Corrigé Bac 2015 SES obligatoire ES

Corrigé Bac 2015 SES obligatoire ES

Documents
8 pages
Lire
Le téléchargement nécessite un accès à la bibliothèque YouScribe
Tout savoir sur nos offres

Description

Corrigé Bac 2015 SES obligatoire ES

Sujets

Informations

Publié par
Publié le 25 juin 2015
Nombre de visites sur la page 83
Langue Français

Informations légales : prix de location à la page  €. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Signaler un problème
Bac 2015 SESSérie ES
BAC 2015 SES
Dans quelle mesure l’action des pouvoirs publics est‐elle efficace pour lutter contre les inégalités ?
L’action des pouvoirs publics regroupe celles de l’Etat, des collectivités locales et des administrations de sécurité sociale (on pourrait y ajouter celle des institutions européennes…). Les inégalités sont de différents ordres : de droits, des chances, de situations. Elles sont aussi pluridimensionnelles : économiques, sociales, culturelles…
Comment l’action des pouvoirs publics, et notamment celle de l’Etat‐Providence, à travers la redistribution, les services collectifs et la législation parvient‐elle à réduire les
différents types d’inégalités ? Est‐elle toujours efficace ?
I_ La redistribution, verticale et horizontale, est un outil essentiel de lutte contre les inégalités de droits (chaque citoyen est soumis aux prélèvements obligatoires
et peut bénéficier de prestations) et de situations
A_ La redistribution verticale permet de réduire les inégalités de situations
Elle est un élément de lutte contre la pauvreté et de réduction des inégalités économiques, son principe étant de prélever davantage aux plus riches pour redonner davantage aux plus pauvres. L’impôt sur le revenu (proportionnel et progressif) et les minima sociaux sont des symboles de cette redistribution.
Le document 1 permet de montrer l’efficacité de cette redistribution : les 10% des français au niveau de vie le plus faible ont des revenus qui ont augmenté en moyenne de 141% après redistribution en 2012 selon l’Insee, alors que les 10% des français au niveau de vie le plus élevé ont des revenus qui ont baissé en moyenne de 21.5% après
redistribution.
Cependant son efficacité est remise en cause par l’augmentation du taux de pauvreté entre 2008 et 2011 (document 3) : En 2008, selon l’Insee, 13% de la population française était considérée comme pauvre (vivait avec moins de 60% du revenu médian) alors que cela concernait en 2011 14.3% de la population, soit
une augmentation de 1.3 points du taux de pauvreté entre les 2 dates.
 B_ La redistribution horizontale permet de réduire les inégalités de droits et de situations
La redistribution horizontale permet d’assurer les individus contre la réalisation des risques sociaux (maladie, vieillesse, chômage, accident du travail, grossesse,…). Elle est essentiellement financée par les cotisations sociales.
Le document 1 montre que les 10% des français au niveau de vie le plus faible, tout comme les plus riches (même si cela se fait dans une moindre mesure), contribuent au
financement de la protection sociale : ils contribuent à hauteur de 209 euros par an par
unité de consommation en moyenne en 2012.
Même si certaines prestations dépendent de nos cotisations antérieures et de nos revenus antérieurs (allocations chômage, retraite…), ce système de redistribution
permet de réduire les inégalités économiques entre les actifs occupés et les actifs inoccupés, entre les biens portants et les malades, entre les différentes classes d’âges (actifs et retraités).
L’efficacité de ce système peut être remise en cause par les inégalités intergénérationnelles en termes de retraite ou les inégalités d’espérance de vie en fonction des CSP mis en évidence dans le document 4 (Alors que les hommes
cadres, à 35 ans, pouvaient espérer vivre en moyenne encore 47 ans en 2003, les
hommes ouvriers pouvaient espérer vivre encore 41 ans en moyenne).
II_ Les services collectifs et la législation sont 2 autres outils des pouvoirs publics pour réduire les inégalités
A_ Les services collectifs réduisent inégalités de droits et des chances
Les services collectifs sont des services d’intérêt général organisés par l’Etat et financés en grande partie par l’impôt. On peut prendre l’exemple des infrastructures ou de l’éducation.
Chaque citoyen bénéficie de ces services collectifs qui contribuent à la réduction de l’inégalité des chances (exemple de l’école qu’il est possible de développer).
Cependant, encore une fois, les limites à la réduction des inégalités des chances sont bien réelles : les inégalités de capital culturel acquis au sein de la famille ne sont pas effacées par l’école et les réussites scolaires et professionnelles dépendent encore en partie du milieu social d’origine… B_ L’Etat, par la législation, peut contribuer à réduire les inégalités
Exemple de la loi sur la parité (document 2) ou de la loi favorisant l’insertion des handicapés dans le milieu professionnel grâce à l’obligation de respect d’un quota
de 6% de l’effectif salarié pour les entreprises et établissements publics d’au moins 20 salariés. La discrimination positive permet ici, en favorisant les plus défavorisés, de réduire les inégalités des chances.
La loi sur la parité en politique a permis d’augmenter la représentation des femmes à certaines fonctions (conseillers régionaux, députés européens,…) mais l’égalité hommes/femmes est loin d’être atteinte à l’Assemblée Nationale, au Sénat ou encore dans les plus hautes fonctions des administrations et des entreprises (persistance du « plafond de verre »).
EPREUVE COMPOSEE
Partie 1 : Mobilisation des connaissances 1/ La solidarité organique a‐t‐elle fait disparaître toute forme de solidarité mécanique ? Ces deux concepts sont issus de l’analyse d’E. Durkheim (sociologue français, 1858‐ 1917). La solidarité organique prédomine dans les sociétés industrielles, elle est fondée
sur la complémentarité des individus dans des sociétés où le travail est divisé, alors que
la solidarité mécanique est plus présente dans les sociétés traditionnelles (les individus forment société d’abord du fait de leurs ressemblances et de l’unité de leurs normes et valeurs). Pourtant, même dans nos sociétés contemporaines, la solidarité mécanique n’a
pas disparu, elle se retrouve dans les communautés religieuses, dans les groupes familiaux, les sous‐cultures (gothiques, etc.)… 2/ Présentez les principaux déterminants des délocalisations de la production des
entreprises.
Une délocalisation, au sens strict, est la fermeture d’une unité de production sur le territoire national pour en ouvrir une à l’étranger et importer ses produits sur le territoire national.
Les entreprises délocalisent car elles y trouvent un avantage. On peut développer ici les
stratégies de rationalisation de la production qui visent soit une compétitivité‐prix (par
la recherche de faible coût du travail, par des conditions fiscales avantageuses, par une productivité élevée…) ou hors‐prix (par la recherche d’une main d’œuvre qualifiée et innovante...). Partie 2 : Etude d’un document
Vous présenterez le document puis vous mettrez en évidence les caractéristiques
du chômage. Il s’agit d’un tableau de l’Insee paru en 2014 présentant les taux de chômage (en%), taux de chômage de longue durée (en %) et part des chômeurs de longue durée dans le total
des chômeurs (en %) en France en 2013 selon le sexe, l’âge et le diplôme des individus.
Sur ce document, les hommes sont étonnamment (légèrement) davantage touchés par le
chômage que les femmes et par le chômage de longue durée : en 2013, en France, 10%
des hommes actifs sont au chômage contre 9.7% des femmes actives, soit un écart des
taux de chômage de 0.7 point. Les jeunes (15‐24 ans) sont beaucoup plus touchés par le chômage (23.9% des jeunes actifs) que les 55‐59 ans ou même les 60 ans et plus dont le taux de chômage avoisine les 5%. Par contre les plus jeunes sont beaucoup moins concernés par le chômage de longue durée : 6.4% des actifs de 15‐24 ans sont des chômeurs de longue durée, 27.3% des
chômeurs de 15‐24 ans sont des chômeurs de longue durée. A l’inverse, plus de la moitié des chômeurs de 55 ans et plus sont des chômeurs de longue durée. Les jeunes sont certes davantage touchés par le chômage mais il y reste moins longtemps.
Enfin le risque de chômage a tendance à diminuer avec le diplôme ainsi que le risque de chômage de longue durée. Un bémol cependant : un bac+2 semble plus protecteur qu’un
diplôme supérieur à bac+2.
Partie 3 : Raisonnement s’appuyant sur un dossier documentaire
A l’aide de vos connaissances et du dossier documentaire, vous montrerez que le processus de croissance a un caractère endogène. La croissance économique, qui est l’augmentation du PIB sur une période donnée, a tendance à s’auto‐entretenir. Elle possède autrement dit un caractère endogène : la croissance économique, par le biais d’un certain nombre de mécanismes, est elle‐même source de croissance.
I_ La croissance économique s’auto‐entretient par le bais d’investissements spécifiques
 A_ L’investissement en capital humain L’investissement en capital humain correspond à l’amélioration de la qualité de la main
d’œuvre par le biais des politiques de santé et d’éducation /formation (politiques d’Etat
ou d’entreprises). Des salariés plus qualifiés et en meilleure santé sont des salariés plus
efficaces, plus disponibles pour le travail, plus aptes à prendre rapidement des décisions,
à s’adapter aux nouvelles technologies (cf. document 1). Un pays qui a les capacités économiques d’investir dans une politique d’éducation généreuse, s’enrichira encore davantage.
B_ L’investissement en R&D L’innovation est au cœur de la croissance, qu’ils s’agissent d’innovations de produits (ouverture de nouveaux marchés) ou de procédés (gains de productivité). « Les activités de recherche‐développement (R&D), en accumulant un stock immatériel d’idées et de connaissances, permettent d’augmenter l’efficacité avec laquelle il est possible de produire des richesses à partir de capital et de travail » (document 1)
Un pays, comme la Chine, consacre une plus en plus grande part de son PIB aux dépenses de R&D et en espère une croissance économique accrue (cf. document 2). Les
pays développés sont déjà convaincus des bénéfices de l’innovation et sont ceux qui consacrent une plus grande part de leur PIB aux dépenses de R&D : en 2012, les dépenses de R&D de la Finlande représentaient l’équivalent de 3.55% de son PIB annuel.  C_ L’investissement dans les infrastructures L’investissement dans les infrastructures (routes, ponts, voies ferrées…) sont également
sources de gains de productivité en permettant l’amélioration et la rapidité des échanges de marchandises (matières premières, produits semi‐finis ou finis), facilite plus généralement la production. (cf. document 3)
II_ Les gains de productivité tiennent un rôle essentiel dans le caractère endogène
de la croissance
 A_ Les gains de productivité, à chaque fois dégagés, sont source de croissance intensive et de nouveaux investissements
Les profits générés par les gains de productivité de ces investissements pourront être réinvestis au sein de l’entreprise, les recettes fiscales de l’Etat augmentées par la croissance économique pourront servir à améliorer les politiques d’éducation, de
soutien à l’innovation, d’amélioration des infrastructures et ainsi contribuer de nouveau
à la croissance économique.
L’ « émulation réciproque par la concurrence » (doc3) et l’imitation favorisent le développement de la recherche des gains de productivité par toutes les entreprises. On peut y voir un effet externe positif (= externalité positive) des gains de productivité acquis par l’innovation et l’amélioration du capital humain d’une entreprise. B_ Les gains de productivité sont générateurs de croissance par le biais de
la redistribution de ces gains
Les gains de productivité ainsi obtenus par ces investissements spécifiques peuvent
bénéficier aux consommateurs (par la baisse des prix des produits) et aux salariés (par
la hausse des salaires ou l’augmentation de l’embauche) et ainsi augmenter consommation et exportation et donc la croissance économique.