I N S A de Strasbourg département Architecture

-

Documents
95 pages
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Description

Niveau: Secondaire, Lycée
1 I.N.S.A de Strasbourg, département Architecture Juin 2011 Mémoire de Projet de Fin d'Etude de Théo Kirn Directeur de PFE : M. Meier Alexis La Baume au Cœur du Continuum Urbain Tisser la ville par le paysage à Montpellier

  • cœur rouge

  • soucis techniques

  • animaux marins

  • genre de bâtiment

  • ville par le paysage

  • continuum urbain

  • expérience de la ville

  • questions urbaine

  • baume


Sujets

Informations

Publié par
Publié le 01 juin 2011
Nombre de visites sur la page 48
Langue Français
Signaler un problème

I.N.S.A de Strasbourg, département Architecture
Juin 2011
Mémoire de Projet de Fin d’Etude de Théo Kirn
Directeur de PFE : M. Meier Alexis






La Baume au Cœur du Continuum Urbain

Tisser la ville par le paysage à Montpellier

1





2

Collage : Le cœur rouge représente le centre-historique, l’œil signifie le site de La Baume
3
Sommaire
p. 5 Introduction
p. 9 Contexte
Les dynamiques territoriales
Le continuum urbain
Le site de La Baume
p. 47
Projet
Bilan de l’analyse et problématique
Enjeux et intentions de projet
Recherche

p. 91 Vers le PFE

p. 95 Remerciements
4
Introduction
Né { Montpellier et y ayant vécu longtemps, j’ai
choisis de travailler le projet de fin d’étude dans ma
ville d’origine. C’est pour moi l’occasion de profiter
de mon expérience de la ville autant que celle de
mieux la comprendre.
Le choix du sujet m’a été cependant difficile. Je passe
très vite sur ma première envie qui été celle de con-
cevoir un Océanorium, avec les questions de desti- Carte de France, situation de Montpellier
nation du bâtiment (grand public) mais aussi les
questions urbaines que ce genre de bâtiment nie la
plupart du temps. En effet, ce ne sont généralement
que de « grandes boîtes », renfermées sur elles-
mêmes pour des soucis techniques et de protections
des animaux marins.
5
Etant attiré par la mise en relation des objets, voir
des ensembles d’objets d’architecture avec leur con-
texte, ce choix de projet ne m’aurait certainement
pas permis d’explorer ces problématiques. L’étape
envie me conduit à m’orienter vers un choix de pro-
jet à plus grande échelle.
Ma deuxième intention, qui pour le coup est une
véritable envie pour la majorité des Montpelliérains,
était de reconnecter Montpellier et la mer Méditer-
ranée grâce au fleuve côtier Le Lez (voir carte). Le
projet consistait en la mise en place d’un réseau de
circulations douces, d’activités, et de logements
principalement qui permettraient de s’approprier
les berges du fleuve (en réalité plus proche d’une
rivière que d’un fleuve). Ce projet, { dominante pay-
Carte de situation de Montpellier, à 12 km sagère, relevait plus d’une utopie que d’un véritable
du littoral
projet pour la ville. De plus, la circulation douce en
bordure du Lez existe déjà jusqu’à la mer. Certes le En vert : Le Lez
6
projet lui aurait donné une qualité qu’elle n’a pas
réellement aujourd’hui.

C’est lors de l’approfondissement de mes connais-
sances sur la ville que le site de projet me vint.
J’insiste bien ici sur le fait que ce sujet de PFE est né
de ma compréhension (aujourd’hui certainement
encore incomplète) du développement de la ville.
C’est en quelque sorte l’analyse du territoire Mont-
pelliérain qui m’a « donné » un site d’intervention.
Qu’en est-il de ce territoire ? Qu’elles sont les dyna-
miques territoriales de la ville ? Comment se mani-
festent-elles ? Comment le site s’inscrit-il dans le
développement de la ville ?
7

Je décidais ainsi, malgré une étape contexte incom-
plète, de travailler définitivement sur le projet ur-
bain. Je vois le PFE comme un moyen d’apprendre

des choses nouvelles, que l’on a peu pratiquées du-
rant les années d’études et que l’on aura peut-être

moins l’occasion de pratiquer par la suite. En
m’éloignant du projet d’architecture pour gagner la
grande échelle, j’espère aussi découvrir de nouvelles
méthodes d’approche du projet en général.






8
Contexte

 Les dynamiques territoriales

La ville de Montpellier a approuvé, depuis le
17 février 2006, le schéma de cohérence territoriale
de l’agglomération (Scot). Il permet à la capitale de

la région Languedoc-Roussillon de construire un
projet de développement efficace, avec comme prin-
cipaux objectifs :



« Préservez la qualité de vie, construire une
ville pour tous, intensifier le développement
1de manière durable, économiser l’espace. »




1
Citation tirée du Rapport de présentation du SCOT.
9
Le Scot définit une marche à suivre, qui a pour ob-
jectif de donner consistance à la future métropole
languedocienne. La croissance démographique très
importante de la ville la place au premier rang na-
tional en valeur relative. Elle est aussi classée n°5
2 des villes européennes . Cela en fait bien « une
grande ville à potentiel européen », renforcée par sa

situation géographique stratégique entre l’Espagne
et l’Italie.
Le Scot permet aussi d’inverser le regard. Le
projet urbain n’est plus uniquement orienté vers la
ville-centre. L’ambition est de mettre en place « un
projet de territoire » plus que « des territoires de
projet ».



2
Datar, les villes européennes : analyse comparative, rapport
d’étude, La Documentation française, avril 2003
10