce que vous faites ici ?, fit Sungjong en arrivant dans le salon, découvrant la quasi totalité de ses aînés sous l'escalier. -On attend le Père Noël, fit Dongwoo. Vous voulez du pain d'épices ?, ajouta-t-il en tendant l'assiette à Sungjong et Myungsoo qui venait de pénétrer à son tour dans la pièce. -Qu'est-ce que c'est que cette histoire ? », fit Myungsoo en arquant un sourcil avant d'aller poser son énorme appareil photo sur la table basse en chêne au centre de la pièce. Il se stoppa un moment devant la cheminée, présentant ses paumes face au feu afin de réchauffer ses doigts gelés. « Comment ça se fait que vous rentriez tous les deux ?, interrogea Dongwoo en observant Sungjong s'installer entre lui et Hoya. -On s'est retrouvé sur le chemin pour revenir au chalet, sale lâcheur, répondit le plus jeune avant de lui asséner un coup sur l'épaule. -C'est pas comme si tu semblais avoir particulièrement besoin de moi, se défendit Dongwoo en lui rendant son coup. -Bon alors qu'est-ce que vous faites vraiment ? », redemanda Sungjong en se tournant vers Woohyun et Sungyeol qui se battaient encore pour les cookies. Woohyun, le bras droit en l'air au bout duquel se trouvait l'assiette avec les biscuits en danger, tentant désespérément de les soustraire à l'avidité de Sungyeol, se tourna vers Sungjong avec difficulté. « Dongwoo vient de te le dire, lâcha-t-il. -Et de qui vient cette brillante idée ?, fit Myungsoo en se coinçant dans le peu de place qu'il restait entre Dongwoo et le mur. -Woohyun !, firent Dongwoo, Hoya et Sungyeol d'une même voix. -Ça ne m'étonne pas en fait », fit Myungsoo en adressant un sourire amusé à l'accusé. Woohyun fronça le nez et Sungyeol profita de son moment d'inattention pour s'emparer d'un cookie. « J'en ai un !, cria-t-il avant de l'enfourner en entier dans sa bouche aussitôt, par peur que Woohyun ne tente quoi que ce soit pour le récupérer. -Il dit qu'y a pas de fumée sans feu, renchérit Dongwoo pendant que Sungyeol s'étouffait à cause d'une miette passée de travers. Qu'il y a peut-être vraiment quelque chose à voir le soir de Noël. -Qui sait ?, fit Myungsoo en haussant les épaules. Peut-être qu'il se passe vraiment quelque chose. -Tu ne vas pas t'y mettre aussi Myungsoo ?, fit Sungyeol après avoir bu une longue gorgée de la boisson de Woohyun pour calmer sa toux. -Va te coucher si tu ne veux pas attendre avec nous, répondit alors Myungsoo, prenant un air le plus sérieux possible, cherchant à irriter le plus vieux. -J'ai jamais dit que j'attendais avec vous moi, fit Dongwoo en levant la main. -Qu'est-ce que tu fais encore là alors ?, demanda Hoya en ouvrant un œil.
-Bah... -Puisque c'est comme ça, je vais rester et on verra bien si y a quelque chose ou pas !, répliqua Sungyeol à Myungsoo, contrarié que son ami lui ait parlé sur ce ton. -Très bien, on a qu'à tous attendre dans ce cas là, fit Sungjong en tapant dans ses mains, coupant ainsi court aux discussions. C'est toi qui a fait tout ça Woohyun ? -Tiens, fit Woohyun en tendant l'assiette de pain d'épices au plus jeune. J'aimerais bien qu'on ne touche pas aux autres gâteaux que j'ai fait. -Je vais me faire un chocolat chaud moi aussi, fit Myungsoo en sautant sur ses deux pieds. Quelqu'un veut quelque chose ? -La même chose, fit Hoya en levant la main. -Pareil », firent Dongwoo et Sungjong. Sungyeol se leva à son tour et décida d'aller aider son ami.  Ils revinrent quelques minutes plus tard, Myungsoo serrant dans ses mains un plateau où avaient été disposées cinq tasses brûlantes. Ils étaient en train de distribuer leur commande aux trois autres lorsque les marches de l'escalier craquèrent au-dessus de leurs têtes. Sunggyu finit par venir se planter devant eux, les mains sur les hanches, flottant dans un large pantalon gris ainsi qu'un t-shirt qui devait bien être de deux tailles trop grand. Les mèches rougeoyantes emmêlées au-dessus de sa tête, il tentait d'afficher son mécontent malgré son air endormi. « J'étais en train de dormir, finit-il par dire. Au cas où vous ne le sauriez pas... -Désolé, s'empressa de répondre Woohyun. On aurait du faire un peu moins de bruit. -Et puis qu'est-ce que vous foutez sous l'escalier ?, fit Sunggyu sans accorder la moindre importance aux excuses de son cadet. -Ah bah ça ! », s'exclama Sungyeol. Myungsoo lui donna un coup de coude dans les cotes et Sungjong expliqua rapidement à Sunggyu ce qu'ils faisaient tous. « Faudra m'expliquer un jour ce qu'il peut se passer dans ta tête, fit Sunggyu en allant s'installer à côté de Woohyun, ne sachant pas trop s'il devait être désespéré de la situation ou trouver le chanteur adorable. -Ça doit être un sacré merdier, fit Sungyeol en se posant à la droite de Dongwoo, puisque l'on venait de lui voler sa place initiale. -Et dans la tienne alors !, répliqua Myungsoo, avant de se prendre un regard noir de la part de son ami. -Je n'imagine même pas dans celle de Dongwoo..., souffla Sungjong en ouvrant des yeux ronds. -Mais j'ai rien dit !, s'offusqua celui-ci. -Ça vous dérangerait de vous pousser un peu pour me faire de la place ?, maugréa Myungsoo qui tentait désespérément de se coincer entre le mur et Sungyeol. -Sungjong ne veut pas se pousser !, tempêta Dongwoo qui remuait pour pouvoir se décaler. -Mais c'est pas moi !, protesta le plus jeune. C'est Hoya qui ne bouge pas ! -Mais arrêtez vos conneries, vous allez me faire renverser ma tasse !, fit celui-ci. -Quelle idée de venir s'encastrer ici aussi..., marmonna Sunggyu. -Qui vient de me pincer le cul ?, hurla soudainement Woohyun. -Et on est sensé attendre jusqu'à quelle heure ?, demanda Sunggyu en posant sa tête sur l'épaule de Woohyun, après qu'ils aient réussi à tous se caler dans le petit espace. -Minuit, répondit-il. -Quoi ?, s'exclama Sunggyu en se redressant d'un coup. -Je vais te faire un chocolat chaud, répondit Woohyun en se levant précipitamment. -Oh non ! Il va falloir que tu te réinstalles après ! », protestèrent les autres. Le silence retomba aussitôt, et seules leurs respirations respectives ainsi que les crépitements du feu emplissaient à présent la pièce.  Une bourrasque de vent un peu plus forte que les autres se faisait entendre de temps à autre, faisant tourbillonner les flocons devant la fenêtre. Ils distinguaient également les mouvements de Woohyun provenant de la cuisine, et celui-ci réapparut peu de temps après. Il tendit sa tasse à
Sunggyu et celui-ci le remercia avant de tremper ses lèvres dedans.  Le cinéma pour trouver sa place recommença de plus belle. * ** « Qu'est-ce que tu fais ?, fit l'un des managers en voyant son collègue prendre la direction du second chalet dans lequel leurs petits protégés logeaient. -Je vais voir si y en a pas un ou deux qui auraient décidé de faire le mur ce soir, expliqua-t-il. Et je vais leur déposer ça, ajouta-t-il en montrant les quelques sacs remplis de cadeaux de fans qu'il tenait à la main. -Dis plutôt que tu vas t'en débarrasser, le taquina le troisième. -Peu importe comment vous appelez ça, répliqua-t-il. J'en ai pas pour longtemps. » Il remonta d'un pas rapide la pente menant jusqu'à la porte d'entrée du chalet. Il introduisit la clef dans la serrure et ouvrit lentement la porte.  Il était quasiment vingt-trois heures et un calme plat régnait sur l'habitation. Le manager attendit quelques instants que ces yeux s'accoutument à la pénombre ambiante et prit sur sa droite, afin de se rendre dans le salon. Une douce chaleur émanait encore de l'âtre de la cheminée, diffusant faiblement la seule et unique source de lumière de la pièce. Il allait déposer les sacs de cadeaux sur la table basse lorsqu'une masse informe dépassant de sous les escaliers le fit violemment sursauter. Il se rapprocha prudemment et finit par se rendre compte qu'il s'agissait en fait de paires de jambes qui dépassaient. Il contourna l'ensemble et fit face aux sept jeunes hommes qui dormaient profondément, serrés les uns contre les autres. Le manager soupira, pensant qu'ils auraient sans aucun doute des courbatures le lendemain. Il percuta de la vaisselle qui traînait au sol et pesta intérieurement envers les garçons avant de se retourner. Il évita précautionneusement les meubles de la pièce et déposa les sacs au pied du sapin. Il attrapa une bûche parmi celles qui attendaient sagement aux côtés du foyer de la cheminée, la déposa au milieu de celles qui terminaient de se consumer et remua les cendres à l'aide du tisonnier. Une fois qu'il fut certain que le feu était reparti, il se redressa et traversa de nouveau la pièce en sens inverse. Il percuta de nouveau de la vaisselle au sol. Il s'accroupit pour la ramasser et s'empara d'une assiette où s'entassait une dizaine de cookies. Il en attrapa un et se mit à le grignoter puis décida de ramener le reste avec lui. Il finit par quitter le chalet, refermant la porte aussi silencieusement que lorsqu'il était entré, laissant les sept jeunes hommes dans la chaleur que diffusait la cheminée.  Dans un chalet un peu plus loin, une petite fille de cinq ans aussi avait fini par succomber au sommeil, et dehors la neige n'en finissait pas de tomber.