Baccalauréat Histoire - Géographie 2016 série S corrigé

Baccalauréat Histoire - Géographie 2016 série S corrigé

Documents
3 pages
Lire
Le téléchargement nécessite un accès à la bibliothèque YouScribe
Tout savoir sur nos offres

Description

Corrigé : Baccalauréat 2016 Histoire - Géographie série S PREMIÈRE PARTIE Composition – Sujet 1 « Le Proche et le Moyen-Orient, un foyer de conflits depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale » Difficulté du sujet. Tout sujet sur ce thème semble risqué pour un candidat soucieux de rester neutre, ce qui n’est pas toujours évident. L’intitulé du sujet reprenant l’intitulé du chapitre, nombre de candidats se seront sans doute appuyés plus que d’ordinaire sur le cours reçu et sur son organisation. Il est impossible, en 2heures/2 h 15,de répéter intégralement le cours. Il faut donc faire des choix, et les expliquer. Autre risque: se focaliser exagérément sur les conflits israélo-arabes, qui ne sont qu’une partie des conflits régionaux. Introduction. Il s’agit d’expliquer les termes du sujet. Distinguer le Proche-Orient (littoraux méditerranéens) du Moyen-Orient (jusqu’à l’Iran et au Yémen). Définir les types de conflits (militaires, politiques, culturels et religieux, économiques, d’influence). Surtout expliquer la notion de foyer (creuset d’idées, de légitimation de conflits rendus difficiles à résoudre par les conditions idéologiques de construction de la propagande, influence d’États extérieurs dans les conflits régionaux comme les États-Unis, dont il ne faut pas surestimer la place dans la région, l’URSS/Russie, les Européens, la Chine).

Sujets

Informations

Publié par
Publié le 16 juin 2016
Nombre de visites sur la page 66 809
Langue Français

Informations légales : prix de location à la page  €. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Signaler un problème
Corrigé : Baccalauréat 2016 Histoire - Géographie série S PREMIÈRE PARTIE Composition – Sujet 1« Le Proche et le Moyen-Orient, un foyer de conflits depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale » Difficulté du sujet. Tout sujet sur ce thème semble risqué pour un candidat soucieux de rester neutre, ce qui n’est pas toujours évident. L’intitulé du sujet reprenant l’intitulé du chapitre, nombre de candidats se seront sans doute appuyés plus que d’ordinaire sur le cours reçu et sur son organisation. Il est impossible, en 2 heures/2 h 15, de répéter intégralement le cours. Il faut donc faire des choix, et les expliquer. Autre risque : se focaliser exagérément sur les conflits israélo-arabes, qui ne sont qu’une partie des conflits régionaux. Introduction. Il s’agit d’expliquer les termes du sujet. Distinguer le Proche-Orient (littoraux méditerranéens) du Moyen-Orient (jusqu’à l’Iran et au Yémen). Définir les types de conflits (militaires, politiques, culturels et religieux, économiques, d’influence). Surtout expliquer la notion de foyer (creuset d’idées, de légitimation de conflits rendus difficiles à résoudre par les conditions idéologiques de construction de la propagande, influence d’États extérieurs dans les conflits régionaux comme les États-Unis, dont il ne faut pas surestimer la place dans la région, l’URSS/Russie, les Européens, la Chine). On pouvait par exemple en accroche mentionner la rencontre en 1945 entre le roi d’Arabie Saoudite et le président Roosevelt, qui fait des États-Unis un acteur majeur de la région mais garantit aux pays industrialisés la sécurité de leur approvisionnement en hydrocarbures donc les conditions de leur développement. Problématique. Quelles conditions font du Proche et du Moyen-Orient un foyer de conflits qui depuis 1945 ne semblent pas trouver de fin. Proposition de plan. Plusieurs plans sont possibles, en deux ou en trois parties. 1. Un foyer dans la guerre froide 2. Un nœud de conflits aux justifications différentes 3. Depuis 1991, une instabilité régionale constante
Notions attendues. Hydrocarbures – Guerre froide –Containment – Panarabisme – Sionisme – Islamisme – Multilatéralisme – Gouvernance mondiale. Composition – Sujet 2« La gouvernance européenne depuis le traité de Maastricht » Difficulté du sujet. L’intitulé du sujet reprenant l’intitulé du chapitre, nombre de candidats se seront sans doute appuyés plus que d’ordinaire sur le cours reçu et sur son organisation. Il est impossible, en 2 heures/2 h 15, de répéter intégralement le cours. Il faut donc faire des choix, et les expliquer. Autre risque : se focaliser sur une succession de transformations institutionnelles sans les relier aux modifications des modes de vie et à l’image de la gouvernance européenne auprès des opinions publiques des États européens. Introduction. On pouvait commencer en accroche par une citation des Mémoires de Jean Monnet (« L’Europe est née des crises, elle sera la réponse apportée à ces crises »). Il faut définir la notion de gouvernance, et préciser que les acteurs sont multiples, à deux échelles (États/UE). Enfin, le traité de Maastricht fixe la borne chronologique (1992), qu’il faut accompagner de l’idée que la fin de la guerre froide et celle de l’URSS ont provoqué un changement de nature de la construction européenne, qui d’alliance économique intégrée devient une alliance aussi politique et culturelle. Problématique. Comment les acteurs de l’Union Européenne gèrent-ils, depuis 1992, l’extension spatiale et l’approfondissement interne de la construction européenne ? Proposition de plan. Plusieurs plans sont possibles, en voici un. 1. L’accélération des politiques communes (1992-2002). 2. La crise de la gouvernance et l’extension à l’Est (2002-2007). 3. Depuis 2007, un modèle difficile à lire confronté à des crises majeures. Notions attendues. Approfondissement – élargissement – Schengen/Euro/FEDER/FEOGA – intégration – partenariat oriental – crise migratoire –Brexit– euroscepticisme. Schéma possible. Un schéma institutionnel (Conseil européen / Commission européenne / Parlement européen / opinions publiques des États membres). DEUXIÈME PARTIE Croquis« Le continent africain : contrastes de développement et inégale intégration dans la mondialisation »
Difficulté du sujet Comme l’Afrique est peu tombée ces dernières années au bac, on pouvait s’attendre à ce qu’elle donne lieu cette année à une épreuve. Le sujet choisi n’est pas difficile : il fait partie des croquis attendus. Le correcteur sera donc très attentif à la forme : propreté, localisation de toutes les villes indiquées, respect des normes comme indication d’un titre, légende bien structurée, respect des codes dans l’usage des couleurs, interfaces et flèches de flux bien réalisées. Légende possible Une légende en deux parties est attendue. Il s’agit ici de montrer que les contrastes de développement sont accélérés par l’inégale intégration du continent dans la mondialisation. 1. Un continent au développement contrasté IDH (fort Maghreb Gabon Afrique du Sud Nigeria Kenya ; faible ailleurs) ; Espaces de conflits (bande saharo-sahélienne et Afrique centrale jusqu’à l’Afrique du Sud non comprise) ; Pays émergents majeurs (Maroc Algérie Nigeria Afrique du Sud Kenya, certains mettront Algérie Gabon et Angola il faut alors préciser « économies de rente »). 2. Des inégalités dues à plusieurs facteurs Métropoles mondiales (Johannesburg) Caire, Nairobi, Casablanca, Alger, Abidjan,Métropoles continentales (Lagos, Le Durban, Le Cap) Interfaces portuaires (Golfe de Guinée, Le Cap/Durban) IDE venus de l’extérieur (Chine Japon Inde ; États-Unis UE ; Brésil) Exportations (flux extérieurs) Migrations (flux intérieurs et extérieurs). On pouvait aussi proposer un plan en trois parties : 1. Un continent inégalement développé 2. Des espaces enclavés peu intégrés à la mondialisation 3. Des espaces littoralisés en voie d’intégration à la mondialisation