Methodologie pour l'etude d'une suite recurrente

Documents
7 pages
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Description

Niveau: Secondaire, Lycée, Première
Methodologie pour l'etude d'une suite recurrente 1er fevrier 2010 Il s'agit de donner les reflexes a avoir pour mener a bien l'etude d'une suite recurrente (un)n?N definie par { u0 ? Df ?n ? N, un+1 = f(un) ou f designe une fonction continue sur son domaine de definition. Dites-vous bien que l'etude d'une suite recurrente peut etre excessivement compliquee : le chaos n'est pas bien loin ! Quoi qu'il en soit, ce qui est dit ici doit vous permettre de vous lancer dans une etude de suite recurrente. I Les reflexes a avoir Reflexe ¬ S'assurer que la suite est bien definie. Si on n'y prend pas garde, on mene une etude qui n'a pas lieu d'etre. Comment montrer qu'une suite recurrente (un)n est bien definie ? En montrant que u0 appartient a un intervalle I ? Df invariant par f, c'est-a-dire verifiant f(I) ? I. Trouver un tel intervalle invariant n'est pas une mince affaire. Nous y reviendrons un peu plus loin. Evi- demment, l'absence d'un tel intervalle ne permet pas de conclure que la suite n'est pas definie. Remarque : On preferera un intervalle ferme (c'est-a-dire de la forme [a, b] ou ]?∞, a] ou [a,+∞[ ou encore ]?∞,+∞[) ou mieux un segment (c'est-a-dire de la

  • verifiant

  • g?

  • fixe

  • ?n ?

  • inegalite des accroissements finis

  • point fixe

  • theoreme etant


Sujets

Informations

Publié par
Publié le 01 février 2010
Nombre de visites sur la page 53
Langue Français
Signaler un problème
M´ethodologiepourle´tudedunesuitere´currente
er 1f´evrier2010
Ilsagitdedonnerlesre´exes`aavoirpourmenera`bienle´tudedunesuitere´currente(un)nNiepard´en u0Df nN, un+1=f(un)
o`ufntcoifenoigesunned´ituncnonedeomaisondesur.noitine´ddetuunduiestesetiD´eluenqiesbou-v re´currentepeuteˆtreexcessivementcompliqu´ee:lechaosnestpasbienloin!Quoiquilensoit,cequiestdit icidoitvouspermettredevouslancerdansunee´tudedesuiter´ecurrente.
Re´exe ¬
I
Lesr´eflexes`aavoir
Sassurerquelasuiteestbiend´enie.e.trˆe`aerndeep,aosngmerteunddunney´pinSpnaoqeiuuedsail
Commentmontrerquunesuiter´ecurrente(un)ntsibne´dein?eeEn montrant queu0appartient `aunintervalleIDfinvariant parf,tnaire´verid-`a-estcf(I)I. Trouver un tel intervalle invariant n’est pas une mince affaire. Nous y reviendrons un peu plus loin. Evi-demment,labsenceduntelintervallenepermetpasdeconclurequelasuitenestpasde´nie. Remarque :reuaintnreavllfeOnpr´ef´ermeorafeledird-a`-tsec(e´mre[a, b]ou]− ∞, a]ou[a,+[ou encore ]− ∞,+[lefaroem-d`aedirct(t-esesnunemgmuo)xuei[a, b]o`u)D.anslecasI= [a, b],on peut d’ores et de´j`adirequelasuite(un)nestorbee´n
Re´exe ­
S’assurer quefs`edpos.xenitnuopiosnaemuDans le cas contraire, on peut conclure que la suite (un)n diverge. En effet :fneut´sveds(eleel´natenoctunitlee,imslesitienun)nsonterch`achlimraprestniopsedeesx fbrcomesare--d`issntleexDftna´viref(x) =x. Remarque : 1.Sionad´eja`montr´equilexisteunsegmentItnaire´v u0I; IDf; f(I)I, alorsfnsdaiomunusnniopextdeaeso`spI.Ceepttprrosedeme`´equenceduth´eor´itee´seutenocsn valeursinterm´ediaires. Elle est fausse siIest de la forme[a,+[ou]− ∞, a].Ainsi,[0,+[est invariant par la fonction exponentiellemaiscelle-cineposs`edeaucunpointxe.
1