Brevt 2018 : le corrigé de français

Brevt 2018 : le corrigé de français

Français
3 pages
Lire
Le téléchargement nécessite un accès à la bibliothèque YouScribe
Tout savoir sur nos offres

Description

Brevet 2018 Épreuve de français Grammaire et compétences linguistiques, compréhension et compétences d’interprétation 1. La scène se déroule dans un café de la ville de Blémont : « comptoir », « zinc ». Léopold est le patron du bar, le « cafetier ». La situation peut surprendre car des élèves de troisième font classe dans un bar et non dans une salle de classe : « le professeur Didier s'était installé à sa table sous une réclame d'apéritif (…) Il ouvrit un cahier, jeta un coup d'œil sur la classe de troisième ».Nous nous rendons compte qu'il s'agit vraiment d'un cours et non juste d'une réunion car le professeur interroge ses élèves surAndromaque, les fait réciter des extraits et les note ; nous sommes donc bien dans le cadre d'un cours de français mais le lieu du bar est atypique voire drôle du fait du décalage entre le sérieux du cours et de la tragédie et le lieu. 2. L'intérêt de Léopold se manifeste de plusieurs manières. Tout d'abord par sa posture physique. En effet, il bouge afin de voir l'élève qui récite: « Léopold se pencha sur son siège pour voir l'élève Hautemain que lui dissimulait la poutre. » De plus, il partage les émotions des élèves; nous pouvons le voir avec l'adverbe « anxieusement »dans la proposition «avalait anxieusement sa salive lorsqu'il sentait hésiter ou trébucher la mémoire du récitant». Il me semble plus qu'attentif, il vit leur récitation en même temps qu'eux : « suivait la récitation (…) en remuant les lèvres ».

Sujets

Informations

Publié par
Publié le 28 juin 2018
Nombre de lectures 142 281
Langue Français
Signaler un problème
Brevet 2018 Épreuve de français Grammaire et compétences linguistiques, compréhension et compétences d’interprétation 1.La scène se déroule dans un café de la ville de Blémont : « comptoir », « zinc ». Léopold est le patron du bar, le « cafetier ». La situation peut surprendre car des élèves de troisième font classe dans un bar et non dans une salle de classe : « le professeur Didier s'était installé à sa table sous une réclame d'apéritif (…) Il ouvrit un cahier, jeta un coup d'œil sur la classe de troisième ». Nous nous rendons compte qu'il s'agit vraiment d'un cours et non juste d'une réunion car le professeur interroge ses élèves surAndromaque, les fait réciter des extraits et les note ; nous sommes donc bien dans le cadre d'un cours de français mais le lieu du bar est atypique voire drôle du fait du décalage entre le sérieux du cours et de la tragédie et le lieu. 2.L'intérêt de Léopold se manifeste de plusieurs manières. Tout d'abord par sa posture physique. En effet, il bouge afin de voir l'élève qui récite : « Léopold se pencha sur son siège pour voir l'élève Hautemain que lui dissimulait la poutre. » De plus, il partage les émotions des élèves ; nous pouvons le voir avec l'adverbe « anxieusement » dans la proposition « avalait anxieusement sa salive lorsqu'il sentait hésiter ou trébucher la mémoire du récitant ». Il me semble plus qu'attentif, il vit leur récitation en même temps qu'eux : « suivait la récitation (…) en remuant les lèvres ». Enfin, nous remarquons que Léopold voudrait lui aussi réciter ses vers d'Andromaque, « eût aimé réciter, lui aussi » l'apposition de lui aussi en fin de phrase montre son envie. 3.Léopold établit un lien de respect, d'affection, voire même de connivence avec Andromaque. Il semble savoir ce qu'elle ressent, la comprend et saurait trouver le ton juste pour jouer ce rôle. Comme si, lui aussi, se sentait captif. En effet, le personnage lui « inspirait » « timidité et respect ». Cela semble donc un lien fort et emprunt de respect. De plus, il semble proche d'Andromaque, comme s'il la comprenait vraiment : « il lui semblait qu'il eût trouvé les accents propres à émouvoir le jeune guerrier ». Il voudrait donc l'aider à se libérer de l'emprise de Pyrrhus. Enfin, il y a presque un lien amoureux, en tout cas affectif car il « se plaisait à imaginer sa voix » et une fois de plus, il semble savoir ce que ressent Andromaque : « mélancolie ». Il vit littéralement ce que vit Andromaque ; ressent ce qu'elle ressent, « s'échappant du zinc comme une vapeur de deuil et de tendresse ». Il s'agit du lieu où il se trouve (« zinc ») mais les sentiments d'Andromaque sont mis en avant avec la comparaison. 4.Léopold est extrêmement ému. Il pleure en écoutant Odette lire cet extrait car la candeur et la jeunesse de la récitante sont mises en avant, notamment à travers la métaphore de la voix « où tremblaient des perles d'eau fraîche », métaphore de l'eau et de la nature qui se poursuit dans la description de la réaction de Léopold : « les larmes ruisseler sur ses joues cramoisies ». 5.a. Les oppositions qui cherchent à faire rire le spectateur sont : ‐ l'attitude des personnages : Léopold est debout et lève les bras en récitant probablement du théâtre, sa femme est assise et épluche des pommes de terre. ‐ l'expression de leur visage : Léopold semble captivé, heureux et même exalté, sa
femme semble blasée et fatiguée. ‐ ce qu'ils vivent, ils ne sont pas sur la même longueur d'onde : Léopold semble s'évader, être ailleurs en récitant son texte, il regarde vers le haut et sa posture donne l'impression qu'il est ailleurs, comme transfiguré, alors que sa femme est ancrée dans son quotidien, baisse les yeux sur ses pommes de terre, comme si elle ne pouvait comprendre son mari. b. C'est cette même incompréhension de la femme devant l'émotion de son mari qui amène le comique : « La patronne considérait cet homme étrange, son mari », « ne revenant pas de son étonnement », « stupéfaction ». Et le fait que Léopold pleure alors que son physique ne s'y prête pas : « joues cramoisies ». 6.a. La proposition relative se trouve dans la deuxième phrase : « que lui dissimulait la poutre étayant le plafond ». b. La complétive se trouve dans la première phrase : « que la troisième était au complet ». c. Une relative se trouve après un nom et apporte une information complémentaire mais elle peut être retirée, une complétive se trouve après un verbe et est essentielle. Ici : « l'élève Hautemain » et « s'assura ». 7.Andromaque demanda à Pyrrhus ce qu'il faisait et ce que dirait la Grèce. Andromaque déclara à Hermione qu'elle avait vu percer le seul où ses regards prétendaient s'adresser. 8.a. Bizarre, particulier. b. Cela enrichit le sens de l'adjectif dans cette phrase car la femme ne comprend pas son mari, il lui apparaît comme un étranger, quelqu'un qu'elle ne connaît pas bien, qui ne serait pas de la même famille qu'elle. Rédaction Sujet d'imagination Pour ce sujet, il était important de partir du texte initial, décrire le café, Léopold et M. Didier. Il ne fallait pas mettre que du dialogue comme au théâtre, mais insérer cette discussion dans une narration. Vous deviez mettre en évidence les raisons pour lesquelles Léopold regrette de ne pas avoir pu poursuivre ses études (culture que cela apporte, une meilleure vie, la beauté des œuvres vues...) et les émotions qu'il éprouve (émotion jusqu’aux larmes en entendant le texte d’Andromaque, déception de ne pouvoir lui aussi réciter ces textes…). Il ne fallait pas oublier que le texte a été écrit en 1948 et donc ne pas insérer d'anachronismes. Sujet de réflexion Le sujet de réflexion pouvait sembler compliqué à première vue mais, finalement, il était tout à fait faisable, pour peu que vous ayez la méthode : Intro (3 paragraphes : intro du sujet, problématique, annonce du plan) Deux parties avec au moins deux paragraphes dans chaque partie avec à chaque fois un argument et un exemple. Conclusion (2 paragraphes : conclure votre réflexion et ouvrir sur un autre sujet) Vous pouviez choisir plusieurs plans possibles. Un de ceux auquel le sujet invitait pouvait être :
I.Ce que m'ont apporté ces lectures 1.Enrichissement de ma culture personnelle, découverte (Proust, épisode de la madeleine). 2.s'émouvoir (Vivre des émotions fortes, des passions interdites, Le Rouge et le Noir de Stendhal,Nos étoiles contrairesde John Green...). 3.Voyager, être dépaysé, sortir de son quotidien, s'évader (L'écume des joursde Boris Vian). II.Les raisons pour lesquelles il est important de lire aujourd'hui 1.Permet de se cultiver, de gagner en richesse tant au niveau de la culture que du vocabulaire et de l'orthographe. (Dans le filmÉcrirepourexisterou encoreLecercledespoètesdisparus,on voit bien combien la littérature change la vie de ces lycéens.) 2.Connaître son passé afin de ne pas refaire les mêmes erreurs (La douleurde Duras). 3.Permet de réfléchir et se poser des questions importantes pour notre société comme les nouvelles technologies et leurs dérives possibles dans les récits d'anticipation et de science‐ fiction (Des fleurs pour Algernonde Daniel Keyes).