Citoyenneté et Empire ( Ier-IIIème siècle

Citoyenneté et Empire ( Ier-IIIème siècle

-

Documents
15 pages
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Description

classe de seconde, Secondaire - Lycée, 2nde
  • fiche - matière potentielle : ressources pour la classe de seconde consultables
  • cours magistral
Groupe académique lycée : production de ressources pédagogiques2010-2011 / Citoyenneté et Empire / seconde /HG Karine Ramondy, Paris IV-IUFM, 1 Citoyenneté et Empire ( Ier-IIIème siècle) I – Contextualisation Thème du programme et place dans la progression annuelle . Niveau seconde, Histoire . Thème 2 : l'invention de la citoyenneté dans le monde antique (7-8 heures) . Place dans la programmation : octobre-novembre Citoyenneté et démocratie à Athènes (Vème-IVème siècle av JC) 4h - La participation du citoyen aux institutions et à la cité : fondement de la démocratie athénienne.
  • octroi progressif de la citoyenneté aux peuples
  • menée en liaison avec la processus de romanisation et d'intégration
  • temps au droit de cité romaine et au rang des familles patriciennes
  • ville romaine en gaule
  • laps de temps
  • citoyenneté
  • histoire romaine
  • iiième siècle
  • droits
  • droit

Sujets

Informations

Publié par
Ajouté le 27 mars 2012
Nombre de lectures 500
Langue Français
Signaler un abus

Groupe académique lycée : production de ressources pédagogiques2010-2011 / Citoyenneté et Empire / seconde /HG
Citoyenneté et Empire ( Ier-IIIème siècle)
I – Contextualisation
Thème du programme et place dans la progression annuelle
. Niveau seconde, Histoire
. Thème 2 : l’invention de la citoyenneté dans le monde antique (7-8 heures)
. Place dans la programmation : octobre-novembre

Citoyenneté et démocratie à Athènes (Vème-IVème siècle av - La participation du citoyen
JC) aux institutions et à la cité :
fondement de la démocratie 4h
athénienne.
- La démocratie vue et discutée
par les Athéniens.
Citoyenneté et empire à Rome (Ier-IIIème siècle ap JC) - L’extension de la citoyenneté
4h à la Gaule romaine : les tables
claudiennes.
- L’extension de la citoyenneté
à l’ensemble de l’empire : édit
de Caracalla.
Fiches ressources pour la classe de seconde consultables à cette adresse :
http://media.eduscol.education.fr/file/lycee/76/7/LyceeGT_Ressources_HGEC_2_Hist_04_T2CitoyDemoRome_148767.pdf

Intérêt de la séquence
. Durée : 4h
. Contenu des programmes de sixième (2009) en Histoire romaine
1 - Des origines à la fin de la République : fondation, organisation politique et conquêtes (textes extraits de l’Enéide, la légende de Romulus et
Rémus, l’exemple de la conquête de la Gaule par César)
Décrire la journée d’un citoyen romain un jour d’élections ou le forum à la fin de la République.
2 – L’Empire : l’empereur, la ville, la romanisation : étude du personnage d’Auguste ou autre empereur, villa gallo-romaine ou trajet d’un
produit commercial, d’une visite de l’Urbs et un exemple au choix d’une ville romaine en Gaule ou Afrique du Nord. Importance de la pax
romana et de la romanisation.
Edit de Caracalla en 212 est un repère à connaître.
Karine Ramondy, Paris IV-IUFM, 1
Groupe académique lycée : production de ressources pédagogiques2010-2011 / Citoyenneté et Empire / seconde /HG
. Objectifs généraux
Travailler des sources antiques et rendre leur étude attractive par la création d’un débat-jeu de rôle.
. Objectifs de contenu
Appréhender les caractéristiques de la citoyenneté romaine (en comparaison avec la citoyenneté athénienne) et les enjeux que sa possession
représentait pour les contemporains.
1. Objectifs méthodologiques
Exploiter, confronter et synthétiser des informations.
Développer son expression personnelle et son sens critique.

. Problématique choisie
L’octroi progressif de la citoyenneté aux peuples conquis a permis la pérennité de l’Empire romain.
. Axes de questionnement à envisager
- Confronter les deux approches très différentes de la citoyenneté au niveau conceptuel et territorial.
- Importance de la pérennité de l’empire liée à l’octroi de la citoyenneté romaine aux peuples conquis.
- Modification de le signification de la citoyenneté romaine entre le début du Ier siècle et la fin du IIIème siècle.
- Etude à menée en liaison avec la processus de romanisation et d’intégration.
- Une citoyenneté très inégalitaire car recouvre des situations bien différentes.
- Intensité de la vie citoyenne en lien avec l’évergétisme (forme de mécénat civique)
. Supports d’étude
- Les tables claudiennes
- Edit de Caracalla
- Plan de cité (monuments et lieux civiques)

. Progressivité Collège – Lycée
Le programme de collège porte les fondamentaux de l’Histoire romaine : la fondation légendaire, la conquête emblématique d’Alésia (cf
Cycle3), les personnages politiques importants comme César, Auguste, l’étude de l’Urbs (monuments, sanctuaires, statuaire) et la ville gallo-
romaine comme lieu privilégié et vitrine de la romanisation. Le programme de seconde ne revient quasiment pas sur ces acquis, l’entrée
plus conceptuelle est centrée sur la « citoyenneté » induit un lien très fort avec la longévité de l’Empire et le processus de romanisation.
Un point commun la ville comme interface entre les populations conquises et les personnes romanisées mais aussi comme lieu civique
(plus loin sur les bâtiments, l’évergétisme)

1 on se reportera au tableau des capacités situé dans le préambule du programme de seconde
Karine Ramondy, Paris IV-IUFM, 2
Groupe académique lycée : production de ressources pédagogiques2010-2011 / Citoyenneté et Empire / seconde /HG
II Description de la séquence
DEROULEMENT

Activités des élèves Activités du Supports documentaires mobilisés Questionnements et idées
Capacités mises en œuvre professeur clé
Nature de la prise
d’informations
Introduction

Le professeur fait Rappel de la citoyenneté Document d’accroche : Cours dialogué
réfléchir les élèves en Carte de l’Empire au IIème siècle après JC (Atlas Historique de athénienne restreinte et 20 mn
partant d’une carte de G.Duby éd. Larousse) fermée dans un espace à Les élèves mobilisent leurs
l’Empire au grande échelle. acquis pour répondre à l’oral
changement d’échelle aux questions du professeur
que suscite l’étude de Changement d'échelle : sur la citoyenneté athénienne.
la citoyenneté romaine
mise en évidence des en comparaison avec la
dimensions Ils expriment des hypothèses citoyenneté athénienne
géographiques de concernant le ciment d'un si basée sur une cité Etat.
l’Empire romain. vaste empire.
Le professeur insiste
sur l’immensité de Hypothèses : quels
l’Empire et sur ciments pour ce vaste
l’absence de Empire ?
planification politique - L’Empereur
des Romains - La citoyenneté
parallèlement aux - La religion
conquêtes.

Karine Ramondy, Paris IV-IUFM, 3
Groupe académique lycée : production de ressources pédagogiques2010-2011 / Citoyenneté et Empire / seconde /HG
Le professeur circonscrit la problématique : l’octroi progressif de la citoyenneté aux peuples conquis a permis la pérennité de l’Empire
Phase 1 : La citoyenneté romaine un statut privilégié…

. Une minorité : individus mâles libres pourvus de la citoyenneté Eclairage des notions Les élèves prennent des notes Cours magistral
Populus- Nobilitas 30mn soit 10 à 20% de l’Empire sur leur cahier.
Optimates- populares Le professeur porte . Des privilèges : droit de vote et d’éligibilité, droit de propriété et de
Pérégrins -Ius Honorum l’étude sur les legs, droit de mariage légal, droit d’action en justice, droit de servir
Civitas sine suffragio caractéristiques de la dans la légion
citoyenneté romaine :
une citoyenneté
privilège d’une
minorité jalouse de ses
prérogatives conférant
un statut supérieur
avec des droits plus
étendus que ceux des
populations des
espaces conquis.

Repérage et explication Cours dialogué Les élèves repèrent à l'oral les
2 de la nécessité d'octroyer 1H Etude du document sur le Census différentes phases
massivement la Le professeur d’accroissement du nombre de
citoyenneté pour procède à des lectures citoyens et formulent des
pérenniser le régime. et commentaires hypothèses.
d’exemples précis
pris dans des sources Les élèves reformulent le
d’obtention de la contenu pour vérifier et la
citoyenneté dans des
synthétiser la compréhension cas particuliers.
des informations. . Une obtention au
cas par cas : par

2 Se reporter à l'annexe 1page 9
Karine Ramondy, Paris IV-IUFM, 4
Groupe académique lycée : production de ressources pédagogiques2010-2011 / Citoyenneté et Empire / seconde /HG
hérédité, par Les élèves doivent lors du
affranchissement, par travail donné à réaliser à la
le service dans maison trouver dans le texte
3l’armée de Tacite les arguments
Le professeur donne complémentaires en vue du
un travail débat
préparatoire au débat
à faire à la maison
Conclusion partielle
Rome à partir du IVe siècle av. J.-C. surtout, a accordé de façon très sporadique la citoyenneté aux peuples conquis leur laissant
avec un statut inférieur. Ces inégalités étaient très mal ressenties et elles furent la cause de la révolte des Italiens en 91. Dans les
provinces de l'Empire, il y avait aussi quelques enclaves de citoyens, des groupes isolés et dispersés, mais la très grande masse des
provinciaux n'avait pas la citoyenneté.
Phase 2 : …à une diffusion massive liée au destin de l’Empire
2H30
4Cours magistral Relevé des arguments Les élèves réalisent à partir .Séquence développée dans le diaporama
puis cours dialogué avancés par des tables claudiennes un
1H30 dont 30 mn pour le l’Empereur Claude en travail préparatoire et la
débat Le professeur procède
vue de convaincre les mise en scène du jeu de rôle. à une évocation rapide de la
Sénateurs hostiles guerre des Alliés qui
cristallise le souci récurrent des romains : trouver des
hommes pour se battre dans
l’armée sans pour autant
leur donner une citoyenneté
complète. Cette fois ils
doivent céder

3 Se reporter à l'annexe page 10
3 Se reporter au diaporama joint dans le même article :" les tables claudiennes"



Karine Ramondy, Paris IV-IUFM, 5
Groupe académique lycée : production de ressources pédagogiques2010-2011 / Citoyenneté et Empire / seconde /HG
Cours dialogué Notions abordées - Ils prélèvent, hiérarchisent
Le professeur conduit Socii - Foedus et confrontent des
le travail en trois Sénat informations en vue de la
étapes sur les Tables création d’un argumentaire
claudiennes. - Ils expriment par écrit les
idées clés et les composantes
Correction du essentielles. travail maison - Ils additionnent les apports
Le professeur fait du texte de Tacite. Les élèves
identifier les sont placés dans la démarche
apports du texte de
historienne du croisement de
Tacite
sources.

Mise en place du

débat :
Débat : les élèves sont placés
Le professeur
dans une situation de jeu de
organise la mise en
rôle où ils doivent conduire place matérielle et
un débat avec un argumen-
donne les règles du
taire et un contre-
débat
argumentaire.











Notions importantes Mise en activité par . La cité comme lieu de romanisation privilégié : la civilisation
Urbs groupes. municipale.
Romanisation
Karine Ramondy, Paris IV-IUFM, 6
Groupe académique lycée : production de ressources pédagogiques2010-2011 / Citoyenneté et Empire / seconde /HG
Monumentalisation 1H
5 Evergétisme Le professeur oriente Etude d’un corpus documentaire : Lugdunum ou une autre cité.
le travail de groupes
sur une ou plusieurs
cités Lyon est un bon
prolongement à
l’étude des Tables
Claudiennes.
Le professeur insiste
sur le rôle des élites
locales.
Conclusion partielle
Ouverture progressive de la citoyenneté aux exclus malgré des résistances pour des motifs économiques et politiques
Conclusion générale : Une citoyenneté largement distribuée au IIIème siècle dans l’Empire mais vidée de toute substance politique.

III Pistes d'évaluation :
. Evaluation formative possible sur tous les travaux proposés lors des mises en activités de la deuxième partie
. Evaluation du débat.
. Evaluation sommative : production écrite axée sur une comparaison entre citoyenneté athénienne et romaine.

IV Ressources bibliographiques et sitographiques
. Bibliographie :
Nicolet C., Bertrand J-M, Citoyen dans l’Antiquité, Documentation photographique, janvier-février 1998
Badel C. Lire l’Antiquité, Documentation Photographique, septembre-octobre 2009
Inglebert H. (dir.) Histoire de la civilisation romaine, Nouvelle Clio, PUF, Paris 2005
Deniaux Elisabeth, Rome de la cité-Etat à l’Empire (institutions et vie politique), Hachette supérieur, Carré Histoire, 2001.

. Sitographie :
Musée gallo-romain de Lyon
http://www.musees-gallo-romains.com/fourviere/collection/virtuelle1.html

5 se reporter à l'annexe 3 page 11-14
Karine Ramondy, Paris IV-IUFM, 7
Groupe académique lycée : production de ressources pédagogiques2010-2011 / Citoyenneté et Empire / seconde /HG

http://www.universcience-vod.fr//media/1253/table-claudienne.html

Supports et traductions des tables claudiennes :

http://clioweb.free.fr/dossiers/ancienne/tableclaudienne.pdf

http://clioweb.free.fr/dossiers/ancienne/table-berard.pdf

http://www2.ac-lyon.fr/enseigne/lettres/collyon/lyon/claude1.html






















Karine Ramondy, Paris IV-IUFM, 8
Groupe académique lycée : production de ressources pédagogiques2010-2011 / Citoyenneté et Empire / seconde /HG
Annexe 1 :




Karine Ramondy, Paris IV-IUFM, 9
Groupe académique lycée : production de ressources pédagogiques2010-2011 / Citoyenneté et Empire / seconde /HG
Annexe 2 :
Tacite, Annales XI, 23-24
P. Wuilleumier, CUF ; traduction revue par Gérard Lucas et Jean-Claude Decourt
« Sous le consulat d'A. Vitellius et de L. Vipstanus, comme il était question de compléter le sénat et que les notables de la Gaule appelée
Chevelue, depuis longtemps bénéficiaires de traités et de la citoyenneté romaine, réclamaient le droit de parvenir aux honneurs dans la Ville, on
tint sur cette question des propos nombreux et variés. Et des passions contraires s'affrontaient devant le prince : certains soutenaient que l'Italie
n'était pas malade au point de ne pouvoir fournir un sénat à sa capitale. [...].
Ces propos et d'autres semblables n'ébranlèrent pas le prince, qui les réfuta aussitôt et qui, ayant convoqué le sénat, commença ainsi « Mes
ancêtres, dont le plus ancien, Clausus, originaire de la Sabine, fut admis en même temps au droit de cité romaine et au rang des familles
patriciennes, m'exhortent à prendre des mesures semblables pour l'administration de l'État, en transférant ici ce qu'il a pu y avoir quelque part
d'excellent. En effet, je n'ignore pas que les Julii sont venus d'Albe, les Coruncanii de Camerium, les Porcii de Tusculum et, sans fouiller les
temps anciens, que d'Etrurie, de Lucanie, et de l'Italie entière nous avons fait venir des sénateurs, qu'enfin les bornes de cette contrée elle-même
furent portées jusqu'aux Alpes, pour que non seulement des individus à titre personnel, mais des pays, des nations se fondissent dans notre
peuple. Alors la paix fut solide à l'intérieur ; et nous eûmes face à l'étranger une situation florissante, quand les Transpadans furent accueillis dans
la cité, quand, sous le couvert de nos légions établies dans tout l'univers, par l'admission des provinciaux les plus vigoureux, il fut remédié à
l'affaiblissement du pouvoir. Regrette-t-on que d'Espagne les Balbi, de Gaule narbonnaise des hommes non moins distingués, aient passé chez
nous ? Leur postérité demeure et son amour pour cette patrie ne le cède pas au nôtre. Quelle autre cause perdit les Lacédémoniens et les
Athéniens, malgré leur puissance militaire, sinon qu'ils écartaient les vaincus en raison de leur condition d'étrangers? Au contraire, le fondateur
de notre État, Romulus, fit preuve d'une telle sagesse que bien des peuples, le même jour, il les eut pour ennemis, puis pour concitoyens. Des
étrangers ont régné sur nous ; des fils d'affranchis ont accès aux magistratures, non pas, comme bien des gens le croient à tort, par une innovation
récente, mais selon une pratique fréquente du précédent régime. Mais, dira-t-on, nous avons combattu contre les Sénons apparemment les
Volsques et les Èques n'ont jamais déployé face à nous leur armée. Nous avons été pris par les Gaulois ; mais nous avons donné des otages aux
Étrusques et sommes passés sous le joug des Samnites. Et pourtant, si l'on fait la revue de toutes les guerres, nulle ne fut achevée dans un laps de
temps plus bref que celle des Gaules. Depuis, ce fut une paix continue et fidèle. Déjà intégrés à nous par les moeurs, les arts, les alliances
familiales, qu'ils nous apportent leur or et leurs richesses, plutôt que de les conserver pour eux. Toutes les institutions, pères conscrits, que l'on
croit maintenant très anciennes, ont été un jour nouvelles : les plébéiens admis aux magistratures après les patriciens, les Latins après les
plébéiens, les autres nations de l'Italie après les Latins. Celle-ci vieillira également, et ce que nous appuyons aujourd'hui par des exemples
passera au nombre des exemples. »
Le discours du prince fut suivi d'un senatus-consulte, et les Éduens obtinrent les premiers le droit de siéger au sénat dans la Ville. Cette faveur fut
accordée à l'ancienneté de leur alliance et au fait que, seuls parmi les Gaulois, ils portent le titre de frères du peuple romain.


Karine Ramondy, Paris IV-IUFM, 10