Créateur d
2 pages
Français
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Créateur d'entreprise, quelle aventure !

Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus
2 pages
Français

Description

Créateur d'entreprise, quelle aventure !

Informations

Publié par
Nombre de lectures 102
Langue Français
Poids de l'ouvrage 2 Mo

Exrait

 Renouvellement du partenariat Oséo-Région
Le réabondement du fonds régional de garantie Champagne-Ardenne a été signé à Innovact par Oséo et la Région Champagne-Ardenne. Celle-ci apporte 1 millions d’euros en 2008, ce qui porte sa dotation globale à 3,11 M. Depuis sa création en 1999, il a permis d’accompagner 209 PME pour un total de crédits bancaires garantis de 37,5 M. Grâce à lui,prèsde900emploisontétécrééset3500emploismaintenus. Une partie de ce fonds de garantie est affecté au prêt participatif d’amorçage qui facilite l’émergence des projets de création d’entreprise à fort potentiel d’innovation. Trois entreprises rémoises qui en bénéficient sont venues apporter leur témoignage durant Innovact : Ipex, Pharma Hydro Développement et Télérelief (Trophée Innovact 2008).
 Adeline Hazan au forum
Adeline Hazan, le nouveau maire de Reims (qui sera officiellement intronisé vendredi 21 mars), a effectué l’une des ses toutes premières visites “officielles” au forum Innovact.
n°3 FlashInfos jeudi 20 mars 2008
 Créateur d’entreprise,  quelleaventure !
« L’entrepreneur est l’aventurier du XXIe siècle », déclarait lundi aux Assises de la recherche François Guinot, président de l’Académie des technologies. De fait, chaque création d’entreprise résulte d’une aventure humaine, individuelle ou collective, comme le grand débat organisé mardi soir a pu en donner une nouvelle illustration.« L’envie d’entreprendre, je l’ai depuis le cours préparatoire, c’est viscéral ! », s’exclame Renaud Vaillant, fondateur et DG de Cryolog, une société de biotechnologie qui a inventé une étiquette qui change de couleur quand le produit est périmé. Le créateur était encore étudiant à Centrale quand il s’est « mis en quête d’un projet à entreprendre ». A l’époque, la France traversait une période de crises alimentaires (vache folle, fièvre aphteuse).« Je me suis mis à l’écoute du marché, j’ai identifié les clients potentiels,raconte Renaud Vaillant.Je me suis rendu compte que les solutions existantes ne répondaient pas entièrement à la demande. »C’est ainsi que l’histoire de Cryolog a démarré. Les idées de création sont souvent dans l’air du temps, tout le talent consistant à les saisir au vol. C’est le cas de Philippe Berna, PDG de Kayentis, qui a repris à son compte une innovation lancée mais jamais exploitée par HP Rank Xerox relative à l’écriture numérique.« Un créateur doit avoir de la chance, estime-t-il,mais je crois qu’il faut savoir la fabriquer. »PDG de Le Violet, Olivier Mevel a su lui aussi forcer le destin. Ingénieur de formation, il a séjourné aux Etats-Unis à l’époque de la naissance d’Internet.« De retour en France, j’ai créé l’une des tout premières Web agencies. C’était la ruée vers l’or, et nous avons vendu les pelles et les pioches. La société a grimpé jusqu’à 200 personnes, mais elle a dû fermer. »Olivier Mével a alors une « vision », celle d’un« objet communicant »permettant aux objets du quotidien d’être connectés à Internet. Ainsi est né… un lapin, le célèbre Nabaztag (qui veut dire lapin en arménien), dont 200 000 exemplaires ont déjà été vendus. Prévu au départ pour alimenter le marché B to B, le sympathique animal a finalement bifurqué vers le marché B to C, en raison de l’inertie des grosses boîtes contactées par le créateur. Sur le chemin d’un visionnaire arrive une étape incontournable, celle de la création d’entreprise, affirme Olivier Mével. Cette route n’est pas toujours semée de pétales de rose.« Il y a un cap compliqué à franchir, celui qui sépare la start-up de la PME rentable », souligne Renaud Vaillant.« Innover, c’est extraordinairement compliqué en France,juge Philippe Berna.Il faut rembourser les aides perçues à la création quand on commence à avoir besoin d’argent pour se développer à l’international… »Mais aucun regret chez le PDG de Kayentis :« J’ai créé 35 emplois et j’en suis fier. »Belle conclusion.
  • Accueil Accueil
  • Univers Univers
  • Ebooks Ebooks
  • Livres audio Livres audio
  • Presse Presse
  • BD BD
  • Documents Documents