AntianÉco 64 - Année économique et sociale 2004 en Guadeloupe

AntianÉco 64 - Année économique et sociale 2004 en Guadeloupe

-

Documents
2 pages
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Description

Éducation Plus de moyens e nombre d’instituteurs ou de ves en cinq ans, les lycées doi-Dans un contexte budgétaire Lprofesseurs des écoles se sta- vent absorber des générations bilise alors que le nombre d’élè- plus nombreuses que les annéesnational difficile, l’académie de la ves diminue (-1 %). Ce maintien précédentes.

Sujets

Informations

Publié par
Ajouté le 30 décembre 2012
Nombre de lectures 28
Langue Français
Signaler un abus

Éducation
Plus de moyens
e nombre d’instituteurs ou de ves en cinq ans, les lycées doi-Dans un contexte budgétaire Lprofesseurs des écoles se sta- vent absorber des générations
bilise alors que le nombre d’élè- plus nombreuses que les annéesnational difficile, l’académie de la
ves diminue (-1 %). Ce maintien précédentes. Ce mouvement va
Guadeloupe a bénéficié de moyens des moyens en personnel permet se poursuivre encore aux deux
une meilleure prise en charge des prochaines rentrées (2005 etsupplémentaires. La rentrée 2005
enfants en difficulté dans les éco- 2006). Dans le second degré
s’inscrit dans la continuité de celle les ( classes d’enseignement comme dans le premier degré, le
adapté -CLAD), mais aussi dans nombre de postes d’enseignants ade 2004 : maintien du nombre
les collèges (unités pédagogiques été maintenu, voire augmenté
d’instituteurs ou de professeurs des d’intégration -UPI). Ainsi le re- dans les lycées.
tard scolaire en cours prépara-écoles dans le premier degré, et
toire a pratiquement diminué
d’un tiers (il passe de 7,3 % àaugmentation du nombre de postes
5%).
dans le second degré.
Si 483 enfants atteints de défi-
ciences sont scolarisés toute
l’année dans des établissements
A la rentrée 2004, 117 175 jeunes médico- éducatifs relevant du Mi-
sont scolarisés dans les maternel- nistère de la Santé, 617 enfants
les, les écoles primaires, les collè- ont été accueillis dans les écoles
ges, les lycées publics. Le nombre publiques à la rentrée 2004. Ils
de scolaires est légèrement en suivent un enseignement spécia-
baisse par rapport à l’année der- lisé dans des classes d’intégration
nière (-0,4 %). Cette baisse est scolaire (CLIS). L’accueil de ces
liée à un effet purement démogra- enfants est en pleine muta-
phique : les générations entrant tion. De plus en plus d’enfants at-
en élémentaire et en collège sont teints de déficiences seront ac-
moins nombreuses que celles des cueillis dans les écoles et
générations précédentes. accompagnés dans des centres
médico-éducatifs.
23 320 lycéens sont scolarisés
dans les établissements publics
Les résultats des évaluations enou privés, dont 38 % en filière
français et en maths des élèves deprofessionnelle, 53 % en
CE2 et de 6éme en Guadeloupegénérale et technologique et 8 %
sont inférieurs aux moyennes na-en post-bac. Avec plus 1 600 élè-
29Éducation
tionales. Toutefois, une légère amélio-
ration est intervenue en 2004 car les
écarts sont désormais inférieurs à 10
points tant au niveau du CE2 que de la
ème.
6 . Cependant des progrès sont en-
core à réaliser. L’anglais et l’espagnol demeurent les
Face à ces résultats, « la bataille des langues vivantes les plus étudiées. Pa-
maths » a été lancée en décembre rallèlement, l’option créole connaît un
2004. Cette opération associe tous les immense succès. En quatre ans, le
partenaires dans l’objectif d’améliorer nombre d’élèves étudiant le créole est
les résultats des élèves en trois ans. En passé de 125 à 1 972. L’option est dé-
un an, les résultats en mathématiques sormais disponible dans les classes de
aux évaluations progressent mais des terminale et le CAPES se prépare en
efforts restent encore à fournir. Guadeloupe.
Si la réussite au diplôme national du
brevet a bien progressé (passant à 72,3
%, soit une hausse de 6,3 points), il
n’en est pas de même pour le bac. Le
taux de réussite au baccalauréat à
la session 2004 s’établit à 70,7 %
contre 73,3 % l’an dernier. Cette dimi-
nution touche toutes les séries. Mais
c’est la série professionnelle qui est la
plus touchée. Les élèves de la série S
réussissent toujours le mieux (80,5 %).
Pourensavoirplus
L’école et le collège accueillent moins d’enfants en Guadeloupe,Antiane spécial SSM 2005.
Journal liaisons n°10 sur le site de l’académie www.ac-guadeloupe.fr,rubrique publications.
30