//img.uscri.be/pth/c3edd80120fd4ffd32ff4f68b46486e80c1570e2
YouScribe est heureux de vous offrir cette publication
Lire

Economie descriptive 2003 Sciences Economiques et de Gestion Université Paris 1

De
2 pages
Examen du Supérieur Université Paris 1. Sujet de Economie descriptive 2003. Retrouvez le corrigé Economie descriptive 2003 sur Bankexam.fr.
Voir plus Voir moins
Université Paris-I Panthéon-Sorbonne - UFR d’économie J. Couppey-Soubeyran, I. Hirtzlin, J.-P. Piriou ÉCONOMIE DESCRIPTIVE– SEPTEMBRE2003 Durée :2 heures; aucun document n’est autorisé; merci de vider les mémoires des calculettes avant le début de l’épreuve: sera considérée comme une fraude, la présence de données dans les mémoires des calculettes, même si ces données ne sont pas utilisées. Questions 1, 2, 5, 7, 8 : 3 points ; questions 3, 4, 6 : 2 points. Total 21. 1/ À partir des données suivantes: a/ Calculer les évolutions du volume des dépenses de consommation (DC) des ménages, du volume de la DC individuelle des administrations publiques (APU) et la contribution de ces dépenses à la croissance du volume du PIB. Commenter. b/ Sachant que la contribution de la DC des ISBLSM à la croissance du PIB est de 0,1 point, calculer la contribution de la consommation effective des ménages à la croissance du PIB en 2002. Source : INSEE, Comptes nationaux, mai 20032001 2002 DC des ménages (prix courants, milliards d’euros)797,6 823 DC individuelle des APU (prix courants, milliards206,6 220,6 d’euros). PIB (prix courants, milliards d’euros)1475,6 1520,8 Indice de prix de la DC individuelle des APU100 101,6 Indice de prix des DCF des ménages100 102 Indice de prix du PIB100 101,8 2/ Soit 3 branches d’une économie fictive A (Agriculture), IAA (Industrie Agricole et Alimentaire), IS (Autres Industries et Services). La production de A est de 100, celle de IAA de 200 et celle de IS de 300. La matrice des coefficients techniques est la suivante :  AIAA IS A 0,050,4 0,05 IAA 0,050,2 0,1 IS 0,20,1 0,3 a/ Etablir le TES de cette économie, calculer le PIB. b/ Suite à une période de sécheresse, la production de biens agricoles s’établira à 70 et celle des IAA à 125, la production industrielle restant inchangée. Quelles sont les conséquences sur les emplois finals de cette économie ? 3/ A partir des informations suivantes pour 2002: Cotisations sociales effectives perçues par l’Etat: 5,6; par les administrations de sécurité sociale (ASSO) 242,5; prestations sociales autres que transferts sociaux en nature: 261,4; PIB :1520,8; besoin de financement des APU 47,6; impôts perçus par les administrations publiques centrales (APUC): 251; impôts perçus par les ASSO 85,8; impôts perçus par les administrations publiques locales (APUL): 75,6; rémunération des salariés versés par les APU : 198. a/ Calculer le taux de prélèvement obligatoires effectif. b/ Ce taux est-il un bon indicateur du prélèvement de l’Etat sur l’activité économique ?
4/ À la fin de 2001, le patrimoine en actions cotées détenues par l’économie nationale s’élevait à 1102,0 milliards d’euros. Pour ces actions, le compte des variations de patrimoine pour 2001 évalue les flux à +72,4 milliards et le poste réévaluation à - 233,0 milliards d’euros. En déduire à quel niveau s’établissait le patrimoine en actions cotées à la fin de 2000. 5/ Sachant que l’ajustement entre le compte de capital et le compte financier est nul pour l’année n (autrement dit, leurs soldes sont du même montant), établir à partir des données suivantes relatives à l’année n (en milliards d’euros) le compte de capital et le compte financier des sociétés non financières (SNF) pour l’année n. NB : On désignera les opérations par leur intitulé officiel dans les comptes. Les SNF ont vu leurs stocks augmenter de 28; les prêts qu’elles ont obtenus pendant l’année ont dépassé de 244 ceux qu’elles ont remboursés ; les intérêts versés (nets des intérêts reçus) par les SNF se sont élevés à 89 et les dividendes versés (nets des dividendes reçus) à 187; les prêts qu’elles ont consentis ont été inférieurs de 11 à ceux qu’on leur a remboursés ; leurs dépôts à vue dans les banques ont varié d’un montant à déterminer; l’excédent brut d’exploitation des SNF est de 510 et leur épargne brute de 273 ; elles ont émis pour 56 d’actions et 11 d’obligations ; l’État leur a versé 57 de subventions sur les produits et 12 d’aides à l’investissement; les achats de logiciels par les SNF se sont élevés à 17 ; les dépenses de recherche-développement des SNF sont évaluées à 88 et leurs achats de machines et autres biens d’équipement à 299 ; la consommation de capital fixe est estimée à 145 ; les SNF ont acheté 33 d’obligations et 154 de titres de créances négociables. 6/ À partir des éléments suivants (qui ne sont pas nécessairement tous utiles, en milliards d’euros pour l’année 2001), calculer le Produit intérieur brut et le Revenu national brut. Importations de biens et services : 385,6 Rémunération des salariés versée au reste du monde : 1,8 Dépense de consommation finale : 1146,4 Rémunération des salariés reçue du reste du monde : 2,7 Revenus de la propriété versés au reste du monde : 71,9 Formation brute de capital : 294,4 Revenus de la propriété reçus du reste du monde : 75,9 Subventions reçues du reste du monde : 9,5 Exportations de biens et services : 408,6 Impôts sur les produits versés au reste du monde : 8,9 Prestations sociales versées au reste du monde : 3,1 Prestations sociales reçues du reste du monde : 0,8 7/ Quelles sont les limites des comptes de patrimoine ? 8/ Les comptes nationaux sont-ils précis ?